Ebolowa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ebolowa
Ebolowa
Baobab centenaire poussant sur un rocher.
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Sud
Département Mvila
Démographie
Population 150 000 hab. (2018)
Densité 2 679 hab./km2
Géographie
Coordonnées 2° 54′ nord, 11° 09′ est
Altitude Min. 570 m
Max. 620 m
Superficie 5 600 ha = 56 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Ebolowa
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Ebolowa

Ebolowa est une communauté urbaine du Cameroun[1], située au cœur de la forêt équatoriale. C'est le chef-lieu de la région du Sud et du département de la Mvila.

Elle est reliée à Mbalmayo, chef-lieu du département du Nyong-et-So'o et à Yaoundé, capitale politique du Cameroun, par un axe routier bitumé de 168 km, aux frontières gabonaise et équatoguinéenne par un axe de 120 km, et à l’océan Atlantique (Kribi) par deux axes non revêtus, un de 160 km via Akom II et un autre de 180 km par Lolodorf.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005 (RGPH3), la population d'Ebolowa était la suivante[2] :

  • Ebolowa Ier : 40 538 habitants, dont 29 089 pour Ebolowa Ier Ville
  • Ebolowa IIe : 55 957 habitants, dont 35 926 pour Ebolowa IIe Ville

Structure administrative[modifier | modifier le code]

Outre la ville, Ebolowa Ier comprend les villages suivants[2] :

Outre la ville, Ebolowa IIe comprend les villages suivants[2] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Troupes coloniales à Ebolowa (Kamerun allemand)

Évêché[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la ville d'Ebolowa[modifier | modifier le code]

  • Ndille Nsom, Chef supérieur des Bulus et des Fangs : 1900-1920

Médias[modifier | modifier le code]

Beaucoup de médias publics et privés cohabitent les villes du Cameroun[pas clair], qu'il s'agisse de chaînes de télévisions, de chaînes de radio ou de la presse écrite.

Quelques chaînes de télévisions camerounaises sont recevables à Ebolowa : CRTV, Spectrum Télévision (STV 1 et STV 2), Canal 2 International, Ariane TV, New TV. Toutefois, de nombreux foyers reçoivent des chaînes télévisions étrangères grâce à la câblodistribution ou au satellite.

Exemples de quelques radios camerounaises recevables à Ebolowa ou émettant depuis Ebolowa : CRTV radio poste national, CRTV radio chaîne de l'Est. rcdm radio

Quelques journaux écrits camerounais accessibles à la population de Ebolowa : Cameroun tribune, Le Messager, Mutations, La Nouvelle Expression, Le Jour, Repères.

Des chaînes de radio et de télévision à capitaux privés sont présentes dans la ville depuis presque trois ans aujourd'hui[Quand ?]. Il y'a parmi elles des chaînes chrétiennes. Nous pouvons citer entre autres :

  • Radio Nkul Bisoé
  • Glory Fm
  • Radio Communautaire pour le Développement de la Mvila (RCDM).

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1985, la République unie du Cameroun a émis un timbre de 60 F représentant l'hôtel de ville d'Ebolowa[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine d'Ebolowa, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
  2. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  3. « L'ex-Clodette Ketty Sina, installée dans le Perche, n'a pas toujours dansé avec Claude François »,
  4. Catalogue Yvert&Tellier, no 766

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elie Dieudonné Bomo, Notes d'histoire économique sur la circonscription d'Ebolowa, au Cameroun, de 1920 à 1940, Université Paris 1, 1976, 100 p. (mémoire de maîtrise d'histoire)
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Ebolowa », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 136-137 (ISBN 978-2-86950-464-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :