Sangmélima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Sangmélima
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Sud
Département Dja-et-Lobo
Démographie
Population 82 513 hab.[1] (2005)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 2° 56′ 07″ Nord 11° 58′ 43″ Est / 2.9353263, 11.9787025
Superficie 215 500 ha = 2 155 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Sangmélima

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Sangmélima

Sangmélima est une ville du Cameroun, chef-lieu du département du Dja-et-Lobo dans la région du Sud.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la cité fut donné par l'officier allemand Von Hagen à l'époque de la colonisation allemande. Il aurait été inspiré par une appellation locale.

  • Hypothèse de l'origine Mekuk (premiers occupants de la zone), selon laquelle Sangmelima signifierait : « attendons l'alignement pour construire » ;
  • Hypothèse de l'origine Bulu : E Zañe Meli ma qui signifie « au milieu de la défriche » ;
  • Hypothèse de l'origine Maka : Ezane Alima qui signifie « la forge d'Alima ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Sangmélima se trouve sur la rivière Lobo, à 170 km au sud de Yaoundé, la capitale du pays, à 120 km à l'est d'Ebolowa, la capitale régionale, et à 130 km de la frontière gabonaise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 82 513 habitants[1], dont 51 333 pour Sangmélima Ville.

L'ethnie principale est l'ethnie Boulou, issue de l'ethnie Fangs. Le président camerounais Paul Biya est lui-même Bulu, d'un village situé à une cinquantaine au nord-est de kilomètres de Sangmélima, Mvomeka’a. On compte aussi parmi les autochtones de ce département les Fongs.

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre Sangmélima proprement dit, la commune comprend les villages suivants[1]  :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est rurale et l'élevage de poulets y est une activité importante. Toutefois, la principale source de revenus pour les autochtones demeure ses terres et ses espaces.

Transport[modifier | modifier le code]

La RN9 (Mbalmayo-Mintom) traverse la ville et le RN17 qui mène à la frontière gabonaise commence à Sangmélima[2].

L'aérodrome le plus proche se trouve à Mvomeka’a (commune de Meyomessala), à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Sangmélima.

Santé[modifier | modifier le code]

Sangmélima abrite le principal hôpital du Cameroun méridional, inauguré le 23 juillet 2015 après huit ans de travaux[3]. L'établissement qui est situé dans le quartier Bitom à 3,5 km au sud-est du centre-ville, a une capacité d’accueil de 115 à 150 lits, et est chargé de dispenser des soins médicaux de haut niveau, tant pour habitants de la région que pour ceux des pays limitrophes (République du Congo, Gabon et Guinée équatoriale). Établissement hospitalier public de 2e catégorie, cette « hôpital de référence » est, en effet, selon l’avis des experts, le mieux équipé de tout le pays. Il est doté de huit grands blocs (les consultations externes, l’imagerie médicale, le laboratoire, les hospitalisations, la morgue, les blocs opératoires et les services d’appui dont la cuisine, la stérilisation et la buanderie)[4].

Écosystème[modifier | modifier le code]

La réserve de Biosphère du Dja est un parc naturel de 5,260 km2 qui borde l'est de la ville et qui est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1984. L'UNESCO l'a désigné comme l'une des plus grandes et des mieux protégées des forêts primaires d'Afrique, avec 90 % de sa surface non encore violée. Il y a également de vaste zones forestières au sud de la ville.

Diocèse[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Sangmélima[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. Les routes nationales du Cameroun
  3. Onana N. Aaron, « Cameroun - Santé: Le Premier Ministre Philémon Yang inaugure l’hôpital de référence de Sangmélima », sur Cameroon-Info.Net,‎ (consulté le 12 mai 2016)
  4. « Hôpital de référence de Sangmelima: Premiers soins en attendant l’inauguration », sur neoindependance.canalblog.com,‎ (consulté le 12 mai 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bomo Élie Dieudonné, La Colonisation française dans la région de Sangmélima (Cameroun), 1917-1937: administration, commerce, missions, chefferies, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 1984, 358 p. (thèse de 3e cycle d'Histoire des sociétés de l'Afrique noire)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Sangmélima, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)