Arrondissement administratif de Verviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arrondissement de Verviers
Localisation de l'arrondissement au sein de sa province
Localisation de l'arrondissement au sein de sa province
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française,
Drapeau de la Communauté germanophone de Belgique Communauté germanophone
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Démographie
Population 280 203 hab. (01/01/2010)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ N 6° 00′ E / 50.5, 650° 30′ Nord 6° 00′ Est / 50.5, 6
Superficie 2 016,22 km2
Autres informations
Communes 29
Sections 86
Code INS 63000

L’arrondissement administratif de Verviers est un des quatre arrondissements administratifs de la province de Liège en Région wallonne (Belgique). Sa superficie est de 2 016,22 km2 et sa population au s’élevait à 280 203 habitants.

C'est dans cet arrondissement que se situe la Communauté germanophone de Belgique.

Il existe également un arrondissement judiciaire. Les communes francophones font partie de l'arrondissement judiciaire de Verviers alors que les communes germanophones font partie de l'arrondissement judiciaire d'Eupen. C'est aussi le plus grand arrondissement administratif de Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Verviers a été créé en 1815 lors du découpage de l'arrondissement de Malmedy qui était un des trois arrondissements du département français de l'Ourthe créé en 1800. Les autres communes des Cantons de l’Est dans l'arrondissement de Malmedy (les cantons d'Eupen, Kronenburg, Malmedy, Saint-Vith et Schleiden) furent annexées en 1815 à la Prusse jusqu'au traité de Versailles en 1925 où elles furent en partie réintégrées à l'arrondissement de Verviers.

En 1818, le canton de Vielsalm fut cédé à l'arrondissement de Marche-en-Famenne.

En 1821, le canton de Herve fut pris sur l'arrondissement de Liège et les communes de Basse-Bodeux, Bra, Chevron, Fosse, Francorchamps, La Gleize, Lierneux, Rahier, Stoumont et Wanne cédées à l'arrondissement de Huy mais en 1848 toutes ces communes furent rendues.

In 1919, l'État du Moresnet neutre fut annexé à la Belgique et devint la commune germanophone de La Calamine (Kelmis).

En 1925, le traité de Versailles fut appliqué et les communes francophones de Bellevaux-Ligneuville, Bévercé, Crombach, Elsenborn, Eynatten, Faymonville, Hauset, Heppenbach, Hergenrath, Kettenis, Lommersweiler, Manderfeld, Meyerode, Neu-Moresnet, Recht, Reuland, Robertville, Rocherath, Schoenberg, Thommen et Walhorn, de même que les communes bilingues (aujourd'hui à majorité francophone) de Malmedy et Waimes, furent rendues à l'arrondissement. De plus huit autres communes germanophones des « cantons de l'Est » furent annexés à la Belgique (dans lesquels fut inclus la commune de La Calamine déjà annexée) : Amblève (Amel), Bullange (Büllingen), Butgenbach (Bütgenbach), Eupen, Lontzen, Raeren (Rären) et Saint-Vith (Sankt Vith)

Lors de la fixation définitive de la frontière linguistique en 1963, les communes de Fouron-Saint-Martin, Fouron-Saint-Pierre, Rémersdael et Teuven furent cédées à l'arrondissement de Tongres.

En 1977, la commune de Lorcé fut prise à l'arrondissement de Huy, la commune de Neufchâteau fut cédée à l'arrondissement de Liège, Arbrefontaine fut pris à l'arrondissement de Bastogne et des parties de Lierneux furent cédées aux arrondissements de Bastogne et Marche-en-Famenne.

L'arrondissement de Verviers correspond à la zone touristique de l'Ardenne bleue dont le siège se trouve à Spa.

Communes et leurs sections[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Sections[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]