Voies hydrauliques en Wallonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Direction générale des Voies hydrauliques (D.G.2) du ministère wallon de l'Équipement et des Transports (MET) est chargée de gérer les voies navigables wallonnes, les voies d’eau non accessibles au transport, les ports intérieurs, la navigation, les écluses, les barrages, et l’hydrologie.

Les voies navigables[modifier | modifier le code]

Le rôle des voies navigables est particulièrement important en Wallonie, les voies navigables wallonnes étant situées au carrefour de l’Europe. Elles permettent les jonctions entre la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, en passant par la Flandre, via le bouchon de Lanaye et le canal Albert. Elles donnent accès aux ports de mer d’Anvers, de Zeebrugge, et de Rotterdam.

Le Conseil économique wallon (CEW), dès sa création en 1938, met déjà dans ses priorités la politique des transports (eau, fer, route), le canal de Charleroi à Bruxelles, l'amélioration de la navigation entre Liège et Hainaut en direction de la France, le bouchon de Lanaye...

Le transport par eau a notamment permis un développement industriel important des bassins houillers et sidérurgiques de Liège et de Charleroi.

En 2006, le réseau wallon accepte des tonnages de 3 000 tonnes sur la Meuse jusqu’à Ivoz-Ramet, de 6 000 tonnes d’Yvoz-Ramet à Liège et de 9 000 tonnes sur le canal Albert à partir de l'île Monsin à Liège.

Les canaux[modifier | modifier le code]

Ouvrages remarquables[modifier | modifier le code]

Les ports fluviaux[modifier | modifier le code]

  • Port autonome de Liège
  • Port autonome de Charleroi
  • Port autonome de Namur
  • Port autonome du Centre et de l’Ouest

Les barrages[modifier | modifier le code]

Les écluses[modifier | modifier le code]

Les voies non accessibles au transport[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]