Drapeau de la Wallonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de la Wallonie
Drapeau de la Wallonie
Drapeau de la Wallonie
Utilisation Drapeau civil et d'État, pavillon marchand et d'État Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption 23 juillet 1998
Éléments Jaune au coq hardi rouge

Le drapeau de la Wallonie (ou drapeau wallon) est un des symboles de la Wallonie. Il est familièrement appelé coq hardi ou encore coq wallon.

Il est également l'emblème de la Région wallonne et, fut celui de la Communauté française de Belgique avant qu'elle n'adopte un nouveau logo en septembre 2011. Il est composé d'un coq hardi (c'est-à-dire patte droite levée et bec clos) rouge sur fond jaune. Ces couleurs prennent leur origine de la ville de Liège. Il est également utilisé par le Mouvement wallon.

Création[modifier | modifier le code]

La création du drapeau wallon remonte à 1913, il a été peint par Pierre Paulus. Voir l'original.

Histoire[modifier | modifier le code]

La question du drapeau wallon, apparaît vers 1898, en même temps que la remise en cause du drapeau national belge de 1830.

Il faut cependant attendre l’année 1905 pour que Charles-J. Comhaire, fondateur de la société "Le Vieux-Liège" et membre de la Ligue wallonne de Liège, reprenne cette idée à son compte. Au sein de la Ligue et du Vieux-Liège, le débat a déjà porté en 1902 sur les caractéristiques d’un drapeau propre à la Ligue : petit drapeau rouge et jaune, préconise De Warsage ; très grand drapeau orné des blasons des villes de Wallonie, défend Comhaire.

Or, le 2 octobre 1905 se tient dans la Cité ardente un important congrès wallon. Durant la séance, Paul Gahide, journaliste tournaisien, pose en réunion publique la question du choix d’un drapeau propre à la Wallonie. Bien qu’il reçoive le soutien de l’influent Hector Chainaye, sa proposition ne soulèvera guère d’enthousiasme.

En décembre 1907, un correspondant du Réveil wallon propose d’associer le coq au tricolore bleu-blanc-rouge si on veut vraiment doter la Wallonie d’une symbolique parlante. Cette suggestion fait son chemin durant les mois suivants.

Le 2 avril 1913, apparaît la première représentation graphique connue du nouvel emblème qui semble avoir été un dessin à la plume ornant le programme de la fête de bienfaisance organisée par l’Union des Femmes de Wallonie au théâtre royal de Liège. Le peintre Georges Faniel réalise lui aussi une autre version du “ coq hardy ” pour une réunion des Amitiés françaises (29 mai 1913). Si elle connaît une certaine diffusion dans les milieux wallonisants, elle ne peut résister à la création de Pierre Paulus, supérieure sur le plan esthétique.

Le 3 juillet 1991, la Communauté française Wallonie-Bruxelles adopte par décret le drapeau wallon comme symbole de la Communauté, confirmant un premier décret du 20 juillet 1975 de la ci-devant communauté culturelle française de Belgique.

Le 15 juillet 1998, le drapeau wallon est reconnu officiellement comme celui de la Région wallonne.

Pourquoi le coq ?[modifier | modifier le code]

Pourquoi cet oiseau a-t-il retenu l’attention ? L’héraldique locale ne peut assurément pas les inspirer. En effet, si toutes les provinces et plus de soixante communes du pays wallon ont intégré le lion dans leurs armoiries, un seul village, Limelette (Brabant-Wallon) a songé à fixer le coq sur son écu.

Plusieurs éléments ont favorisé le choix du coq :

  • L’image du coq est associée depuis longtemps à la Gaule.
  • Dans l’Antiquité, cet animal fait figure de symbole solaire.
  • Dans la tradition nordique, on l’assimile plutôt à la vigilance guerrière ainsi qu’à un gardien de la vie.
  • Le christianisme lui attribue de surcroît le pouvoir de faire reculer les démons et le lion, volontiers assimilés à l’esprit du Mal.[réf. nécessaire]
  • Lucrèce affirme dans son De natura rerum que : « quand chassant la nuit au battement de ses ailes, le coq appelle l’aurore de sa voix éclatante, le plus courageux des lions est incapable de lui tenir tête et de le regarder en face, tant il songe alors à la fuite » [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]