Wallonisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un wallonisme est un trait linguistique du français de Belgique emprunté au wallon. Il peut s'agir de particularités du lexique (mots, expressions, acceptions), de la prononciation ou de la grammaire. Quelques wallonismes lexicaux se sont répandus en francophonie (houille, grisou, estaminet) et ne sont généralement plus perçus comme tels; les autres constituent un sous-ensemble des belgicismes.

On notera qu'une phrase en wallon dans une conversation en français de Belgique n'est pas plus un wallonisme que la phrase ""Let's go!"" dans une conversation en français d'Île-de-France n'est un anglicisme.

Exemples lexicaux :

Wallonisme Sens et usage
Bièsse Bête (substantif et adjectif).
J'ai vu une grosse bièsse (un gros animal)
Dicton : "Bon et bièsse commencent par la même lettre"
Peut servir pour qualifier une personne de stupide, d'idiote
T'es vraiment bièsse !
Baraki Personne qui vit à l'écart de la norme, à l'origine forain qui vit dans une roulotte (baraque). Le baraki-type est un être grossier, peu éduqué, à l'hygiène douteuse, vivant dans une maison délabrée. Il passe ses journées dans les cafés, le plus souvent avec sa famille, à fumer et boire. L'expression Qué baraki séss (Quel baraki alors) désigne, par extension, toute personne faisant preuve d'incivisme en société. Ce type de personnage a inspiré la création de certains sites internet dédiés à l'étude (humoristique) du comportement des barakis en Belgique.
Cromb pour tordu, de travers.
Cumulet pour culbute.
Rawette Petit rajout, et parfois, par extension, une petite quantité de quelque chose.
Je prendrai une rawette de lait avec le café.
Reloqueter Nettoyer et loque à reloqueter pour torchon[1].
Spotcher, sprotcher Écraser. Du wallon språtchî, écraser.
J'ai failli être sprotché par une voiture
C'est toudi (toujours) les petits qu'on sprotche! : Ce sont toujours les sans-grade que les puissants écrasent.
Spiter, spritcher Éclabousser.
Bèzin Personne maladroite, hésitante, empotée, bavarde
Ké bèzin! : quel empoté !.
Sketer Casser.
Je n'arrive plus à écrire : mon stylo est sketé.
Totin Excessivement méticuleux.
Ne sois pas totin, arrête de frotter cette casserole, tu vas finir par la percer.
Tournicoter Tourner en rond, faire les cent pas.
Pestèler Trépigner.
Avoir dur Avoir des difficultés

Kerchie : chargé, kerchie comme un baudet = chargé comme un âne, être "kerchie" peut également signifier être sous l'emprise de boisson.

Exemples concernant la prononciation :

  • Les consonnes finales sont systématiquement assourdies, et certaines combinaisons sont simplifiées. C'est ainsi que "tigre" sera prononcé "tîk".
  • La semi-consonne [ɥ] (comme dans "puis") est prononcée [w] (comme dans "pourquoi")

Exemples concernant la grammaire :

  • Utilisation de l'auxiliaire avoir à la place de être.
  • Oubli de l'accord du participe passé.

Il faut noter que si le wallon influence grandement le français de Wallonie, l'inverse est vrai également. On retrouve en wallon bon nombre de mots, de tournures de phrase ou de fautes grammaticales venus du français, et ce surtout chez les jeunes locuteurs.

Il faut savoir également que si on veut parler correctement le wallon, on vouvoie systématiquement son interlocuteur même s'il nous est très intime (famille,amis, ...).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Flandricismes , wallonismes, Louis Quiévreux, Éditions Moorthamers Frères, Anvers- Bruxelles 1928 p. 144