Zone de secours Brabant wallon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La zone de secours Brabant Wallon est l'une des 34 zones de secours de Belgique[1]. Elle a la particularité d'être une zone unique couvrant toute une province, celle du Brabant Wallon et de ses 27 communes en l’occurrence. Elle est composées de 5 services d'incendies comptant 6 casernes (l'une d'entre elles, celle de Villers-la-Ville, étant un poste-avancé rattaché à un autre service, celui de Nivelles[2]).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Couvrant la exclusivement la totalité de la province du Brabant wallon, la zone couvre 1 090 km2 et protège environ 380 000 habitants.

Communes protégées[modifier | modifier le code]

La zone de secours Brabant Wallon couvre les 27 communes suivantes[3]: Beauvechain, Braine-l'Alleud, Braine-le-Château, Chastre, Chaumont-Gistoux, Court-Saint-Étienne, Genappe, Grez-Doiceau, Hélécine, Incourt, Ittre, Jodoigne, La Hulpe, LasneMont-Saint-Guibert, Nivelles, Orp-Jauche, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Perwez, Ramillies, Rebecq, Rixensart, Tubize, Villers-la-Ville, Walhain, Waterloo et Wavre.

Services d'incendie[modifier | modifier le code]

Voir aussi: Liste des services d'incendie belges

La zone est composée de 5 services:

Service Commune Caserne(s) interventions annuelles moyennes Population Superficie (km2)
Service d'incendie de Braine l'Alleud Braine-l'Alleud 1
Service d'incendie de Jodoigne Jodoigne 1
Service d'incendie de Nivelles Nivelles 2
Service d'incendie de Tubize Tubize 1
Service d'incendie de Wavre Wavre 1

Elle comprend également un poste-avancé:

Service Commune Dépendant de interventions anuuelles moyennes Population Superficie (km2)
Service d'incendie de Villers-la-Ville Villers-la-Ville Service d'incendie de Nivelles

Véhicules[modifier | modifier le code]

Les véhicules de pompiers de la zone sont essentiellement les mêmes que les autres véhicules de pompiers belges et assurent les mêmes missions[4]. Ils sont séparés en deux types : les véhicules « pompiers » et les véhicules d'« aide médicale urgente ».

Voici les véhicules de base pour les missions « pompiers »[5]:

  • L'autopompe : C'est l'unité de base des véhicules « pompiers », elle est généralement dite « semi-lourde », référant aux caractéristiques de la pompe dont le camion dispose et transporte 6 hommes. Elle est présente sur toutes les missions incendie ou représentant un danger d'explosion. Certaines peuvent être de types 4x4 pour les feux dans des endroits inaccessibles par route comme les champs ou les forêts.
  • Les engins de travail en hauteur : Ils peuvent être de deux types: soit auto-échelles soit auto-élévateurs. L'élévateur ne disposant pas d’échelons afin de grimper dans la nacelle mais disposant d'un bras articulé permettant une plus grande liberté de mouvements. Les auto-échelles sont généralement de 32 mètres de haut tandis que les bras-élévateur tournent entre 18 et 26 mètres à quelques exceptions près. Ces engins sont armés par 2 ou 3 pompiers maximum.
  • Les camions citerne : Ils sont chargés de l'approvisionnement en eau des autopompes et des auto-échelles. Leur capacité en eau varie selon les modèles: de 5 000 litres pour les anciens à 14 500 litres pour les plus récents. Ils transportent 2 ou 3 pompiers maximum.
  • Les véhicules de désincarcération : Ce sont les camions qui interviennent sur toutes les interventions techniques et spécialement les accidents de la route. Ils disposent d'une foule de matériels enfoncement ou de découpage et notamment de cisaille(s) et d'écarteur(s) permettant de découper un véhicule afin d'en extraire (désincarcérer) une victime. Il n'y prend place que 2 ou 3 pompiers maximum.
  • Les véhicules divers : Ce sont tout le restant des véhicules pompiers qui sont plus spécialisés, comme les véhicules de balisage, les véhicules de logistique, les véhicules de transport de personnel, les véhicules « GRIMP » (Groupe de Reconnaissance et d'Intervention en Milieux Périlleux), les véhicules plongeurs, les remorques-motopompes, les camions porte-conteneurs et bien d'autres.

Quant à l'aide médicale urgente les secours de la zone disposent de[6]:

  • Ambulances : Peinte en jaune depuis le début des années 2000, elles étaient autrefois armées de 3 hommes mais, dû au manque de personnel dans la plupart des casernes de la province et de Belgique, il n'y a plus que 2 pompiers par ambulance. Elle contiennent tout le matériel nécessaire aux premiers soins, y compris aux réanimations. Elles ne transportent qu'un seul patient à la fois.
  • SMUR (Service Mobile d'Urgence et de Réanimation) : Ce sont également des véhicules armés d'un infirmier et d'un médecin, qui démarrent du service des urgences d'un hôpital.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté royal du 2 février 2009 (M.B. 17.02.2009) », sur Site internet officiel de la sécurité civile belge
  2. « Inauguration de la caserne des pompiers de Villers-la-ville. », sur Site internet du quotidien belge « La Capitale »
  3. « Cartes des différentes zones de secours », sur Site internet officiel de la sécurité civile belge
  4. « Missions des services d'incendie belges », sur Site internet officiel de la sécurité civile belge
  5. « Liste officielle du matériel ministériel des services d'incendie en Belgique », sur Site internet officiel de la sécurité civile belge
  6. « Premiers secours en Belgique », sur Site internet de l'Université de Liège