Cirque de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cirque de Rouen
Lieu Rouen
Coordonnées 49° 26′ 49″ nord, 1° 06′ 18″ est
Architecte(s) Blanchet
Inauguration
Fermeture avril 1973
Nb. de salles 1
Capacité 3 000
Structure-mère Société Rancy

Géolocalisation sur la carte : Rouen

(Voir situation sur carte : Rouen)
Cirque de Rouen

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Cirque de Rouen

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cirque de Rouen

Construit en 1894 et détruit en 1973, le Cirque de Rouen a été pendant de nombreuses années la plus grande salle de spectacle de la ville de Rouen. Il peut, en effet, recevoir jusqu'à 3 000 spectateurs, mais il comprend également des écuries, une salle des fêtes de 1 000 places et une brasserie. Deux cirques se succèdent : le Piège et le Rancy.

En 1896, avec la foire Saint-Romain, des séances de cinématographe y sont projetées, organisées par Pathé, Omnia et Gaumont, qui en fait la première salle rouennaise. Au début du XXe siècle, des congrès s'y organisent, comme celui de 1905 avec la présence de Jean Jaurès, Aristide Briand et Pierre Renaudel.

De 1941 à 1962, il accueille les saisons lyriques rouennaises en attendant la reconstruction du Théâtre des Arts détruit en 1944. Il accueille à cette occasion : Duke Ellington en 1950, Roberto Benzi en 1952 ou encore Louis Armstrong en 1955[1]. Au cours des années 1960, des groupes de rock rouennais s'y produisent : les Rapaces, les Météores… En 1968, les étudiants occupent le cirque.

Trop vétuste, le cirque ferme en avril 1973 pour être démoli à partir de septembre 1973. Le cirque se trouvait boulevard de l'Yser, à proximité de la place du Boulingrin, à l'emplacement du terminus du métro de Rouen.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénédicte Percheron, Le Cirque de Rouen, lieu d'accueil des saisons lyriques rouennaises de 1945 à 1962, Université de Rouen (mémoire de maîtrise de musicologie), 2003
  • Bénédicte Percheron, La Vie musicale en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale, Université de Rouen (thèse de musicologie), 2007
  • Bénédicte Percheron, "L’argent de la distraction rouennaise pendant la Seconde Guerre mondiale", in Les Français et l’argent. Entre fantasmes et réalités, (sous la dir. de Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec), Rennes, PUR, 2011 (ISBN 978-2-7535-1336-5), p. 85-97.
  • Ghilaine Lhermitte, Le Quartier Jouvenet : 2 siècles d'histoire, Rouen, Roussel, , 239 p. (ISBN 2-911408-03-9, OCLC 492045554), « Le Cirque de Rouen », p. 38-39
  • Patrice Quéréel, La Ville évanouie - Rouen : un demi-siècle de vandalisme, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Page de Garde, , 381 p. (ISBN 2-84340-108-9), p. 144-145

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Caillet, Flâneries à Rouen : hors des sentiers battus, Saint-Cyr-sur-Loire, éditions Alan Sutton, (ISBN 978-2-8138-0128-9), p. 61-62