Bobby Solo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Satti et Solo.
Bobby Solo
Description de cette image, également commentée ci-après
Bobby Solo (1975)
Informations générales
Nom de naissance Roberto Satti
Naissance (74 ans)
Rome Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale chanteur, musicien, compositeur.
Genre musical Varietés, rock, country, jazz.
Années actives depuis 1963
Labels Ricordi
Site officiel www.bobbysolo.com

Bobby Solo, de son vrai nom Roberto Satti, est un chanteur et compositeur italien né le à Rome.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roberto Satti est né à Rome dans une famille originaire de la région Frioul-Vénétie Julienne. Sa mère est née à Monfalcone et son père, pilote de l'armée de l'air, à Trieste. Dès l'adolescence il s'intéresse à la musique, en particulier au rock'n'roll, devenant fan d'Elvis Presley, un artiste dont le style et la façon de chanter l'ont inspiré.

Il apprend à jouer de la guitare et compose ses premières chansons. Au début des années 1960, son père, qui travaillait pour Alitalia, est transféré de Fiumicino à Linate et la famille déménage de Rome à Milan.

Il est remarqué par Vincenzo Micocci (it), qui lui propose un contrat pour Dischi Ricordi et fait ses débuts en 1963 avec un premier 45 tours, contenant Ora che sei già una donna et Valeria.

En 1964, Bobby participe au Festival de Sanremo avec la chanson Una lacrima sul viso[1]. Mais il est disqualifié pour avoir chanté en playback, ce qui est contraire aux règles du festival[2]. La chanson Una lacrima sul viso devient un succès mondial, le premier disque a dépassé le million d'exemplaires en Italie, les ventes globales dépassant les trois millions est recompensé par un disque d'or[3]. L'année suivante (1965), il gagne le festival avec la chanson Se piangi se ridi[4]. Il participe avec cette même chanson au grand prix de l'Eurovision et se classe 5e. De nouveau en 1969 avec la chanson Zingara, il remporte le festival, en couple avec la chanteuse Iva Zanicchi[5]. Sa dernière participation au festival de Sanremo date de 2003 (avec Little Tony) avec le titre Non si cresce mai.

En 1965, il participe au grand prix de l'Eurovision à Naples et se classe 5e.


Parmi ses autres succès figurent San Francisco (1967), version italienne de la chanson de Scott McKenzie ; Non c'è più niente da fare (1966), Siesta (1967), Domenica d'agosto (1969), Una granita di limone (1968).

En décembre 1967, il épouse à Paris, la ballérine française Sophie Teckel avec laquelle il a trois enfants : Alain, Chantal et Muriel. Ils divorcent en 1991[6],[7].

De 1972 à 1976, il arrête de chanter et installe un studio d'enregistrement sur la Via Aurelia à Rome. Le nom de ce studio est Chantalain (dérivé du nom de ses deux enfants Chantal et Alain). Parmi les chanteurs ayant utilisé ce studio figure Patty Pravo qui y a enregistré son album en 1976 pour la Ricordi. Pendant cette période il lance un nouveau label discographique sous le nom de LOVE, distribuée par la CGD pour laquelle il enregistre et produit aussi des 45 tours.

Bobby a aussi interprété diverses bandes originales de films : à noter en France A suitcase of memories, musique composée par Luis Bacalov, bande originale du film Le Jeune Marié (1983), de Bernard Stora.

En 1985, Bobby participe au projet musical Ro.Bo.T. (it) avec Rosanna Fratello et Little Tony (1985-1988)[8]. Au cours de la tournée, d'une relation avec la choriste Mimma Foti naît une fille : Veronica[6].

En 1995, il se remarie avec Tracy Quade, une hotesse de l'air coréenne[9],[6], un fils prénommé Ryan naît en novembre 2012[10]. L'artiste est doté d'un talent indéniable de musicien (il est compositeur de nombreuses chansons), d'une voix exceptionnelle et d'une technique éprouvée. Il est l'une des têtes d'affiche, de la tournée Âge tendre et Têtes de bois saison 4 ( 2009/2010), pour la saison 6 (2011/2012), et pour la tournée supplémentaire en 2014.

Il est en activité depuis plus de 50 ans. Dans ses dernières œuvres,il expérimente différents sons et genres, avec des concerts et des interprétations de blues, rock, country, jazz ainsi que la chanson napolitaine (Easy jazz neapolitan song, 2009) et les classiques de Noël (Bobby christmas, 2011)[8].

Participations au Festival de Sanremo[modifier | modifier le code]

  1. 1964 Una lacrima sul viso - couplé à Frankie Laine
  2. 1965 Se piangi, se ridi - couplé à The New Christy Minstrels
  3. 1966 Questa volta - couplé à The Yardbirds
  4. 1967 Canta ragazzina - couplé à Connie Francis
  5. 1969 Zingara - couplé à Iva Zanicchi
  6. 1970 Romantico blues - couplé à Gigliola Cinquetti
  7. 1972 Rimpianto
  8. 1980 Gelosia
  9. 1981 Non posso perderti
  10. 1982 Tu stai
  11. 1984 Ancora ti vorrei
  12. 2003 Non si cresce mai en duo avec Little Tony.

Discographie[modifier | modifier le code]

33 tours[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

Discographie étrangère[modifier | modifier le code]

45 tours - France[modifier | modifier le code]

33 tours - France[modifier | modifier le code]

CD[modifier | modifier le code]

  • : I Successi
  • 1996: XVe round.
  • : Du hast ja traenen in den (Allemagne)
  • : Una Lacrima Sul Viso'
  • : Greatest hits
  • 2005: That's amore (label Azzurra)
  • : Lets Swing
  • : Homemade Johnny Cash
  • : Canzoni romane
  • : Bobby Solo
  • : The Songs Of John Lee Hooker
  • : Christmas With Bobby Solo
  • 2006 : La Canzone Del Pelotto (Warner Chappell Music Italiana s.r.l.)
  • 2006 : La Canzone Dei Fans Del Pelotto(Warner Chappell Music Italiana s.r.l.)
  • 2006 : Canzoni Romane (Azzurra Music)
  • 2006 : Christmas With Bobby Solo (Azzurra Music)
  • 2009 : Easy Jazz Neapolitan Song Sifare Edizioni Musicali
  • 2009 : On The Road (Ariel, CD 008)
  • 2011 : Bobby Christmas (Sifare Edizioni Musicali)
  • 2014 : Muchacha (Montefeltro Edizioni Musicali)
  •  : Meravigliosa Vita[12]
  •  : Nuove canzoni italiane (Plaza Mayor Company).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Lucio Salvini, « Così è nato Bobby Solo, un sogno diventato realtà », sur quotidiano.net, (consulté le 30 décembre 2019).
  2. (it) Lucio Salvini, « Non erano solo canzonette », sur Google Books, (consulté le 8 avril 2017).
  3. (en) Joseph Murrells, The Book of Golden Discs 2e édition, Londres, Barrie and Jenkins Ltd, , 413 p. (ISBN 0-214-20512-6), p. 182–183
  4. (it) Marcello Giannotti, « L'enciclopedia di Sanremo », sur Google Books, (consulté le 8 avril 2017).
  5. Massimo Emanuelli, « 50 anni di storia della televisione attraverso la stampa settimanale », sur Google Books, (consulté le 8 avril 2017).
  6. a b et c (it) « Mio padre Bobby Solo », sur Archiviostorico.corriere.it (consulté le 9 septembre 2014)
  7. (it) « Chi sono i cinque figli di Bobby Solo », sur DiLei, WordPresscom, (consulté le 31 janvier 2019).
  8. a et b (it) « Solo, Bobby nell'Enciclopedia Treccani », sur treccani.it (consulté le 30 janvier 2019).
  9. (it) « Booby Solo una coreana per sposa », sur archiviostorico.corriere.it
  10. (it) « Bobby Solo papà », sur Oggi.it (consulté le 9 septembre 2014)
  11. Le disque a été retiré du commerce peu de temps après sa sortie car l'image de la pochette rappelait trop le paquet de cigarettes Marlboro
  12. (it) « Bobby Solo, per i 70 anni si regala « Meravigliosa vita » », sur Ansa.it

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]