Barrière d'Enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrière d'Enfer
Barrière d'Enfer, place Denfert-Rochereau, Paris 05.jpg

Les deux pavillons de la barrière d'Enfer.

Présentation
Type
Destination initiale
Barrière d'octroi
Destination actuelle
Entrée des catacombes de Paris
services de la voirie
Style
Architecte
Construction
Propriétaire
Ville de Paris
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La barrière d’Enfer est une ancienne barrière d'octroi de l'enceinte des Fermiers généraux installée sur l'emplacement de l'actuelle place Denfert-Rochereau à Paris, en France.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'appellation de cette barrière venait de la rue d'Enfer, qui débouchait là après avoir traversé le faubourg Saint-Jacques. Quelques historiens pensent qu'elle s'est appelée « rue d'Enfer » parce qu'elle a été « un lieu de débauches et de voleries ». D'autres croient que le nom est une modification de via inferior (ou voie inférieure), la rue Saint-Jacques par contre étant nommée via superior (ou voie supérieure)[3]. Selon Michel Roblin, il faut voir en ce nom, plutôt qu’une corruption de via inferior, un dérivé du surnom donné à une porte de l’enceinte de Philippe Auguste, la porte « en fer[4] ».

Historique[modifier | modifier le code]

Elle comporte deux pavillons néo-classiques construits par l'architecte Claude-Nicolas Ledoux en 1787, qui existent toujours. Ces bâtiments sont ornés de frises sculptées par Jean Guillaume Moitte[5] représentant des danseuses. Les pavillons sont une des quatre barrières restantes du mur des Fermiers généraux.

Les principales voies partant de la barrière d'Enfer étaient le boulevard d'Enfer (une partie de l'actuel boulevard Raspail), la rue d'Enfer (avenue Denfert-Rochereau, rue Henri-Barbusse et une partie du boulevard Saint-Michel) et le boulevard Saint-Jacques.

Le troisième tableau de l'opéra La Bohème, composé par Giacomo Puccini entre 1892 et 1895 et dont l'action se déroule dans le Paris de 1830, met en scène Mimi quittant la ville par la barrière d'Enfer pour se rendre dans une taverne située non loin de là.

En 1953, lors de la construction de l'autoroute A6, qui débute porte d'Orléans, à l'autre extrémité de l'avenue du Général-Leclerc, il a été envisagé de détruire les deux pavillons de la barrière d'Enfer pour ouvrir plus largement l'amorce de la voie rapide[6]. La préservation du patrimoine, soutenue par le Conseil municipal, l'a emporté.

Description[modifier | modifier le code]

La barrière est constituée de deux bâtiments identiques situés de part et d'autre de l'avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy, elle-même située dans l'axe des avenues Denfert-Rochereau et du Général-Leclerc :

C'est en commémoration de cette occupation de la barrière d'Enfer que la portion de la place Denfert-Rochereau entre les deux pavillons a été renommée « avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy » le 15 mars 2004[8], à l'occasion de la célébration du soixantième anniversaire de la libération de Paris.

Plaques de rues sur la barrière : renommage d'une partie de la place Denfert-Rochereau.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Barrière d'Enfer », notice no PA00086609, base Mérimée, ministère français de la Culture, France.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail, OpenStreetMap et Google Maps.
  3. Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et ses monuments, Paris, F. Lazare, 1844, p. 201.
  4. Alain Faure, « Paris au diable Vauvert, ou la Fosse aux lions », Histoire urbaine, 2000, vol. 2, no 2, p. 149-169. Voir aussi Michel Roblin, Quand Paris était à la campagne. Origines rurales et urbaines des 20 arrondissements, Paris, Picard, 1985, p. 88-89.
  5. Gisela Gramaccini, Jean-Guillaume Moitte (1746-1810): Leben und Werk, Berlin, Akademie Verlag, 1993, p. 44-45.
  6. Bulletin municipal officiel de la ville de Paris, 1er janvier 1954.
  7. « Le musée de la Libération va quitter Montparnasse », Les Échos, 7 décembre 2016.
  8. « Avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy », Nomenclature officielle des rues de Paris, ville de Paris (consulté le 17 septembre 2010).

Articles connexes[modifier | modifier le code]