Barrière Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrière Saint-Denis
Barrière de la Chapelle
Barrière Franciade
Destruction of barrier of St. Denis - July, 1830.jpg

Destruction de la Barrière de Saint-Denis en juillet 1830

Présentation
Destination initiale
Architecte
Localisation
Adresse

La barrière Saint-Denis (aussi nommée barrière de La Chapelle ou Barriere Franciade pendant la Révolution) est une ancienne barrière d'octroi de l'enceinte des Fermiers généraux située rive droite à Paris, en France, sur l'actuelle place de la Chapelle.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette barrière permet l'accès à Paris depuis la route de Saint-Denis : au nord, la grande rue de La Chapelle (actuelle rue Marx-Dormoy) et au sud la rue du Faubourg-Saint-Denis[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle s'appelait barrière Saint-Denis car elle conduisait à l'abbaye royale de Saint-Denis.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant 1784, on entrait par la clôture Saint-Denis qui était située à l'angle des actuelles rue du Faubourg-Saint-Denis et rue Lafayette.

Le bâtiment d'octroi, élevé par Claude-Nicolas Ledoux, était un bâtiment carré à 4 façades, avec attiques et couronnements qui contrôlait l'une des plus importante, et plus ancienne, voie de Paris.

A proximité de cette barrière les foires du Landy, dont la première avait été établie par le roi Dagobert Ier

La « barrière Saint-Denis » s'est également appelée « barrière de La Chapelle » du nom du village de La Chapelle voisin et barrière Franciade qui faisait suite à la rue de Franciade, la rue du Faubourg-Franciade qui allait à la ville de Franciade.

C'est par cette porte, le 3 mai en 1814, que venant du château du comte Potocki Louis XVIII fit son entrée solennelle dans Paris. Le peuple, contenu par les troupes, les gendarmes et les mouchards, qui s'était tenu tranquille, voyant le maréchal d'Empire Berthier caracoler côte à côte, cuisse à cuisse avec les royalistes comte d'Artois et duc de Berry, la population manifeste alors son mécontentement par des sifflets et des hurlements.
Le 8 juin 1815, c'est par cette même porte que Louis XVIII, sorti précipitamment de Paris, y rentrait pour la seconde fois, mais cette fois-ci sans aucun cérémonial.
Cet endroit était encore champêtre en 1816.

La barrière fut démolie en 1860.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]