Barrière d'Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Barrière de Fontainebleau)
Aller à : navigation, rechercher
Barrière d'Italie
Barrière d'Italie (Paris) 1819.jpg

La barrière d'Italie en 1819. Eau-forte aquarellée par Jean Louis Gaspard Bernardine Palaiseau.

Présentation
Destination initiale
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La barrière d'Italie, précédemment nommée barrière Mouffetard, barrière de Gobelins ou barrière de Fontainebleau, était une barrière d'octroi de l'enceinte des Fermiers généraux.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette barrière était installée sur l'emplacement de l'actuelle place d'Italie. Elle comportait un pavillon construit par Ledoux.

Les principales voies partant de la barrière d'Italie étaient la rue Mouffetard (avenue des Gobelins), le boulevard de l'Hôpital, la route de Fontainebleau (avenue d'Italie) et le boulevard des Gobelins (boulevard Auguste-Blanqui).

La barrière d'Italie était située à 400 mètres de la barrière d'Ivry située à l'Est et à 680 mètres de la barrière Croulebarbe située à l'Ouest.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La barrière de Fontainebleau prenait son nom parce que la route qui sortait de Paris par cette axe menait à Fontainebleau. Elle est également barrière d'Italie car c'était le chemin que prenait autrefois les chaises de poste pour se diriger vers ce pays et également barrière Mouffetard car elle servait de limite à la rue Mouffetard.

Elle était également appelée barrière de Gobelins en raison du voisinage de la manufacture de tapisserie des Gobelins, qui avait été fondée par Colbert et Louis XIV dans l'hôtel des Gobelins, qui était situé alors au milieu des aulnaies et des bois baignés par la Bièvre et qui appartenait au sieur Leleu conseiller au parlement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est par cette barrière que le 20 mars 1815 Napoléon Ier rentrait dans Paris, tandis qu'au même moment Louis XVIII en sortait par la barrière de Clichy.

Le 25 juin 1848, alors que l'insurrection était étouffée dans les autres quartiers de Paris, 2 500 insurgés tenaient encore bon à cette barrière. Le général Bréa de Ludre, qui avait pris le commandement exercé par le général Damesme, mortellement blessé lors des combats au Panthéon, vint reconnaitre les barricades à la tête de 2 bataillons d'infanterie de ligne, de 2 pièces d'artillerie et de détachements de gardes mobiles. Avant de canonner puis d'attaquer, il voulut parlementer et s'avança, avec son aide de camp deux chefs de bataillon du 24e de ligne et de la 12e légion de la garde nationale vers la principale barricade. Si les chefs de bataillon purent s'échapper, le général Bréa de Ludre et son aide de camp furent fusillés par les insurgés[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  • Les ouvrages cités en bibliographie
  1. Histoire anecdotique des barrières de Paris par Alfred Delvau page 229