Porte du Chaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porte du Chaume
(ou « poterne du Chaume »
ou « poterne du Braque »)
Plan de Paris vers 1530 Braun porte de Chaume et autres.jpg

La porte du Chaume, au centre, entourée par la poterne Barbette (en haut) et la porte du Temple (en bas) (plan de Braun et Hogenberg, vers 1530).

Présentation
Type
Entrée de Paris
Construction
1288
Démolition
1535
Hauteur
env. 15 ?
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La porte du Chaume (ou « poterne du Temple » (1313) ou « poterne du (de ?) Braque » (1350) ou encore « poterne du Chaume[1] ») est une ancienne porte aujourd'hui disparue de l'[[enceinte de Philippe-Auguste],] qui se situerait de nos jours à l'intersection de la rue des Archives et de la rue des Francs-Bourgeois. Percée pratiquement un siècle après les portes initiales, elle fut détruite sous le règne de François Ier car elle gênait la circulation dans Paris.

Historique et description[modifier | modifier le code]

Cette porte appelée aussi « poterne » fait partie des cinq portes surnuméraires de la rive droite de la Seine ouvertes au XIIIe siècle, et plus spécifiquement en 1288[1] pour la porte du Chaume, sous le règne de Philippe le Bel[2],[3],[4].

Le tracé de l'enceinte, entre la rue du Temple (porte du Temple) et la rue des Archives (porte de Chaume).

La porte du Chaume était comprise entre la porte du Temple et la poterne Barbette. Elle se trouvait à l'extrémité de la rue du Chaume, une ancienne rue incorporée de nos jours à la rue des Archives[5],[6], à un emplacement qui se situerait aujourd'hui à proximité du carrefour de la rue des Archives et des rues des Francs-Bourgeois et Rambuteau (no 54 de la rue des Archives[2],[1]). Lors des travaux de 2013 à 2015, rue Rambuteau, la ville de Paris a matérialisé sur la chaussée et les trottoirs la position de l'enceinte de Philippe-Auguste à cet endroit ; elle a également posé une plaque murale (no 6, rue Rambuteau) rappelant le tracé de cette enceinte ainsi que la position des portes du Chaume et Sainte-Avoie (ou du Temple), respectivement rue des Archives et rue du Temple.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La tour Alvart, dont une partie est encore visible de nos jours dans une cour du Crédit municipal de Paris, faisait partie pour certains de cette porte. Mais il est plus vraisemblable qu'elle n'était en réalité que la tour orientale la plus proche de l'enceinte de Philippe-Auguste.

Le premier nom de cette porte ou poterne, « du Temple », évoque la proximité de la maison du Temple située à peu de distance au-delà de l'enceinte. Le deuxième, celui « de Braque », a pour origine le nom d'une famille propriétaire de terrains dans le quartier[7]. On le retrouve également dans le nom d'une rue voisine, la rue de Braque. Quant au toponyme « du Chaume », les historiens semblent perplexes et aucune explication décisive n'existe à ce jour même si l'historien des rues de Paris, Jacques Hillairet, évoque comme explication « une ancienne maison couverte de chaume[6] ».

À l'instar de nombreuses autres portes de l'enceinte de Philippe-Auguste, elle fut détruite sous le règne de François Ier, dans les années 1530 — certains évoquent 1535[8],[1] —, car elle gênait la circulation à l'intérieur de Paris. Les plans historiques de la ville permettent de le constater : le plan de Braun et Hogenberg représentant le Paris de 1530 (bien qu'édité en 1572) la mentionne alors que sur le plan de Truschet et Hoyau, datant de 1552, soit seulement vingt-deux ans plus tard, elle a disparu.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t .1, p. 104.
  2. a et b Paris évolutionnaire.
  3. « La tribune d'Adonis, partage d’expériences, le programme Alpage, analyse diachronique de l’espace parisien. Approche géomatique », La Lettre de I’INSHS, 2012, p. 23, ici
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, F. Lazare, 1844-1849, p. 131.
  5. Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (1re éd. 1844) (notice BnF no FRBNF32357628, lire en ligne), p. 131-132.
  6. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 1, p. 102.
  7. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 1, p. 238.
  8. Paris révolutionnaire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :