Tour Barbeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour Barbeau
Tour Barbeau et la Tournelle sur un plan de Braun (1574).jpg
La tour sur un plan de Braun de 1574.
Présentation
Type
Tour d'enceinte
Construction
Environ 1209
Démolition
XVIIe siècle
Hauteur
Environ 25
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

La tour Barbeau était une des principales tours de l'ancienne enceinte de Philippe Auguste de Paris, construite entre 1190 et 1209.

Les tours du coin de l'enceinte de Philippe Auguste[modifier | modifier le code]

Panneau Histoire de Paris
« La Tour Barbeau »

L'enceinte de Philippe Auguste comportait quatre tours importantes pour protéger la ville contre des attaques venant de la Seine. Deux en aval donc à l'ouest, les plus fortes en cas d'attaque venant de la Normandie[1] :

Deux en amont, donc à l'est :

La nuit, des chaînes posées sur des bateaux installés au milieu du fleuve reliaient les deux tours et empêchaient des incursions à partir du fleuve, comme l'incursion viking de 885-887.

La tour Barbeau[modifier | modifier le code]

La tour Barbeau sur le plan de Truschet et Hoyau (vers 1550) avec des vestiges de l'enceinte de Charles V.

Elle était située à l'emplacement actuel du 32, quai des Célestins[2],[3].

Comme les autres tours du coin de l'enceinte, elle faisait 25 m de haut et 10 m de diamètre.

La tour n'existe plus en 1609 (plan de Vassalieu, 1609).
No 32, quai des Célestins : borne de Paris signalant l'emplacement de cette ancienne tour.

Elle était reliée à la tour Loriaux, située dans une île du même nom (aujourd'hui disparue) au milieu du fleuve, et elle-même reliée au château de la Tournelle, sur la rive gauche, par des chaînes qui reposaient sur des radeaux amarrés à des pieux profondément enfoncés dans le fleuve[2],[3].

Lorsque Charles V décide au XIVe siècle la construction de nouveaux remparts extérieurs afin d’assurer la sécurité des quartiers neufs de la ville marchande, dont l’expansion économique et démographique avait été rapide, la tour Barbeau est restaurée et en constitue l’appui[2].

Au XVIe siècle, le jeu de paume de la Croix-Noire s’établit à cet endroit, adossé au soubassement de la muraille. Molière à ses débuts y installe son illustre théâtre de décembre 1644 à août 1645[2],[3].

Devenue inutile, elle est détruite au XVIIe siècle. De nos jours, une borne de Paris sise au 32, quai des Célestins en rappelle l'existence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'enceinte de Philippe Auguste vers 1300 », paris-atlas-historique.fr (consulté le 6 mars 2019).
  2. a b c et d « Parcours Philippe Auguste Rive gauche », www.paristoric.com (consulté le 6 mars 2019).
  3. a b et c J. Hillairet, Connaissance du vieux Paris, t. 1, 75006 Paris, Éditions Princesse, , 377 p. (ISBN 2-85961-019-7), p. 75.

Sur les autres projets Wikimedia :