Porte du Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Porte du Temple
XIIIe siècle
Plan de Paris vers 1550 porte du Temple.jpg
Présentation
Type
Porte de ville, bâtiment détruit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
1280
Démolition
vers 1535
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

La porte du Temple, était une des portes de Paris. Deux portes ont successivement portées ce nom, la plus ancienne franchissait l'enceinte de Philippe Auguste, la seconde celle de Charles V : elles sont aujourd'hui toutes deux disparues.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom car elle menait à l'enclos des Templiers qui se trouvait alors hors des murs.

Historique[modifier | modifier le code]

La porte du XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enceinte de Philippe Auguste.
Porte du Temple (en bas et à gauche) sur la « Grande rue du tample », vers 1530 (plan de Braun et Hogenberg).
Le tracé de l'enceinte, entre la rue du Temple (porte du Temple) et la rue des Archives (porte de Chaume).

En 1190, Philippe Auguste ordonne la construction d'une nouvelle enceinte pour protéger sa capitale : la portion sur la rive droite fut construite jusqu'en 1210. Une dizaine de portes permettait les communications avec la campagne, toutes semblables avec une ouverture ogivale fermée par deux vantaux en bois et deux herses, encadré par deux tours.

En 1280, une nouvelle porte est percée dans l'axe de l'actuelle rue du Temple (à hauteur des nos 69-71 et nos 60-62 : 48° 52′ 01″ N, 2° 21′ 44″ E), qui prit le nom de « porte du Temple » (car menant à l'enclos des Templiers qui se trouvait alors hors des murs) ou « porte Sainte-Avoie » (du nom du couvent tout proche des religieuses de sainte Avoie).
Cette première porte a été démolie vers 1535[1],[2].

La porte du XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Porte du Temple
XIVe siècle
Présentation
Type
Construction
vers 1380
Démolition
vers 1678
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Article détaillé : Enceinte de Charles V.
Porte du Temple sur le plan de Truschet et Hoyau (c.1550)

Charles V, en 1356, ordonna l'édification d'une nouvelle muraille, qui remplaça sur la rive droite l'enceinte de Philippe Auguste. Seules six portes furent créées pour permettre le contrôle de l'accès à la capitale.

La nouvelle porte du Temple était située au débouché des actuelles rue Meslay (anciennement « rue du Rempart » ; la porte se situait au niveau du no 2) et rue du Temple (entre les nos 178 et 207)[3],[4]. 48° 52′ 01″ N, 2° 21′ 44″ E

Construite aux environs de 1380, elle fut remaniée en 1460 puis incorporé à l'extrémité nord-ouest d'un bastion à partir de 1558 (les travaux du bastion no 8 ne furent jamais terminées, il ne fut jamais recouvert de maçonnerie)[5].
La porte était protégée par un fossé très large, franchit par un pont[6].

La porte resta fermée durant les guerres de religion et jusqu'en 1606.
La porte fut démolie aux environs de 1678 lors de la construction du « Nouveau-Cours » (les grands boulevards actuels)[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Renaud Gagneux et Denis Prouvost, Sur les traces des enceintes de Paris : promenade au long des murs disparus, Paris, éditions Parigramme, , 246 p. (ISBN 2-84096-322-1), p. 37.
  2. L'enceinte de Philippe Auguste vers 1300 sur paris-atlas-historique.fr
  3. Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet
  4. L'enceinte de Charles V vers 1450 sur paris-atlas-historique.fr
  5. Renaud Gagneux et Denis Prouvost, op. cit., p. 90-112.
  6. Le bastion et son fossé correspondent à l'actuelle place de la République.
  7. Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris : rive droite, rive gauche, les îles & les villages, Paris, éditions Payot & Rivages, (1re éd. 1956), 377-299-255 p., 3 t. en 1 vol.  (ISBN 978-2-86930-648-6), p. 149.