Hôtel Thellusson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Thellusson
(ou de Thélusson)
Image illustrative de l'article Hôtel Thellusson
L'hôtel de Thellusson.
Dessin de Jean-Baptiste Lallemand.
Période ou style néoclassique
Type hôtel particulier
Architecte Claude-Nicolas Ledoux
Fin construction 1778
Destination initiale habitation
Destination actuelle détruit en 1826
Coordonnées 48° 52′ 28,85″ nord, 2° 20′ 17,75″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Commune Paris (9e arrondissement)

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Hôtel Thellusson(ou de Thélusson)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hôtel Thellusson(ou de Thélusson)

L'hôtel Thellusson (ou hôtel Thélusson) était un luxueux hôtel particulier construit en 1778 par Claude-Nicolas Ledoux pour Marie-Jeanne Girardot de Vermenoux (1736-1781), veuve du banquier genevois Georges-Tobie de Thellusson (1728-1776), actionnaire de la Banque Girardot[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le portail d'entrée.

Ce grand hôtel de style néo-palladien, avec partie centrale « en rotonde » inscrite entre deux gros pavillons symétriques et colonnade en demi-lune, se trouvait à l'époque 30, rue de Provence, dans un jardin paysager entre la rue de Provence et la rue de la Victoire.

L'hôtel Thélusson, reconstitution en 3D.

Il ouvrait sur la rue de Provence par un gigantesque portail en forme d'arc de triomphe antique de « style Médicis », dans l'axe de la rue Laffitte (à l'époque rue d'Artois) visible depuis le boulevard.

Les voitures pénétraient jusqu'à l'intérieur de l'hôtel dans un passage circulaire et le salon central, également circulaire, avait en son centre un rocher qu'enveloppait une colonnade ; il existait aussi une sortie rue de la Victoire.

Révolution et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Entrée de l'hôtel particulier en 1786 (B.N.F.)

Après la mort en 1781 de la commanditaire de l'hôtel, son fils aîné, Jean-Isaac de Thellusson de Sorcy (1764-1828) en fait achever la construction.

De nationalité suisse, les Thellusson gardent la nue-propriété de l'hôtel pendant la Révolution mais n'en récupèrent la jouissance qu'en 1797.

Après le 9-Thermidor, l'hôtel accueille un bal des victimes réservé aux personnes dont un proche parent a été guillotiné.

En 1802, Jean-Isaac de Thellusson vend l'hôtel au prince Joachim Murat, qui l’échangera en 1807 avec Napoléon Bonaparte contre l'hôtel de l'Élysée (qui sera renommé palais de l'Élysée) et un million de francs.

Napoléon Bonaparte offre l'hôtel au tsar Alexandre Ier qui y réside en 1818 après en avoir fait l'ambassade de Russie en France. Charles-André Pozzo di Borgo, conseiller du tsar, y donne alors des bals prestigieux.

Destruction[modifier | modifier le code]

L'hôtel est détruit en 1826 quand la rue Laffitte est prolongée jusqu'à la rue de la Victoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du Patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994, p. 405

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. G. Legrand, Description de Paris et de ses édifices, Paris, 1818, [lire en ligne], p. 201
  • Gabriel Girod de l’Ain, Les Thellusson, Histoire d’une famille du XIVe siècle à nos jours. Hérissey, Evreux 1977.
  • Louis-Mayeul Chaudon, Antoine-François Delandine, Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique, Paris 1810.
  • Émile Rivoire, Bibliographie historique de Genève au XVIIIe siècle, Genf, 1897.
  • Herbert Lüthy, La banque protestante en France, Paris, 1959-1961.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]