Marc Bécam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marc Bécam
Illustration.
Fonctions
Maire de Quimper

(11 ans, 11 mois et 26 jours)
Élection 20 mars 1977
Réélection 13 mars 1983
Prédécesseur Jean Lemeunier
Successeur Bernard Poignant
Conseil général du Finistère
Élu dans le canton de Quimper-1

(15 ans)
Président André Colin (1973-1978)
Louis Orvoën (1978-1988)
Sénateur français

(5 ans et 6 mois)
Élection 28 septembre 1980
Circonscription Finistère
Groupe politique RPR
Prédécesseur François Prigent
Successeur Alain Gérard
Secrétaire d'État chargé des Collectivités locales

(2 ans, 5 mois et 26 jours)
Président Valery Giscard d'Estaing
Gouvernement Barre II et III
Prédécesseur poste créé
Successeur poste supprimé
Député français

(8 ans, 8 mois et 14 jours)
Réélection 11 mars 1973
19 mars 1978
Circonscription 1re du Finistère
Législature IVe, Ve et VIe (Cinquième République)
Groupe politique UDVe (1967-1968)
UDR (1969-1977)
RPR (1980-1986)
Prédécesseur Edmond Michelet
Successeur Jacques Guinebretière
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Martin-des-Champs (France)
Date de décès (à 89 ans)
Lieu de décès Quimper (France)
Nationalité Française
Résidence Finistère

Marc Bécam, né le à Saint-Martin-des-Champs (Finistère) et mort le à Quimper[1], est un ingénieur et syndicaliste agricole puis homme politique français. Principalement connu comme maire de Quimper, il marque la vie politique du département du Finistère pendant trois décennies, du début des années 1960 à la fin des années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'ingénieur, élevé dans la religion catholique, il fait des études d’ingénieur agricole et commence sa carrière professionnelle comme technicien à la FDSEA du Finistère et en sera le directeur au moment de la prise de la préfecture de Morlaix lors de la révolte des paysans bretons en 1961[2].

Il se lance en politique à la fin des années 1960 en se faisant élire député de la première circonscription du Finistère, puis au fil des années devient conseiller général, maire de Quimper, Secrétaire d'État chargé des Collectivités locales et sénateur.

Gaulliste proche de l'UDR puis du RPR, mais sans y adhérer, Marc Bécam marque son indépendance en s’affranchissant des clivages gauche/droite. Il vote la loi Veil, est favorable à l’abolition de la peine de mort et dans ses mandats de maire se montre proche des milieux culturels[3].

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

  • Député du Finistère en 1967 et 1968, de 1969 à 1977 et de 1986 à 1988
  • Sénateur du Finistère de 1980 à 1986
  • Secrétaire d'État aux Collectivités locales du au

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ancien maire de Quimper Marc Bécam est mort », sur France Bleu, (consulté le 22 avril 2021)
  2. Emmanuel Laurentin, « Juin 1961 : la révolte des paysans bretons », sur France culture, (consulté le 21 novembre 2020)
  3. Lucile Vanweydeveldt, « ENTRETIEN. Homme fort du Finistère, « Marc Bécam est un témoin du XXe siècle » », sur Ouest-France, (consulté le 21 novembre 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Gouerou, Marc Bécam : l'Homme politique qui rêvait d'être chef d'orchertre, maire de Quimper de 1977 à 1989, Édition à compte d'auteur, , 174 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]