Algolsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Algolsheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Algolsheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Ensisheim
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Brisach
Maire
Mandat
André Sieber
2014-2020
Code postal 68600
Code commune 68001
Démographie
Gentilé Algolsheimoi(se)
Population
municipale
1 172 hab. (2012)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 24″ N 7° 33′ 33″ E / 48.0066666667, 7.5591748° 00′ 24″ Nord 7° 33′ 33″ Est / 48.0066666667, 7.55917  
Altitude Min. 190 m – Max. 199 m
Superficie 7,215 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Algolsheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Algolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Algolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Algolsheim
Liens
Site web Site Algolsheim

Algolsheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune alsacienne se trouve dans le Haut-Rhin (68) à quelques kilomètres de Neuf-Brisach. Situé à 2 km de la frontière avec l'Allemagne, Algolsheim compte un bon nombre de résidents allemands, ce qui a considérablement fait augmenter son nombre d'habitants ces dernières années. Algolsheim fait partie du canton d'Ensisheim et de l'arrondissement de Colmar.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Thierlachgraben (petit ruisseau).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1196, le village est mentionné sous le nom d'Altolvisherde. De 1324 jusqu'à la Révolution, la commune fait partie des biens des comtes de Wurtemberg. Entre 1870 et 1875, plusieurs tombes de bronze sont trouvées sur le territoire de la commune. Ce village porte ensuite le nom de Alt-Olsheim. Il doit son nom actuel à la facilité avec laquelle il pouvait être confondu avec celui d'Andolsheim. Le bourg comporte une église catholique, un temple protestant depuis 1864, ainsi qu'une chapelle mennonite inaugurée en 1977. L'agriculture, principale activité d'Algolsheim, modernisée, se maintient à un bon niveau, malgré la raréfaction des exploitants. Plus de la moitié des habitants de la commune travaille dans les proches centres industriels des bords du Rhin. La construction de nouveaux lotissements a entraîné un accroissement démographique du village. Algolsheim possède un riche patrimoine naturel, puisque la forêt rhénane et l'île du Rhin se trouvent à proximité.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Algolsheim

Les armes d'Algolsheim se blasonnent ainsi :
« D'or au chevron haussé d'azur, soutenu d'un lion de sable. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours André Sieber SE Ancien conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 172 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
268 290 312 326 373 382 405 416 420
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
428 430 416 423 388 396 344 315 323
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350 339 343 336 321 309 300 291 302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
315 312 404 495 671 982 1 065 1 063 1 122
2012 - - - - - - - -
1 172 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul[modifier | modifier le code]

Un curé est nommé dans la paroisse en 1256 et l'église au chœur de style roman est citée dès 1302. La paroisse fait partie du chapitre rural Citra Rhenum de l'évêché de Bâle. Le patronat appartient aux comtes de Wurtemberg, qui introduisent la Réforme en 1534-1539. Mais l'église, n'ayant pas de pasteur, reste succursale de Volgelsheim. Plus tard, Algolsheim devient paroisse et Volgelsheim succursale. Le Simultaneum est introduit par le gouvernement français et le chœur de l'église rendu aux catholiques en 1687, qui restent néanmoins dans la dépendance de la paroisse d'Obersaasheim. Les protestants dépendent à un moment de Kunheim, à un autre de Wolfgantzen. Une nouvelle église, qui récupère l'ancien chœur sous le clocher, est construite en 1760-1765. En 1769, les protestants vont à l'église de Volgelsheim. Une nouvelle église protestante bâtie en 1866 est agrandie en 1903.

Ancienne horloge d'Urbain Adam[modifier | modifier le code]

L'ancienne horloge de l'église a été construite par Urbain Adam en 1867. Elle a été en fonction jusque dans les années 1990 et était remontée chaque jour. En 2007, deux habitants du village ont restauré le rouage de mouvement et il est exposé dans un hall de la mairie[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Banque du Blason du Haut-Rhin
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  4. DNA du 3 juin 2007.