Logelheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logelheim
Logelheim, Président .jpg
Blason de Logelheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Intercommunalité Communauté de communes Pays Rhin-Brisach
Maire
Mandat
Joseph Kammerer
2020-2026
Code postal 68280
Code commune 68189
Démographie
Population
municipale
837 hab. (2018 en augmentation de 0,12 % par rapport à 2013)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 20″ nord, 7° 24′ 31″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 197 m
Superficie 4,33 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Colmar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ensisheim
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Logelheim
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Logelheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Logelheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Logelheim

Logelheim [logəlaɪm] est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Il y est organisé la fête celtique le dernier week-end du mois de juillet, jusqu'en 2011, dernière année où elle s'est déroulée, ainsi qu'une fête du potiron, fin octobre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Logelheim se situe à côté de l'Ill dans la plaine céréalière alsacienne et à 7 km de Colmar.
Il y a de grandes exploitations agricoles, ainsi que des élevages de volailles et de porcins.

Communes limitrophes de Logelheim
Sundhoffen
Sainte-Croix-en-Plaine Logelheim Appenwihr
Hettenschlag

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Logelheim est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Colmar, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (88,5 %), zones urbanisées (11,2 %), forêts (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • On évoque le village sous le nom de Lageln en l'an 770 avec le premier duc d'Alsace, Bonifacius Gandius.
  • Vers 1025, Logelheim devient une possession des Landgraffs de Habsbourg.
  • En 1224, l'abbaye d'Ebermunster est dépossédée de ses droits sur Logelheim au profit des couvents de Masevaux et Sainte-Croix-en-Plaine.
  • En 1444, les Armagnacs détruisent le village.
  • De 1500 à 1546, Logelheim se développe, les premières digues de l'Ill sont mises en place.
  • En 1563, la seigneurie de Hohlandsbourg dont Logelheim fait partie est vendue au chevalier Lazare de Schwendi.
  • De 1621 à 1640, Le village est détruit par différents envahisseurs.
  • Après la Révolution, le premier conseil municipal a élu M. François Antoine Roth au poste de Maire.
  • En 1797, Logelheim perd 200 hectares de terres qui furent répartis entre Hettenschlag et Weckolsheim vu l'absence de ses représentants lors des répartitions.
  • En 1800, Logelheim dénombrait 251 habitants et 476 en 1850.
  • En 1997, le recensement indique 567 habitants ; la commune possède un patrimoine de 400 ha de terres et a rejoint le SIVOM Pays de Brisach.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Logelheim

Les armes de Logelheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à l'anse de tonnelet ouverte de gueules. »[8]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires :

  • Bellicam Gervais (père) : 1884 - 1908
  • Bellicam Gervais (fils) : 1908 - 1919
  • Bellicam Armand : 1919 - 1929
  • Bellicam Alphonse : 1929 - 1945
  • Heinrich Antoine : 1945 - 1963
  • Mann Lucien : 1963 - 1971
  • Heinrich François : 1971 - 1995
  • Haenn Léonard  : 1995 - 2006
  • Olry Jacques : 2006 - 2014
  • Kammerer Joseph (LR) : depuis 2014 (Réélu pour le mandat 2020-2026 [9]
    Conseiller départemental depuis 2021

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 837 habitants[Note 3], en augmentation de 0,12 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252250270300363423421433409
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
404411403397381392382371333
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
344342334312304317299288299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
312301385395406585762835832
2018 - - - - - - - -
837--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice.
La nouvelle mairie.
  • Fermes anciennes, l'une avec pigeonnier XVIe.
  • Église Saint-Maurice, 1re moitié XIXe.
  • Clocher ancien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fêtes et Animations[modifier | modifier le code]

15e fête du potiron en 2011.
  • La fête nationale - grand bal populaire la nuit du , organisé par l'association « Kumpelnascht ».
  • La fête celtique (dernier samedi de juillet) jusqu'en 2011[14].
  • La kermesse paroissiale (en août).
  • La fête du potiron tous les deux ans (années impaires en octobre)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Colmar », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Archives Départementales du Haut-Rhin
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Site de la fête celtique
  15. « Site de la fête du potiron »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Muller, Logelheim 1644-1793 : Relevé de 397 mariages, 1595 baptêmes, 4 conversions, 833 sépultures, 595 confirmations, Cercle généalogique d'Alsace, Mulhouse, 1994, 85 p.
  • Louis Schlaefli, « Notes pour servir à une histoire ecclésiastique de Logelheim », in Annuaire de la Société d'histoire de la Hardt et du Ried, 1997, no 10, p. 39-60

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :