Andolsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andolsheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Andolsheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Andolsheim
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Ried Brun
Maire
Mandat
Christian Rebert
2008 - 2014
Code postal 68280
Code commune 68007
Démographie
Gentilé Andolsheimois, Andolsheimoises
Population
municipale
2 232 hab. (2011)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 47″ N 7° 25′ 04″ E / 48.0630555556, 7.41777777778 ()48° 03′ 47″ Nord 7° 25′ 04″ Est / 48.0630555556, 7.41777777778 ()  
Altitude Min. 185 m – Max. 192 m
Superficie 11,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Andolsheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Andolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andolsheim

Andolsheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Andolsheimois et les Andolsheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Andolsheim fait partie du canton d'Andolsheim et de l'arrondissement de Colmar. Il est limité par les cantons de Neuf-Brisach, de Colmar et de Ribeauvillé. À l'est, il est borné par le Rhin et au nord par le département du Bas-Rhin. Le village est arrosé par l'Ill et la Blind. Cette dernière reçoit les eaux du canal de Widensolen. Le village est traversé à l'est par le Canal du Rhône au Rhin.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé entre 693 et 710, Andolsheim est mentionné pour la première fois en 767 sous le nom d'Ansulfisheim. Le village tient son nom d'Ansoal, abbé de Munster, qui devint plus tard évêque de Strasbourg. Le , Waldrade remet à son frère l'abbé Fulrad la villa d'Ansulsisheim que celui-ci rattache au prieuré de Lièpvre qu'il vient de fonder[1]. Le village est environné de riches terres alluviales. En 870, l'Alsace passe sous le contrôle du roi de Germanie par le traité de Meerssen conclu entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, et devient ainsi le centre de la civilisation rhénane. Au XIIe siècle, la région d'Andolsheim échappe à la domination des Habsbourg en devenant la propriété des seigneurs de Horbourg. Sigefroi d'Andolsheim paraît en 1187, comme témoin d'une donation du comte Louis de Ferrette en faveur de l'abbaye de Pairis. Au XIIIe siècle, la moitié du village dépend du Mundat de Rouffach. La bourgade change de main en 1324 et passe aux comtes de Wurtemberg, puissante famille issue du duché de Souabe en 1135 et qui règne sur les terres du sud-ouest de l'Allemagne. Les ducs en 1495, embrassent la Réforme qui à partir de 1535 gagne peu à peu une population de tradition catholique à la religion protestante. En 1648, Louis XIV s'empare des terres des Habsbourg par les traités de Westphalie mais le comté de Horbourg, indépendant, en reste exclu. Ce n'est que partie remise puisqu'en 1678, Louis XIV décide par le traité de Nimègue d'accentuer la politique de réunion de l'Alsace à la France, et en 1680, un arrêt rattache Andolsheim à la couronne de la France. Les intendants du roi ont alors le souci de restaurer la religion catholique. Ils prononcent le simultaneum en 1687. L'église d'Andolsheim est désormais consacrée au culte catholique et au culte protestant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Andolsheim

Les armes d'Andolsheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à la ramure de cerf de sable chevillé à senestre de quatre pièces, posé en pal, soutenue en pointe d'une étoile à cinq rais de même. »[2]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Christian Rebert    
Les données manquantes sont à compléter.

Andolsheim est chef-lieu du canton d'Andolsheim.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 232 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660 724 811 970 1 046 1 089 1 092 1 084 1 126
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 064 1 039 1 016 970 937 935 886 838 754
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
747 734 730 692 698 718 717 645 680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
751 871 1 088 1 262 1 565 1 985 2 227 2 238 2 202
2011 - - - - - - - -
2 232 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Église luthérienne[5],[6] : la Réforme luthérienne est introduite par les ducs de Wurtemberg en 1538. L'église prend le vocable saint Georges au moment de l'adoption du simultaneum en 1687. Le simultaneum est interrompu après la construction de l'église catholique en 1883.
    La tour-chœur date du XIIIe siècle. La nef est construite vers 1650. Le portail occidental est daté de 1737. La façade est remaniée en 1838. Une restauration intérieure est faite en 1985.
  • Église catholique Saint-Georges[7] : elle a été construite entre 1882 et 1883 pour supprimer le simultaneum.
  • Mairie[8] : elle a été construite au XIXe siècle et remaniée après 1950.

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les lignes et arrêts suivants :

Parcours Arrêts dans la commune
9 Sundhoffen Centre – Horbourg-Wihr Place du 1er février - Fortschwihr Etangs Cosaques, Andolsheim Centre, Andolsheim Primevères, Allée des Peupliers
21 Andolsheim Centre – Vauban - Théâtre - Gare Cosaques, Andolsheim Centre, Andolsheim Primevères

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]