Livre des cavernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livre des cavernes
Image illustrative de l'article Livre des cavernes
Le livre des cavernes, tel que représenté dans la tombe de Ramsès VI, KV9 (chambre E, mur de droite).

Genre littérature funéraire
Version originale
Langue originale Égyptien ancien
Pays d'origine Égypte antique
Lieu de parution original Égypte
Version française
Traducteur Alexandre Piankoff
Date de parution Nouvel Empire égyptien à la dynastie des Ptolémées

Le livre des cavernes ou livre des Quererts est un important texte funéraire de l'Égypte antique datant du Nouvel Empire[1].

Comme pour les autres textes funéraires, il est attesté dans les tombes des rois pour accompagner le défunt. Il décrit le voyage du dieu soleil à travers les six cavernes des enfers. En particulier, sur les relations entre le dieu soleil et les habitants des enfers : les récompenses données aux justes et les punitions des ennemis de l'ordre du monde, ceux qui ont échoué lors de leur jugement dans l'Au-delà.

Le livre des cavernes est l'une des sources d'information sur le concept d'enfer des anciens égyptiens[2].

Contenu[modifier | modifier le code]

Comme ses prédécesseurs, le livre des cavernes décrit le voyage du dieu soleil , de l'horizon occidental à l'horizon oriental, à travers le monde souterrain, les créatures divines qu'il rencontre et ses interactions avec elles. Les points importants de son voyage sont :

  • la caverne des décédés « justes », désormais créatures divines (1er et 2e tableaux) ;
  • la caverne des deux corps divins d'Osiris et du dieu soleil (3e tableau) ;
  • la sortie du monde souterrain dans le soleil levant (tableau final)

Durant ce voyage, le dieu soleil traverse aussi les cavernes de l'Enfer, dans lequel les ennemies de l'ordre du monde (ennemies de Rê et d' Osiris) sont détruits.

Le livre des cavernes donne aussi quelques indications sur la structure topographique imaginaire de l'Au-delà[n 1].

Structure[modifier | modifier le code]

Le livre des cavernes n'est pas le nom que lui donnaient les anciens égyptiens. Il ne divise pas la nuit en heures comme le font d'autres textes funéraires[3]. En fait, le livre contient sept tableaux comprenant environ 80 scènes différentes. Ces sept tableaux sont répartis en deux groupes de trois tableaux plus un tableau final[4].

Schéma du livre des cavernes

Le livre des cavernes est plus littéraire que les autres livres funéraires du Nouvel Empire égyptien, comme le Livre de l'Amdouat ou le Livre des portes. Il comporte moins de dessins que les autres livres et beaucoup plus de textes[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Le livre des cavernes a son origine au XIIIe siècle avant notre ère, pendant la période ramesside[6].

La plus ancienne représentation du livre se trouve dans l'Osiréion à Abydos[1]. Elle est découverte par les archéologues William Matthew Flinders Petrie et Margaret Alice Murray qui fouillent le site de 1902 à 1903. Cette version presque complète est endommagée sur son registre supérieur. Elle est visible dans l'entrée, sur le mur gauche, face au livre des portes[2].

Ramsès IV est le premier à utiliser le livre des cavernes dans sa tombe KV2, dans la vallée des rois.

La première (et dernière) version complète utilisée dans la vallée des rois se trouve dans KV9, tombe de Ramsès VI. Comme dans l'Osiréion, elle est face au livre des portes dans l'entrée de la tombe. Les passages du livre sont écrits sur tous les murs du tombeau le couvrant entièrement[2],[7].

En 2013, treize textes du livre des cavernes sont répertoriées[8] :

Site Localisation Texte Époque
Osiréion dans le temple d'Osiris à Abydos Corridor Complet Fin du XIIIe siècle
KV2, tombe de Ramsès IV [1] 3e couloir, annexe 1er et 2e tableaux Milieu du XIIe siècle
KV9, tombe de Ramsès VI [2] Partie supérieure de la tombe Presque complet Milieu du XIIe siècle
KV1, tombe de Ramsès VII [3] 1er couloir 1er tableau Deuxième partie du XIIe siècle
KV6, tombe de Ramsès IX [4] 1er et 2e couloir, chambre du sarcophage 1er au 5e tableaux Fin du XIIe siècle
Papyrus funéraire de la reine Nedjemet [5] British Museum et Musée du Louvre 1er, 2e, 4e, et 7e tableaux Milieu du XIe siècle
Le phylactère du scribe Boutehamon[9] Musée égyptologique de Turin Une scène Milieu du XIe siècle
Cartonnage de momie Musée du Louvre Une scène Probablement Ier millénaire
TT34, tombe de Montouemhat, « maire de Thèbes » Désormais largement détruit, mais probablement complet Deuxième partie du VIIe siècle
TT33, tombe de Padiamenopé, « prophète et chef des prêtres-lecteurs » Chambres et corridors XVIIXIX Complet Deuxième partie du VIIe siècle
Blocs de l'Île de Roda 1er et 2e tableaux Probablement Ier millénaire av. J.-C.
Sarcophage du général Padi-Iset [6] Couvercle Une scène IVe siècle
Sarcophage de Tjihorpto Surface extérieure; couvercle 1er, 2e, 5e, et 6e tableaux IVe siècle


Traduction[modifier | modifier le code]

La première traduction d'extraits du livre des cavernes est celle Ippolito Rosellini en 1836, dans la tombe de Ramsès VI. Ultérieurement, Jean-François Champollion fait lui aussi quelques traductions du livre de cette tombe[7].

Néanmoins, les savants ne s'intéressent plus au livre avant le siècle suivant quand une deuxième version du livre, complète, est découverte dans l'Osiréion. En 1933, Henri Frankfort, avec l'aide de Adriaan de Buck, publie la première traduction complète du livre basé sur le texte de l'Osiréion[2].

Entre 1942 et 1945, Alexandre Piankoff publie une traduction française. En 1972, une version allemande est publiée par Erik Hornung[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La théologie du livre des cavernes et sa topographie imaginaire font l'objet de recherches par Daniel Werning Topoi. - Représentation schématique du monde de l'Au-dela dans l'Égypte ancienne, Berlin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hornung (1999), p. 83.
  2. a, b, c et d Ellison, The Book of Caverns
  3. Hornung (1999), p. 84
  4. Werning (2011), vol. I, p. 5-8.
  5. Taylor Ray Ellison, The Book of Gates
  6. Werning (2011), vol. I, ch. V, p. 262.
  7. a et b Werning (2011), vol. I, p. 29.
  8. Werning (2011), vol. I, ch. II.
  9. Demichelis (2000), BIFAO 100, p. 267-273.
  10. Hornung (2005)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Piankoff, « Le livre des Quererts [1] », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 41,‎ 1942, p. 1-11 (lire en ligne)
  • Alexandre Piankoff, « Le livre des Quererts [2] », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 42,‎ 1944, p. 1-62 (lire en ligne)
  • Alexandre Piankoff, « Le livre des Quererts [3] », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 43,‎ 1945, p. 1-50 (lire en ligne)
  • Alexandre Piankoff, « Le livre des Quererts [fin] », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 45,‎ 1947, p. 1-42 (lire en ligne)
Document utilisé pour la rédaction de l’article Ouvrages utilisés pour la rédaction de l'article
  • Sara Demichelis, « Le phylactère du scribe Boutehamon », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, no 100,‎ 2000, p. 267-273 (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (de) Daniel Werning, Das Höhlenbuch Textkritische Edition und Textgrammatik Teil I: Überlieferungsgeschichte und Textgrammatik Teil II: Textkritische Edition und Übersetzung, Göttinger Orientforschungen 48,‎ 2011 (ISBN 978-3447066358)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]