Aller au contenu

Pizzorno Environnement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pizzorno Environnement
logo de Pizzorno Environnement

Dates clés 1974 : Création de la société Dragui-Transports à Draguignan
1998 : Développement à l’international avec le premier contrat de collecte au Maroc
2005 : Introduction en bourse
2009 : Implantation à Paris
2021 : PAPREC Holding acquiert 20% du capital
Fondateurs Francis Pizzorno
Forme juridique Société anonyme
Siège social Draguignan
Drapeau de la France France
Direction Magali Devalle
Activité Collecte de déchets, propreté urbaine, centre de tri, valorisation des matières, biodéchets, valorisation énergétique, traitement des déchets
Effectif 2318 en 2022
SIREN 525244190[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web Pizzorno Environnement

Chiffre d'affaires 208.3 M€ en 2021 (consolidé)
Résultat net 9.5 M€ en 2021 consolidé

Pizzorno Environnement est une société française fondée par Francis Pizzorno (1937-2018[2]) à Draguignan. Elle intervient dans les métiers de services à l'environnement et de l’économie circulaire auprès des collectivités et industriels. Son expertise se fonde sur la maîtrise de l’ensemble des métiers du déchet, de la propreté à la collecte, du tri à la valorisation jusqu’au traitement.

Son siège social est implanté dans le Var à Draguignan[3].

La société est cotée sur le marché financier depuis 2005 - Euronext Paris - Compartiment C - code GPE

Le groupe Pizzorno Environnement est né en 1974 à Draguignan, dans le Var, où la société a commencé ses activités. Progressivement, Pizzorno Environnement s'est développé pour étendre son maillage dans les principales villes françaises[4].

Pizzorno Environnement est présent au Maroc depuis 1996. L'entreprise est le premier opérateur privé à Paris et Lyon pour la collecte des déchets ménagers[5].

L'entreprise est dirigée depuis 2017 par Magali Devalle, la fille de Francis Pizzorno, nommée après la démission de son père[6].

Controverses

[modifier | modifier le code]

Affaires Judiciaires

[modifier | modifier le code]

En 2010, Pizzorno est condamné par le tribunal correctionnel de Draguignan pour la mauvaise gestion de l'une de ses décharges, qui contenait plus de 200 000 tonnes d’ordures en trop[5].

Dans le Var, l'entreprise s’appuie sur un solide réseau d’hommes politiques locaux pour appuyer ses intérêts [5]. En décembre 2016, une douzaine de personnes sont mises en examen pour « favoritisme » et « prise illégale d’intérêt » dans le cadre du marché public de l’incinérateur de Toulon. Un contrat de 470 millions d’euros attribué à Pizzorno en 2012. Elle a par ailleurs recruté pour des activités de lobbying des figures politiques nationales, comme l'ancien ministre François Léotard. Celui-ci est épinglé en 2011 en Tunisie par une commission d’enquête sur la corruption du régime du dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. L’ex-ministre « a usé de son autorité et ses relations personnelles avec les responsables tunisiens pour influencer le cours du marché, le conclure en faveur de Pizzorno/Sovatram et donc s’octroyer un avantage injustifié (…) portant atteinte aux intérêts de l’État tunisien »[5].

En 2023, le groupe Français poursuit le Maroc devant le CIRDI pour la décharge de Oum Azza[2].

Mouvements sociaux

[modifier | modifier le code]

Le dialogue social au sein de l'entreprise est réputé « plus que tendu »[7]. Les syndicats accusent la direction de tout faire pour casser les grèves et refuser de négocier avec les salariés. En 2019, à Lyon, la société a eu recours à des intérimaires pour enrayer une grève ; une pratique illégale[7]. Depuis, lorsqu'une grève se produit dans une ville, elle fait venir des salariés d'autres régions pour assurer le travail [7].

Actionnaires

[modifier | modifier le code]
Nom Actions %
Famille Devalle 2 872 995 51.82%
Groupe GMB Invest 805 953 20.15%
Paprec Holding 800 000 20%
Auto détention - 3.45%

Mise à jour au [8].

Un camion de collecte à Paris.

Les activités[9] sont:

L'entreprise est dirigée par :

  • Magali Devalle, présidente[10]
  • Frédéric Devalle, directeur général

Données financières

[modifier | modifier le code]

Pizzorno Environnement est une société anonyme au capital de 21 416 000 .

Le groupe a créé 3 pôles[11] identifiables composés de différentes filiales pour ses clients, ses partenaires et le grand public :

  • Le pôle Services regroupe les activités de collecte, de nettoiement, d’assainissement. Il est composé des filiales suivantes : Dragui-Transports, Propolys, Proval Environnement, Deverra, Samnet, Pizzorno Environnement eau et assainissement (PEEA)[12], Gosselin SAS, Span Sud et Exa'Rent.
  • Le pôle Industries concentre les activités de traitement et de valorisation. Il est composé des filiales suivantes : Valeor, Azur Valorisation, Abval, Zéphire, Valtéo et Star.
  • Le pôle International centralise les activités à l'étranger. Il est composé des filiales suivantes Segedema, Teodem, Teomara, Teorif.

L'introduction en bourse de Pizzorno Environnement a eu lieu en (Euronext compartiment C)[13].

Répartition du chiffre d’affaires

[modifier | modifier le code]

Répartition géographique :

  • France : 98.54 %
  • International : 1.46 % (2021)[14]

Répartition par métier :

  • Propreté : 78.1 %
  • Traitement : 21.9 % (2021)

Principales implantations

[modifier | modifier le code]

En France[15] :

À l'étranger :

Distinctions

[modifier | modifier le code]
  • 2009 : Trophée RSE PACA (Responsabilité sociétale des entreprises)[19]
  • 2010 : Trophée du Mieux vivre en entreprise (lauréat et coup de cœur) et trophée de la Communication environnementale[20]
  • 2011 : Marianne d'Or du développement durable[21]
  • 2013 : AFQP - Prix national des Bonnes Pratiques - catégorie Grand Groupe pour son activité de propreté urbaine[22]
  • 2017 : AFQP - Prix spécial récompensant la démarche qualité et la performance opérationnelle de ses centres de tri et de valorisation matière[23]
  • 2018 / 2019 / 2020 / 2021 : Magazine Capital - Palmarès des 500 meilleurs employeurs de France - Pizzorno environnement sur le podium des meilleurs employeurs secteur de l'environnement[24]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Sirene, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a et b P-L. P., « Francis Pizzorno, le fondateur du célèbre groupe spécialisé dans la collecte de déchets, est décédé », sur Var-Matin, (consulté le ).
  3. « Historique de Pizzorno Environnement »
  4. « Pizzorno Environnement se renforce dans l’économie circulaire », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  5. a b c et d Rue89Lyon, « Les casseroles de Pizzorno, le nouveau roi des poubelles lyonnaises », sur Rue89Lyon,
  6. « PIZZORNO : le fondateur cède la présidence à sa fille », sur Capital.fr,
  7. a b et c « A Paris, des éboueurs écœurés par les « casseurs de grève » venus du Sud », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Bourse, « actionnaires », sur www.boursier.com (consulté le )
  9. « Pizzorno Environnement »
  10. « Évolution de la Gouvernance Pizzorno Environnement »,
  11. « Réorganisation des structures juridiques du groupe Pizzorno Environnement », euronext.com,‎ (lire en ligne)
  12. Site de Pizzorno Environnement eau et assainissement
  13. Pizzorno Environnement rentre en Bourse, Actu-Environnement.com, 7 juillet 2005
  14. « Rapport Financier Annuel 2021 »
  15. Les installations du groupe Pizzorno en France
  16. La plus propre avenue du monde, reportage sur les Champs-Élysées
  17. « Pizzorno environnement : Contrat avec la métropole lilloise », sur BFM Bourse, (consulté le )
  18. « Pizzorno Environnement renforce son leadership au Maroc », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  19. Site RSE Paca, Pizzorno 1er prix RSE PACA 2009
  20. Pizzorno une grande famille qui partage ses valeurs, Nice-Matin, 17 janvier 2011
  21. Le groupe Pizzorno lauréat de la Marianne d'or du développement durable, Var-Matin, 20 novembre 2011
  22. « Le Prix France Qualité Performance 2013 »
  23. « France Qualité Performances 06 »
  24. Bruno Declairieux, « Ortec, Pizzomo... ces entreprises sont les préférées des salariés dans le secteur de l'environnement », sur Capital.fr, (consulté le )