Wilhelm von Leeb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leeb.
Wilhelm von Leeb
Generalfeldmarschall Wilhelm Ritter von LeebPortrait tiré le 15 août 1940
Generalfeldmarschall Wilhelm Ritter von Leeb
Portrait tiré le 15 août 1940

Naissance
Landsberg am Lech, Allemagne
Décès (à 79 ans)
Füssen, Allemagne
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 18951942
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 7e district militaire de l'Allemagne
2e groupe d'armées
Groupe d'armées C
Heeresgruppe Nord
Faits d'armes Bataille de France
Opération Barbarossa
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer

Wilhelm Josef Franz Ritter[1] von Leeb, né le à Landsberg am Lech, décédé le à Füssen, était un Generalfeldmarschall (maréchal) allemand qui a servi au sein des forces armées de son pays dans la première moitié du XXe siècle, en particulier au cours des deux conflits mondiaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Empire allemand et Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1895, Wilhelm Leeb entre en tant qu'aspirant au 4e régiment d'artillerie bavarois (4. Bayerische Feldartillerie-Regiment). En 1897, il est promu Leutnant (sous-lieutenant). Il participe au sein du corps d'Extrême-Orient allemand à la répression de la révolte des Boxers en Chine. De 1903 à 1907, il fréquente l'école de guerre de Bavière à Munich, où il est promu Oberleutnant (lieutenant) en 1905.

Entre 1907 et 1909, Leeb occupe un poste d'officier d'état-major, d'abord au sein de l'état-major bavarois, puis à l'état-major prussien à Berlin jusqu'en 1911. Entre 1912 et 1914, Leeb qui est entretemps promu Hauptmann (capitaine), occupe la fonction de chef de batterie au sein du 10e régiment d'artillerie bavarois. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il est officier d'état-major au sein du 1er corps d'armée royal bavarois.

Durant la guerre, Leeb occupe la fonction de premier officier d'état-major au sein de la 11e division d'infanterie bavaroise. En 1915, pour sa participation à l'offensive de Gorlice-Tarnów, à la prise de la forteresse de Przemyśl ainsi qu'au franchissement du Danube (campagne de Serbie), il reçoit l'ordre militaire de Maximilien-Joseph, ce qui le fait accéder à la noblesse et lui permet de faire précéder son nom du titre Ritter (chevalier) suivi de la particule von (équivalent du "de" de la noblesse française).

En 1916, Leeb est promu au grade de Major (commandant). De mai 1917 à la fin du conflit, il est affecté au front de l'ouest à l'état-major du groupe d'armées "Kronprinz Rupprecht".

République de Weimar[modifier | modifier le code]

Wilhelm von Leeb en 1930.

Leeb reste dans l'armée après la guerre, continuant ainsi sa carrière dans la nouvelle Reichswehr. Durant cette période, il occupe différents postes dans les districts militaires (Wehrkreise) II (Stettin) et VII (Munich). En 1929, il est promu Generalleutnant et, en 1930, il devient commandant du district militaire VII et de la 7e division.

Troisième Reich et Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après l'arrivée au pouvoir de Hitler, Leeb, en tant que catholique conservateur, se montre critique envers le nouveau régime, mais poursuit néanmoins sa progression au sein de la Wehrmacht. En raison de ses états de services exemplaires, Hitler le nomme commandant du IIe groupe d'armées et, en 1934, il est promu au grade de General der Artillerie. Début 1938, Leeb est mis à la retraite, mais il est rappelé au service actif dès juillet et prend part à l'annexion de la région des Sudètes en tant que commandant de la 12e armée. À la fin de cette action, il est à nouveau mis à la retraite.

Durant l'été 1939, Leeb est rappelé une seconde fois au service actif. Hitler le nomme ensuite commandant du groupe d'armées C, en charge de la "percée" de la ligne Maginot en . Pour la réussite de cette action, la Croix de chevalier de la Croix de fer lui est remise et il est promu Generalfeldmarschall.

Leeb participe à l'opération Barbarossa, au commandement du groupe d'armées Nord dont la mission est d'occuper les états baltes et Léningrad.

Bien que ses armées obtiennent des succès éclatants, Hitler n'est pas satisfait : « Leeb fait sa deuxième enfance et, comme un catholique typique, il préfère prier que combattre »[réf. nécessaire]. Il est donc limogé en janvier 1942 et remplacé par le Generaloberst Georg von Küchler.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Wilhelm von Leeb en 1948 lors du procès du Haut Commandement militaire de Nuremberg.

Leeb est arrêté par les Américains en mai 1945. Il est condamné à 3 ans de prison lors du procès du Haut Commandement militaire qui se tient à Nuremberg en 1948. Il est relâché après le procès car sa peine est considérée comme déjà purgée en raison de sa captivité depuis 1945.

Leeb meurt en 1956 à 79 ans, à Füssen.

Promotions[modifier | modifier le code]

Décorations militaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. chevalier en allemand.
  2. a, b, c, d et e Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Hrsg.: Reichswehrministerium, Ernst Siegfried Mittler, Berlin 1925, S.115

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pavlov, Dmitri V. Leningrad 1941: The Blockade. Translated by John Clinton Adams. Chicago: The University of Chicago Press, 1965.


Précédé par Wilhelm von Leeb Suivi par
Fonctions militaires
General der Infanterie Adolf Ritter von Ruith
Commandant de la 7. Division
1er février 1930 – 1er octobre 1933
aucun
Generalfeldmarschall Fedor von Bock
Commandant du Heeresgruppe Nord
20 juin 1941 – 17 janvier 1942
Generalfeldmarschall Georg von Küchler