Eduard von Böhm-Ermolli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eduard von Böhm-Ermolli
Eduard von Böhm-Ermolli
Eduard von Böhm-Ermolli

Naissance
Ancône, États pontificaux
Décès (à 85 ans)
Opava, Troisième Reich
Allégeance Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie (jusqu'en 1918)
Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie (jusqu'en 1938)
Troisième Reich Allemagne nazie (1938-1941)
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 1875 – 1918
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 3e régiment de uhlans
16e brigade de cavalerie
7e division de cavalerie
12e division d'infanterie
1er corps d'armée
2e armée austro-hongroise
Distinctions Pour le Mérite avec feuilles de chênes

Eduard Freiherr von Böhm-Ermolli (, Ancône - , Opava) était un général autrichien pendant la Première Guerre mondiale promu au rang de Feldmarschall dans l'armée austro-hongroise. Il est à la tête de la 2e armée austro-hongroise, il combat principalement sur le front de Galicie durant la totalité du conflit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Eduard von Böhm-Ermolli est né le 12 février 1856 dans la ville italienne d'Ancône. Son père Georg Böhm (1813-1893) est un sergent qui pour sa bravoure lors de la bataille de Novare en 1849 est promu officier. En 1877, lorqu'il prend sa retrait Georg Böhm est major, il accède à la noblesse héréditaire le 14 septembre 1885. Le 24 juin 1885, il obtient le droit d'ajouter à son nom, le nom de famille de sa femme Maria Josepha Ermolli. La famille est appelée alors Böhm-Ermolli.

Eduard von Böhm-Ermolli intègre l'Institut des cadets de Sankt Pölten, puis l'Académie militaire Theresa au château impérial de Wiener Neustadt. Le 1er septembre 1875, il obtient le grade de lieutenant, il est rattaché au 4e régiment de dragons « Archiduc Albert ». Trois ans plus tard, il intègre l'Académie militaire de Vienne et devient officier d'état-major. Il est nommé ensuite chef d'état-major de la 21e brigade d'infanterie cantonnée à Lviv. Du mois de mai 1897 au 3 avril 1901, il commande le 3e régiment de uhlans, avant d'être nommé à la tête de la 16e brigade de cavalerie. Il est promu Generalmajor en mai 1903. Il commande ensuite la 7e division de cavalerie de novembre 1905 à avril 1909, avant de prendre le commandement de la 12e division d'infanterie jusqu'en novembre 1911. Il est nommé ensuite à la tête du 1er corps d'armée cantonné à Cracovie et promu le General der Kavallerie le 1er mai 1912. À compter du 25 décembre 1911, Böhm-Ermolli fait partie du conseil impérial de l'Empereur.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, Böhm-Ermolli est nommé à la tête de la 2e armée austro-hongroise, poste qu'il occupe durant la totalité du conflit. Dans un premier temps placée sur le front serbe, la 2e armée est transférée sur le front de Galicie par Franz Conrad von Hötzendorf, le chef des armées austro-hongroises, mais trop tard pour empêcher l'entrée des Russes.

La 2e armée commandée par Böhm-Ermolli joue un rôle mineur dans la bataille des Carpates, les contre-offensives qu'il déclenche échouent avec des pertes importantes. Le 1er mai 1916, Böhm-Ermolli participe à l'offensive de Gorlice-Tarnów et à la prise de Lemberg et aux exploitations de la bataille. Au cours de l'année, il intervient sur le front de Galicie orientale par des actions défensives lors de l'offensive Broussilov . Il est promu Generaloberst en août 1917. À la tête de son armée, il conquiert Tchernivtsi.

En 1918, Böhm-Ermolli est commandant en chef des troupes d'occupation en Ukraine. En raison de conflits d'influence avec les officiers allemands, l'empereur Charles le limoge le 16 mai 1918, le groupe d'armée dirigé par Böhm-Ermolli est dissous à Odessa.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Après l'effondrement de la dynastie austro-hongroise en novembre 1918, Eduard von Böhm-Ermolli se retire à Opava, nouvellement intégrée dans la nouvelle République tchécoslovaque. Le gouvernement tchécoslovaque lui verse une pension et le nomme général de la réserve puis général d'armée, mais il n'exerce aucun commandement d'actif dans l'armée tchécoslovaque.

Période nazie[modifier | modifier le code]

Suite à l'annexion des Sudètes par le Troisième Reich en 1938, Böhm-Ermolli devient citoyen du Reich allemand. Il est alors le dernier Generalfeldmarschall encore en vie en octobre 1940. Il est nommé à titre honorifique chef du 28e régiment d'infanterie stationné à Opava. À sa mort à 85 ans, le 9 décembre 1941, une cérémonie est organisée à Vienne à laquelle participe le maréchal Wilhelm Keitel. Böhm-Ermolli est enterré à Opava, sa tombe existe encore aujourd'hui.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Johann Christoph Allmayer-Beck: Böhm-Ermolli, Eduard Freiherr von. In: Neue Deutsche Biographie (NDB). tome 2, Duncker & Humblot, Berlin 1955, (p 386)
  • Richard Zahora: Generalfeldmarschall Freiherr Eduard von Böhm-Ermolli. Ungedruckte Diplomarbeit, Wien 2005.