Vendres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vendres
Image illustrative de l'article Vendres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Béziers-4
Intercommunalité Communauté de communes la Domitienne
Maire
Mandat
Jean-Pierre Pérez
2014-2020
Code postal 34350
Code commune 34329
Démographie
Population
municipale
2 382 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 14″ N 3° 13′ 30″ E / 43.2705555556, 3.22543° 16′ 14″ Nord 3° 13′ 30″ Est / 43.2705555556, 3.225  
Altitude 25 m (min. : 0 m) (max. : 64 m)
Superficie 37,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendres

Vendres est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les "Vendrois".

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
  • Vendres est une commune située dans l'ouest du département de l'Hérault, dans la plaine viticole du Biterrois, à 8 kilomètres au sud de Béziers.
  • Le territoire communal comprend trois espaces nettement différenciés:
    • Le nord est couvert de vignes. La majorité des vignes sont exploitées par des vignerons coopérateurs. Il existe de grands domaines viticoles: La Vidalle, La Grange Basse, La Savoie Neuve, Le Puech Blanc ou encore Clapiès et Sainte-Germaine. Cet espace est dominé par des collines, les "puech" en occitan, comme le Puech Saint-Massal (33 mètres d'altitude) et le Puech Paradis. Le village de Vendres, construit sur une éminence, domine un vaste étang.
    • Au sud du village, l'étang de Vendres limité au sud par l'Aude, et plus loin le massif de la Clape. L'étang mesure environ 6 kilomètres du nord au sud, moins de 4 kilomètres d'ouest en est. L'altitude ne dépasse pas 2 mètres et le centre de l'étang est au même niveau que la mer. C'est une vaste zone humide peuplée d'une faune particulière (nombreux canards sauvages) et colonisée par une flore qui résiste à une certaine salinité des eaux. L'étang est une zone de chasse pour les amateurs de gibier d'eau. Au nord de l'étang, des ruines antiques appelées "Temple de Vénus" mériteraient d'être mieux mises en valeur. L'étang communique avec la mer Méditerranée par le Grau de Vendres.
    • La zone littorale. Le sud-est de la commune est bordé par la mer Méditerranée. Un large cordon dunaire, dépassant parfois 4 mètres de haut, protège les terres sablonneuses situées à l'intérieur. Sur ces terres, des domaines viticoles (Le Nouveau Monde, Monplaisir, La Yole, Les Sablons,...) créent des vins intéressants (surtout les rosés et les blancs). Vers l'ouest, on trouve des campings. Sur le territoire de la commune, il n'y a pas eu d'aménagement de station balnéaire. Cependant, le port du Chichoulet, situé au Grau de Vendres, à l'embouchure de l'Aude, a été dynamisé grâce à la conchyliculture.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Vendres

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Guy Diaz PCF  
mars 2001 août 2006 Maurice Arnal PS  
août 2006 en cours Jean-Pierre Perez PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 382 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
725 579 747 617 668 628 606 520 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
579 563 588 605 633 759 804 1 022 1 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 110 1 018 1 028 1 038 1 054 1 110 1 037 768 821
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
953 879 781 885 1 230 1 549 1 984 2 110 2 382
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Clube de rugby à XV l'Entente Vendres-Lespignan Hérault.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne (XIVe siècle)
  • Le vieux village.
  • Le Temple de Vénus, vestiges datant de l'Antiquité, situé au nord de l'étang.
  • Les ruines d'une villa romaine (entre La Vidalle et la Savoie Neuve).
  • Le moulin de Cassan.
  • L'étang de Vendres.
  • La source chaude sulfureuse du Puech Blanc.
  • La fontaine gazeuse du Puech Blanc.
  • Le port conchylicole du Chichoulet, au Grau de Vendres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :