Maraussan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maraussan
Image illustrative de l'article Maraussan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Béziers-3
Intercommunalité Communauté de communes la Domitienne
Maire
Mandat
Serge Pesce
2014-2020
Code postal 34370
Code commune 34148
Démographie
Population
municipale
3 905 hab. (2011)
Densité 316 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 03″ N 3° 09′ 31″ E / 43.3675, 3.1586111111143° 22′ 03″ Nord 3° 09′ 31″ Est / 43.3675, 3.15861111111  
Altitude 38 m (min. : 8 m) (max. : 92 m)
Superficie 12,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maraussan

Maraussan (en occitan Marauçan) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les "Maraussanais".

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Maraussan est une commune de l'ouest du département de l'Hérault, située au Nord-Ouest de Béziers. Le relief est typique de la plaine languedocienne: des collines dispersées sur le territoire communal et une vaste plaine qui s'étend jusqu'aux rives de l'Orb. Le village est traversé par le ruisseau du Merdanson qui se jette dans l'Orb.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Maraussan (Hérault).svg Maraussan De sinople, au sautoir losangé d'argent et de gueules[1]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La légende raconte qu'à l'époque romaine un certain Marucius aurait élu domicile à l'emplacement du village et aurait donné son nom[réf. nécessaire].

C’est à Maraussan qu'une des premières cave coopérative de France a été créée au début du XXe siècle, et visitée par Jean Jaurès[réf. nécessaire] ; elle n’est plus, hélas, en activité mais elle abrite pendant la période estivale le Syndicat d'Initiative de Maraussan depuis 2009. La cave de Maraussan n'est pas la première cave coopérative vinicole de France comme on l'a souvent dit à tort. Sa construction s'est terminée en 1905. Elle a été visitée par Jean Jaurès cette année-là, pendant la construction (donc au début du XXe siècle). Les dates de création de nombreuses caves coopératives sont publiées sur le blog http://minervois.over-blog.com/

Sources :

L'Humanité du 7 mai 1905.

Mensuel de la région Languedoc-Roussillon numéro 55 de septembre 2009 (page 27)

La Coopération dans la viticulture européenne par Adrien BERGET - 1902

Etude sur les sociétés coopératives de vinification du Midi de la France par Léonce Mandeville de Régismont - 1915

Annuaire national officiel des caves coopératives de France - 1960-61

Annuaire national des caves coopératives - 5e édition - 1982

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1944
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Alphonse Jeay   Président du comité local de libération
1945 1946 Louis Cauquil    
1946 1959 Maurice Combes    
1959 1971 René Gibert    
1971 1975 Michel Ragot    
1975 1989 Claude Rouve PCF  
1989 mars 2008 Guy Albecq    
mars 2008   Serge Pesce PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 905 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502 684 694 745 917 993 969 981 976
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
947 1 056 1 113 1 172 1 372 1 384 1 518 1 670 1 719
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 866 1 920 1 939 1 671 1 656 1 697 1 621 1 508 1 562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 585 1 655 2 088 2 154 2 336 2 782 3 180 3 905 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Racing club Maraussanais, demi-finaliste du championnat de France de rugby 1928.
  • ASM champion de France de rugby 1998.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La cave coopérative
Le Château d'eau

Le château de Perdiguier date de la fin du XIIIe siècle et a été agrandi aux XVIIe siècle et XVIIIe siècles. Il est inscrit à l’inventaire des monuments historiques[4].

La chapelle Notre-Dame-de-la-Providence date du XIXe siècle.

Les Vignerons Libres est une cave coopérative fondée en 1905. Certains éléments sont protégés au titre des monuments historiques[5].

Le pont de Tabarka est un pont métallique fin du IXXe siècle de type Eiffel qui enjambe l'Orb. Construit lors de la création de la voie ferrée Béziers-Saint-Chinian des Chemins de fer de l'Hérault. Il fut transformé dans les années soixante-dix pour permettre le passage des voitures après la fermeture de la liaison ferroviaire en 1968. À cette occasion il fut doté d'une passerelle piétonne sur son côté amont.

Le pont de Tabarka sur l'Orb

Le Château d'eau est un ancien réservoir qui capte l'eau d'une source souterraine vers le chemin de la Grotte, pour l'acheminer à la fontaine du lavoir par une galerie souterraine toujours en service.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Banque du Blason
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Arrêté du 20 septembre 1972, notice de la Base Mérimée, consultée le 4 septembre 2008
  5. Arrêté du 25 mai 2001, notice de la Base Mérimée, consultée le 2 octobre 2008


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :