Lespignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lespignan
Image illustrative de l'article Lespignan
Blason de Lespignan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Béziers-3
Intercommunalité Communauté de communes la Domitienne
Maire
Mandat
Jean-François Guibbert
2014-2020
Code postal 34710
Code commune 34135
Démographie
Gentilé Lespignanais
Population
municipale
3 151 hab. (2011)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 28″ N 3° 10′ 21″ E / 43.2744444444, 3.172543° 16′ 28″ Nord 3° 10′ 21″ Est / 43.2744444444, 3.1725  
Altitude 61 m (min. : 0 m) (max. : 90 m)
Superficie 22,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Lespignan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Lespignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lespignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lespignan

Lespignan est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Lespignan se situe à 10 km au sud (légèrement sud-ouest) de Béziers, à 10 km de la mer. Lespignan est une commune limitrophe avec le département de l'Aude, cette démarcation se fait via la rivière "Aude". Le territoire de Lespignan est partagé entre le village en lui-même et certaines zones extrêmement rurales où la culture de la vigne du vin est très marquée. La tendance actuelle prône l'apparition de nombreux quartiers résidentiels aux alentours du centre-ville axé sur le commerce de proximité.

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de Lespignan suit le tracé de l'A9 et possède une aire d'autoroute. La D14 permet de quitter le village en direction de Fleury (Aude) au sud et en direction de Béziers au nord. La D37 permet de rejoindre à l'ouest le village de Nissan-lez-Ensérune et à l'est le village de Vendres.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le village de Lespignan est desservi par la Ligne 212 qui mène directement à Béziers. La ligne est gérée par la société Hérault Transport.

  • 212- Béziers ⇔ Lespignan

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Lespignan possède trois points d'eau notables. Le premier est l'étang de la Matte qui couvre une grande superficie du territoire. Le deuxième est l'Aude (fleuve) et enfin le troisième est la Pourre qui est une source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Colombiers Béziers Sauvian Rose des vents
Nissan-lez-Ensérune N Vendres
O    Lespignan    E
S
Salles-d'Aude Fleury Valras-Plage

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le village de Lespignan doit peut-être son nom à sa position sur les coteaux, jonchés de ronces et d’épines, espigno en occitan. Les archives de la commune indiquent qu'il a pris différents noms : Espigna, Espignan, Lespignan.

Lespignan pourrait aussi venir de Lepinus, gouverneur romain possédant un palais à Vivios dans la plaine, partie de mer, anse qu’accostaient, à l’époque, des flottilles romaines. À l'heure actuelle, des vestiges de l'époque gallo-romaine sont observables dans les environs directs du village.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Un acte de 1154 mentionne que l'église de Lespignan appartenait au monastère de Cassan (ordre des Chanoines de St.Augustin). En 1711, le prieur de Lespignan, François Médaille, remit son bénéfice aux mains de l'évêque de Béziers, voulant aider ses paroissiens et le diocèse. Ainsi fut aboli le titre de prieur curé de Lespignan (remplacé par une vicairie perpétuelle gérée par l'évêque sur présentation du commandeur de Cassan).

À l'est du village, le château féodal dominait tout le village. Son propriétaire, le duc de Fleury[1] pouvait apercevoir Narbonne et Pérignan[2]. Il ne reste aujourd'hui du château qu'une des deux tours.

Les remparts présentent une brèche due à l'artillerie de Louis XIII, ouverte lors du siège de Lespignan en 1632. Les remparts n'ayant plus d'utilité, la trouée ne fut pas réparée. Cette brèche est l'actuelle route de Béziers.

La mer s'étant retirée, la plaine de Lespignan est demeurée inculte jusqu'en 1793. Les apports de la rivière Aude l'ont rendue propre à la culture. Dans cette plaine, ou la Matte, en raison de la salinité, pousse la salicorne qui permet de produire de la soude. D'où 2 ou 3 maisons Renaissance à Lespignan, bâties par des Italiens (une succession de prélats italiens ont dominé l'évêché de Béziers de 1547 à 1669) qui exportaient la soude à Murano pour la fabrication du verre[3].

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

La mutinerie du 17e régiment d'infanterie de Béziers, en 1907, lors de la révolte des viticulteurs, se traduisit par une hécatombe des soldats de l'Hérault en 1914-1915, lancés très probablement en première ligne en signe de représailles (mais certains auteurs réfutent cette hypothèse). Les monuments aux morts des villages en témoignent. 76 Lespignanais tués, soit près d'un foyer sur dix affecté.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 2020 Jean-François Guibbert DVG Travaux publics
2001 2014 Claude Clariana SE Enseignant à la retraite
1983 2001 Jean Poveda Divers gauche Conducteur de travaux publics
1981 1983 Marcel Vidal PS Ferronnier

Devenu maire après la démission de son prédécesseur, Georges Verdier

1951 1981 Georges Verdier PS Viticulteur
1946 1951 Jean Dulquier MRP Viticulteur

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Conseil municipal de Lespignan (mandature 2008-2014)[4].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Tous unis pour Lespignan » DVG Jean-François Guibbert 18 Majorité
« Innover Lespignan » DVD Pascal Loubet 5 Opposition

Conseiller général[modifier | modifier le code]

Conseiller général Parti Canton Code cantonal Population (2006) Autre mandat
Philippe Vidal PS 3e canton 34 01 30 561 hab. Maire de Cazouls-lès-Béziers

Député[modifier | modifier le code]

Député Parti Circonscription Autre mandat
Élie Aboud UMP Sixième circonscription de l'Hérault Adjoint au maire de Béziers

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Lespignan participe à la Communauté de communes la Domitienne, présidée par Alain CARALP, maire de Colombiers.

L'intercommunalité comprend :

Représentation du village à l'intercommunalité[modifier | modifier le code]

Élu Parti Statut
Jean-François Guibbert DVG Maire de Lespignan
Thierry Beuselinck PS Adjoint au maire
Géraldine Escande DVG Adjoint au maire
Pascal Loubet FN Conseiller municipal

Résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections locales[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2008[modifier | modifier le code]

Pour les élections municipales de 2008, seule la liste sortante menée par Claude Clariana (DVG) s'est présentée. C'est donc logiquement que les 23 candidats se sont retrouvés élus avec 54,51 % des suffrages obtenus soit 1305 voix. Le maire sortant ne briguera pas de troisième mandat pour les élections municipales de 2014 mais organise la continuité de sa liste dont certains éléments y sont depuis plus de vingt ans.

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

Deux listes s'affrontaient dans ce scrutin. La première, Tous unis pour Lespignan, menée par Jean-François Guibbert, Premier adjoint sortant, qui a monté une liste classée divers gauche rassemblant des personnes de sensibilités diverses (gauche-droite ou écologiste) à l'exclusion de l'extrême droite. La deuxième, Innover Lespignan, est une liste classée divers droite de rassemblement de personnes de droite et du Front National menée par Pascal Loubet, candidat FN aux dernières élections cantonales sur le canton de Béziers-3.

Avec 971 voix, la liste du Premier adjoint sortant mobilise 55 % des suffrages exprimés et obtient 18 sièges sur 23 et 3 conseillers communautaires. La liste de droite fait 790 voix et 45 % et obtient pour sa liste 5 sièges et 1 au conseil communautaire de La Domitienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 151 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
885 894 941 1 212 1 261 1 320 1 336 1 380 1 462
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 442 1 480 1 554 1 558 1 616 1 887 1 871 2 134 2 170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 114 1 924 1 875 2 022 1 906 2 006 1 919 1 633 1 627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 666 1 874 1 871 1 948 2 360 2 568 2 996 3 044 3 120
2011 - - - - - - - -
3 151 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Lespignan dispose de deux lieux d'enseignement primaire ; l'école maternelle communale et l'école élémentaire communale.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'une agence postale.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal local Midi libre relate certains évènements se déroulant dans la commune au travers de son édition biterroise.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À Lespignan, il n'existe qu'une seule église entière, celle de Saint-Pierre-aux-Liens au centre du village, datant du XIIIe siècle-XIVe siècle.

L'église du cimetière, datant probablement du IXe siècle), est également dédiée à l'apôtre Saint Pierre. Elle fut restaurée en 1865 mais abandonnée par la suite, car elle se trouvait hors des fortifications du village.

Un acte de 1154 mentionne que l'église de Lespignan appartenait au monastère de Cassan (ordre des Chanoines de Saint-Augustin). En 1711, le prieur de Lespignan, François Médaille, remit son bénéfice aux mains de l'évêque de Béziers voulant aider ses paroissiens et le diocèse. Ainsi fut aboli le titre de prieur curé de Lespignan, remplacé par une vicairie perpétuelle gérée par l'évêque sur présentation du commandeur de Cassan.

Fêtes et évènements[modifier | modifier le code]

Le mardi gras[modifier | modifier le code]

C'est une fête presque aussi vieille que Lespignan avec « La corbeille jolie » tenue par deux petites costumées et accompagnées par quatre jeunes « de la classe » en costume, chapeau haut de forme et canne à pommeau. Ces jeunes proposent des dragées contre quelques « sous ».

La corbeille "voleuse"[modifier | modifier le code]

Tous les jeunes font le tour du village et "récoltent" des gâteaux, des fruits, des œufs, un saucisson... toutes denrées qui permettront de faire un gros goûter.

Le 14 juillet[modifier | modifier le code]

Depuis 1983, cette fête républicaine a retrouvé tout son éclat. Avec bals, retraite aux lampions, feux d'artifices mais aussi jeux divers (concours de pétanque, jeune pétanqueur, pétanqueur complet, quadrathlon, tournois de volley-ball).

La fête locale[modifier | modifier le code]

Elle a lieu traditionnellement le premier dimanche d'août et dure quatre ou cinq jours (bals, concours de pétanque, tournois de volley-ball...).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le village de Lespignan est jumelé avec :

Officialisé en 1985 à Lespignan, en 1986 à Chastre (Belgique). La ville jumelle à vocation agricole est située dans le sud du Brabant Wallon. Elle est en fait une entité de sept villages (Chastre, Blanmont, Villeroux, St Gery, Gentinnes, Noirmont et Cortil). En tout, 5.650 habitants et 3.132 hectares. Des échanges scolaires, des intervilles, des visites renforcent périodiquement les relations entre les deux communes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis Ricardou - Résistant

Aurelien Charles - Champion du "concours paysan" de la fete locale 2007-2009-2010-2012 et 2013, 7 fois vainqueur du bol d'or, 8 fois du Fifa World Cup

Lauriane Célié - Championne de France en titre de bowling

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. village situé à 6 km à l'ouest
  2. ancien nom de Fleury
  3. http://www.jcassan.fr/lespignan.html
  4. Composition du conseil municipal issu des élections de 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 29/07/2011.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :