Marine royale (Thaïlande)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marine royale thaïlandaise
กองทัพเรือ, ราชนาวี
Drapeau Royal Thai Navy
Drapeau Royal Thai Navy

Période 1900-Présent
Pays Drapeau de Thaïlande Thaïlande
Branche Flotte royale thaïlandaise
Aviation de la Marine royale thaïlandaise
Corps des Marines royal thaïlandais
Type Marine militaire
Effectif 64 000 personnes
Fait partie de Forces armées royales thaïlandaises
Garnison Bangkok
Couleurs Bleu marine
Devise ร่วมเครือนาวี จักยลปฐพีไพศาล (Engagez-vous dans la Marine pour voir le Monde)
Équipement Porte-aéronefs, LPD, aéronefs, frégate, corvettes, patrouilleurs
Guerres Guerre franco-siamoise
Guerre franco-thaïlandaise
Batailles Bataille de Koh Chang
Commandant Amiral Khamthorn Pumhiran
Commandant historique Abhakara Kiartiwongse
Insigne naval Pavillon naval de la marine royale thaïlandaise

La Marine royale thaïlandaise est la force navale de la Thaïlande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Stratégie[modifier | modifier le code]

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la Thaïlande a toujours cherché à garantir sa sécurité en tentant d'apaiser ses rivaux les plus puissants, aujourd'hui l'US Navy et la Marine chinoise, qui se livrent une lutte d'influence dans ses eaux territoriales. En ce qui concerne ses voisins immédiats, la Marine royale parvient à endiguer à l'est la petite Marine royale cambodgienne et les ambitions sous-marines de la Marine populaire vietnamienne ; à l'ouest à contrôler plus ou moins l'entrée du détroit de Malacca, essentiel pour ses échanges maritimes et sa sécurité. L'important trafic dans cette zone et son étroitesse en font, en effet, une zone privilégiée pour la piraterie et une cible potentielle du terrorisme ; aussi la Marine royale a reçu récemment des budgets conséquents afin d'acquérir des bâtiments et des systèmes d'arme adéquats, aptes également à se défendre contre une escalade militaire dans le conflit territorial en mer de Chine méridionale. Par ailleurs, l'achat du Chakri Naruebet a été justifié en son temps par la nécessité de surveiller la zone économique exclusive thaï (ses 80 plates-formes pétrolières comme sa flotte de pêche, la 3e au monde) et de contrôler les mers au vu des contestations des frontières de la Thaïlande par le Cambodge, le Viêt Nam et la Malaisie. L'acquisition de ce porte-aéronefs comme d'un Landing Platform Dock traduit la volonté de la Marine royale de s'aventurer en haute mer, notamment vers la mer d'Andaman. De notoriété publique, la concurrence que se livrent le Corps des Marines royal thaïlandais et l’Air and Coastal Defense Command (ACDC) donne la priorité à l’acquisition de sous-marins, de patrouilleurs et de navires amphibies. En attendant, la flotte thaÏlandaise vieillit, les bâtiments les plus récents étant deux frégates Type 053 chinoises (à équipement occidental) et deux Classe Knox américaines, symboliques du positionnement géopolitique de Bangkok[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Navires[modifier | modifier le code]

En 2012, la marine thaïlandaise à 70 bâtiments représentant plus de 50 000 tonnes[2].

Porte-aéronefs[modifier | modifier le code]

Le HTMS Chakri Naruebet dans le sud de la mer de Chine (3 avril 2001).

C'est en juillet 1992 que la Marine royale thaïlandaise commande une copie allégée au niveau autodéfense du porte-aéronefs espagnol Príncipe de Asturias, qu’elle commissionne à Sattahip dans le golfe de Thaïlande le 10 août 1997 sous le nom d’HTMS Chakri Naruebet (thaï จักรีนฤเบศร). La Marine royale est alors la première marine d’Asie du Sud-Est à posséder un tel bâtiment de 11 486 tonnes[3] dénommé Offshore Patrol Helicopter Carrier (OHPC). À cet effet, l'Espagne transfère 7 Harrier AV-8S Matador de 1re génération (sans radar), 2 Harrier TAV-8S biplaces d'entraînement, tandis que sont acquis 6 hélicoptères SH-60B Sea Hawk ASM. Bonne plate-forme de surveillance des sous-marins, le Chakri Naruebet est largement sous-employé et n’est intervenu, ni durant la crise au Timor oriental de 1999 de l’ONU, ni lors du tsunami de 2004. Par ailleurs, les Harrier AV-8S sont quasiment inopérationnels faute de rechanges (moteurs, etc) et il n’est pas prévu l’acquisition de Sea Harrier. Des ambitions d’origine à la réalité budgétaire (peu d’activité en haute mer, faible entraînement de l’équipage, réparations non effectuées, dépendance de son escorte, impossibilité de lutter contre la contrebande, etc), le Chakri Naruebet demeure « un outil de prestige mal employé » [4]. Il sert actuellement de navire de prestige, il sert de transport à la famille royale.

Sous-marins conventionnels[modifier | modifier le code]

La Marine royale ne possède plus de sous-marins depuis la Seconde Guerre mondiale. À la fin des années 1990, elle discute d'un accord pour l'achat de Type 209 auprès de TKMS ou de classe Gotland auprès de Kockums. Selon certaines sources, elle envisagerait, dans les années 2000, l'acquisition en seconde main de 2 classe Gall israéliens ou de classe Amour russes neufs[5]. L'achat 2 sous-marins Type 206 de la marine allemande pour 220 millions de dollars américains (154 millions €) en 2011 à du être annulé en 2012 pour raisons financières.

Landing Platform Dock[modifier | modifier le code]

Classe Endurance:

Frégates[modifier | modifier le code]

Les frégates Phuttaloetla Naphalai et une autre de classe Phraya naviguent en formation dans le golfe de Thaïlande avec des bâtiments de l'US Navy durant l'exercice CARAT 2008 (15 juin 2008)

Classe Phutthayotfa Chulaok :

  • Phutthayotfa Chulalok (FFG 461, ex-USS Truett)
  • Phutthaloetla Naphalai (FFG 462, ex-USS Ouellet)

Classe Kraburi[7],[8] :

  • Kraburi (FF 457)
  • Saiburi (FF 458)

Classe Phraya[9] :

  • Chao Praya (FF 455)
  • Bangpakong (FF 456)

Classe Makut Rajakumarn :

  • Makut Rajakumarn (FF 433)

Classe Tapi[10] :

  • Tapi (FF 431)
  • Khirirat (FF 432)

Classe Naruesan[11],[12] :

  • Naresuan (FFG 421)
  • Taksin (FFG 422)

Classe Pin Klao :

  • Pin Klao (FF 413, ex-USS Hemminger)

Corvettes[modifier | modifier le code]

Classe Ratanakosin:

  • Rattanakosin (FS 441)
  • Sukhothai (FS 442)

Classe Khamronsin:

  • Kamronsin (FS 531)
  • Tayanchon (FS 532)
  • Long Lom (FS 532)

Patrouilleurs[modifier | modifier le code]

Aéronefs[modifier | modifier le code]

L'aviation navale thaïlandaise (Kongbin Tha Han Lur) opère du 1er juin 1938 à juin 1951 (date à laquelle elle est dissoute après le coup d’État avorté contre Phibun[13]) différents types d’hydravions et d’aéronefs japonais, britannique et américains, sans posséder de porte-aéronefs. Aujourd'hui, elle s'organise autour de Sea Harrier et de SH-60B Sea Hawk, opérant à partir du porte-aéronefs Chakri Naruebet.

Principaux aéronefs de la marine royale thaïlandaise
Aéronefs Type Nombre en service
Harrier AV-8S/TAV-8S Avion d'attaque au sol 9
A-7E Corsair II Avion d'attaque au sol 18[14]
F.27-200/400 Avion de transport, d'attaque 6[15]
P-3T/UP-3T Orion Avion de patrouille maritime 3
T337 Avion d'entraînement, d'attaque et de surveillance 14
Dornier Do 228 Avion de surveillance 6
N.24A Nomad Avion de transport 5
ERJ-145 Avion de transport VIP, EVASAN 1[16]
CL-215 Avion bombardier d'eau, SAR 1
SH-60B Sea Hawk Hélicoptère multirôle 6
MH-60S Navy Hawk Hélicoptère de transport, SAR 2[16]
S-76B Hélicoptère SAR 6
Super Lynx 300 hélicoptère ASM 2[17]
Bell 212 Hélicoptère de transport 8
Bell 214ST Hélicoptère de transport VIP 4

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)Philippe Langloit, « Marine thaïlandaise : Les défis d'une force au cœur du maelström », Défense et Sécurité internationale, no 43,‎ décembre 2008, p. 59-61 (ISSN 1772-788X)
  2. « Focus : Autres marines asiatiques », sur Mer et Marine,‎ 8 mars 2013 (consulté le 10 mars 2013)
  3. Pour une longueur de 182,6 mètres et une largeur de 22,5 mètres
  4. Jean-Louis Promé, « L’Asie accède au Porte-aéronef », Défense et Sécurité internationale, no 17,‎ juillet 2006 (ISSN 1772-788X)
  5. (en)« Thailand's submarine ambitions back on agenda », Jane's,‎ 25 septembre 2009 (lire en ligne)
  6. Commandé le 11 novembre 2008, livré en 2012
  7. Version améliorée de la Classe Phraya disposant d'une plate-forme pour hélicoptère
  8. Doit son nom à la Kraburi, un fleuve qui se jette dans la Mer d'Andaman.
  9. Doit son nom à la Chao Phraya, qui, comme la [[Bang Pakong (fleuve)|]], se jette dans la Baie de Bangkok.
  10. Doit son nom à la Tapi, qui comme la Khirirat, se jette dans la Baie de Bandon.
  11. Version améliorée de la Classe Phraya disposant d'un canon de 127 mm, de lanceurs pour 8 missiles antinavire AGM-84 Harpoon, de cellules (non installées) pour missiles surface-air RIM-7 Sea Sparrow et d'une plate-forme pour hélicoptère
  12. Doit son nom au roi d'Ayutthaya Naresuan le Grand (1555-1605) - Taksin est aussi un roi de Thaïlande (1734-1782).
  13. La Kongbin Tha Han Lur est reformée en 1963
  14. Reçu en 1995 au prix symbolique de 45 000 dollars l'unité, cellules stockées
  15. Équipé de missiles antinavire AGM-84 Harpoon
  16. a et b En commande, livraison en 2010
  17. 4 en commande pour les patrouilleurs