Province d'Entre Ríos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entre Rios.
Province d'Entre Ríos
Provincia de Entre Ríos
Blason de Province d'Entre Ríos
Héraldique
Drapeau de Province d'Entre Ríos
Drapeau
Localisation de la province d'Entre Ríos
Localisation de la province d'Entre Ríos
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Capitale Paraná
Gouverneur Sergio Urribarri (FPV-PJ)
ISO 3166-2 AR-E
Démographie
Gentilé Entrerriano/a
Population 1 236 300 hab. (2010)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Superficie 78 781 km2
Liens
Site web http://www.entrerios.gov.ar

La province d'Entre Ríos est une subdivision de l'Argentine située au nord de la province de Buenos Aires, au sud de la province de Corrientes, à l'est de la province de Santa Fe et à l'ouest de l'Uruguay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Espagnols, le territoire était peuplé de diverses ethnies et tribus, principalement les Chanas, les Guaranís et les Charrúas. Ces peuples étaient avant tout nomades (à l'exception des Guaranís). Leurs activités étaient la chasse, la pêche et la cueillette. Seuls les Guaranís pratiquaient une agriculture rudimentaire.

Le premier Européen à explorer le territoire fut un certain Rodríguez Serrano qui, en 1520, navigua sur le Río Uruguay à la recherche d'un passage vers l'océan Pacifique. En 1528, Juan Álvarez y Ramón fit le même parcours atteignant le site de l'actuelle ville de Concordia.

Les premiers colons s'établirent dans l'actuel département de La Paz sur les bords du Paraná à la fin du XVIe siècle. Hernandarias, en tant que gouverneur d'Asuncion puis de Buenos Aires, conduisit des expéditions sur le sol de la province.

Au milieu du XVIIe siècle, un groupe d'habitants de Santa Fe s'établit sur les berges du Paraná. Ainsi commença à se construire la capitale provinciale. On assista alors également au peuplement des localités qui allaient devenir les villes de Nogoyá, Victoria, Gualeguay, Gualeguaychú, Concepción del Uruguay et Concordia.

En 1776, la vice-royauté du Río de la Plata fut fondée. Le territoire d'Entre Ríos y fut incorporé comme partie de l'Intendance de Buenos Aires.

En 1783, le vice-roi Juan José de Vértiz y Salcedo, inquiet de la proximité des Portugais dans la région, envoya Tomás de Rocamora explorer le territoire. Celui-ci se chargea de fonder de manière correcte les villes de Gualeguay, Gualeguaychú et Concepción del Uruguay. Ce fut aussi le premier à utiliser le terme de « Entre Ríos ». Entre Rios appartenait à l'Uruguay et fut protégé par Artigas. Lors de la révolution de mai, les populations de la province adhérèrent au processus d'émancipation. Lors de la campagne du Paraguay, Paraná hébergea les campements des troupes du général Manuel Belgrano.

Le 29 septembre 1820, le gouverneur Francisco Ramírez proclama la República de Entre Ríos, dans le cadre des autonomies provinciales. Cette situation perdura jusqu'à sa mort, le 10 juillet 1821.

Quand Buenos Aires se sépara du reste de l'Argentine en tant qu'État indépendant, Justo José de Urquiza fixa la capitale de la Confédération argentine à Paraná, transférant la capitale provinciale à Concepción del Uruguay.

Villes principales[modifier | modifier le code]

Les chiffres de population sont ceux du recensement de 2001 fournis par l'INDEC.

  • Paraná (237 968) : la capitale de la province, installée dans un site superbe, dominant de quelque 50 mètres le grand fleuve Paraná est riche de souvenirs historiques et de sites superbes. Le tunnel routier sous-fluvial qui la relie à sa voisine Santa Fe sera bientôt complété par un tunnel ferroviaire qui permettra de faire face à l'accroissement des échanges argentino-brésiliens.
  • Concordia (141 971 habitants)
  • Gualeguaychú (76 220)
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Depuis la création du département de San Salvador, la province est divisée en dix-sept départements :

Divisions administratives de la province d'Entre Ríos et sa capitale.
Département Superficie
en km2
Population
en 2001
Chef-lieu
Colón 2 893 52 718 Colón
Concordia 3 357 157 291 Concordia
Diamante 2 774 44 095 Diamante
Federación 3 760 60 204 Federación
Federal 5 060 25 055 Federal
Gualeguay 7 178 48 147 Gualeguay
Gualeguaychú 7 086 101 350 Gualeguaychú
Islas del Ibicuy 4 500 11 498 Villa Paranacito
La Paz 6 500 66 158 La Paz
Nogoyá 4 282 38 840 Nogoyá
Paraná 4 974 319 614 Paraná
San José de Feliciano 3 143 14 584 San José de Feliciano
San Salvador 1 275 16 118 San Salvador
Tala 2 663 25 892 Rosario del Tala
Uruguay 5 855 94 070 Concepción del Uruguay
Victoria 6 822 34 097 Victoria
Villaguay 6 654 48 416 Villaguay

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001
Province
d'Entre Ríos
292 019 425 373 787 362 805 357 811 691 908 313 1 020 257 1 173 533
Total Argentine 4 044 911 7 903 662 15 893 811 20 013 793 23 364 431 27 949 480 32 615 528 37 156 195

En 2003, l'Institut argentin des statistiques et des recensements (INDEC) estimait la population à 1 220 123 habitants[1]. Toujours selon l'INDEC, elle s'élevait à 1 242 547 habitants en juin 2007.

Tout au long du XXe siècle, la croissance démographique a été constante, mais nettement inférieure à celle de l'ensemble du pays. En 1895, le territoire — grand comme un septième du territoire de la France métropolitaine — comptait 292 019 habitants. De 1895 à 1991, la population de la province a crû de quelque 250 %, alors que l'ensemble de l'Argentine progressait de plus de 700 %.

Plus récemment cependant, on remarque que depuis 1991, le dynamisme démographique s'est accéléré, si bien que la population de la province augmente plus rapidement que celle de l'ensemble du pays.

Enfin la natalité observée dans la province (23 661 naissances en 2000, et 23 475 en 2004, soit un taux de 19,5 pour mille) laisse entrevoir, sauf imprévus démographique ou économique, une poursuite d'une croissance démographique solide dans les prochaines décennies.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.

Les projections de population effectuées par l'INDEC prévoient une population de 1 268 979 habitants en 2009 et 1 345 355 en 2015, soit un accroissement de plus de 12 500 personnes annuellement. La province continuerait donc ainsi sa progression à un rythme un peu inférieur à 1 % par an[2],[3] .

Image satellite montrant les inondations de mai 2003 : les parties sombres sont les surfaces inondées

Géographie[modifier | modifier le code]

La province d'Entre Ríos forme, avec celles de Misiones et Corrientes, la région de Mésopotamie. Elle a un relief plat avec de douces ondulations appelées lomadas ou collines : Lomada Grande (à l'est) et Lomada de Montiel (à l'ouest). Sa végétation est avant tout formée de ce qu'on appelle le Monte espinal:

Ce sont des formations végétales qui ont comme caractéristique principale d'être très touffues, ce qui rend difficile le passage de l'homme monté à cheval ou à bord d'une automobile. Il y a des montes dans le centre et le nord-ouest de la province. Les espèces qui les forment sont le ñandubay, le prosopis alba ou algarrobo, l'espinillo, le Geoffroea decorticans ou chañar, le micocoulier celtis tala ou spinosa, le schinus molle ou molle, le lapacho ou tabebuia et l'enterolobium contortisiliquum ou timbó.

On y trouve aussi des forêts galeries le long des cours d'eau.

Climat[modifier | modifier le code]

Climogramme de Paraná.

Les climats caractéristiques sont le climat subtropical sans saison sèche, au nord, et le climat tempéré pampéen au sud.

La province connaît des vents venus de l'océan Atlantique, outre des vents locaux comme le pampero, la sudestada et le vent du nord.

Elle a des précipitations abondantes, avec une moyenne d'au moins 900 mm annuellement. La température moyenne en été est de 20 °C, de novembre à mars. En hiver, la température est de 10 à 13 °C.

Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Le nom de la province reflète le fait que ses limites sont marquées par des cours d'eau, importants en l'occurrence:

Vers le sud se trouve le Delta du Paraná avec des terrains bas et de nombreuses îles.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

La flore[modifier | modifier le code]

La végétation de la province est constituée de futaies dans les zones centrales et nord-orientales. Ces forêts sont constituées entre autres espèces par le ñandubay (prosopis affinis), l'algarrobo blanco (prosopis alba), l'espinillo (prosopis denudans), le chañar (geoffroea decorticans), le tala (celtis tala), le faux-poivrier (schinus molle), le lapacho (tabebuia impetiginosa) et le timbó (enterolobium contortisiliquum).

Dans le delta du Paraná se trouvent d'autres types de forêts appelées ici « Montes Blancos », formées d'autres espèces forestières comme le saule créole (salix humboldtiana), le saule colorado ou saule de la côte, le peuplier créole, ceux de Caroline et du Canada, le ceibo (erythrina crista-galli), le curupí (sapium haematospermum), le canelón (rapanea lorentziana), le laurel créole (ocotea acutifolia), l'inga (inga uruguaiensis), le palo amarillo (terminalia australis) et le faux alisier (tessaria integrifolia).

Aux environs de Colón et Concordia croissent les fort beaux palmiers appelés yatay (butia yatay).
Les rivières et lagunes disposent d'une flore aquatique comme l'irupé (victoria cruziana), le repollito, le camalote ou jacinthe d'eau (eichhornia crassipes) et l'achira ou conflore (canna indica) [4] .

La faune[modifier | modifier le code]

La faune de l'Entre Ríos est variée et très riche, bénéficiant de la bonne protection naturelle assurée par les imposants cours d'eau qui l'entourent sur trois côtés et rendent plus difficile les déprédations causées par chasseurs et braconniers venus surtout des grandes villes de l'extérieur. Une autre protection est offerte par les limitations établies par les lois provinciales, tant à la pêche qu'à la chasse.

Les principaux mammifères autochtones sont le capybara (appelé ici carpincho), furet, le renard d'Aszara, le daguet gris (guazuncho), le laucha, le tatou à neuf bandes, le grand tatou velu ainsi que les grisons.

On trouve des reptiles, et tout d'abord les caimans yacare (yacaré negro), également plusieurs espèces de serpents. Parmi ceux-ci, il faut noter le redoutable yarará grande (víbora de la cruz), le yarará ñata (yarará camuse), le serpent à sonnette cascabelle (crotalus durissus terrificus), et le serpent de corail (micrurus fulvius, en plus de l'anaconda curiyú (eunectes notaeus). On y trouve aussi des iguanes et des lézards ; parmi ceux-ci l'iguane tégu.

Parmi les plus de 200 espèces de poissons il faut citer : l'armado (un poisson-chat), le surubí, le patí, le dorado, la sardine, le sábalo, le manduví, l'anamengüí, le boga, le pacú et le dientudo[5] . Il faut encore mentionner le poisson géant zungaro zungaro ou manguruyú qui peut atteindre 100 kilos et qui fréquente les eaux du Paraná, ainsi que l'agressif Tararira, véritable « guerrier des lagunes » que l'on trouve dans le delta du fleuve.

Les oiseaux aquatiques se rencontrent dans les lacs, lagunes et nombreux cours d'eau de la province. On trouve des grues, des cigognes, des hérons, des aigrettes, des ibis mandore, des courlans bruns et des spatules, ainsi que des palmipèdes, canards, goélands et cygnes. Parmi les oiseaux les plus communs, il faut citer le pirincho, l'urutaú, plusieurs espèces de cardinaux dont le rey del bosque (un saltator), le martin-pêcheur d'Amazonie, le martin-pêcheur vert et le cormoran vigua.

Économie[modifier | modifier le code]

Comme bien des provinces argentines c'est l'industrie agro-alimentaire qui prédomine :

  • Activités d'élevage: il y a une nette prédominance du secteur bovin et des volailles. Dans une moindre mesure l'élevage des ovins existe aussi.
  • Activité industrielle: l'industrie a un lien étroit avec les secteurs agricole et d'élevage, avec l'élaboration d'aliments et de boissons. Il existe aussi des industries en relation avec le bois, les produits chimiques, la métallurgie et la production de machines.

Personnalités liées à la province[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC)
  2. (es) [PDF] INDEC - Projections de population par province (2001-2015) (page 29)
  3. (es) [PDF] Estimation de population par province pour les années 2001-2010 (INDEC - Institut national argentin de la statistique) (page 15).
  4. Flora en Entre Ríos
  5. Fauna de Entre Ríos

Liens externes[modifier | modifier le code]