Tégu noir et blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Salvator merianae

Description de cette image, également commentée ci-après

Salvator merianae

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Scincomorpha
Famille Teiidae
Genre Salvator

Nom binominal

Salvator merianae
Duméril & Bibron, 1839

Synonymes

  • Tupinambis merianae (Duméril & Bibron, 1839)
  • Tupinambis teguixin sebastiani Müller, 1968
  • Tupinambis teguixin buzioensis Müller, 1969

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 04/02/77

Salvator merianae est une espèce de sauriens de la famille des Teiidae[1]. En français, elle est nommée Tégu noir et blanc, Tégu d'Argentine ou Tégu géant d'Argentine.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre dans les forêts tropicales[1] :

Elle a été introduite en Floride aux États-Unis.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Les bajoues du mâle sont bien visibles

Adulte, le Tégu d'Argentine mesure entre 90 cm et 145 cm pour un poids avoisinant les 10 kg. Les mâles sont beaucoup plus grands et plus lourds que les femelles, et développent des bajoues en devenant matures. C'est la plus grande espèce de tégu. Le tégu mâle peut être différencié en regardant le cloaque et en recherchant deux renflements, les hémipénis.

À la naissance, les petits sont vert clair avec des taches noires ; le vert vire au blanc au bout de deux à trois mois.

Certains Tégus noir et blanc peuvent se reproduire avec le Tégu rouge.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Ce Tégu vit entre quinze et vingt ans. Il aime se nourrir de feuillage dense et de fourrage, et en consomme autant que possible avant l'entrée dans l'hibernation en automne. Une grande part de son alimentation est carnée (jeunes rongeurs). Ils font également preuve d'un niveau élevé d'intelligence peu commun chez les reptiles, avec un niveau d'activité physique important, en dehors de la période de l'hibernation.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La saison des amours a lieu au printemps, après la première mue qui suit la période de repos hivernal. Après les accouplements, la femelle se met à la recherche de matériaux pour construire son nid. La ponte a lieu environ un mois après les accouplements et compte de 25 à 50 œufs[2]. L'incubation dure un peu plus de 2 mois à 28°C. Les bébés sortent de l'œuf les uns à la suite des autres. Les jeunes tégus se nourrissent dès le lendemain, de petits insectes de taille adaptée.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (28 janvier 2014)[3] :

  • Salvator merianae buzioensis (Müller, 1969)
  • Salvator merianae merianae (Duméril & Bibron, 1839)
  • Salvator merianae sebastiani (Müller, 1968)

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur d'Anna Maria Sibylla Merian[4].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce a longtemps été confondue avec Tupinambis teguixin.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Duméril & Bibron, 1839 : Erpétologie Générale ou Histoire Naturelle Complète des Reptiles. vol. 5, Roret/Fain et Thunot, Paris, p. 1-871 (texte intégral).
  • Müller, 1968 : Die Herpetofauna der Insel São Sebastião (Brasilien). Saabrücken: Saarbrücker Zeitung Verlag und Druckerei GmbH, p. 1-68.
  • Müller, 1969 : Über eine neue subspezies vom teju, Tupinambis teguixin buziosensis n. ssp. Salamandra, vol. 5, p. 32-35.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. (fr) Tégu commun et Tégu noir et blanc sur AnimauxExotiques.com
  3. Reptarium Reptile Database, consulté le 28 janvier 2014
  4. Beolens, Watkins & Grayson, 2009 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, p. 1-296