Révolution de Mai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Révolution de mai)
Aller à : navigation, rechercher
Le cabildo ouvert (cabildo abierto) du 22 mai 1810 à Buenos Aires, d'après un tableau de Pedro Subercaseaux.

L'expression révolution de Mai (en espagnol Revolución de Mayo) désigne une série d'événements, s’échelonnant sur une semaine, qui eurent lieu du 18 au 25 mai 1810 à Buenos Aires. Cette ville était alors la capitale de la Vice-royauté du Río de la Plata, colonie faisant partie de l’Empire espagnol et comprenant le territoire des actuels États d’Argentine, de Bolivie, du Paraguay et de l’Uruguay. Lesdits événements, qui sont commémorés en Argentine sous le nom de Semaine de Mai (en esp. Semana de Mayo), conduisirent à l’éviction du dernier vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros et à l’établissement, le 25 mai, d’un gouvernement local, appelé Première Junte (esp. Primera Junta).

La révolution de Mai était une conséquence directe de la guerre d’indépendance espagnole, qui s’était déroulée au cours des deux années précédentes. En 1808, le roi d’Espagne, Ferdinand VII, abdiqua en faveur de Napoléon Bonaparte, qui fit don du trône à son frère Joseph. Une Junte suprême centrale mena la résistance contre le gouvernement de Joseph et l’occupation française de l’Espagne, mais finit, après avoir subi une série de revers, par perdre la moitié nord du pays. Le 1er février 1810, les troupes françaises s’emparèrent de Séville et étendirent leur domination sur une majeure partie de l’Andalousie. La Junte suprême dut se replier sur Cadix et se dissoudre pour faire place au Conseil de Régence d'Espagne et des Indes. Par des journaux, en provenance d’Espagne et du reste de l’Europe, apportés par des navires britanniques, la nouvelle de ces événements parvint finalement à Buenos Aires le 18 mai.

Afin de préserver le statu quo politique, le vice-roi Cisneros tenta d’occulter cette nouvelle, mais un groupe d’avocats criollo et de hauts militaires réussit à obtenir que fût organisé le 22 mai un cabildo ouvert (esp. cabildo abierto), réunion extraordinaire des notables de la ville, en vue de décider de l’avenir de la vice-royauté. Les participants à cette réunion se refusèrent à reconnaître le Conseil de Régence espagnol et résolurent de constituer une junte destinée à gouverner à la place de Cisneros, attendu que le gouvernement qui l’avait nommé vice-roi avait cessé d’exister. Dans une tentative de perpétuer l'ordre social établi, c’est d’abord Cisneros lui-même qui fut désigné président de la junte par le Cabildo ; cependant, à la suite de la forte agitation que cette désignation provoqua parmi le peuple, Cisneros démissionna le 25 mai. La Première Junte nouvellement instituée invita d’autres villes de la vice-royauté à envoyer des délégués afin que ceux-ci se joignissent à la Junte de Buenos Aires ; cela eut cependant pour effet de déclencher une guerre entre les régions acceptant l'aboutissement des événements de Buenos Aires, et celles récusant cet aboutissement.

La révolution de Mai est considérée comme le point de départ de la Guerre d’Indépendance de l’Argentine, quoique aucune déclaration formelle d’indépendance n’eût été faite à ce moment-là, et que la Première Junte continuât de gouverner au nom du roi déposé Ferdinand VII. En outre, compte tenu que des événements semblables eurent lieu également dans nombre d’autres villes de l’Amérique du Sud espagnole lorsqu’y fut parvenue la nouvelle de la dissolution de la Junte suprême centrale, la révolution de Mai est considérée comme un des points de départ de toutes les guerres d'indépendance en Amérique du Sud. Les historiens discutent aujourd’hui sur le propos de savoir si les révolutionnaires étaient réellement loyaux envers la couronne d’Espagne ou si la déclaration de fidélité au roi n’était qu’un subterfuge nécessaire destiné à dissimuler le véritable objectif ― réaliser l’indépendance ― à une population non encore prête à accepter un changement aussi radical. Une déclaration formelle d’indépendance de l’Argentine ne fut finalement prononcée que lors du Congrès de Tucumán le 9 juillet 1816.

Causes[modifier | modifier le code]

Causes extérieures[modifier | modifier le code]

Le couronnement de Joseph Bonaparte eut pour effet de mettre en doute la légitimité de l’autorité vice-royale.

Après que les États-Unis eurent en 1776 proclamé leur indépendance d’avec la Grande-Bretagne, les criollos à leur tour étaient portés à penser qu'une révolution pour obtenir l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne était un objectif réalisable[1]. De 1775 à 1783 en effet, les Treize colonies déclenchèrent la Révolution américaine, puis menèrent une guerre d’indépendance contre leur puissance de tutelle. De plus, le fait que l’Espagne fut venue en aide aux colonies nord-américaines dans leur lutte contre la Grande-Bretagne avait mis à mal l’argument selon lequel mettre fin à l’allégeance à la métropole devait être considéré comme un crime[2].

D’autre part, les idéaux de la Révolution française de 1789 s’étaient, par le processus dit de la Révolution atlantique, propagés au-delà de l’Atlantique. La Révolution française mit un terme à des siècles de monarchie et aboutit au renversement, puis à l’exécution du roi Louis XVI et de la reine Marie Antoinette, et à la suppression des privilèges de la noblesse. La mise en cause du concept de monarchie de droit divin, par l’effet conjugué des idées de la Révolution française, en particulier la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de certaine phrase de la déclaration d’indépendance américaine, affirmant que tous les hommes ont été créés égaux, et même de certaines prises de position de l’Église espagnole[3], permit l’instauration d’un régime républicain en France et aux États-Unis en lieu et place des monarchies, et aussi l’avènement de monarchies constitutionnelles, comme en Grande-Bretagne[4].

La déclaration d'indépendance des États-Unis suscita des mouvements similaires dans les colonies espagnoles d’Amérique du Sud.

Cependant, la diffusion de telles idées était interdite dans les territoires espagnols, de même que la mise en vente et la détention non autorisée des livres qui les exposaient. Ces proscriptions furent édictées après que l'Espagne eut déclaré la guerre à la France à la suite de l’exécution de Louis XVI, et maintenues ensuite nonobstant le traité de paix de 1796. Tous les efforts pour les garder à distance ne purent empêcher les nouvelles des événements de 1789 et les publications révolutionnaires de se répandre en Espagne. De nombreux criollos de l’époque des Lumières firent connaissance avec les ouvrages d’auteurs critiques lors de leurs études universitaires, que ce soit en Europe ou à l’université de Chuquisaca dans le Haut-Pérou[5]. Des livres en provenance des États-Unis parvenaient dans les colonies espagnoles par Caracas, en raison de la proximité de cette ville avec les États-Unis et les Indes occidentales anglaises[6].

La Révolution industrielle, engagée d’abord en Grande-Bretagne, rendue possible par l’utilisation des chemins de fer et de la machine à vapeur, entraîna une augmentation spectaculaire des capacités de production britanniques[7] et détermina le besoin de nouveaux marchés pour écouler les produits. La tâche de trouver des débouchés était devenue particulièrement difficile en raison des guerres napoléoniennes, où s’affrontaient la France et la Grande-Bretagne, et en particulier du blocus continental, imposé par Napoléon, qui interdisait à la Grande-Bretagne d'avoir des échanges commerciaux avec aucun pays européen. La Grande-Bretagne avait donc besoin de pouvoir commercer avec les colonies espagnoles[8], mais en était empêché par l'obligation qu’avaient ces colonies de ne commercer qu’avec leur métropole[9]. Pour atteindre leurs objectifs économiques, la Grande-Bretagne entreprit initialement d’envahir militairement le Río de la Plata aux fins de conquérir les villes-clef de l’Amérique espagnole. Après l’échec de cette tentative, les Britanniques choisirent de miser sur les volontés hispano-américaines d’émancipation vis-à-vis de l’Espagne[9].

La soulèvement d'Aranjuez (1808) conduisit à l’abdication du roi d’Espagne Charles IV en faveur de son fils Ferdinand VII[10]. Charles IV sollicita Napoléon de le restaurer sur le trône, mais, au lieu de cela, Napoléon couronna son propre frère Joseph Bonaparte comme le nouveau roi d’Espagne[10], événement connu sous le nom d’abdication de Bayonne. Le couronnement de Joseph, rencontrant une forte résistance en Espagne, déclencha la guerre d’indépendance espagnole, tandis que la Junte de Séville prit le pouvoir au nom du roi absent. L’Espagne, qui jusque-là avait été une alliée sûre de la France contre la Grande-Bretagne, fit à présent alliance avec la Grande-Bretagne contre la France. La Junte de Séville néanmoins fut finalement vaincue, et remplacée par un Conseil de Régence siégeant à Cadix[11].

Causes intérieures[modifier | modifier le code]

Le couronnement de l’infante Charlotte Joachime fut envisagé pendant un temps comme solution de rechange à la révolution.

L’Espagne interdisait à ses possessions américaines de commercer avec d’autres pays ou avec des colonies étrangères, et s’imposait elle-même comme seul pays acheteur et fournisseur pour les échanges internationaux. Cette situation était préjudiciable à la Vice-royauté, attendu que l’économie espagnole n’avait pas la capacité d’absorber toutes les marchandises provenant des colonies[12], et provoquait des pénuries économiques et la récession. Les voies commerciales espagnoles privilégiaient les ports de Mexico et de Lima, au détriment de Buenos Aires ; cette politique de la métropole s’explique par la présence de la piraterie, qui obligeait à faire accompagner d’une forte escorte militaire les navires de commerce, et par le fait que Buenos Aires en contrepartie ne détenait pas de ressources en or ou argent, ni ne disposait de populations indigènes établies desquelles obtenir des matières premières ou susceptibles d’être soumises au système de l’encomienda, ce qui rendait les convois de navires à destination de Buenos Aires beaucoup moins rentables que ceux à destination de Mexico ou Lima[13]. Il en résulta que la ville se fournissait par la contrebande en produits qu’on ne pouvait obtenir légalement. Cette activité contrebandière, laquelle était, quoique illégale, tolérée comme un moindre mal par la plupart des autorités locales, égalait à l’occasion en volume le commerce légal avec l’Espagne[14]. Deux factions antagonistes se faisaient face : les hacendados, propriétaires de haciendas (grands domaines agricoles), souhaitaient le libre-échange afin de pouvoir vendre leurs productions outre-mer, alors que les marchands, qui, à l’inverse, profitaient du prix élevé des produits importés en contrebande, s’opposaient au libre-échange, de peur de voir les prix baisser[15].

La monarchie espagnole nommait ses propres candidats à la plupart des fonctions politiques de la Vice-royauté, généralement en donnant la préférence à des Espagnols d’Europe[16]. Dans la plupart des cas, les personnes ainsi désignées n’avaient qu’une faible connaissance des questions locales ou s’y montraient peu intéressées. Il en résulta une rivalité croissante entre criollos, gens de souche européenne mais nés en Amérique, et péninsulaires, Espagnols nés en Europe. La plupart des criollos estimaient que les péninsulaires bénéficiaient d’avantages immérités et d’un traitement préférentiel en politique et dans la société. Le bas clergé avait un sentiment semblable à l’endroit des échelons supérieurs de la hiérarchie religieuse[17]. Les événements, certes, se succédaient à un rythme plus lent que dans le mouvement indépendantiste aux États-Unis. Cela s’explique en partie par le fait que la totalité du système scolaire en Amérique espagnole était encore aux mains du clergé ; aussi la population tendait-elle à avoir les mêmes idées conservatrices et à suivre les mêmes coutumes que celles en vigueur en Espagne[18].

Buenos Aires et Montevideo réussirent par deux fois à résister victorieusement à une invasion britannique du Río de la Plata. En 1806, un petit corps d’armée britannique, commandé par William Carr Beresford, s’empara de Buenos Aires pour une brève période ; la ville fut libérée par l’armée montévidéenne sous le commandement de Jacques de Liniers[19]. L’année suivante, un corps d’armée plus important s’empara à nouveau de Montevideo, mais fut submergé par les forces de Buenos Aires et dut capituler et restituer Montevideo à la Vice-royauté[19]. Aucun secours ne vint d’Espagne lors de ces deux invasions. Les préparatifs de défense précédant la deuxième invasion comportaient aussi la formation de milices criollos, nonobstant leur interdiction[20]. L’armée criollo la plus importante était le Premier Régiment d’infanterie, ou Régiment de Patriciens (esp. Regimiento de Patricios), commandé par Cornelio Saavedra. Ces faits donnèrent aux criollos un pouvoir militaire et une influence politique qu’ils n’avaient pas auparavant ; en outre, la victoire ayant été obtenue sans aucune aide de l’Espagne, la confiance des criollos dans leurs capacités d’indépendance en sortit grandie[21].

En 1808, la famille royale portugaise, ayant échappé à l’invasion du Portugal par Bonaparte, quitta l’Europe pour s’établir au Brésil. Charlotte Joachime, sœur de Ferdinand VII, était l’épouse d’un prince portugais. Comme elle avait pu ainsi se soustraire à la capture de la famille royale espagnole, elle tenta de prendre la tête, en tant que régente, des vice-royautés espagnoles. Ce projet politique, connu sous le nom de charlottisme, fut conçu dans le but d’empêcher une invasion des Amériques par les Français. Une petite société secrète, composée de politiciens criollos tels que Manuel Belgrano et Juan José Castelli, et de militaires comme Antonio Beruti et Hipólito Vieytes, soutenait ce projet. Ils y voyaient la possibilité de créer un gouvernement local appelé à remplacer la tutelle européenne, c'est-à-dire de franchir un premier pas potentiel en direction d’une déclaration d’indépendance[22]. S’opposaient au projet le vice-roi Liniers, la plupart des péninsulaires, et des criollos comme Mariano Moreno, Juan José Paso, et Cornelio Saavedra, qui soupçonnaient que ce projet cachât des ambitions expansionnistes portugaises dans la région[23]. Charlotte Joachime elle-même rejeta finalement le projet, car les porteurs de celui-ci se proposaient de la mettre à la tête d’une monarchie constitutionnelle, alors qu'elle entendait régner sous un régime de monarchie absolue ; elle dénonça au vice-roi les motivations révolutionnaires contenues dans les lettres d’appui qui lui avaient été envoyées. Sans autre appui important, les prétentions de Charlotte s’évanouirent, même si, après la révolution encore, certains maintinrent l’idée de son couronnement comme stratégie dilatoire. Mais déjà, l’infante elle-même désapprouvait totalement le tour qu’avaient pris les événements. Dans une lettre à Juan Manuel Goyeneche, elle écrivit : « Dans ces circonstances, je crois de mon devoir de te requérir et de te charger d’employer tous tes efforts à aller dès que possible à Buenos Aires ; et finis-en une fois pour toutes avec ces perfides révolutionnaires, avec les mêmes exécutions que tu as pratiquées dans la ville de La Paz. »

La Grande-Bretagne, solidement ancrée dans l’Empire portugais, s’opposait également au projet : elle voulait empêcher que l’Espagne n'éclatât en une multitude de royaumes, et jugeait Charlotte Joachime incapable de faire barrage aux séparatismes[24].

Prélude[modifier | modifier le code]

En 1810, les opinions divergentes des différents secteurs de la société quant à la voie à suivre dans la Vice-royauté tendaient à se rejoindre dans une attitude expectative. Une situation analogue s’était produite un siècle auparavant, lors de la guerre de Succession d’Espagne opposant les Habsbourg et les Bourbons, lorsque, pendant quinze ans, les colonies espagnoles ne surent pas qui reconnaître comme leur légitime souverain. À cette occasion, dès que Philippe V se fut installé sur le trône d’Espagne, les fonctionnaires des colonies le reconnurent, et tout reprit son cours normal. Il est probable qu’en 1810, beaucoup, en particulier parmi les Espagnols, croyaient qu’il suffirait de constituer une junte de gouvernement, puis attendre que la normalité revînt en Espagne[25].

Le gouvernement de Liniers[modifier | modifier le code]

Jacques de Liniers régna en tant que vice-roi de 1807 à 1809.

Buenos Aires une fois reconquise après les invasions britanniques du Río de la Plata en 1806, la population ne pouvait accepter que Rafael de Sobremonte, à qui elle reprochait de s’être enfui à Córdoba avec le trésor public alors que la bataille faisait rage encore, fût maintenu vice-roi. Il existait certes une loi, promulguée par Pedro de Cevallos, requérant que le trésor fût placé en lieu sûr en cas d’attaque étrangère, néanmoins Sobremonte était perçu comme un poltron par la population[26]. La Real Audiencia de Buenos Aires ne lui permit pas de retourner à Buenos Aires et nomma Santiago de Liniers, acclamé comme un héros populaire, vice-roi par intérim. C’était là, fait sans précédent, la première fois qu’un vice-roi espagnol était déstitué par un organe de gouvernement local, et non par le roi d’Espagne lui-même[27]. Cette nomination fut néanmoins ratifiée ultérieurement par le roi Charles IV[28]. Liniers entreprit d’armer l’ensemble de la population de Buenos Aires, y compris les criollos et les esclaves, et sut refouler une deuxième tentative britannique d’invasion en 1807.

Le gouvernement de Liniers avait la faveur des criollos, mais non des péninsulaires, tels que le négociant Martín de Álzaga ou le gouverneur de Montevideo, Francisco Javier de Elío[29]. Ce dernier requit des autorités espagnoles de désigner un nouveau vice-roi ; à la suite de l’éclatement de la guerre d’indépendance espagnole, il mit sur pied à Montevideo une junte chargée de passer au crible tous les ordres en provenance de Buenos Aires, et qui se réservait le droit d’ignorer ces ordres, sans toutefois nier ouvertement l’autorité du vice-roi ou déclarer Montevideo indépendant[30].

Martín de Álzaga lança une rébellion, dite Asonada de Álzaga, afin d’écarter Liniers. Le premier janvier 1809, un cabildo ouvert ― réunion extraordinaire de citoyens tenue dans le cabildo (conseil municipal) local ― présidé par Álzaga, exigea la démission de Liniers et nomma une junte au nom de Ferdinand VII ; la milice espagnole et un groupe de gens convoqués par le conseil s'étaient rassemblés pour appuyer la rébellion. Certains criollos, en particulier Mariano Moreno, soutinrent la mutinerie, y voyant un moyen de réaliser l'indépendance, mais ils étaient en petit nombre[31]. D’autres soupçonnaient Álzaga de vouloir écarter le vice-roi afin de se soustraire à son autorité politique, tout en se proposant de maintenir inchangées les disparités sociales entre criollos et péninsulaires[32]. L’émeute fut promptement brisée après que les milices criollos menées par Cornelio Saavedra eurent cerné la place et dispersé les insurgés. La mutinerie ratée eut pour résultat que les milices rebelles, c'est-à-dire toutes les milices péninsulaires, furent désarmées, et que le pouvoir des criollos fut corrélativement augmenté. La rivalité entre criollos et péninsulaires s’exacerba. Les meneurs du complot, à l’exception de Moreno, furent envoyés en exil à Carmen de Patagones. Javier de Elío les en libéra et leur accorda l’asile politique à Montevideo[33].

Le gouvernement de Cisneros[modifier | modifier le code]

Baltasar Hidalgo de Cisneros, dernier vice-roi ayant gouverné à Buenos Aires.

La Junte de Séville remplaça Liniers par l’officier de marine Baltasar Hidalgo de Cisneros, ancien combattant de la bataille de Trafalgar, pour mettre fin à l’agitation politique dans le Río de la Plata. Il arriva à Montevideo en juin 1809 pour la passation de pouvoir. Manuel Belgrano proposa que Liniers résistât, au motif qu’il avait été confirmé dans le rôle de vice-roi par l’autorité du roi d’Espagne, alors qu’une telle légitimité faisait défaut à Cisneros[34]. Quoique les milices criollo fussent disposées à soutenir Liniers contre Cisneros[35], Liniers remit sans résistance le pouvoir entre les mains de Cisneros. Javier de Elío accepta l’autorité du nouveau vice-roi et dissolut la Junte de Montevideo. Cisneros réarma les milices péninsulaires démantelées, et gracia les partis responsables de la mutinerie[36]. Álzaga en revanche ne fut pas libéré, mais sa sentence commuée en assignation à résidence[37].

Dans le Haut-Pérou, les événements d’Espagne faisaient également l'objet de préoccupations et la légitimité des autorités locales y était aussi mise en cause. Le 25 mai 1809, à la suite d'une révolution à Chuquisaca, le gouverneur Ramón García de León y Pizarro fut déposé et remplacé par Juan Antonio Alvarez de Arenales[38]. Le 16 juillet, dans la ville de La Paz, un deuxième mouvement révolutionnaire, dirigé par le colonel Pedro Domingo Murillo, démit le gouverneur et élut une junte, la dénommée Junta Tuitiva de los Derechos del Pueblo (litt. Junte Gardienne des Droits du Peuple)[39]. Une réaction vive des autorités espagnoles permit de défaire ces rébellions. Une armée de 1 000 hommes envoyée de Buenos Aires ne rencontra aucune résistance à Chuquisaca, s’empara de la ville, et déstitua la Junte[40]. Murillo tenta de défendre La Paz, mais ses 800 hommes étaient complètement surpassés en nombre par les plus de 5 000 hommes envoyés de Lima[41]. Il fut décapité par la suite, en même temps que d’autres meneurs, et leurs têtes furent exhibées en guise de dissuasion[42]. Ces mesures contrastaient fortement avec la grâce dont avaient bénéficié Martín de Álzaga et d’autres après une brève période d’emprisonnement, ce qui eut pour effet d’exacerber encore le ressentiment des criollos envers les péninsulaires[43].

Juan José Castelli assistait aux délibérations à l’université Saint-François-Xavier, au moment où Bernardo de Monteagudo conçut le Syllogisme de Chuquisaca, qui servit de justification légale à l’autonomie, et qu’il formula ainsi : « Doit-on suivre le destin de l’Espagne ou résister en Amérique ? Les Indes sont une possession personnelle du roi d’Espagne ; le roi est empêché de régner ; en conséquence, les Indes doivent se gouverner elles-mêmes. » Ce raisonnement détermina l’attitude adoptée par Castelli lors de la Semaine de Mai[44].

Le 25 novembre 1809, Cisneros institua la Cour de Surveillance politique (Juzgado de Vigilancia Política), chargée de poursuivre les francisés (afrancesados) et les indépendantistes[45]. Cependant, il rejeta la proposition de l’économe José María Romero de bannir un certain nombre de personnes considérées dangereuses pour le régime espagnol, comme Saavedra, Paso, Chiclana, Vieytes, Balcarce, Castelli, Larrea, Guido, Viamonte, Moreno et Sáenz[46]. Il mit en garde de ne pas propager de nouvelles pouvant être considérées comme subversives.

Les criollos étaient conscients que n’importe quel prétexte pouvait suffire à provoquer l’éclatement d’une révolution. En avril 1810, Cornelio Saavedra prononça sa célèbre phrase devant ses amis : « Ce n’est pas l’heure encore, laissez le temps aux figues de mûrir, et alors nous les mangerons »[47], signifiant par là qu’il n’appuierait aucune action irréfléchie contre le vice-roi, mais qu’il attendait quelque moment stratégiquement favorable, tel qu’un avantage décisif remporté par les forces napoléoniennes dans leur guerre contre l'Espagne[48].

Déroulement de la Semaine de Mai[modifier | modifier le code]

Claude Victor-Perrin, commandant des troupes françaises qui prirent Séville lors de la guerre d'indépendance espagnole.

Les historiens définissent la Semaine de Mai comme l’intervalle de temps situé entre la confirmation de la chute de la Junte de Séville le 18 mai, et la destitution de Cisneros et l’instauration de la Première Junte le 25 mai[49].

Le 14 mai 1810, la goélette de guerre britannique HMS Mistletoe, en provenance de Gibraltar, aborda à Buenos Aires, porteuse de journaux européens rapportant la dissolution de la Junte de Séville au mois de janvier précédent. La ville de Séville avait été envahie par les troupes françaises, qui occupaient déjà une majeure partie de la péninsule Ibérique. Après que le roi Ferdinand VII eut été déposé par les abdications dites de Bayonne, la Junte était l’un des derniers bastions du pouvoir de la couronne espagnole. Le 17, des nouvelles concordantes venues de Montevideo, apportées le 13 par la frégate britannique HMS John Paris, parvinrent à Buenos Aires ; s’y ajoutait l’information que quelques-uns des anciens membres de la Junte s’étaient réfugiés sur l’île de León à Cadix, pour y établir une Junte. Un Conseil de régence d’Espagne et des Indes fut constitué, mais aucun des deux vaisseaux ne transmit cette nouvelle. Au contraire de la Junte de Séville, perçue comme réceptive aux idées nouvelles, le Conseil de Régence de Cadix ne fut pas considéré comme le prolongement de la résistance espagnole, mais comme une tentative de restaurer l’absolutisme en Espagne. Les patriotes sud-américains craignaient autant une restauration absolutiste qu’une victoire française complète dans la péninsule ibérique[50]. Cisneros tenta d’occulter les nouvelles en contrôlant les vaisseaux britanniques et en faisant saisir tout journal qui arrivait, mais un exemplaire parvint néanmoins entre les mains de Manuel Belgrano et de son cousin Juan José Castelli[51]. Ils répandirent la nouvelle chez les autres patriotes et mirent en cause la légitimité du vice-roi, celui-ci ayant été nommé par la Junte déchue[51].

La nouvelle parvint également aux oreilles de Cornelio Saavedra, commandant du Régiment de Patriciens. Saavedra, qui, à des occasions antérieures, avait déconseillé de prendre des mesures à l’encontre du vice-roi, et considérait que du point de vue stratégique, le moment idéal pour mettre en œuvre le projet révolutionnaire serait l'instant où les forces napoléoniennes auraient obtenu un avantage décisif dans leur guerre contre l’Espagne, conclut à présent que l’heure idéale était venue de tenter des actions contre Cisneros[52]. Martín Rodríguez proposa de renverser le vice-roi par la force, mais Castelli et Saavedra rejetèrent cette idée et proposèrent la tenue d’un cabildo ouvert[53].

Vendredi 18 mai et samedi 19 mai[modifier | modifier le code]

Quelque effort qu’eût fait le vice-roi Cisneros pour occulter la nouvelle de la défaite espagnole, la rumeur s’était propagée à travers tout Buenos Aires. La population était inquiète, une grande activité régnait dans les casernes et sur la Plaza, et la plupart des magasins avaient fermé leurs portes[54]. Le Café des Catalans (Café de los Catalanes) et la Fonda de Naciones, lieux de réunion habituels des criollos, devinrent des enceintes de discussions politiques et les lieux de proclamations radicales ; Francisco José Planes y clama que Cisneros devait être pendu sur la Plaza Mayor en représailles de l’exécution des chefs de l’infortunée révolution de La Paz[55]. Ceux qui avaient sympathisé avec le gouvernement absolutiste furent houspillés, mais les bagarres furent de peu de conséquence, car nul n'était autorisé à se saisir des fusils ou des sabres dans les casernes[56].

Le vice-roi, à l’effet d'apaiser les criollos, donna sa propre version des événements par la voie d’une proclamation. Bien que connaissant la nouvelle[57], il se borna à relever que la situation dans la péninsule ibérique était délicate, sans confirmer la chute de la Junte. Requérant de faire allégeance au roi Ferdinand VII, il proposa de créer un corps de gouvernement qui dirigerait au nom de Ferdinand VII, conjointement avec le vice-roi du Pérou José Fernando de Abascal y Sousa, le gouverneur de Potosí Francisco de Paula Sanz et le président de l’Audiencia royale de Charcas Vicente Nieto[58]. La proclamation comportait le passage suivant : « En Amérique espagnole, le trône des Rois catholiques se maintiendra, eût-il succombé dans la péninsule. (...) L’autorité supérieure ne prendra une quelconque décision qui n'ait été préalablement convenue conjointement avec toutes les représentations de la capitale, auxquelles se seront jointes postérieurement celles des provinces de son ressort, pendant qu’entre-temps s'établisse, en accord avec les autres vice-royautés, une représentation de la souveraineté du seigneur Ferdinand VII[59] ».

Sur ces entrefaites cependant, l’agitation populaire ne cessait de croître. Ne se laissant pas berner par le communiqué du vice-roi, quelques criollos tenaient au domicile de Nicolás Rodríguez Peña et d’Hipólito Vieytes des réunions secrètes, où ils désignèrent une commission représentative, composée de Juan José Castelli et de Martín Rodríguez, à l’effet de requérir que Cisneros convînt d’un cabildo ouvert pour décider de l’avenir de la vice-royauté.

Dans la nuit du 19 mai, les discussions se poursuivaient au domicile de Rodríguez Peña. Saavedra, appelé par Viamonte, rejoignit la réunion. Il y avait des chefs militaires, tels que Rodríguez, Ocampo, Balcarce et Díaz Vélez ; et des chefs civils, comme Castelli, Vieytes, Alberti et Paso. Ils convinrent que Belgrano et Saavedra se mettraient en rapport avec le maire Juan José de Lezica, et Castelli avec le procureur Julián de Leiva, pour solliciter leur appui. Ils réclameraient que le vice-roi permît la tenue d’un cabildo ouvert, à défaut de quoi, ajoutèrent-ils, le peuple et les troupes criollos marcheraient sur la Plaza Mayor, pour forcer par tous les moyens utiles le vice-roi à démissionner, et le remplacer ensuite par un gouvernement de patriotes[60]. Saavedra fit à Lezica la remarque que lui-même (Saavedra) était soupçonné d’être un traître potentiel pour avoir prôné à plusieurs reprises de procéder par démarches prudentes et mesurées ― remarque destinée en réalité à presser Lezica à mettre en branle le système légal pour permettre au peuple de s’exprimer, sous peine de risquer une rébellion de grande ampleur[61]. Lezica demanda de la patience et du temps pour convaincre le vice-roi, et pria de réserver en ultime recours la tenue d’une manifestation massive, argumentant que si le vice-roi était déposé de cette manière, cela équivaudrait à une rébellion, et transformerait les révolutionnaires en criminels[62]. Manuel Belgrano fixa le lundi prochain comme dernier délai pour agréer le cabildo ouvert ; ensuite il passerait à l’action directe[63]. Ultérieurement, au cours de la Révolution, Leiva devait intervenir comme médiateur, agissant à la fois comme confident de Cisneros et comme négociateur de confiance pour les révolutionnaires plus modérés[64].

Dimanche 20 mai[modifier | modifier le code]

Juan José Castelli sollicitant un cabildo ouvert auprès de Baltasar Hidalgo de Cisneros.

Lezica ayant fait part à Cisneros de la requête, le vice-roi consulta Leyva, qui se déclara favorable à la tenue d’un cabildo ouvert. Avant de prendre sa décision, le vice-roi ordonna aux chefs militaires de se rendre au Fort à sept heures du soir. Des rumeurs se répandirent selon lesquelles il s’agissait d’un guet-apens destiné à les capturer et à se rendre maître des casernes. Pour prévenir ce risque, les chefs militaires prirent d’abord le commandement des grenadiers qui gardaient le fort et s’assurèrent les clefs de tous les accès de celui-ci pendant l’audience chez le vice-roi[65]. Après que Cisneros leur eut, selon ce qu’il rapporta lui-même dans ses Mémoires, rappelé les serments de fidélité répétés par lesquels ils s’étaient engagés à défendre l’autorité et à maintenir l’ordre public, qu’il les eut exhortés de mettre en pratique leur fidélité à Sa Majesté et à la patrie, et qu’il eut à cet effet réclamé des renforts militaires, le colonel Cornelio Saavedra, chef du Régiment de Patriciens, répliqua, au nom de tous les regiments criollo, en comparant la situation internationale actuelle avec celle prévalant au moment de la mutinerie d’Álzaga, un an auparavant, et en soulignant que l'Espagne était à présent presque totalement sous la domination napoléonienne ; il remarqua que les provinces espagnoles non encore vaincues étaient très exiguës en comparaison des Amériques et rejeta les prétentions de souveraineté de celles-là sur celles-ci. Il conclut que les armées locales ne souhaitaient pas suivre le destin de l’Espagne, mais au contraire suivre leur propre voie. Enfin, il fit observer que la Junte de Séville, qui avait nommé vice-roi Cisneros, avait cessé d’exister, en raison de quoi il déniait à Cisneros toute légitimité comme vice-roi, et refusait de lui apporter la protection des troupes sous son commandement[66].

À minuit, au domicile de Rodríguez Peña, eut lieu une réunion où les dirigeants discutaient des événements de la journée écoulée. Castelli et Martín Rodríguez furent dépêchés vers le Fort pour une entrevue avec Cisneros. Terrada, commandant des grenadiers d’infanterie, dont la caserne se trouvait sous les fenêtres de Cisneros, les rejoignit, sa présence étant propre à empêcher le vice-roi de faire appel à une aide militaire pour faire prisonniers ses visiteurs[67]. Les gardes les ayant laissé passer sans les annoncer, ils trouvèrent Cisneros occupé à jouer aux cartes avec le brigadier Quintana, le procureur Caspe et l'aide de camp Coicolea. Castelli et Rodríguez réitérèrent leur requête d’un cabildo ouvert, ce à quoi Cisneros réagit avec colère, estimant leur requête outrageante. Rodríguez, l'interrompant, lui enjoignit à donner une réponse définitive[68]. À l’issue de brefs conciliabules avec Caspe, Cisneros finit, de mauvaise grâce, par donner son consentement[69]. Le cabildo ouvert aurait lieu le 22 mai.

Ce même soir, il y avait dans la ville une représentation théâtrale sur le thème de la tyrannie, intitulée Rome sauvée, et à laquelle assistaient nombre de révolutionnaires. L’acteur principal était Morante, dans le rôle de Cicéron. Le commissaire de police requit Morante de feindre une maladie et de ne pas apparaître sur scène, de sorte que la pièce pût être remplacée par Misanthropie et Repentance du poète allemand August von Kotzebue. Des rumeurs de censure policière se propagèrent promptement ; Morante dédaigna l'injonction et joua la pièce comme prévu. Au quatrième acte, Morante prononça une allocution patriotique, où il fut question de la Rome antique menacée par les Gaulois et de la nécessité d’une direction forte pour résister au danger[70]. Cela eut l’effet d’exalter les esprits révolutionnaires, et provoqua une frénétique ovation. Juan José Paso se dressa, criant ¡Viva Buenos Aires libre!, et une petite rixe s’ensuivit[70]. La représentation terminée, les révolutionnaires retournèrent au domicile de Peña. Ils firent part du résultat de la dernière entrevue, mais doutaient que Cisneros tiendrait parole. Ils organisèrent une manifestation pour le jour suivant pour assurer que le cabildo ouvert eût bien lieu comme décidé[70].

Lundi 21 mai[modifier | modifier le code]

Billet d'invitation au cabildo ouvert du 22 mai.

Les préparatifs du cabildo ouvert, commencés à trois heures de l’après-midi, furent interrompus par l’arrivée de 600 hommes armés, groupés sous l'appellation de Légion infernale, qui entreprirent d’occuper la place de la Victoire (Plaza de la Victoria, l'actuelle Plaza de Mayo) et réclamaient haut et fort la tenue d’un cabildo ouvert et la démission du vice-roi Cisneros. Ils brandissaient un portrait de Ferdinand VII et les revers de leur veste étaient ornés d’un ruban blanc symbolisant l’unité criollo-espagnole. Les meneurs des agitateurs (chisperos) étaient Domingo French, le facteur de la ville, et Antonio Beruti, employé du Trésor. Des rumeurs circulaient selon lesquelles Cisneros avait été tué et Saavedra s’apprêtait à prendre la direction du gouvernement[71]. Saavedra, qui se trouvait au même moment à la caserne, était embarrassé par cette manifestation. S’il estimait que la violence devait être stoppée et que des mesures radicales telles que la mise à mort de Cisneros devaient être évitées, il pensait en même temps que les troupes se mutineraient si les manifestations étaient réprimées[72]. Les gens amassés sur la place ne croyaient pas que Cisneros autoriserait le cabildo ouvert le jour suivant. Comme Leiva quittait le Cabildo, Belgrano, au nom de la foule, exigea une réponse définitive ; Leiva déclara que tout se passerait comme prévu, mais qu’il fallait du temps pour préparer le Cabildo. Leiva requit Belgrano d’aider le Cabildo dans les préparatifs, son intervention pouvant en effet être interprétée par la foule comme la garantie que leurs exigences ne seraient pas ignorées. La foule se retira alors de la salle principale, mais resta sur la place. Belgrano contesta la liste des invités, où ne figuraient que les citoyens les plus fortunés, jugeant que si les pauvres étaient mis à l’écart, les troubles sociaux ne cesseraient pas. Les membres du Cabildo tentèrent de le convaincre de donner son appui, mais il s’en alla.

Le départ de Belgrano, sans qu’il eût donné d’explications sur ce qui s’était passé, mit la foule en rage, et le peuple redoutait une trahison. La revendication d’un cabildo ouvert fut remplacée par l’exigence de la démission immédiate de Cisneros. Cependant, après l’intervention de Saavedra, assurant que les revendications de la Légion infernale bénéficieraient de son appui militaire, le peuple finit par se calmer et se dispersa[73].

Des invitations furent distribuées à 450 fonctionnaires et citoyens de haut rang de la capitale. La liste des participants avait été établie par le Cabildo, qui voulait s’assurer du résultat en ayant soin de choisir les personnes les plus susceptibles de soutenir le vice-roi. Les révolutionnaires firent pièce à cette manœuvre par un stratagème à eux : Agustín Donado, à qui l’on avait confié la tâche d’imprimer les invitations, en imprima près de 600 au lieu des 450 commandés, et distribua le surplus entre les criollos[74]. Tout au long de la soirée, Castelli, Rodríguez, French et Beruti parcoururent toutes les casernes pour haranguer les troupes et les préparer pour le lendemain[75].

Le carton d’invitation était ainsi conçu : L’Excellentissime Cabildo vous convoque pour que vous daigniez assister, demain le 22 courant, à neuf heures, sans insigne aucun, et en qualité d’habitant, au cabildo ouvert que, en accord avec l’Excellentissime Seigneur Vice-Roi, il a consenti à organiser ; il y aura lieu de produire le présent faire-part aux troupes qui garderont les avenues de cette place, pour qu'il vous soit permis de passer librement.

Mardi 22 mai[modifier | modifier le code]

Le cabildo ouvert fut organisé pour débattre de la légitimité du vice-roi et du nouveau gouvernement local qui viendrait à le remplacer.

Selon les relevés officiels, 251 seulement des 450 invités assistèrent au cabildo ouvert[76]. French et Beruti, à la tête de 600 hommes armés de coutelas, de fusils et de carabines de chasse, contrôlaient l’accès à la place, pour assurer que le cabildo ouvert eût une majorité de criollos. Tous les notables, religieux et civils, étaient présents, ainsi que les chefs de milices et de nombreux résidents de premier rang. La seule absence notable était celle de Martín de Álzaga, toujours en résidence surveillée. Les troupes, encasernées, étaient en état d’alerte, prêtes à passer à l’action en cas de commotion[77]. Le négociant José Ignacio de Rezabal, qui assista au cabildo ouvert, exprima dans une missive adressée au prêtre Julián S. de Agüero ses doutes sur cette façon de procéder, précisant que ces doutes étaient partagés par d’autres gens proches de lui ; il craignait en effet que le parti qui l’emporterait dans le cabildo ouvert, quel qu’il fût, ne se vengeât contre les autres, comme la mutinerie d’Álzaga en avait été un récent précédent[78]. Il estimait que le cabildo ouvert serait dénué de légitimité si, à cause de la susmentionnée manipulation de la liste d’invités, les criollos étaient admis à y participer en surnombre[79].

La séance, avec ses diverses phases ― lecture de la proclamation, débats et votes ―, dura du matin jusqu’à minuit. Le vote n’était pas à bulletin secret : les voix étaient demandées une à une, puis consignées dans les minutes du débat. Le thème principal des discussions était la légitimité du gouvernement et l’autorité du vice-roi. Le principe de Rétroversion de la souveraineté des peuples (esp. Retroversión de la soberanía de los pueblos), lieu commun de la scolastique espagnole et de la philosophie rationaliste, stipulait qu’en l’absence de monarque légitime le pouvoir devait retourner au peuple, et légitimait donc la formation d’un nouveau gouvernement ; toutefois, il n’existait aucun précédent où ce principe avait été appliqué[80]. La question de la validité de ce principe divisait l’assemblée en deux groupes principaux : l’un, qui rejetait ce principe, arguait qu’il n’y avait pas lieu de changer l’état de choses actuel et soutenait Cisneros dans sa fonction de vice-roi ; l’autre, qui appelait au changement, considérait qu’il convenait d’établir une junte de gouvernement, similaire à celles mises sur pied en Espagne, destinée à remplacer le vice-roi. Un troisième groupe, enfin, plus modéré, défendait une position médiane[81]. Les partisans du changement ne reconnaissaient pas l’autorité du Conseil de Régence, soulignant que les colonies américaines n’avaient pas été consultées lors de sa formation. La question de la rivalité entre criollos et péninsulaires ne fut qu'effleurée au cours des débats ; ceux favorables au maintien en place du vice-roi estimaient que le vœu des péninsulaires devait prévaloir sur celui des criollos.

Un des orateurs de la première position était l’évêque de Buenos Aires, Benito Lué y Riega, chef de l’église locale. Lué y Riega fit valoir que :

« Non seulement il n’y a point lieu d’innover avec le vice-roi, mais encore, quand bien même il n’y aurait plus aucune partie de l’Espagne qui ne fût subjuguée, les Espagnols qui se trouvent en Amérique doivent reprendre et exercer le gouvernement de celle-ci, ce gouvernement ne pouvant incomber aux fils du pays que s'il ne s’y trouvait plus aucun Espagnol. Dût-il ne rester qu’un seul membre de la Junte de Séville et qu'il accostât nos plages, nous devrions le recevoir comme le Souverain[82]. »

Juan José Castelli était le principal orateur en faveur des révolutionnaires. Son allocution reposait sur deux idées centrales : la déchéance du gouvernement légitime — il releva que la Junte de Séville était dissoute et n’était pas habilitée à désigner une Régence — et le principe de rétroversion de souveraineté[83]. Il prit la parole après Riega, affirmant que c’était au peuple américain de prendre en main son propre gouvernement en attendant que Ferdinand VII fût en mesure de retourner sur le trône.

« Nul n’a pu réputer criminels ni la nation entière, ni les individus qui ont exprimé ouvertement leurs opinions politiques. Si le droit de conquête appartient, par origine, au pays conquérant, il serait juste que l’Espagne donne raison au révérent évêque en renonçant à résister aux Français et en se soumettant, selon les mêmes principes que ceux en vertu desquels il est prétendu que les Américains se soumettent aux hameaux de Pontevedra. La raison et la règle doivent être égales pour tous. Ici, il n’y a ni conquis ni conquérants, il n’y a ici que des Espagnols. Les Espagnols d’Espagne ont perdu leur terre. Les Espagnols d’Amérique essayent de sauver la leur. Que ceux d’Espagne s’entendent là-bas comme ils le peuvent et qu’ils ne se préoccupent pas : nous, Américains, savons ce que nous voulons et où nous allons. Aussi, je propose que l’on vote : qu’à l’autorité du vice-roi en soit subrogée une autre, qui dépendra de la métropole si celle-ci se sauve des Français, qui sera indépendante si l’Espagne reste subjuguée[84] »

Pascual Ruiz Huidobro argumenta que si l’autorité qui avait nommé Cisneros était caduque, celui-ci n’avait plus sa place dans le gouvernement. Il estimait que le Cabildo devait prendre la direction des affaires, étant donné qu’il était le représentant du peuple. Se rallièrent à son vote Melchor Fernández, Juan León Ferragut, Joaquín Grigera, et d’autres[85].

La proposition de Cornelio Saavedra recueillit une majorité des voix.

L’avocat Manuel Genaro Villota, représentant des Espagnols conservateurs, déclara que la ville de Buenos Aires n’avait pas le droit de décider unilatéralement de la légitimité du vice-roi ou du Conseil de Régence, sans en conférer aussi avec les autres villes de la Vice-royauté. Il argua que pareille action briserait l’unité du pays, établissant autant de souverainetés que le pays compte de villes. Ce point de vue, qui équivalait à repousser à plus tard quelque action que ce fût, était une habile manœuvre dilatoire visant à maintenir Cisneros au pouvoir[86]. Juan José Paso reconnut le bien-fondé de son premier point, mais argumenta que la situation en Europe et la possibilité que les forces napoléoniennes vinssent à conquérir les colonies américaines exigeait une résolution urgente[87]. Il excipa alors du droit d’aînesse de Buenos Aires, qui habiliterait cette ville à prendre l’initiative et à procéder aux changements jugés nécessaires et appropriés, certes sous la condition expresse que les autres villes en fussent avisées et invitées le plus tôt possible à émettre des remarques[88]. La figure rhétorique de la sœur aînée (hermana mayor), comparable au principe de negotiorum gestio[89], est un concept postulant une analogie entre les rapports de Buenos Aires avec les autres villes de la vice-royauté et la relation filiale[90].

Le prêtre Juan Nepomuceno Solá proposa alors que le commandement provisoire fût confié au Cabildo, en attendant la constitution d’une junte de gouvernement composée de représentants de toutes les populations de la Vice-royauté. Sa motion fut soutenue par Manuel Alberti, Azcuénaga, Escalada, Cosme Mariano Argerich, Juan Pedro Aguirre, et par d’autres[91].

Cornelio Saavedra suggéra pour sa part que le gouvernement fût délégué au Cabildo jusqu’à la formation d’une junte de gouvernement dans les modalités et la forme que le Cabildo jugerait appropriées. Il utilisa l’expression « (...) et il n’est point douteux que c’est le peuple qui fait l’autorité ou le commandement. »[76]. Au moment du vote, la position de Castelli s’était accordée avec celle de Saavedra[92].

Manuel Belgrano se tenait debout près d’une fenêtre, de sorte à pouvoir, au cas où les choses prendraient un mauvais tour, donner le signal en agitant un linge blanc. Les gens rassemblés sur la place eussent alors forcé le passage jusque dans le Cabildo. Cependant, aucun problème sérieux ne survint, et ce plan d’urgence n’eut pas à être mis en œuvre[93]. L’historien Vicente Fidel López, fils de Vicente López y Planes, révéla que son père, présent à l’événement, vit que Mariano Moreno était devenu inquiet vers la fin, en dépit de la majorité acquise. Moreno confia à Planes que le Cabildo était sur le point de le trahir.

Mercredi 23 mai[modifier | modifier le code]

Les débats se poursuivirent toute la journée, et les voix ne furent comptées que fort tard dans la soirée. Les exposés faits, les participants avaient à voter soit pour le maintien au pouvoir du vice-roi, seul ou en association, soit pour sa destitution. Les idées exposées cristallisèrent en un petit nombre de propositions, désignées par le nom de leur principal défenseur, et les gens votèrent ensuite en faveur d’une d’entre elles. De ce vote, qui dura longtemps, il résulta, à une large majorité de 155 voix contre 69, que le vice-roi devait être destitué.

La proposition de Manuel José Reyes, qui estimait qu’il n’y avait aucune raison de déposer le vice-roi, et qu’il suffisait de désigner une junte dirigée par Cisneros, obtint une trentaine de voix. Trente autres voix appuyaient également Cisneros, mais en rejetant tout changement au système politique en vigueur. Un petit groupe enfin appuyait la proposition de Martín José de Choteco, qui soutenait également Cisneros[94].

Les voix contre Cisneros étaient elles aussi réparties en plusieurs propositions différentes. Beaucoup de celles-ci tenaient que les nouvelles autorités appelées à se substituer au vice-roi devaient être élues par le Cabildo. Pascual Ruiz Huidobro vota en faveur d’une phase intérimaire au cours de laquelle le Cabildo dirigerait et s’emploierait à désigner un nouveau gouvernement, mais cette proposition ne mettait pas en avant la souveraineté populaire, ni n’évoquait la mise sur pied d’une junte. Cette proposition eut la faveur de trente-cinq membres, dont du reste une grande partie voyaient en Huidobro le meilleur candidat à la tête du nouveau gouvernement qui serait constitué si la proposition l’eût emporté[95]. Juan Nepomuceno Solá vota pour la proposition portant que le Cabildo devait gouverner dans l’intérim, tout en s’efforçant entre-temps de constituer une junte composée de députés de toutes les provinces de la vice-royauté. Cette proposition obtint près de vingt voix. Cornelio Saavedra eut le plus grand nombre de voix, et le reste des voix se répartissait sur diverses propositions obtenant chacune peu de voix.

Le 23 mai à l’aube, le Cabildo publia un document annonçant que le vice-roi mettrait fin à son mandat. L’autorité supérieure serait transférée temporairement au Cabildo, jusqu’à la désignation d’une junte de gouvernement[96].

Des avis, annonçant la création imminente d’une junte et reproduisant l'appel lancé aux provinces pour qu'elles envoyassent des représentants à Buenos Aires, furent placardés en différents points de la ville. D’autres avis appelaient le public à s’abstenir de tenter des actions contraires à l’ordre public[97].

Jeudi 24 mai[modifier | modifier le code]

Le Cabildo entreprit, en application des résultats du cabildo ouvert, de former la nouvelle junte chargée de gouverner jusqu’à l’arrivée des représentants des autres villes. Leyva fit en sorte que le ci-devant vice-roi Cisneros fût désigné président de la junte et commandant en chef des forces armées. Furent aussi élus, outre Cisneros, les quatre autres membres suivants : les criollos Cornelio Saavedra et Juan José Castelli, et les péninsulaires Juan Nepomuceno Solá et José Santos Inchaurregui[98]. Les points de vue divergent quant aux motifs de cette décision. Un code constitutionnel de treize articles, propre à réguler l’action de la junte, avait été rédigé par Leyva : la junte n’était pas habilitée à exercer le pouvoir judiciaire, lequel était réservé à la Audiencia royale de Buenos Aires ; Cisneros ne pouvait pas agir sans l'appui des autres membres de la junte ; le Cabildo avait pouvoir de révoquer ceux qui négligeaient d’accomplir leur devoir ; l’assentiment du Cabildo était requis pour lever de nouveaux impôts ; et enfin, la junte devait décréter une amnistie générale pour ceux qui avaient exprimé leur opinion lors du cabildo ouvert, et appeler les autres villes à dépêcher des députés. Les commandants des forces armées, y compris Saavedra et Pedro Andrés García, acquiescèrent à ce code. La junte prêta serment dans l’après-midi[99].

La nouvelle prit les révolutionnaires au dépourvu. Ils ne savaient pas avec certitude ce qu’il y avait à faire dans l’immédiat, et craignaient de subir la même répression que celle qui s’était abattue sur les révolutionnaires de Chuquisaca et de La Paz. Moreno abjura toute relation avec les autres et se claquemura dans sa maison[100]. Une réunion eut lieu au domicile de Rodríguez Peña. Certains étaient d’avis que le Cabildo n’avait pu ourdir un tel complot sans la bénédiction de Saavedra, et que Castelli devait démissionner de la junte. Tagle rejeta cette proposition : il pensait que Saavedra avait pu accepter par faiblesse ou par naïveté, et que Castelli devait donc rester afin de contrebalancer l’influence qu’avaient les autres sur Saavedra[101]. Entre-temps, la place avait été envahie par une foule emmenée par French et Beruti. Le maintien au pouvoir de Cisneros, fût-ce même dans une fonction autre que celle de vice-roi, était ressentie comme une injure à la volonté du cabildo ouvert. Le colonel Martín Rodriguez expliqua que si ses soldats recevaient l’ordre de soutenir Cisneros, cela signifierait que l’ordre leur serait donné de faire feu sur la population ; la plupart des soldats alors se révolteraient, car ils partageaient le souhait de voir le vice-roi quitter le pouvoir[102].

Ce même soir, Castelli et Saavedra informèrent Cisneros de leur intention de démissionner de la Junte nouvellement formée, faisant valoir que la population était au bord d’une révolution violente et qu’elle écarterait Cisneros par la force s’il ne démissionnait pas lui aussi. Ils soulignèrent qu’ils étaient impuissants à stopper cela ― Castelli, à contenir ses amis, Saavedra, à empêcher le Régiment de Patriciens de se mutiner[103]. Cisneros souhaitait attendre jusqu’au lendemain, mais ils lui représentèrent que l’heure n’était plus aux ajournements, de sorte qu’il finit par accepter de démissionner. Il rédigea sa lettre de démission et la fit parvenir au Cabildo, qui devait en délibérer le jour suivant. Chiclana, se sentant encouragé après que Saavedra eut démissionné, se mit à solliciter des signatures pour un manifeste de la volonté du peuple. Quant à Moreno, il se refusait à tout autre engagement, mais Castelli et Peña étaient confiants qu'il finirait par vouloir les rejoindre si les événements se déroulaient comme ils l’escomptaient[104].

Vendredi 25 mai[modifier | modifier le code]

Le matin du 25 mai, malgré le mauvais temps, une foule nombreuse, rejointe par la milice commandée par Domingo French et Antonio Beruti, se rassembla sur la Plaza de la Victoria. Tous réclamaient la révocation de la junte élue le jour précédent, la démission définitive de Cisneros, et la composition d’une nouvelle junte dont ce dernier fût exclu. L’historien Bartolomé Mitre rapporte que French et Beruti distribuèrent des rubans bleu et blanc, semblables à la cocarde argentine moderne, aux personnes présentes. Plus tard, d’autres historiens mirent cela en doute, sans exclure toutefois que les révolutionnaires eussent utilisé quelque marque distinctive pour permettre leur identification[105]. La rumeur courut qu’il se pouvait que le Cabildo rejetât la démission de Cisneros[106]. La résolution officielle tardant à être rendue publique, la foule commença à remuer, clamant « le peuple veut savoir de quoi il s’agit ! ».

Le Cabildo se réunit à 9 heures du matin et refusa effectivement la démission de Cisneros, estimant que la foule n’avait aucun droit légitime à influencer une décision prise et déjà exécutée par le Cabildo. Il considérait que l’agitation populaire devait être réprimée par la force, et, attendu que la Junte détenait maintenant le pouvoir, tenait les membres de celle-ci pour comptables de tout changement qui serait apporté à la politique décidée[107]. Afin de faire exécuter ces ordres, ils mandèrent les commandants en chef, mais ceux-ci n’y donnèrent aucune suite. Beaucoup d’entre eux, Saavedra inclus, n’apparurent point ; mais même ceux qui parurent alors annoncèrent ne pas vouloir endosser l’ordre du gouvernement, arguant que les commandants seraient à coup sûr désobéis s’ils ordonnaient aux troupes de réprimer les manifestants.

L’agitation de la foule s’accrut, et le cabildo fut pris d’assaut. Leiva et Lezica requirent que quelqu’un habilité à agir en porte-parole du peuple voulût les rejoindre à l’intérieur de la salle et exposer les vœux du peuple. Beruti, Chiclana, French et Grela furent admis à passer. Leiva tenta de dissuader Pancho Planes de se joindre à eux[108], mais il pénétra lui aussi dans la salle[109]. Le Cabildo argumenta que Buenos Aires n’avait pas le droit de démanteler le système politique de la vice-royauté sans en discuter d’abord avec les autres provinces ; French et Chiclana rétorquèrent que la convocation d’un Congrès était d’ores et déjà décidée[110]. Le Cabildo convoqua les commandants afin d’aviser avec eux. Ainsi que cela avait déjà été fait plusieurs fois dans les derniers jours, Romero représenta au Cabildo que les soldats se mutineraient s’ils étaient forcés de combattre la foule sur ordre de Cisneros. Le Cabildo toutefois ne voulut point en démordre, jusqu’à ce que le bruit de la manifestation eut pénétré dans la salle, faisant craindre que les manifestants pussent envahir le bâtiment et les atteindre. Martín Rodríguez déclara que la seule manière de calmer les manifestants était d’accepter la démission de Cisneros. Leiva cette fois fut d’accord et en convainquit les autres membres, et la multitude reflua alors vers la place. Rodríguez se dirigea vers la maison d’Azcuénaga pour y rencontrer les autres révolutionnaires et planifier les dernières étapes de la révolution. La manifestation envahit derechef le Cabildo, poussant cette fois juqu’à la salle de déliberation. Beruti prit la parole au nom du peuple, exigeant que la nouvelle junte fût élue par le peuple, et non par le Cabildo[111]. Il laissa entendre que, outre les 400 personnes déjà rassemblées, les casernes étaient remplies de gens qui leur étaient loyaux et qui, si besoin était, prendraient le commandement. Le Cabildo répliqua en requérant que leurs revendications fussent formulées par écrit. Au terme d’un long intervalle, un document contenant 411 signatures fut remis au Cabildo[112]. Ce document, qui a pu être conservé, proposait une nouvelle composition de la junte de gouvernement, et un corps expéditionnaire de 500 hommes pour assister les provinces ; y figurent la plupart des chefs militaires et nombre de résidents notables, en plus d'une grande quantité de signatures illisibles. French et Beruti le signèrent, en précisant « pour moi et pour six cents autres »[113]. Les historiens ne s’accordent pas cependant sur la paternité du contenu de ce document.

Sur ces entrefaites, le temps s’était amélioré, et le soleil perça à travers les nuages, illuminant le ciel. Les gens amassés sur la place y virent un bon présage pour la révolution. Le Soleil de Mai, un des emblèmes de l’Argentine et de l’Uruguay, allait être créé quelques années plus tard en référence à ce phénomène[112].

Le Cabildo accepta le document et se rendit au balcon pour le soumettre directement au peuple pour ratification. Mais, à cause de l’heure tardive et de la météo, le nombre de gens présents sur la place s’était amenuisé. Leiva ridiculisa la prétention des représentants restants à parler au nom du peuple, ce qui mit à rude épreuve la patience des rares personnes encore sur la place sous la pluie. Beruti, refusant tout nouvel atermoiement, menaça d’appeler le peuple aux armes[114]. Devant la perspective d'une montée de violence, l’on fit donner lecture de la requête du peuple, laquelle fut immédiatement ratifiée par l'assistance. Les règles régissant la Junte étaient grosso modo les mêmes que celles édictées la veille, mais complétées par la stipulation que le Cabildo contrôlerait l’activité des membres de la Junte et qu’en cas de poste devenu vacant, la Junte était elle-même habilitée à pourvoir aux remplacements[115]. Saavedra s’adressa à la foule, puis se rendit au Fort, sous les salves d’artillerie et les sonneries de cloches. Entre-temps, Cisneros dépêcha José Melchor Lavin à Córdoba pour prévenir Santiago de Liniers de ce qui venait de se passer à Buenos Aires, et demanda une intervention militaire contre la Junte.

La version du vice-roi Cisneros[modifier | modifier le code]

Le vice-roi destitué Cisneros livra sa version des faits de la Semaine de Mai dans une missive adressée au roi Ferdinand VII, portant la date du 22 juin 1810 :

« J’avais ordonné que pour cet acte l’on postât une compagnie dans chaque rue débouchant sur la place, de sorte à ne permettre d’accéder à celle-ci, ni de monter dans les Maisons Capitulaires, à nulle personne qui ne fût de celles citées ; mais la troupe et les officiers étaient du parti ; ils faisaient ce que leurs commandants leur avaient préalablement et secrètement dit de faire, c'est-à-dire que ceux-là leur dirent ce que la faction leur avait ordonné de dire : ils refusaient le passage vers la place aux habitants honorables et l'accordaient à ceux de la confabulation ; quelques officiers avaient un exemplaire des innombrables convocations et avec celles-ci ils introduisaient dans les bâtiments de l'hôtel de ville des sujets non cités par le Cabildo, ou dont ils savaient la partialité, ou parce qu’ils les gagnaient avec de l’argent, de sorte que, dans une ville de plus de trois mille citoyens de distinction et de nom, seuls deux cents de ceux-ci furent présents, mais de nombreux épiciers, quelques artisans, d’autres fils de famille et les plus ignorants, dépourvus de la moindre notion pour discuter d’une question de la plus grande gravité[116]. »

Composition de la Première Junte[modifier | modifier le code]

Le gouvernement issu du cabildo ouvert, qu’il est d’usage de désigner par Première Junte (Primera Junta), était composé comme suit :

Président

Membres votants

Secrétaires

Événements subséquents[modifier | modifier le code]

La Première Junte gouverna à l’issue de la révolution.

Ni le Conseil de Régence, ni les membres de l'Audiencia royale de Buenos Aires, ni la population espagnole d’origine européenne ne crurent en la sincérité de la déclaration de loyauté envers le roi captif Ferdinand VII, et ce n’est que de mauvaise grâce qu’ils se résignèrent à la nouvelle situation. L’Audiencia jura en secret fidélité au Conseil de Régence et expédia des circulaires aux autres villes de la Vice-royauté, les exhortant à ne pas reconnaître le nouveau gouvernement. Pour mettre un terme à ces manœuvres, la Junte convoqua l’ensemble des membres de l’Audiencia, ainsi que l’évêque Lué y Riega et le ci-devant vice-roi Cisneros, pour les embarquer ensuite, sous le prétexte que leurs vies fussent en danger, sur le navire britannique Dart. Consigne fut donnée par Larrea au capitaine Mark Brigut de ne faire escale dans aucun port américain et de les transporter tous vers les îles Canaries. Cette opération accomplie avec succès, une nouvelle Audiencia fut nommée, entièrement composée de criollos loyaux à la révolution[117].

À l’exception de la ville de Córdoba, toutes les villes sur le territoire actuel de l’Argentine appuyèrent la Première Junte. Les villes du Haut-Pérou (actuelle Bolivie) cependant ne prirent pas position ouvertement, en raison sans doute du précédent des récentes révolutions de Chuquisaca et de La Paz et de leur dénouement. Asuncion rejeta la Junte et prêta serment de fidélité au Conseil de Régence. La bande Orientale, sous Francisco Javier de Elío, demeura un bastion royaliste, de même que le Chili[118].

À Córdoba, l’ancien vice-roi Jacques de Liniers se mit à la tête d’une contre-révolution et déclencha ainsi la première campagne militaire qu’eut à mener le nouveau gouvernement indépendant. En dépit de la stature de Liniers et de son prestige de héros populaire, que lui avait valu son rôle lors des invasions anglaises, la population de Córdoba se rallia à la révolution. Les désertions et actes de sabotage qui s’ensuivirent ayant sensiblement entamé la puissance des troupes contre-révolutionnaires[119], le soulèvement de Liniers fut promptement écrasé par les forces sous le commandement de Francisco Ortiz de Ocampo. Toutefois, Ocampo refusa ensuite de fusiller Liniers qu’il avait capturé, eu égard au fait que celui-ci avait combattu à ses côtés contre les Anglais ; c’est Juan José Castelli qui dut se charger de l’exécution telle qu’ordonnée par la Junte. La rébellion de Córdoba réprimée, l’on entreprit d’envoyer des expéditions militaires vers d’autres villes de l’intérieur, en exigeant qu’elles appuyassent la Première Junte et lui envoyassent des députés pour les représenter[120]. Le service militaire fut exigé de presque toutes les familles, pauvres comme riches ; cependant, la plupart des familles patriciennes decidèrent d’envoyer leurs esclaves à l’armée au lieu de leurs propres fils ― c’est là sans doute une des raisons de la diminution de la population noire en Argentine.

Mariano Moreno était un membre influent de la Première Junte.

Montevideo, mieux outillée pour résister à une attaque de Buenos Aires, et poussée en outre par la rivalité historique entre ces deux villes, fit résolument opposition à la Première Junte ; le Conseil de Régence la proclama nouvelle capitale de la Vice-royauté, et nomma Francisco Javier de Elío comme nouveau vice-roi. Des villes plus périphériques, situées dans la bande Orientale, soutinrent, à l’encontre de la volonté de Montevideo, la Junte de Buenos Aires ; elles étaient conduites par José Gervasio Artigas, qui mit le siège devant Montevideo. Les royalistes montévidéens furent définitivement battus par Carlos María de Alvear[121].

La Capitainerie générale du Chili connut un processus politique analogue à celui de la révolution de Mai, et, après avoir à son tour élu une junte de gouvernement en septembre, entra dans la courte période connue sous le nom de Patria Vieja. Ladite junte fut cependant vaincue en 1814 lors de la bataille de Rancagua, et la consécutive reconquête du Chili en fit à nouveau un bastion loyaliste. La Cordillère des Andes dressait une barrière efficace entre révolutionnaires et royalistes chiliens, raison pour laquelle il n’y eut pas d’affrontements armés au Chili avant 1817, date où l’Armée des Andes sous le commandement de José de San Martín franchit la cordillère et infligea une défaite définitive aux royalistes chiliens[122].

La Première Junte s’augmenta des députés envoyés par les provinces et intégrés en son sein, et fut alors rebaptisée Junta Grande. Elle fut dissoute peu après la défaite patriote de juin 1811 à la bataille de Huaqui, pour laisser la place à deux triumvirats successifs, qui exercèrent le pouvoir exécutif sur les Provinces Unies de l’Amérique du Sud. En 1814, le second triumvirat fut remplacé par le gouvernement du Directeur suprême des Provinces Unies du Río de la Plata[123]. Entre-temps, Martín Miguel de Güemes réussissait à contenir à Salta les armées royalistes dépêchées par le Pérou, tandis que San Martín faisait mouvement, par voie de mer, vers le bastion royaliste de Lima, lors d’une campagne conjointe chilienne et argentine. Le théâtre des indépendances se déplaçait ainsi peu à peu vers le nord du continent sud-américain[124]. En Argentine même, l’évolution politique dériva vers une longue guerre civile.

Conséquences[modifier | modifier le code]

D’après l’ouvrage Breve historia de los Argentinos de l’historien Félix Luna, une des conséquences politiques les plus importantes de la révolution de Mai fut le changement de paradigme dans la relation entre population et gouvernants. Jusque-là avait prévalu le concept de bien commun : cependant que l’autorité royale restait pleinement respectée, si une instruction émanant de la cour d’Espagne était jugée préjudiciable au bien commun de la population locale, elle n’était suivie qu’à moitié ou tout simplement dédaignée[16]. Avec la révolution, le concept de bien commun fut supplanté par le concept de souveraineté populaire, tel que l’avaient théorisé Moreno, Castelli et Monteagudo, parmi d’autres. L’idée tenait qu’en l’absence d’autorité légitime, le peuple avait le droit de désigner lui-même ses propres dirigeants. Au fil du temps, la souveraineté populaire devait céder le pas à la doctrine de la règle majoritaire. Cette maturation des idées fut lente et progressive, et prit de longues décennies à cristalliser en des systèmes électoraux et politiques stables, mais déboucha finalement sur l’adoption du système républicain comme forme de gouvernement pour l’Argentine[125]. Domingo Faustino Sarmiento exprima des points de vue similaires dans son Facundo, en relevant que les villes étaient plus réceptives aux idées républicaines, alors que les zones rurales leur étaient plus réfractaires, ce qui permettait au phénomène des caudillos de se développer dans les provinces[126].

Une autre conséquence de la révolution de Mai fut, toujours selon Félix Luna, la désintégration des territoires appartenant autrefois à la Vice-royauté du Río de la Plata en plusieurs unités distinctes. La plupart des villes et des provinces avaient des populations, des économies, des mentalités, des contextes et des intérêts différents. Jusqu’alors, toutes ces populations étaient maintenues ensemble par l’autorité du gouvernement espagnol, mais après la disparition de celle-ci, les habitants de Montevideo, du Paraguay et du Haut-Pérou commencèrent à s’éloigner de Buenos Aires. La durée d’existence de la Vice-royauté du Río de la Plata, de 38 ans à peine, avait été insuffisante pour permettre à un conscience patriotique de se forger et pour créer dans l’ensemble de la population un sentiment d’appartenance à une même communauté[127]. Il manquait au nouveau pays un concept établi d’identité nationale propre à unir la population sous une commune idée de l’État[128]. Juan Bautista Alberdi décèle dans la Révolution de Mai une des manifestations précoces de la lutte de pouvoir entre la ville de Buenos Aires et les provinces de l’intérieur — un des antagonismes centraux à l’œuvre dans les guerres civiles argentines. Alberdi écrivit dans son ouvrage Escritos póstumos :

« La révolution de Mai 1810 à Buenos Aires, dont le dessein était d'obtenir l'indépendance de l'Argentine d’avec l’Espagne, eut également pour effet d’émanciper de l’Argentine la province de Buenos Aires, ou plutôt, d’imposer l’autorité de cette province à la nation tout entière émancipée de l’Espagne. Ce jour-là, si la tutelle espagnole s’acheva sur les provinces argentines, celle de Buenos Aires fut instaurée[129] ».

Perspectives historiques[modifier | modifier le code]

L’historiographie de la révolution de Mai n’a, quant aux faits eux-mêmes, que peu de sujets d’incertitude, et n’a pas non plus à déplorer la perte de nombreux détails. La plupart des informations ont été recueillies et adéquatement consignées pendant les événements, puis mises à la disposition du public par la Première Junte en guise de propagande patriotique. Il en résulte que les diverses visions historiques de l’événement diffèrent les unes des autres non pas par la description des faits eux-mêmes, mais par l’interprétation que chacune de ces visions entend donner de la signification, des causes et des conséquences des événements. Du reste, la version moderne des faits ne s’écarte pas sensiblement de la version contemporaine[130].

Bartolomé Mitre, auteur d’une des premières interprétations historiques de la révolution de Mai.

Les premiers à écrire sur la Révolution furent ses protagonistes. Cependant, les mémoires, biographies et carnets qu’ils firent paraître poursuivaient des buts autres qu’historiographiques ; il s’agissait notamment d’exposer les raisons de leurs actions, de blanchir leur image publique, ou de manifester leur soutien ou leur rejet des figures et des idées de l’époque[131]. Par exemple, Manuel Moreno rédigea une biographie de son frère Mariano destinée à servir en Europe de matériel de propagande en faveur de la Révolution[132], et Cornelio Saavedra écrivit son autobiographie à un moment où son personnage était fortement mis en cause, afin de se justifier auprès de ses fils[133].

La première école historiographique importante qui se soit consacrée à l'histoire de l'Argentine et à son interprétation fut fondée par des auteurs romantiques des années 1830, notamment Bartolomé Mitre[134]. Mitre voyait la révolution de Mai comme une expression emblématique de l’égalitarisme politique : un conflit entre les libertés modernes et l’oppression, incarnée en l’espèce par la monarchie espagnole, et la tentative d’établir une organisation nationale s’appuyant sur des principes constitutionnels, par opposition à l'autorité charismatique des caudillos[135]. La vision de ces auteurs romantiques eut valeur canonique jusqu’à la fin du XIXe siècle, c'est-à-dire jusqu’au moment où, encouragés par la proximité du centenaire de la Révolution, les auteurs recherchaient des perspectives nouvelles. Ces auteurs divergeaient quant au poids à accorder aux différentes causes de la révolution de Mai ou quant à savoir de qui l’intervention dans les événements de mai fut la plus décisive[136], mais sans que l’on vînt à remettre en question les principales thèses de Mitre, à savoir que la Révolution était à considérer comme l’acte de naissance de l’Argentine moderne[137] et comme un événement inéluctable[138]. Ils introduisirent, comme autre élément-clef, l’idée d’une participation populaire[139]. Dans la première moitié du XXe siècle, des auteurs de tendance libérale s’évertuèrent à élaborer et à faire adopter une vision historique définitive et incontestable ; Ricardo Levene et l’Academia Nacional de la Historia, principaux exposants de cette entreprise, reprirent toutefois à leur compte la plupart des perspectives développées par Mitre[140]. Les auteurs de gauche, de leur côté, mirent en avant leur vision révisionniste, accentuant les aspects nationalistes et anti-impérialistes ; ils tendaient à minimiser l’antagonisme entre criollos et péninsulaires, et à expliquer les événements sous l’angle d’un conflit entre pensée des Lumières et absolutisme[141] ; cependant, c’est sur d’autres périodes historiques que portait la majeure partie de leurs travaux[142].

La révolution de Mai ne fut pas le résultat des actions d’un seul parti politique, au projet clair et bien défini, mais de la convergence de plusieurs secteurs sociaux aux intérêts variés. Il s’ensuit une pluralité de perspectives différentes, parfois contradictoires, selon que les historiens ont privilégié tel ou tel aspect de l’événement[143]. Mitre et le parti des négociants se servirent de La Representación de los Hacendados, opuscule rédigé par Mariano Moreno, pour affirmer que la révolution de Mai voulait le libre-échange et l'intégration économique avec l’Europe[144]. Les révisionnistes de droite mettent l’accent sur Saavedra et les coutumes sociales de cette époque pour décrire la révolution dans une optique conservatrice[145] ; et les révisionnistes de gauche mettent en avant les effigies de Moreno, de Castelli et des agitateurs (chisperos) emmenés par French et Beruti pour présenter Mai comme une révolution radicale[146].

Intentions des révolutionnaires[modifier | modifier le code]

La révolution de Mai fit profession de loyauté à Ferdinand VII d’Espagne.

Le gouvernement formé le 25 mai se déclara loyal au roi espagnol destitué Ferdinand VII, mais les historiens ne s’accordent pas sur le point de savoir si cette loyauté était ou non sincère. Depuis Mitre, beaucoup d’historiens pensent que cette loyauté professée n’était qu’un leurre politique, destiné à masquer une volonté d’autonomie[147],[148],[149]. La Première Junte ne jura pas fidélité au Conseil de Régence d’Espagne et des Indes, organisme émanant pourtant de la monarchie espagnole et toujours en activité, tandis que la possibilité que Napoléon fût vaincu et que Ferdinand montât à nouveau sur le trône (ce qui advint finalement le 11 décembre 1813, avec la signature du traité de Valençay) paraissait alors — en 1810 — éloignée et improbable[48]. La manœuvre consistant à prétendre que l’autorité monarchique était toujours respectée et qu’aucune révolution n’avait eu lieu, visait à se donner du temps pour consolider la position de la cause patriotique et à éviter les réactions qu’une révolution ouvertement assumée eût été susceptible de provoquer. Cette ruse est connue sous la dénomination de Masque de Ferdinand VII, et fut maintenue par la Première Junte, par la Grande Junte, puis par les premier et second triumvirats. L’Assemblée de l'an XIII (Asamblea del Año XIII, 1813), pourtant convoquée pour proclamer l’indépendance, s’en abstint en raison de divers conflits politiques entre ses membres. Toutefois, elle décida de supprimer la mention de Ferdinand VII dans les documents officiels. Les Directeurs Suprêmes, quant à eux, envisagèrent d’autres options, telles que de négocier avec l’Espagne ou de se transformer en protectorat britannique, jusqu’à ce qu’intervint enfin la Déclaration d’indépendance de l’Argentine de 1816.

Pour la Grande-Bretagne, le changement de régime fut bénéfique, dans la mesure où les échanges avec les villes du sous-continent furent facilités, sans plus être entravés par le monopole séculaire que l’Espagne maintenait sur ses colonies[150]. Toutefois, la Grande-Bretagne, pour qui la première priorité était alors la guerre en Europe contre la France, devait se garder de donner l’impression de soutenir les mouvements indépendantistes en Amérique et avait soin d’éviter que les efforts militaires de l’Espagne eussent à se déployer sur deux fronts différents. En conséquence, les Britanniques faisaient pression pour que des revendications d’indépendance ne fussent pas ouvertement formulées. Ces pressions étaient exercées par le biais de Lord Strangford, ambassadeur de Grande-Bretagne à la cour de Rio de Janeiro, qui manifesta son appui à la Junte, mais y mit cependant la condition que « ...toujours la conduite de cette Capitale soit conséquente et qu’elle se maintienne sous le nom du Seigneur Ferdinand VII et de ses successeurs légitimes. »[151] Plus tard, les conflits entre Buenos Aires, Montevideo et Artigas donnèrent lieu, sur le front britannique, à des conflits internes, entre Strangford et le régent portugais Jean VI de Portugal[151].

Après Juan Bautista Alberdi, des historiens ultérieurs comme Norberto Galasso[152], Luis Romero et José Carlos Chiaramonte[153] ont mis en doute l’interprétation de Mitre, et en ont proposé une autre. Alberdi pensait que « la révolution argentine (était) un chapitre de la révolution hispano-américaine, qui elle-même en est un de l’espagnole, et celle-ci, à son tour, de la révolution européenne. »[154] Ils ne la considéraient plus comme un conflit entre indépendantisme et colonialisme, mais entre idées libérales nouvelles et absolutisme. L’intention des révolutionnaires n’était pas de couper les liens avec l'Espagne, mais de redessiner la relation avec celle-ci. De ce point de vue, la révolution de Mai serait donc plutôt de la nature d’une guerre civile[155]. Certains éléments tendent à accréditer cette thèse, notamment l’inclusion dans la Junte de Larrea, Matheu et Belgrano, et, plus tard, l’apparition de José de San Martín ; Larrea et Matheu en effet étaient Espagnols, Belgrano avait étudié pendant de longues années en Espagne[156], et San Martín, enfin, avait passé la majeure partie de sa vie adulte à faire la guerre en Espagne contre les Français[157] : quand il faisait allusion à ses ennemis, il les appelait royalistes ou Goths, jamais Espagnols[158].

Selon ces historiens, la révolution espagnole contre l’absolutisme vint se greffer sur la guerre d’indépendance espagnole. Charles IV était vu comme un roi au pouvoir absolu, et Ferdinand VII, en regard de son père, pouvait donner la fausse impression à beaucoup d’Espagnols qu’il sympathisait avec les idées nouvelles des Lumières[159]. Ainsi, les révolutions déclenchées dans les Amériques au nom de Ferdinand VII (comme la révolution de Mai, la Révolution de Chuquisaca, ou la révolution chilienne) auraient-elles, selon cette théorie, visé à remplacer le pouvoir absolu par un régime inspiré des idées nouvelles. Bien que l’Espagne fût en guerre avec la France, les idéaux de la Révolution française, tels que condensés dans sa devise, étaient néanmoins tenus en honneur par les progressistes espagnols[160]. Ces révolutions, quoique se proclamant elles-mêmes ennemies de Napoléon, n’eurent à affronter de la part des Français aucune attaque militaire active ; elles donnèrent lieu au contraire à des affrontements entre combattants espagnols pour le maintien de l’ordre ancien ou pour l’avènement d’un ordre nouveau. Cette situation devait changer avec la défaite définitive de Napoléon et le retour sur le trône de Ferdinand VII, celui-ci s’employant en effet à restaurer l’absolutisme et à persécuter en Espagne les tenants des nouvelles idées libérales. Pour la population d'Amérique du Sud, continuer de faire partie de l’Empire espagnol, fût-ce dans une relation nouvelle avec la métropole, avait cessé d’être une option envisageable : les seules possibilités qui s’offraient désormais étaient soit le retour à l’absolutisme, soit l’indépendance[161].

Postérité[modifier | modifier le code]

La Pyramide de Mai, monument commémoratif se dressant sur la place de Mai à Buenos Aires.

Le 25 mai, date de la constitution du premier gouvernement patriote, est commémoré chaque année comme un événement patriotique en Argentine, avec le statut de fête nationale, reconnu par la loi 21.329. Il s’agit d’un jour férié inamovible, c'est-à-dire tombant toujours exactement le 25 mai, indépendamment du jour de la semaine[162].

Si la date du 25 mai fut proclamée date patriotique en 1813, la déclaration d’indépendance de l’Argentine, survenue le 9 juillet 1816, a fourni une fête nationale alternative. Durant la guerre civile argentine, le choix de la fête nationale opposait Buenos Aires et les provinces, la date du 25 mai renvoyant en effet à Buenos Aires et celle du 9 juillet se rapportant au pays dans son ensemble[163]. Ainsi Bernardino Rivadavia, appartenant au parti unitaire, supprima-t-il la célébration du 9 juillet, tandis que le fédéraliste Juan Manuel de Rosas la réinstitua, sans pour autant renoncer au 25 mai. En 1880, avec la fédéralisation de Buenos Aires, la connotation locale disparut et la révolution de Mai prit la signification de naissance de la nation argentine[163].

Hommages et commémorations[modifier | modifier le code]

Le centenaire et le bicentenaire de la révolution de Mai furent célébrés respectivement en 1910 et 2010. Pour honorer l’événement, le nom, la date, de même qu’une image générique du Cabildo de Buenos Aires, ont été, sous diverses variantes, mis à contribution. Les cas les plus notoires sont l’avenue de Mai (en espagnol Avenida de Mayo) et la place de Mai (Plaza de Mayo) à Buenos Aires, toutes deux à proximité du Cabildo. Une Pyramide de Mai (Pirámide de Mayo) fut érigée sur cette dernière un an après la révolution, et reconstruite en sa forme actuelle en 1856. Plusieurs villes, subdivisions administratives, lieux publics et entités géographiques en Argentine ont été baptisés Veinticinco de Mayo (Vingt-cinq mai). Des départements portant ce nom se rencontrent dans les provinces de Chaco, Misiones, San Juan, Río Negro et Buenos Aires, cette dernière comprenant par ailleurs une ville dénommée Veinticinco de Mayo. Les villes de Rosario (Santa Fe), Junín (Buenos Aires) et de Resistencia (Chaco) possèdent une place de ce nom. L’Île du Roi-George, objet de revendications de souveraineté de la part de l’Argentine, de la Grande-Bretagne et du Chili, en tant que partie intégrante resp. de l’Antarctique argentine, du Territoire antarctique britannique et du Territoire antarctique chilien, est nommée par l’Argentine Isla 25 de Mayo[164].

Les pièces de monnaie de 25 centavos portent l'effigie commémorative du Cabildo[165], et celles de 5 centavos sont ornées d’une représentation du Soleil de Mai (Sol de Mayo)[166]. Une image du Cabildo, sous l’aspect qu’il présentait pendant la Révolution, se trouvait reproduite sur l’envers des billets de 5 pesos de l’ancien Peso Moneda Nacional.

La révolution de Mai dans la culture argentine[modifier | modifier le code]

En raison du statut de date patriote du 25 mai, la révolution de Mai fait chaque année en Argentine l’objet de nombreux articles dans des revues de jeunesse, p.ex. dans Billiken, ainsi que d’évocations dans les manuels scolaires de l’enseignement primaire. Ces publications ont tendance à omettre certains aspects de l’événement historique qui, par leur violence ou portée politique, pourraient sembler inappropriés aux mineurs d’âge, aspects tels que le taux élevé de détention d’armes de la population à cette époque (séquelle des préparatifs contre la deuxième invasion anglaise) ou que la lutte des classes entre criollos et Espagnols péninsulaires. La révolution est au contraire dépeinte comme un événement exempt de violence, destiné à survenir inévitablement d’une manière ou d’une autre, et l’accent est mis sur des aspects secondaires, tels que le temps qu’il faisait ce 25 mai, s’il pleuvait ou non, ou si l’usage de parapluies était largement répandu ou limité à une minorité[167].

Le président Arturo Frondizi lors d’une manifestation pour le 150e anniversaire de la révolution de Mai.

Le centenaire de la Révolution fit naître un grand nombre d’œuvres d'art ayant l’événement pour sujet et de représentations imagées de celui-ci. Le peintre chilien Pedro Subercaseaux réalisa, sur sollicitation d'Adolfo Carranza, de nombreux tableaux sur le sujet, notamment le Cabildo ouvert du 22 mai 1810, Mariano Moreno écrivant à sa table de travail, l’Embrassade de Maipú entre San Martín et Bernardo O'Higgins, et la Première Exécution de l’hymne national argentin le 11 mai 1813. Beaucoup de ces œuvres devaient plus tard s'élever au rang d'images canoniques[168]. Le centenaire est également à l’origine d’un précoce film muet intitulé La Revolución de Mayo, tourné en 1909 par Mario Gallo, et dont la première eut lieu en 1910. Ce film fut le premier film de fiction argentin réalisé avec des acteurs professionnels[169].

Parmi les chansons inspirées des événements de Mai, sont à signaler en particulier : le Candombe de 1810 ; El Sol del 25, sur des paroles de Domingo Lombardi et James Rocca, interprété par le chanteur de tangos Carlos Gardel ; Salve Patria, d'Eugenio Cárdenas et de Guillermo Barbieri ; Gavota de Mayo, composé par Peter Berruti, sur une musique folklorique.

Le roman d’Andrés Rivera La Revolución es un Sueño Eterno (litt. la Révolution est un songe éternel), paru en 1987, apporte, par le biais de la fiction littéraire, une analyse particulière de la révolution de Mai. Le récit est constitué des carnets imaginaires de Juan José Castelli, qui fut jugé pour sa conduite dans la désastreuse première campagne du Haut-Pérou. À travers le compte rendu imaginaire fait par un Castelli mortellement malade, Rivera critique l’histoire officielle et la nature de la Révolution[170].

Le bicentenaire de 2010 fut moins fécond en œuvres traitant de la révolution que ne l’avait été le centenaire. Il parut toutefois un grand nombre d’ouvrages touchant de près à l’événement, tels que 1810 de Felipe Pigna, Enigmas de la historia argentina de Diego Valenzuela, Hombres de Mayo de Ricardo de Titto, et Historias de corceles y de acero de Daniel Balmaceda[171].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Moses, p. 36-37
  2. Moses, p. 35.
  3. Abad de Santillán, p. 387. espagnol : Francisco Suárez sostenía que el poder, la autoridad, no pasa de Dios al gobernante, sino por intermedio del pueblo [...]; si esos gobernantes no cumplen su función de gerentes del bien común se transforman en tiranos, los pueblos tienen derecho a resistir la opresión. [...] Proponía, pues, la doctrina del origen democrático del poder
    français : Francisco Suárez soutenait que le pouvoir, l’autorité, ne passe pas de Dieu au gouvernant, si ce n’est par l’intermédiaire du peuple [...] ; si ces gouvernants ne remplissent pas leur fonction de gérants du bien commun, ils se transforment en tyrans, et le peuple a le droit de résister à leur oppression. [...] Il proposait donc la doctrine de l’origine démocratique du pouvoir.
  4. Brownson, p. 86.
  5. Moses, p. 29
  6. Moses, p. 34.
  7. Mantoux, p. 25.
  8. Heckscher, p. 243.
  9. a et b Kaufmann, p. 8.
  10. a et b Fremont-Barnes, p. 29.
  11. Shumway, p. 19.
  12. Luna, Independencia..., p. 28. espagnol : España había demostrado que económicamente no podía ejercer el papel de una metrópoli porque no tenía capacidad para abastecer a sus dominios de las mercaderías necesarias ni podía absorber los productos primarios que aquéllos producían: sólo una forzada política comercial lograba mantener la hegemonía de los comerciantes de Cádiz.
    français : L’Espagne avait démontré qu’elle n’était pas en mesure économiquement de jouer le rôle de métropole, car elle n’avait les capacités ni d’approvisionner ses possessions en marchandises nécessaires, ni d’absorber les matières premières que celles-ci produisaient : seule une politique commerciale contraignante réussissait à maintenir l’hégémonie des marchands de Cadix.
  13. Shumway, p. 8-9
  14. Abad de Santillán, p. 391. espagnol : Los ingleses tuvieron en las colonias españolas, a pesar del monopolio comercial metropoletano, fuertes intereses: el comercio ilícito se aproximaba en su monto casi al valor del autorizado por España; el contrabando se convirtió en un medio importante de vida para los propios colonos y también para los gobernantes encargados de reprimirlo.
    français : Les Anglais avaient dans les colonies espagnoles, en dépit du monopole commercial métropolitain, des intérêts importants : le commerce illicite avait un montant total proche de la valeur de celui autorisé par l’Espagne ; la contrebande devint un important moyen de subsistance pour les colons eux-mêmes, et aussi pour les gouvernants chargés de la réprimer.
  15. Shumway, p. 15.
  16. a et b Shumway, p. 3.
  17. Abad de Santillán, p. 391. espagnol : ...la aparición de un sector criollo que aguantaba el predominio de los españoles nativos en las funciones públicas, sentimiento que se extendía también al bajo clero.
    français : ...l’apparition d’une fraction criollo de la population, qui endurait la prédominance des Espagnols de naissance dans la fonction publique, sentiment qui s’étendait aussi au bas clergé.
  18. Moses, p. 4.
  19. a et b Shumway, p. 17.
  20. Abad de Santillán, p. 376. espagnol : El blanco estaba obligado a servir en la milicia personalmente, [...] eran los únicos que podían llevar armas y hacer uso de ellas; el privilegio fue superado en los momentos de gran apremio en que era preciso contar con mayores contingentes para la defensa
    français : Le blanc était obligé de servir dans la milice personnellement, (…) ils étaient les seuls à pouvoir porter une arme et à en faire usage ; le privilège fut levé dans les moments de grande urgence, où il était nécessaire de prévoir des contingents plus importants pour la défense.
  21. Luna, Independencia..., p. 28. espagnol : El pacto con España estaba gravemente vulnerado en el Río de la Plata a partir de las Invasiones Inglesas: la metrópoli no había podido defender a sus colonias del ataque externo y habían sido los habitantes de Buenos Aires y de la Banda Oriental los que rechazaron el intento británico.
    français : Le pacte avec l’Espagne se trouvait gravement entamé dans le Río de la Plata depuis les invasions anglaises : la métropole n’avait pas été en mesure de défendre ses colonies contre l’attaque extérieure, et c’étaient les habitants de Buenos Aires et de la bande Orientale qui repoussèrent la tentative britannique.
  22. Luna, Independencia..., p. 20. espagnol : Para unos, la solución de aceptar a Carlota Joaquina como heredera de Carlos IV era una aceptable fórmula de transición hacia una independencia ordenada. Para otros, una simple fachada que era conveniente usar hasta tanto madurasen las condiciones para una ruptura con España. Aunque también se pensaba que proporcionaba los elementos para preservar la fidelidad al rey cautivo.
    français : Pour les uns, la solution d’accepter Charlotte Joachime comme héritière de Charles IV était une formule de transition acceptable en vue d’une indépendance ordonnée. Pour d’autres, c’était une simple façade qu’il était commode d’utiliser jusqu’à ce que les conditions eussent suffisamment mûri pour permettre une rupture avec l’Espagne. Cependant, l’idée existait également que cela constituait le moyen de préserver la fidélité au roi captif.
  23. Luna, Independencia..., p. 20. espagnol : El carlotismo estaba pues cargado de ambigüedades y equívocos, los que, a la larga, terminaron por debilitarlo como proyecto alternativo. Se sospechaba que tras su formulación se ocultaban apenas el brazo expansionista de Portugal o las apetencias británicas.
    français : Le charlottisme en effet était chargé d’ambiguïtés et de malentendus, qui à la longue finirent par l’affaiblir en tant que projet politique de rechange. L’on suspectait que derrière cette proposition se cachait difficilement le bras expansionniste du Portugal ou les appétences britanniques.
  24. Kaufmann, p. 58.
  25. Félix Luna, Breve historia de los argentinos, Planeta Argentina,‎ 1997, 272 p., « La etapa colonial / Las Invasiones Inglesas »
  26. Luna, Breve..., p. 52. espagnol : Sobremonte, en efecto aparece como un timorato a los ojos de los porteños por acatar instrucciones que databan de la época de Cevallos, según las cuales, si había un ataque exterior, el primer deber del virrey era asegurar los fondos reales y el dinero de los particulares y escapar, poniéndolos a buen recaudo. Lo hizo, y quedó ante la historia como un cobarde
    français : Sobremonte en effet apparaît aux yeux des Portègnes comme un timoré pour s’être tenu à des instructions datant de l’époque de Cevallos, aux termes desquelles le premier devoir du vice-roi était, si une attaque étrangère survenait, de mettre en sûreté les fonds royaux et les avoirs privés et de s’échapper, en ayant soin de les mettre à l’abri. C’est ce qu’il fit, et resta marqué de poltron devant l’histoire.
  27. Luna, Breve..., p. 52. espagnol : Este es un precedente fundamental: el pueblo de Buenos Aires derroca al virrey, algo nunca visto en el imperio español.
    français : C’était un précédent fondamental : le peuple de Buenos Aires renverse le vice-roi, chose jamais vue dans l’empire espagnol.
  28. Luna, ...Santiago de Liniers, p. 120 espagnol : Pronto llegaron los reconocimientos: en primer lugar el del Rey Carlos IV. Liniers obtuvo el ascenso a brigadier, [...] y finalmente el cargo efectivo de virrey.
    français : Les reconnaissances arrivèrent promptement : en premier lieu, celle du roi Charles IV. Liniers fut promu brigadier, [...] et obtint finalement la charge effective de vice-roi.
  29. Luna, ...Santiago de Liniers, p. 128. espagnol : En esto tuvieron mucha responsabilidad los miembros del sector español monopolista, del que Álzaga formaba parte. Ese grupo tenía también mucha fuerza en Montevideo, pues sus miembros pugnaban, desde hacía tiempo, por desembarazarse de la tutela de Buenos Aires. Poco les costó poner a Elío de su parte.
    français : Au sein de celui-ci, les membres de la faction espagnole monopoliste, dont faisait partie Álzaga, avaient beaucoup de responsabilité. Ce groupe était puissant également à Montevideo, ses membres cherchant en effet depuis un certain temps à s’affranchir de la tutelle de Buenos Aires. Il leur en avait coûté peu de mettre Elío de leur côté.
  30. Javier de Elío, cité par Mitre, p. 251-252. espagnol : "La Junta se erige con el laudable, católico y religioso designio de conservar incólumnes e intactos los derechos del rey natural don Fernando VII [...] y que será al fin una Junta que obrará en todo con acuerdo de la capital"
    français : « La Junte est constituée avec le louable, catholique et religieux dessein de garder intacts et indemnes les droits du roi naturel don Ferdinand VII [...] et qu’elle sera finalement une Junte qui œuvrera en tout avec l’accord de la capitale ».
  31. Luna, ...Juan José Castelli, p. 55.espagnol : Algunos criollos, como Mariano Moreno, depositan su esperanza en la asonada alzaguista. Pero el "partido de la independencia" considera que, en la disyuntiva entre Álzaga y Liniers, el más peligroso para sus planes es el jefe del Cabildo.
    français : Quelques criollos, comme Mariano Moreno, placent leur espoir dans l'émeute alzaguiste. Mais le parti de l’indépendance considère que dans l’alternative entre Álzaga et Liniers, le plus dangereux pour leurs projets est le chef du cabildo.
  32. Luna, ...Juan José Castelli, p. 55. espagnol : No es una contradicción: la independencia que busca Álzaga es la de los ricos peninsulares, para perpetuar su dominio en Buenos Aires.
    français : Ce n’est pas une contradiction : l’indépendance que recherche Álzaga est celle des riches péninsulaires, pour perpétuer leur domination à Buenos Aires.
  33. Pigna, p. 221. espagnol : Los dirigentes de esta "asonada", como se la llamó y como pasó a la historia, entre ellos el propio Álzaga, fueron detenidos y enviados a la zona de lo que hoy es Carmen de Patagones. Poco después fueron rescatados por Elío y llevados a Montevideo.
    français : Les dirigeants de cette asonada, comme on l’appela et comme elle passa à l’histoire, et parmi eux Álzaga lui-même, furent détenus et envoyés à Carmen de Patagones. Peu après, ils furent délivrés par Elío et emmenés à Montevideo.
  34. Belgrano, p. 65. espagnol : Entonces aspiré a inspirar la idea á Liniers de que no debía entregar el mando, por no ser autoridad legítima la que lo despojaba.
    français : Je m’appliquais alors à insuffler à Liniers l’idée qu’il ne devait pas se dessaisir du commandement, attendu que l'autorité qui l’en dépouillait n’en était pas une légitime.
  35. Belgrano, p. 65. espagnol : los ánimos de los militares estaban adheridos á esta opinión.
    français : L'état d'esprit des militaires était proche de cette opinion.
  36. Pigna, p. 224.espagnol : En la Banda Oriental, Elío disolvió la Junta de Montevideo y aceptó la autoridad del nuevo virrey, que volvió a armar a las milicias españolas y decretó una amnistía que dejó en libertad a los que habían conspirado contra Liniers.
    français : Dans la bande Orientale, Elío décida de dissoudre la Junte de Montevideo et accepta l’autorité du nouveau vice-roi, qui réarma les milices espagnoles et décréta une amnistie qui remit en liberté ceux qui avaient conspiré contre Liniers.
  37. Scenna, p. 24. espagnol : Permitió [Cisneros] que Martín de Álzaga regresara a Buenos Aires con una suave prisión domiciliaria, más teórica que real
    français : (Cisneros) permit à Martín de Álzaga de retourner à Buenos Aires avec une douce peine de résidence surveillée, plus théorique que réelle.
  38. Abad de Santillán, p. 398. espagnol : Después de algunos hechos de violencia, el presidente García Pizarro renunció al cargo el 25 de mayo de 1809 y el mando fue asumido por la Audiencia, que nombró comandante general de armas al teniente coronel Juan Antonio Álvarez de Arenales
    français : Après quelques faits violents, le président García Pizarro démissionna le 25 mai 1809, et le commandement fut assumé par l’Audiencia, laquelle nomma commandant général des armes le lieutenant-colonel Juan Antonio Álvarez de Arenales.
  39. Abad de Santillán, p. 398. espagnol : Un movimiento insurreccional [...] se produjo el 16 de julio, bajo la dirección de Pedro Domingo Murillo y de Juan Pedro Idaburu. Los rebeldes impusieron la renuncia del gobernador y del obispo y constituyeron una junta con carácter de cuerpo consultativo.
    français : Un mouvement insurrectionnel [...] se produisit le 16 juillet, sous la direction de Pedro Domingo Murillo et de Juan Pedro Idaburu. Les rebelles contraignirent le gouverneur et l’évêque à démissionner, et constituèrent une junte à caractère de corps consultatif.
  40. Abad de Santillán, p. 398. espagnol : El mariscal Vicente Nieto fue designado por Liniers para pacificar a Chuquisaca; cuando llegó a la villa rebelde con 900 o 1000 hombres, la halló tranquila y dispuesta a someterse; la junta revolucionaria quedó disuelta y se constituyó una nueva audiencia.
    français : Le maréchal Vicente Nieto fut désigné par Liniers pour pacifier Chuquisaca ; lorsqu’il arriva à la cité rebelle avec 900 ou 1 000 hommes, il la trouva tranquille et disposée à se soumettre ; la junte révolutionnaire resta dissoute et une nouvelle Audiencia fut constituée.
  41. Abad de Santillán, p. 398. espagnol : En total la columna punitiva sumaba 5000 hombres, frente a los cuales los paceños sólo podían disponer de ochocientos fusiles y once piezas de artillería
    français : La colonne punitive comptait au total 5 000 hommes, face auxquels les Pacègnes disposaient de seulement 800 fusils et de onze pièces d’artillerie.
  42. Mitre, p. 286. espagnol : Los que sobrevivieron a la derrota fueron condenados a muerte por el inhumano Goyeneche, quien sin sujetarse a ninguna forma de juicio hizo ahorcar a nueve de ellos, mandando clavar de firme sus miembros ensangrentados en las columnas militarias, que en aquel país sirven de guía al caminante.
    français : Ceux qui survécurent à la défaite furent condamnés à mort par l’inhumain Goyeneche, qui, ne voulant accorder aucune forme de jugement, fit pendre neuf d'entre eux, et ordonna d'attacher leurs corps ensanglantés aux colonnes militaires, lesquelles en ce pays servent de points de repère aux voyageurs.
  43. Mitre, p. 287-288. espagnol : Esta aprobación de las matanzas de La Paz contribuyó a hacer más odioso el nombre de Cisneros entre los americanos, [...] que castigaba con el destierro y el suplicio en una parte, el mismo hecho que había alentado y premiado en Montevideo, sólo porque unos eran americanos y otros eran españoles.
    français : Cette approbation des tueries de La Paz contribua à rendre plus odieux le nom de Cisneros chez les Americains, [...] (Cisneros en effet) châtiait par l’exil et le supplice d’une part, tandis que d’autre part le même acte était encouragé et récompensé à Montevideo, cela seulement parce que les uns étaient Americains et les autres Espagnols.
  44. (es) Pacho O'Donnell, « El Silogismo de Charcas », Editorial Sudamericana (consulté le 27 janvier 2010)
  45. Pigna, p. 227. espagnol : Ante la posibilidad de que estos sucesos se repitieran, [...] el virrey decidió crear un Juzgado de Vigilancia Política [...].
    français : Devant la possibilité de ce que de tels événements se répétassent, [...] le vice-roi décida de créer une Cour de Surveillance politique [...].
  46. Scenna, p. 26. espagnol : En esa lista, dada por el mismo Romero a la posteridad, figuran Saavedra, Paso, Chiclana, Vieytes, Balcarce, Castelli, Larrea, Guido, Viamonte, Moreno, el presbítero Sáenz, el canónigo Belgrano y otros que no identifica.
    français : Dans cette liste, donnée par Romero lui-même à la postérité, figurent Saavedra, Paso, Chiclana, Vieytes, Balcarce, Castelli, Juan Larrea, Guido, Viamonte, Moreno, le prêtre Sáenz, le chanoine Belgrano et d’autres qu’il n’identifie pas.
  47. Saavedra, p. 59. espagnol : No es tiempo, dejen ustedes que las brevas maduren y entonces las comeremos.
  48. a et b Cornelio Saavedra, Memoria autógrafa, Buenos Aires, Editorial del Nuevo Extremo,‎ 2009, 59 p. (ISBN 978-987-609-171-8) :

    « espagnol : A la verdad, quién era en aquel tiempo el que no juzgase que Napoleón triunfaría y realizaría sus planes con la España? Esto era lo que yo esperaba muy en breve, la oportunidad o tiempo que creía conveniente para dar el grito de libertad en estas partes. Esta era la breva que decía era útil esperar que madurase. »


    français : En vérité, quel était en ce temps-là celui qui ne considérait pas que Napoléon triompherait et réaliserait ses projets pour l’Espagne ? C’est ce à quoi moi-même je m’attendais à très brève échéance, l’occasion ou le moment que je croyais propice à donner le cri de la liberté dans ces régions. Voilà la figue dont je disais qu’il était utile d’attendre qu’elle mûrît.

  49. (es) « Semana de Mayo », Ministerio de Educación de la Nación, Subsecretaría de Coordinación Administrativa,‎ 2001 (consulté le 5 février 2010)
  50. Galasso, "El pueblo...", p. 43. espagnol : ...es necesario enarbolar alto las banderas, puesto que un doble peligro acecha: la imposición del poder francés y la restauración del absolutismo español.
    français : ...il est nécessaire d’arborer haut les drapeaux, vu qu’un péril double guette : l’imposition du pouvoir français et la restauration de l’absolutisme espagnol.
  51. a et b Pigna, p. 228.espagnol : En un principio, el virrey trató de ocultar las novedades incautándose de todos los periódicos que traía el barco. Pero, según cuenta Mario Belgrano, uno de ellos llegó a manos de Belgrano y Castelli, que se encargaron de difundir la noticia.
    français : Au début, le vice-roi essaya d’occulter les nouvelles en confisquant tous les journaux que transportait le navire. Mais, ainsi que le relate Mario Belgrano, un de ceux-ci vint entre les mains de Belgrano et de Castelli, qui se chargèrent de diffuser la nouvelle.
  52. Saavedra, p. 60. espagnol : ...Entonces me pusieron en las manos la proclama de aquel día. Luego que la leí, les dije: "Señores, ahora digo que no sólo es tiempo, sino que no se debe perder una sola hora".
    français : ...Alors ils me remirent en mains la proclamation de ce jour-là. Après l’avoir lue, je leur dis : « Messieurs, je dis maintenant que non seulement il est temps, mais qu’il n’y a pas une seule heure à perdre ».
  53. Luna, ...Juan José Castelli, p. 70. espagnol : Castelli y Saavedra, los jefes más notorios de esos días, desecharon el plan de Martín Rodríguez para derrocar a Cisneros por la fuerza.
    français : Castelli et Saavedra, les chefs les plus notables de ces journées, repoussèrent le projet de Martín Rodríguez visant à renverser Cisneros par la force.
  54. (Anonyme) López, p. 31 espagnol : Con esto todo se ha puesto en alboroto, la gente se concentra en los cuarteles, las calles están solas, pero la plaza está llena, y todas las tiendas y bandolas emparejadas, porque como tú sabes, son casi todas de godos.
    français : Avec cela, tout est pris de frénésie, les gens se concentrent dans les casernes, les rues sont désertées, mais la Plaza est remplie, et tous les magasins et toutes les échoppes sont fermés, parce que, comme tu le sais, ils sont presque tous des goths (Espagnols péninsulaires, NdT).
  55. (Anonyme) López, p. 31 espagnol : Tú sabes que no tiene empacho ni vergüenza para nada; pero tiene muchísimo talento, y es un patriota a macho: ¡figúrate que sostuvo que debíamos ahorcar al sordo en media plaza por los asesinatos de La Paz!
    français : Tu sais bien, toi, qu’il n’a ni pudeur, ni scrupule en rien ; mais il a un très grand talent, et c’est un vaillant patriote : figure-toi qu’il a soutenu que nous devions pendre le sourd au milieu de la Plaza pour les assassinats de La Paz !
  56. (Anonymous) López, p. 39 espagnol : En las pulperías se notan muchas reuniones, y se arman pleitos a cada momento entre criollos y maturrangos, de los que resaltan bastante heridos a cuchillo porque a nadie se le deja sacar fusil o sable de los cuarteles.
    français : On remarque de nombreuses réunions dans les épiceries, et des disputes surgissent à tout moment entre criollos et péninsulaires, d’où sortent pas mal de blessés au couteau, puisqu’on ne laisse personne prendre des fusils ou des sabres dans les casernes.
  57. Abad de Santillán, p. 404. espagnol : No menciona la sustitución de la Junta de Sevilla por el Consejo de Regencia, aunque estaba ya en su conocimiento.
    français : Il ne mentionne pas la substitution du Conseil de Régence à la Junte de Séville, alors que cela était déjà en sa connaissance.
  58. (Anonyme) López, p. 31. espagnol : Dice que en sus manos está segura la patria, y que se va a poner de acuerdo con Abascal, con Sanz y con Nieto para formar un gobierno que represente aquí a Fernando VII. ¡Qué badulaque!
    français : Il dit qu’entre ses mains la patrie est en sûreté, et qu’il va se mettre d’accord avec Abascal, Sanz et Nieto pour former un gouvernement qui représente ici Ferdinand VII. Quelle chiffe !
  59. Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina, Argentina, Grupo editorial Norma,‎ 2007, 229 p. (ISBN 987-545-149-5), « La Revolución de Mayo »
  60. (Anonyme) López, p. 31.espagnol : Al momento se fueron a ver al Alcalde Lezica y le exigieron un Cabildo Abierto, amenazándole de que si no se cita al vecindario acudirán todos a la Plaza Mayor con las tropas y con el pueblo para deponer al virrey, y nombrar un gobierno de patriotas.
    français : Aussitôt ils s’en furent voir le maire Lezica et exigèrent de lui un cabildo ouvert, menaçant, au cas où les citoyens n’étaient pas convoqués, de se rendre tous à la Plaza Mayor avec les troupes et avec le peuple pour déposer le vice-roi et nommer un gouvernement de patriotes.
  61. (Saavedra) López, p. 44. espagnol : La cosa es tan seria, señor alcalde, que yo mismo estoy ya sindicado de traidor porque contengo a los paisanos, aconsejándoles moderación hasta que ustedes llamen al pueblo por los resortes legítimos. Si ustedes no me ayudan, y si para el lunes 21 no se convoca al pueblo, no me queda más remedio que ponerme a su cabeza, y ¡qué sé yo lo que vendrá! Ustedes serán los responsables de lo que suceda.
    français : La chose est si sérieuse, monsieur le Maire, que même moi je suis taxé de trahison parce que je contiens les concitoyens, leur conseillant la modération jusqu’à ce que vous convoquiez le peuple par les voies légales. Si vous ne m’aidez point, et si lundi 21 le peuple n’a pas été convoqué, je n’aurai d’autre ressource que de me mettre à sa tête, et je ne sais ce qui alors adviendrait ! Vous seriez responsable de ce qui se passerait.
  62. (Arzac) López, p. 32. espagnol : Que quiso, o que no quiso, Lezica vio que la cosa iba muy seria; y rogó que le dieran tiempo para conferenciar con el virrey y para reducirlo a prestar su consentimiento al Cabildo Abierto; haciendo presente a nuestros amigos que de otro modo el caso sería ya de una rebelión manifiesta y que eso lo debíamos dejar para el último extremo.
    français : Qu’il le voulût ou non, Lezica vit que les choses devenaient très sérieuses, et demanda qu'on lui accordât quelque temps pour se concerter avec le vice-roi et le conduire à donner son consentement au cabildo ouvert ; il représenta à mes amis que sans cela il s’agirait d’un cas de rébellion manifeste, ce à quoi nous ne devions avoir recours qu’en toute dernière extrémité.
  63. (Belgrano) López, p. 44–45. espagnol : Y dígale usted de nuestra parte que si el lunes no hay Cabildo Abierto, obraremos de nuestra cuenta; sin consideración a nadie, porque esto no admite vacilaciones ni términos medios: el pueblo quiere ser soberano y libre.
    français : Et dites-lui de notre part que s'il n’y a pas de cabildo ouvert d’ici lundi, nous agirons par nous-mêmes ; sans égard à personne, car ceci n’admet pas de tergiversations ni de moyens termes : le peuple veut être souverain et libre.
  64. Galasso, p. 49. espagnol : Leiva, por su parte, se convierte en amigo de los revolucionarios [...] mientras también aparece como amigo y consejero ante el virrey.
    français : Leiva, pour sa part, se convertit en ami des révolutionnaires [...] tandis qu’en même temps, il apparaît aussi comme ami et conseiller du vice-roi.
  65. (Arzac) López, p. 45. espagnol : Se convino que Terrada con J. R. Balcarce, Bustos y Díaz Vélez, tomasen el mando de los granaderos que daban guardia en el Fuerte; que se apoderasen de todas las llaves de las entradas, mientras los demás subían a los salones del virrey.
    français : Il fut convenu que Terrada, avec J. R. Balcarce, Bustos et Díaz Vélez prissent le commandement des grenadiers tenant la garde du fort, et qu’ils s’emparassent de toutes les clefs des entrées, pendant que les autres monteraient aux salons du vice-roi.
  66. Saavedra, p. 61-62.espagnol : Señor, son muy diversas las épocas del 1º de enero de 1809 y la de mayo de 1810, en que nos hallamos. En aquella existía la España, aunque ya invadida por Napoleón; en ésta, toda ella, todas sus provincias y plazas están subyugadas por aquel conquistador, excepto solo Cádiz y la isla de León, como nos aseguran las gacetas que acaban de venir y V.E. en su proclama de ayer. ¿Y qué, señor? ¿Cádiz y la isla de León son España? Este territorio inmenso, sus millones de habitantes, han de reconocer soberanía en los comerciantes de Cádiz y en los pescadores de la isla de León? ¿Los derechos de la Corona de Castilla a que se incorporaron las Américas, han recaído en Cádiz y la isla de León, que son una parte de una de las provincias de Andalucía? No señor, no queremos seguir la suerte de la España, ni ser dominados por los franceses, hemos resuelto reasumir nuestros derechos y conservarnos por nosotros mismos. El que a V.E. dio autoridad para mandarnos ya no existe; de consiguiente usted tampoco la tiene ya, así que no cuente con las fuerzas de mi mando para sostenerse en ella.
    français : Sire, ce sont des époques fort différentes que celle du 1er janvier 1809 et celle de mai 1810, dans laquelle nous nous trouvons présentement ; à la première, l’Espagne existait encore, quoique déjà envahie par Napoléon ; à la seconde, l’Espagne entière, toutes ses provinces et places, ont été subjuguées par ce conquérant, à la seule exception de Cadix et de l’île de Léon, ainsi que nous l’assurent les journaux qui viennent d’arriver, et Son Excellence elle-même dans sa proclamation d’hier. Et quoi, sire ? Cadix et l’île de Léon sont l’Espagne ? Les immenses territoires d’ici, ses millions d’habitants, sont tenus de reconnaître la souveraineté des négociants de Cadix et des pêcheurs de l’île de Léon ? Les droits de la couronne de Castille, sur laquelle vinrent à se greffer les Amériques, sont échues désormais à Cadix et à l’île de Léon, qui ne sont qu’une partie d’une des provinces d’Andalousie ? Non sire, nous ne voulons pas suivre la destinée de l’Espagne, ni être dominés par les Français, et avons résolu de réassumer nos droits et de nous soutenir par nous-mêmes. Tout cela même qui avait conféré à Son Excellence l’autorité pour nous gouverner, n’existe plus ; par voie de conséquence, vous non plus ne la détenez plus ; ainsi, ne comptez pas sur les forces que je commande pour vous maintenir en elle.
  67. Martín Rodrígez, autobiographie, cité par de Titto, p. 331. espagnol : Resultó el nombramiento en el doctor Castelli y yo, y para asegurarnos mejor, pedimos que el comandante de granaderos de infantería Terrada, fuese con nosotros; pues su batallón estaba acuartelado en el fuerte, y bajo los balcones del mismo Cisneros, y como en él había muchos oficiales españoles, temíamos que, al momento de la intimación, se asomase Cisneros a un balcón, llamase a los granaderos y nos hiciese amarrar.
    français : Il fut convenu de missionner le docteur Castelli et moi-même, et pour mieux nous assurer, nous priâmes le commandant des grenadiers d’infanterie Terrada de nous accompagner ; son bataillon en effet était caserné dans le fort, sous les balcons de Cisneros lui-même, et comme beaucoup d’officiers espagnols se trouvaient dans ce bataillon, nous craignions qu’au moment où nous serions face-à-face avec Cisneros, celui-ci ne se penchât au balcon pour appeler les grenadiers et nous mettre en détention.
  68. Luna, ...Juan José Castelli, p. 70. espagnol : Rodríguez, que está exaltado, reclama una urgente contestación al pedido de Cabildo Abierto.
    français : Rodriguez, en état d’exaltation, réclame une réponse urgente à la demande de cabildo ouvert.
  69. Luna, ...Juan José Castelli, p. 71 espagnol : Ofuscado e impotente, Cisneros sólo puede decir "Señores, cuanto siento los males que van a venir sobre este pueblo de resultas de este paso; pero puesto que el pueblo no me quiere y el ejército me abandona, hagan ustedes lo que quieran"
    français : Courroucé et impuissant, Cisneros ne put que dire « Messieurs, combien je pressens les maux qui vont s’abattre sur ce peuple par l’effet de cette démarche ; mais vu que le peuple ne m'aime pas et que l’armée m’abandonne, faites donc ce que vous voulez ».
  70. a, b et c Buena Ventura Arzac, « Buenos Aires, domingo 20 de mayo de 1810 a la una de la noche », Carlos Casavalle Editor,‎ 1810 (date originale), 1896 (consulté le 27 janvier 2010)
  71. Juan Andrés Pueyrredón, « San Isidro, 21 de mayo de 1810 », Carlos Casavalle Editor,‎ 1810 (consulté le 27 janvier 2010)
  72. (Anonyme) López, p. 36. espagnol : Saavedra se había enojado mucho y anduvo muy inquieto toda la noche del viernes, repitiendo que era preciso contener al populacho y a los desaforados que lo animaban a tales extremos; pero que el oficial le repetía también: "No se engañe, coronel, la cosa no se puede atajar; y estoy cierto que si usted se empeña en contenerlos, a usted mismo lo han de hacer a un lado. Reflexione bien lo que va a hacer."
    français : Saavedra s’était fort fâché et resta très inquiet toute la soirée du vendredi, répétant qu’il fallait contenir la populace et les extrémistes qui l'incitaient à de telles extrémités ; mais l’officier, d’un autre côté, lui répétait : « Ne vous leurrez pas, mon colonel, on ne pourra pas stopper cette chose, et je suis sûr que si vous vous entêtez à les contenir, ils vous pousseront de côté vous aussi. Réfléchissez bien à ce que vous allez faire ».
  73. Pigna, p. 232. espagnol : El clima se fue caldeando y tuvo que intervenir [...] Cornelio Saavedra, que logró calmarlos garantizándoles el apoyo militar a sus reclamos.
    français : Les esprits s’échauffaient et Cornelio Saavedra dut intervenir (…), qui parvint à les calmer en leur garantissant l’appui militaire à leurs exigences.
  74. Pigna, p. 233. espagnol : Parece que don Agustín imprimió unas cuantas tarjetas de más y las repartió entre sus compañeros, que reemplazaron a varios realistas, que no pudieron ingresar.
    français : Il semble que M. Agustín imprima une quantité de cartons d’invitation en surplus et les distribua entre ses compagnons, qui prirent la place de plusieurs royalistes, qui ne purent pas entrer.
  75. Luna, ...Juan José Castelli, p. 75. espagnol : La misma noche del día 21, Castelli, Martín Rodríguez, Domingo French y Antonio Berutti recorrieron los cuarteles, arengando a las tropas, que a la mañana siguiente, se apostaron en los puntos estratégicos de la Plaza para controlar el acceso al Cabildo.
    français : Ce même soir du 21, Castelli, Martín Rodríguez, French et Antonio Beruti parcoururent les casernes, haranguant les troupes, lesquelles se postèrent le lendemain aux endroits stratégiques de la Place pour contrôler l’accès au Cabildo.
  76. a et b « Actas capitulares desde el 21 hasta el 25 de Mayo de 1810, en Buenos Aires », Buenos Aires cabildo,‎ 23 mai 1810 (publication originale) (consulté le 2 janvier 2010)
  77. Saavedra, p. 62. espagnol : Concurrieron todas las corporaciones eclesiásticas y civiles; un crecido número de vecinos y un inmenso pueblo, don Pascual Ruiz Huidobro y todos los comandantes y jefes de los cuerpos de la guarnición. Las tropas estaban fijas en sus respectivos cuarteles con el objeto de acudir donde la necesidad lo demandase.
    français : Toutes les corporations ecclésiastiques et civiles y assistèrent ; un nombre croissant d’habitants et une immense foule, don Pascual Ruiz Huidobro et l’ensemble des commandants et chefs des corps de la garnison. Les troupes se tenaient prêts dans leurs casernes respectives avec la consigne d’accourir là où la nécessité le requerrait.
  78. (Rezabal) López, p. 51-53. espagnol : Usted comprenderá bien los temores que me asaltan desde que, por el suceso del 1° del año pasado, quedé sindicado y perseguido por el partido de Liniers, que a las claras es el que se ha declarado ahora contra el señor virrey y contra nosotros los europeos.
    français : Vous comprendrez bien les craintes qui m’assaillent depuis que, à la suite de l’événement du premier de l’an passé, j’ai été mis en accusation et persécuté par le parti de Liniers, qui est manifestement celui qui s’est déclaré à présent contre monseigneur le vice-roi et contre nous Européens.
  79. (Rezabal) López, p. 51-53.espagnol : Los facciosos y alborotadores del día estaban resueltos a no permitir el Cabildo Abierto en la forma en que se ha citado, limitándolo a la parte sana y principal del pueblo, sino que exigían que se admitiese en él a la tropa y a los hijos de familia que andan todos rebelados contra sus padres, siguiendo el funesto ejemplo que se les dio el año seis contra el Excmo. señor Sobremonte de donde viene toda la corrupción y desquicio en que hoy nos hallamos envueltos.
    français : Les factieux et les fauteurs de troubles du jour étaient résolus à ne pas permettre au cabildo ouvert de se dérouler dans la forme où il a été convoqué, c'est-à-dire limité à la partie saine et principale du peuple, et exigeaient au contraire que fussent admis la troupe et les fils de famille qui se sont tous rebellés contre leurs parents, suivant en cela le funeste exemple qui leur fut donné en l’an 1806 contre l’excellentissime Sobremonte, exemple dont nous vient toute la corruption et le dérèglement dont nous nous trouvons aujourd’hui entourés.
  80. Luna, Independencia..., p. 32. espagnol : Aunque la idea de que, cesada la autoridad legítima, el pueblo podía recomponerla por su voluntad era relativamente común en la doctrina escolástica española, en la Ilustración y en la filosofía racionalista, hacer de este principio un elemento activo, operativo, era revolucionario.
    français : Bien que l’idée que le peuple, lorsqu’a cessé d’exister l’autorité légitime, pouvait reconstituer celle-ci par sa volonté, fût relativement commune dans la doctrine scolastique espagnole, dans la pensée des Lumières et dans la philosophie rationaliste, faire de ce principe un élément actif, opératoire, était révolutionnaire.
  81. Luna, Independencia..., p. 34. espagnol : En el curso del debate se habían definido tres corrientes: la españolista, la revolucionaria, y una intermedia o moderada, capitaneada por el cura de Monserrat.
    français : Au cours du débat s’étaient formés trois courants : l’espagnoliste, le révolutionnaire, et un intermédiaire ou moderé, avec à sa tête le curé de Monserrat.
  82. Pigna, p. 234. espagnol : No solamente no hay por qué hacer novedad con el virrey, sino que aún cuando no quedase parte alguna de la España que no estuviese sojuzgada, los españoles que se encontrasen en la América deben tomar y reasumir el mando de ellas y que éste sólo podría venir a manos de los hijos del país cuando ya no hubiese un español en él. Aunque hubiese quedado un solo vocal de la Junta Central de Sevilla y arribase a nuestras playas, lo deberíamos recibir como al Soberano.
  83. Luna, Independencia..., p. 32. espagnol : Dos ideas fundamentales lucen en el discurso de Castelli: caducidad del gobierno legítimo [...] y reversión o retroversión de la soberanía en el pueblo de Buenos Aires.
    français : Deux idées fondamentales sous-tendent le discours de Castelli : la caducité du gouvernement légitime [...] et la réversion ou la rétroversion de souveraineté au peuple de Buenos Aires.
  84. Pigna, p. 236.espagnol : Nadie ha podido reputar por delincuente a la nación entera, ni a los individuos que han abierto sus opiniones políticas. Si el derecho de conquista pertenece, por origen, al país conquistador, justo sería que la España comenzase por darle la razón al reverendo obispo abandonando la resistencia que hace a los franceses y sometiéndose, por los mismos principios con que se pretende que los americanos se sometan a las aldeas de Pontevedra. La razón y la regla tienen que ser iguales para todos. Aquí no hay conquistados ni conquistadores, aquí no hay sino españoles. Los españoles de España han perdido su tierra. Los españoles de América tratan de salvar la suya. Los de España que se entiendan allá como puedan y que no se preocupen, los americanos sabemos lo que queremos y adónde vamos. Por lo tanto propongo que se vote: que se subrogue otra autoridad a la del virrey que dependerá de la metrópoli si ésta se salva de los franceses, que será independiente si España queda subyugada.
  85. Abad de Santillán, p. 408. espagnol : ...la fórmula decisiva, pues, fue esta y primó en buena parte de los concurrentes a la reunión: Melchor Fernández, [...] Juan León Ferragut, [...] Joaquín Grigera.
    français : ...la formule décisive fut donc celle-là, et c’est elle qui l’emporta chez bon nombre de participants à la réunion : Melchor Fernández, [...] Juan León Ferragut, [...] Joaquín Grigera.
  86. Luna, Independencia..., p. 32.espagnol : Era una hábil chicana: aceptarla implicaba perder la enorme ventaja de la oportunidad y postergar el cambio a un tiempo indefinido que podría estar encuadrado por circunstancias muy diferentes.
    français : C’était une habile chicane : l’accepter impliquait de perdre l’énorme avantage de l’occasion présente, et repousserait le changement à une date indéterminée, où pourraient prévaloir des circonstances très différentes.
  87. Pigna, p. 237. espagnol : Juan José Paso: "Dice muy bien el señor Fiscal, que debe ser consultada la voluntad general de los demás pueblos del Virreinato; pero piénsese bien que en el actual estado de peligros a que por su situación local se ve envuelta esta capital, ni es prudente ni conviene el retardo que importa el plan que propone. Buenos Aires necesita con mucha urgencia sea cubierto de los peligros que la amenazan, por el poder de la Francia y el triste estado de la Península. Para ello, una de las primeras medidas debe ser la inmediata formación de la junta provisoria de gobierno a nombre del señor don Fernando VII; y que ella proceda sin demora a invitar a los demás pueblos del Virreinato a que concurran por sus representantes a la formación del gobierno permanente"
    français : Juan José Paso : « C’est à bon escient que M. le Procureur a relevé que devait être consultée la volonté générale des autres peuples de la Vice-royauté ; mais que l’on s’avise bien que dans l’état actuel de périls où se trouve la capitale de par sa situation locale, le retard qu’implique le plan qu’il propose n’est ni prudent ni approprié. Buenos Aires a besoin, de grande urgence, d’être gardée des dangers qui la menacent par la puissance de la France et le triste état de la Péninsule. Pour cela, une des premières mesures à prendre doit être la formation immédiate de la junte provisoire de gouvernement au nom de Don Ferdinand VII, pour qu’ensuite celle-ci se propose sans délai d’inviter les autres peuples de la Vice-royauté à participer, à travers leurs représentants, à la formation du gouvernement permanent. »
  88. Luna, Breve..., p. 62. espagnol : Buenos Aires obtuvo el derecho de introducir este cambio substancial en la estructura de poder virreinal, bajo la condición de convocar después a las otras jurisdicciones y pedirles su opinión.
    français : Buenos Aires obtint le droit d’introduire ce changement substantiel dans la structure de pouvoir de la vice-royauté, sous la condition de convoquer par après les autres juridictions et de leur demander leur opinion.
  89. López, p. 92. espagnol : Passo (sic) procuró rebatirlo, invocando el caso de urgencia, con la teoría jurídica del "negotiorum gestor". Buenos Aires, dijo, que es la hermana mayor de esas provincias y vecindarios, cuyos derechos se invoca, se encuentra de improviso con que todo el gobierno de la monarquía se ha derrumbado en derredor suyo. No hay rey, no hay sucesor, no hay nación española.
    français : Passo tenta de le réfuter, en invoquant le cas d’urgence, selon la théorie juridique du negotiorum gestio. Buenos Aires, dit-il, que est la sœur aînée de ces provinces et contrées, les droits desquelles sont ici invoqués, se trouve soudainement confrontée à ce qu’autour d’elle le gouvernement de la monarchie s’est effondré. Il n’y a pas de roi, pas de successeur, pas de nation espagnole.
  90. Luna, Breve..., p. 62. espagnol : Oportunamente, la persona beneficiada se enterará, pero en principio se actúa como buen padre de familia o hermano mayor.
    français : La personne bénéficiaire en sera avisée en temps opportun, mais en principe l’on agit en bon père de famille ou en frère aîné.
  91. Abad de Santillán, p. 408. espagnol : Se adhirieron a su criterio 19 de los presentes, entre ellos Manuel Alberti, Azcuénaga, Antonio José de Escalada, Cosme Argerich, Juan Pedro de Aguirre.
    français : Se rangèrent à son argumentation 19 des personnes présentes, parmi lesquelles Manuel Alberti, Azcuénaga, Antonio José de Escalada, Cosme Argerich, Juan Pedro de Aguirre.
  92. Abad de Santillán, p. 409. espagnol : La fórmula comprende la de Castelli, e incluye a los que dieron el voto con el agregado favorable al síndico.
    français : La proposition comprend celle de Castelli, et eut l’adhésion de ceux qui donnèrent leur voix à l’annexe favorable au Cabildo.
  93. Belgrano, espagnol : Allí presidió el orden; una porción de hombres estaban preparados para la señal de un pañuelo blanco, atacar á los que quisieran violentarnos [...] pero nada fué preciso, porque todo caminó con la mayor circunspección y decoro.
    français : L’ordre y régnait : un groupe d’hommes se tenait prêt, au signal d’un foulard blanc, à attaquer ceux qui eussent voulu nous violenter (...) mais rien de cela ne fut nécessaire, puisque tout se déroula avec les plus grands égards et dans la plus grande dignité.
  94. Galasso, El Pueblo..., p. 59-60.
  95. Galasso, "El pueblo...", p. 61-62.
  96. Pigna, p. 238. espagnol : Hecha la regulación con el más prolijo examen resulta de ella que el Excmo. Señor Virrey debe cesar en el mando y recae éste provisoriamente en el Excmo. Cabildo [...] hasta la erección de una Junta que ha de formar el mismo Excmo. Cabildo, en la manera que estime conveniente.
    français : Des vérifications, effectuées avec la plus grande minutie, il résulte que l’excellentissime seigneur Vice-roi doit renoncer au commandement, celui-ci échéant à titre provisoire à l’excellentissime Cabildo (…) jusqu’à l’installation d’une junte qu’aura à former ce même excellentissime Cabildo, de telle manière qui lui paraîtra convenable.
  97. Abad de Santillán, p. 410. espagnol : "Se hace saber al público, por medio del presente bando, para su gobierno e inteligencia, y que desechen cualesquiera deseos que hayan podido infundirle las últimas infaustas noticias recibidas de la península; bien entendido que este exmo. Cabildo procederá inmediatamente a la elección de la Junta que haya de encargarse del mando superior hasta que se congregue a los diputados que se convocarán de las provincias"
    français : « Par le présent arrêté, il est porté à la connaissance du public, pour sa gouverne et sa bonne compréhension, et pour qu’il repousse tous désirs qu’aient pu lui inspirer les funestes nouvelles parvenues de la péninsule, que l’excellentissime Cabildo procédera incessamment à l’élection de la junte destinée à assumer le commandement supérieur jusqu'à ce que se soient réunis les députés qui auront été convoqués des provinces.
  98. Abad de Santillán, p. 410. espagnol : El 24 determinó el Cabildo que continúe en el mando el excelentisimo señor virrey Baltasar Hidalgo de Cisneros, asociado a los señores Juan Nepomuceno de Solá, Juan José Castelli, Cornelio Saavedra y José Santos de Inchaurregui.
    français : Le 24, le Cabildo disposa que resterait à la tête du pays l’excellentissime seigneur vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros, associé à messieurs Juan Nepomuceno de Solá, Juan José Castelli, Cornelio Saavedra et José Santos de Inchaurregui.
  99. López, p. 64. espagnol : Lo único que te puedo decir es que hoy ha tenido lugar la comedia de la instalación del nuevo Gobierno encabezado por el virrey.
    français : La seule chose que je puis te dire est qu’aujourd’hui a eu lieu la comédie de l’installation du nouveau gouvernement dirigé par le vice-roi.
  100. (Moreno) López, p. 60. espagnol : Yo le juro a usted que si esto no se ataja, no quiero saber de nada, ni he de salir ya de mi casa para nada. No cuenten conmigo.
    français : Je le jure devant vous, si cela ne s'arrête pas, je ne veux plus en entendre parler, et il n’y a plus lieu désormais que je sorte de ma maison pour rien. Ne comptez plus sur moi.
  101. (Tagle) López, p. 60. espagnol : Miren ustedes; Castelli debe aceptar. Fíjense ustedes en que si don Cornelio ha hecho lo que se sospecha, habrá sido por debilidad o por inadvertencia, y que no se le debe dejar solo. Nuestra única garantía, pues, es de que lo acompañe Juan José mientras nos desenvolvemos y obra el pueblo. Castelli impedirá toda medida peligrosa: asistirá al conciliábulo, le mostrará a don Cornelio el abismo a que nos llevan, le hará oír la voz del patriotismo y cómo es que quieren abusar de su rectitud y de su ánimo moderado, para perdernos; y don Cornelio es hombre que desde que se aperciba de todo esto, ha de volver sobre sus pasos y se ha de poner todo entero con nosotros: yo tendré confianza en él, desde que éste -designando a Castelli-, esté a su lado y entre a la Junta del virrey.
    français : Écoutez-moi bien ; Castelli doit accepter. Soyez bien conscients que si don Cornelio a fait ce qu’on soupçonne, c’est sans doute par faiblesse ou par naïveté, et il ne faut pas alors le laisser seul. Notre seule garantie est donc que Juan José (Castelli) l’accompagne pendant que nous faisons notre œuvre et que le peuple agit. Castelli empêchera toute mesure dangereuse : il assistera aux pourparlers, il fera voir à don Cornelio l’abîme vers lequel il nous entraîne, il lui fera entendre la voix du patriotisme, et lui fera toucher du doigt comment on veut abuser de sa droiture et de son esprit modéré, pour nous perdre ; et don Cornelio, dès qu’il se sera aperçu de tout cela, est homme à revenir sur ses pas et se ranger complètement de notre côté : j’aurai confiance en lui, tant que lui ― désignant alors Castelli ― se tient à ses côtés et entre dans la Junte du vice-roi.
  102. Pigna, p. 238. espagnol : Si nosotros nos comprometemos a sostener esa combinación que mantiene en el gobierno a Cisneros, en muy pocas horas tendríamos que abrir fuego contra nuestro pueblo, nuestros mismos soldados nos abandonarían; todos sin excepción reclaman la separación de Cisneros.
    français : Si nous nous engageons à soutenir cette combinaison qui maintient Cisneros au gouvernement, nous devrons d’ici peu d’heures ouvrir le feu contre notre peuple, et nos soldats nous abandonneraient ; tous sans exception réclament le départ de Cisneros.
  103. (Arzac) López, p. 66. espagnol : don Cornelio y Castelli le dijeron a Cisneros, que por mejor voluntad que tuvieran para acompañarlo, les era imposible responder del orden público: que el pueblo estaba armado, concentrado en los cuarteles, resuelto a derrocar al gobierno y hacer una revolución si el virrey no renunciaba en aquella misma noche: que su influjo era nulo para evitar esto; y que ni el uno podría contener a sus amigos, ni el otro contener a su propio regimiento, que estaba ya sublevado y decidido a seguir a sus oficiales.
    français : Don Cornelio et Castelli dirent à Cisneros que, quelque bonne volonté qu’ils aient de l’accompagner, il leur était impossible de répondre de l’ordre public ; que le peuple était armé, concentré dans les casernes, résolu de renverser la gouvernement et de faire une révolution si le vice-roi ne démissionnait pas le soir même ; que leur influence était nulle pour éviter cela, et que ni l’un ne pourrait contenir ses amis, ni l’autre contenir son propre régiment, qui s’était d’ores et déjà soulevé et était décidé à suivre ses officiers.
  104. (Arzac) López, p. 68. espagnol : Hemos mandado llamar a Moreno, pero nos ha contestado con Boizo que después de lo que ha pasado, no saldrá de su casa para nada. Peña y Castelli se han reído, y cuentan con que ha de ayudarnos cuando vea que la cosa se hará a su gusto.
    français : Nous avons mandé Moreno, mais il nous a répondu par Bozio qu'après ce qui s’était passé, il ne sortirait plus de sa maison pour quoi que soit. Peña et Castelli en ont ri, et comptaient bien qu’il nous aiderait dès qu’il aurait vu que la chose tournait selon ses vœux.
  105. (es) « 18 de Mayo – Día de la Escarapela Argentina », Mercedes (Corrientes), Mi Mercedes,‎ 17 mai 2008 (consulté le 5 février 2010)
  106. Luna, Independencia..., p. 37. espagnol : Se sabía que el Cabildo rechazaría la dimisión del virrey, y así fue a primera hora.
    français : L’on savait que le Cabildo déclinerait la démission du vice-roi, et c’est ce qui se produisit aux premières heures.
  107. (Arzac) López, p. 67. espagnol : Dicen que no admiten la renuncia: que nosotros no somos pueblo, y que no tenemos derecho de influir en la menor innovación de lo que está resuelto y hecho; que teniendo la Junta el mando de las armas, está estrechada a sujetar con ella a los descontentos, y a tomar contra nosotros providencias prontas y vigorosas; y que de lo contrario, el ayuntamiento hace responsables a los Miembros de la Junta de las consecuencias que puedan venir por cualquier variación de lo ya resuelto. ¿Qué tal? Esto se llama ser mentecatos.
    français : Ils disent qu’ils n’admettent pas la démission : que nous ne sommes pas le peuple, et que nous n’avons pas le droit d’apporter la moindre innovation à ce qui a été décidé et appliqué ; que la Junte, détenant le commandement des armes, est contrainte de soumettre à l’aide de celles-ci les mécontents et de prendre à notre encontre des mesures promptes et vigoureuses ; et que, à défaut, le cabildo rendrait responsables les membres de la Junte des conséquences qui résulteraient de tout écart par rapport aux décisions déjà prises. Qu’en penser ? Cela s’appelle être des benêts.
  108. (Argerich) López, p. 71. espagnol : En el momento se adelantaron Beruti, Chiclana, French y el doctor Grela. Pancho Planes iba también a entrar, pero Leiva le puso la mano y le dijo: -No amigo mío, usted es muy loco para este negocio; con estos caballeros hay lo bastante pues son hombres de representación, y lo mejor es que no haya tantos con quien hablar.
    français : À ce moment, Beruti, Chiclana, French et le docteur Grela s’avancèrent. Pancho Planes allait entrer lui aussi, mais Leiva posa la main sur lui et lui dit : non, mon ami, tu es bien fou pour te mettre dans cette affaire ; c’est bien assez avec ces messieurs-là, car ce sont hommes de représentation, et c’est mieux qu’il n’y en ait point tant avec qui parler.
  109. (Argerich) López, p. 71. espagnol : En esto, el doctor Planes se había introducido furtivamente en la sala, y con todo atrevimiento, levantó la voz
    français : Là-dessus, le docteur Planes s’était faufilé au-dedans de la salle, et en toute audace éleva la voix.
  110. (Argerich) López, p. 71. espagnol : El Cabildo objetó que aquello era variar todo el orden de la monarquía sin consultar a los demás pueblos del virreinato; pero French y Chiclana contestaron que no, porque en esa misma representación se decía que se convocará un congreso nombrado por todos esos pueblos con libertad.
    français : Le Cabildo objecta que cela reviendrait à changer tout l’ordre de la monarchie sans consulter les autres peuples de la vice-royauté ; mais French et Chiclana répondirent que non, étant donné que dans cette représentation elle-même, il avait été dit qu’un congrès, nommé librement par tous les autres peuples, serait convoqué.
  111. (Beruti) López, p. 76. espagnol : ...el pueblo ha reasumido la autoridad que había trasmitido, y es su voluntad que la Junta de Gobierno se componga de los sujetos que él quiere nombrar...
    français : … le peuple a repris possession de l’autorité qu’il avait déléguée, et c’est sa volonté que la Junte se compose des personnes qu’il lui plaira de nommer...
  112. a et b Crow, p. 457
  113. Luna, Independencia..., p. 37. espagnol : ...los nombres rubricados de French y de Beruti, cada uno agregando "Por mí y por seiscientos más".
  114. (Beruti) López, p. 78. espagnol : El pueblo en cuyo nombre hablamos está armado en los cuarteles y una gran parte del vecindario espera en otras partes la voz de alarma para venir aquí. Quieren ustedes verlo, toquen la campana, y si es que no tienen el badajo, nosotros tocaremos generala, y verán ustedes la cara de ese pueblo, cuya presencia echan de menos. ¡Sí o no! pronto, señores: decidirlo ahora mismo porque no estamos dispuestos a sufrir demoras y engaños, pero si volvemos con las armas en la mano, no respondemos de nada.
    français : Le peuple, au nom duquel nous parlons, se tient armé dans les casernes et une grande partie des habitants de la ville attend dans d’autres lieux le cri d’alarme pour venir ici. Si vous voulez le voir, sonnez la cloche, et s’il se trouve que vous n’en avez pas le battant, c’est nous qui sonnerons l’alerte générale, et vous verrez alors le visage de ce peuple, dont la présence vous manque. Oui ou non ! vite, messieurs : décidez-le sur-le-champ, car nous ne sommes pas disposés à supporter retards et tromperies, mais si nous revenons les armes à la main, nous ne répondons de rien.
  115. (Leiva et la Junte) López, p. 79. espagnol : -La segunda que el Cabildo quede con la autoridad necesaria para vigilar la conducta de los miembros de la Junta./-¡No, señor, no queremos, negado!/-Pero, señores, el Cabildo no procederá en eso sino con justa causa./El pueblo gritaba ¡bueno! y ¡negado!, sin que fuera posible averiguar si aceptaba o no./-La tercera que no se impongan nuevas contribuciones./-De acuerdo./-Y que la Junta llene las vacantes por elección en su seno./-De acuerdo.
    français : -La deuxième, que le Cabildo garde l’autorité nécessaire pour surveiller la conduite des membres de la Junte./-Non, monsieur, nous ne voulons pas, refusé !/-Mais, messieurs, le Cabildo n’y aura point recours, si ce n’est avec une juste cause./-Le peuple criait « bon ! » et « refusé ! », sans qu’il fût possible de vérifier s’il acceptait ou non./-La troisième, que ne soient pas levés de nouveaux impôts./-D’accord./-Et que la Junte pourvoie aux postes vacants par un vote en son sein./-D’accord.
  116. Archivo General de Indias. Sevilla. E. 122 C.C.L.26, 1810. Carta del Virrey de Buenos Aires donde cuenta a Su Majestad con varios documentos que acompaña, de los sucesos ocurridos en la Capital, en el mes de mayo de aquel año. Buenos Aires, 23 de junio de 1810.
  117. Félix Luna, La Independencia..., p. 47-48.
  118. Santillán, p. 417-433.
  119. (es) Félix Luna, Grandes protagonistas de la Historia Argentina - Mariano Moreno, Buenos Aires, Planeta,‎ août 2004, 108 p. (ISBN 950-49-1248-6), « El Enemigo - La contrarevolución »
  120. Santillán, p. 424-426.
  121. Santillán, p. 516.
  122. Luna, "La independencia...", p. 108-116.
  123. Luna, "La independencia...", p. 77-86.
  124. Luna, "La independencia...", p. 116-126.
  125. Luna, Breve..., p. 65-66. espagnol : Desde luego fue un cambio lento, que se fue afirmando a través de medidas de gobierno y del pensamiento de algunos dirigentes, pero un cambio que apuntaba a la formación de una sociedad republicana y democrática.
    français : Bien sûr, ce fut un changement lent, qui allait s’affirmant au travers de mesures gouvernementales et de la pensée de quelques dirigeants, mais un changement qui allait en direction de la formation d'une société républicaine et démocratique.
  126. Sarmiento, p. 79.
  127. Luna, Breve..., p. 66-67. espagnol : Su gran defecto, sin embargo, se vinculaba a la grandeza del territorio: el virreinato se componía de elementos muy heterogéneos, cuyos climas, producciones, pueblos, mentalidades e intereses eran distintos entre sí, y en algunos casos contradictorios. Como el virreinato duró solamente treinta años, no hubo tiempo para que sus elementos fraguasen convirtiéndolo en una nación con conciencia de sí misma.
    français : Cependant, son grand défaut était lié à la grandeur du territoire : la vice-royauté se composait d’éléments très hétérogènes, dont les climats, les productions, les peuples, les mentalités et les intérêts étaient différents entre eux, voire, dans quelques cas, contradictoires. Comme la vice-royauté ne dura que 30 ans, il n’y eut pas de temps pour que ses éléments pussent fusionner en une nation dotée de conscience d’elle-même.
  128. Shumway, p. 3-4.
  129. Dómina, pp. 84 et 85.
  130. Archer, p. 3-5
  131. Gelman, p. 32. espagnol : ...muchos buscan el objetivo de justificar acciones en las que cumplieron algún rol o se inclinan partidariamente por algunos personajes o grupos de acuerdo con sus afinidades políticas.
    français : ...beaucoup poursuivent l’objectif de justifier les actions dans lesquelles ils avaient eu quelque rôle à jouer, ou expriment avec partialité leur inclination pour tel ou tel personnage ou groupe, selon leurs affinités politiques.
  132. Gelman, p. 53-54. espagnol : Estas memorias fueron escritas con un fin claro: son un alegato para Europa a favor de la Revolución, y personifican este proceso en la figura del secretario de la Primera Junta de Mayo
    français : Ces mémoires furent écrites dans un but clair : elles sont un plaidoyer pour la Révolution à l’intention de l’Europe, et personnifient ce processus dans la figure du secrétaire de la Première Junte de Mai.
  133. Saavedra, p. 105-106. espagnol : He concluido esta breve memoria que dejo a mis hijos para que sepan la historia de su padre [...], si después de mi fallecimiento la calumnia, la detracción y la maledicencia volviesen a acometerlo [...] a ellos es que con especialidad incumbe estar en centinela ante mi sepulcro, para que la calumnia no llegue a perturbar el reposo de mis cenizas
    français : J’ai conclu ces brèves mémoires que je laisse à mes fils pour qu’ils sachent l’histoire de leur père (...), si après ma mort la calomnie, la détraction et la médisance l’attaquent à nouveau (...) c’est à eux en particulier qu’il incombe de se poster en sentinelle devant ma tombe, de sorte que la calomnie ne vienne pas perturber le repos de mes cendres.
  134. Poli Gonzalvo, p. 19-20.
  135. Poli Gonzalvo, p. 22.
  136. Gelman, p. 191. espagnol : ...los temas que estudiaron estos intelectuales presentan una fuerte continuidad con los que ocuparon a sus predecesores...
    français : ...les thèmes étudiés par ces intellectuels présentent une forte continuïté avec ceux qui avaient occupé leurs prédécesseurs...
  137. Gelman, p. 16. espagnol : La "Nación", la "República", se habían de constituir necesariamente hacia 1810. Aunque las fuerzas que llevaran a ese resultado podían variar, [...] no se discutía ese carácter necesario de la revolución.
    français : La Nation, la République, devaient être instaurées nécessairement vers 1810. Quoique les forces qui conduisirent à ce résultat aient pu varier, (...) le caractère nécessaire de la révolution ne se discutait pas.
  138. Gelman, p. 17. espagnol : en casi todos los casos se acuerda en que se llegó a donde se tenía que llegar necesariamente.
    français : Dans presque tous les cas, l’on s’accordait à dire que l’on arriva là où il fallait que l’on arrivât nécessairement.
  139. Gelman, p. 191. espagnol : Desde diferentes miradas, varios de los autores de este período llevan a un primer plano la participación de los sectores populares en la revolución.
    français : Selon des angles de vue différents, plusieurs auteurs de cette période mettent à l’avant - plan la participation des secteurs populaires à la révolution.
  140. Gelman, p. 256. espagnol : ...la consolidación en la década de 1930 de la "tradición liberal" que luego será llamada "historia oficial". Muestras de ello son la elevación de Ricardo Levene por parte del estado al sitial de gran historiador nacional y el encargo que aquel hizo a la Junta de Historia y Numismática, pronto convertida en Academia Nacional de la Historia, de elaborar una historia argentina "definitiva".
    français : ...la consolidation dans la décennie 1930 de la « tradition libérale », qui par la suite sera appelée « histoire officielle ». En sont la manifestation l’élévation par l’État de Ricardo Levene au statut de grand historien national, et la mission que celui-ci confia au Comité d’histoire et de numismatique, promptement convertie en Académie nationale d’histoire, d’élaborer une histoire argentine « définitive ».
  141. Gelman, p. 257. espagnol : ...matizando la idea de un enfrentamiento entre criollos y españoles en la revolución...
    français : ...nuançant l’idée d’un affrontement entre criollos et Espagnols lors de la révolution...
  142. Gelman, p. 257. espagnol : El posicionamiento revisionista no centró su atención inicial en el período de la independencia, sino que, en los años 1930, se dedicó sobre todo a exaltar la figura de Juan Manuel de Rosas...
    français : À ses débuts, la position révisionniste ne centrait pas son attention sur la période de l’indépendance, mais s’appliquait avant tout, dans les années 1930, à exalter la figure de Juan Manuel de Rosas...
  143. Galasso, p. 86-87. espagnol : Desde el principio no hay un solo "Mayo" con perfil indiscutido e inequívoco, sino muy diversos "Mayos" que pronto entrarán en colisión. El Mayo revolucionario de los "chisperos" y Moreno, [...] el Mayo timorato y conservador de Saavedra [...] y finalmente el Mayo librecambista, antiespañol y probritánico [...].
    français : Dès le début, il n’y a pas un « Mai » unique, au profil indiscuté et univoque, mais des « Mai » très divers, qui allaient tôt entrer en collision. Le Mai révolutionnaire des « agitateurs » (chisperos) et de Moreno (...), le Mai timoré et conservateur de Saavedra (...), et finalement le Mai libre-échangiste, anti-espagnol et pro-britannique (...).
  144. Galasso, p. 87. espagnol : ...acentuando la óptica sobre uno de los sectores intervinientes, Mitre pudo fabricar su Mayo liberal, elitista, pro-inglés, realizado por la gente decente con paraguas, cuyo programa era La Representación de los Hacendados y su objetivo incorporarse a Europa.
    français : (…) en focalisant sur une des factions intervenantes, Mitre réussit à fabriquer son Mai libéral, élitiste et pro-anglais, réalisé par des gens comme-il-faut portant parapluie, dont le programme était La Representación de los Hacendados et l’objectif de s’incorporer à l’Europe.
  145. Galasso, p. 87. espagnol : ...el revisionismo nacionalista de derecha aceptó el Mayo rupturista de España pero lo signó con un perfil conservador al colocar a Saavedra como principal figura opuesta al presunto iluminismo exótico de Moreno.
    français : (...) le révisionnisme nationaliste de droite accepta le Mai de rupture avec l’Espagne, mais le marqua d’un profil conservateur en plaçant Saavedra comme principale figure opposée au prétendu illuminisme exotique de Moreno.
  146. Galasso, p. 87. espagnol : ...nos quedamos con el Mayo de Moreno y los "chisperos", con la revolución auténtica y profundamente democrática, reivindicadora del esclavo y del indio, defensora por sobre todo de los derechos del pueblo...
    français : (…) demeure pour nous le Mai de Moreno et des agitateurs (chisperos), avec la révolution authentique et profondément démocratique, revendicative pour l’esclave et l’indien, défenderesse par-dessus tout des droits du peuple...
  147. (es) Félix Luna, Grandes protagonistas de la historia argentina: Mariano Moreno, Buenos Aires, Planeta,‎ 2004 (ISBN 950-49-1248-6), « Consecuencias de la asonada », p. 25 :

    « espagnol : El joven abogado sigue fiel a su posición, y sabe que el sector juvenil y republicano del partido patriota lo apoya. Promueve la constitución de una Junta de gobierno autónoma que, enarbolando la máscara de sumisión a Fernando VII, respete la voluntad popular. »


    français : Le jeune avocat (savoir : Mariano Moreno) reste fidèle à sa position, et sait que le secteur jeune et républicain du parti patriotique le soutient. Il favorise la constitution d’une junte de gouvernement autonome qui, tout en revêtant le masque de soumission à Ferdinand VII, respecte la volonté populaire.

  148. (es) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina, Argentina, Grupo Editorial Norma,‎ 2007 (ISBN 987-545-149-5), « La Revolución de Mayo », p. 243 :

    « espagnol : La llamada "Máscara de Fernando" era, contrariamente a lo que muchos creen, un acto de clara independencia. Por aquellos días nadie en su sano juicio podía suponer que Napoleón sería derrotado ni que Fernando volvería al trono español y recuperaría sus colonias americanas. Por lo tanto, prometer fidelidad a un rey fantasma—y no a un Consejo de Regencia existente—era toda una declaración de principios que abría el camino hacia una voluntad independentista que no podía explicitarse por las presiones de Gran Bretaña. »


    français : Le dénommé Masque de Ferdinand était, contrairement à ce que beaucoup croient, un acte de claire indépendance. En ces jours-là, personne ne pouvait raisonnablement présumer que Napoléon serait battu, ni que Ferdinand remonterait sur le trône et récupérerait ses colonies americaines. Dès lors, promettre fidélité à un roi fantôme — et non à un Conseil de Régence existant — constituait toute une déclaration de principes qui préparait la voie à une volonté indépendantiste, qui ne pouvait pas être exprimée ouvertement à cause des pressions de la Grande-Bretagne.

  149. Tulio Halperín Donghi, Historia contemporánea de América Latina, Buenos Aires, Alianza,‎ 1999 (ISBN 950-40-0019-3), p. 96 :

    « espagnol : ¿Hasta qué punto era sincera esta imagen que la revolución presentaba de sí misma? Exigir una respuesta clara significa acaso no situarse en la perspectiva de 1810. Sin duda había razones para que un ideario independentista maduro prefiriese ocultarse a exibirse: junto al vigor de la tradición de lealismo monárquico entre las masas populares (...) pesaba la coyuntura internacional que obligaba a contar con la benevolencia inglesa. »


    français : Jusqu’à quel point cette image que la révolution présentait d’elle-même était-elle sincère ? Exiger ici une réponse claire signifie peut-être ne pas se replacer dans la perspective de 1810. Sans aucun doute, il y avait des raisons pour qu'une pensée indépendantiste mûrie préférât s’occulter elle-même plutôt que de s’exhiber : outre la vigueur de la tradition de loyauté à la monarchie chez les masses populaires (...) pesait également la situation internationale, qui obligeait à tenir compte de la bienveillance britannique.

  150. Kaufmann, p. 49
  151. a et b Kaufmann, p. 59.
  152. (es) Norberto Galasso, « El pueblo quiere saber de qué se trató »,‎ 19 mai 2005 (consulté le 27 janvier 2010)
  153. {{{last}}}. Interview par Juan Manuel Fonrouge. novembre 2009. espagnol : Hoy, inclusive los profesores de la línea de Halperín Donghi -como L.A. Romero y José Carlos Chiaramonte- admiten que no comparten la versión de la historia mitrista sobre Mayo.
    français : Aujourd’hui, même les professeurs de la ligne Halperín Donghi ― comme L.A. Romero et José Carlos Chiaramonte ― admettent qu’ils ne partagent pas la version mitriste (des événements) de Mai.
  154. Juan Bautista Alberdi, Mitre al desnudo, Buenos Aires, Coyoacán, 1961, p. 28.
  155. Galasso, p. 23. espagnol : La opresión no era de un país extranjero sobre un grupo racial y culturalmente distinto (cuestión nacional) sino de un sector social sobre otro dentro de una misma comunidad hispanoamericana.
    français : Ce n’était pas l’oppression d’un pays étranger contre un groupe racialement et culturellement distinct (une question nationale), mais d’un secteur social contre un autre à l’intérieur de la même communauté hispano-américaine.
  156. Galasso, p. 10-11. espagnol : Pero resulta que este dirigente [Larea] de una revolución antiespañola es... ¡español! Y a su lado está Domingo Matheu... ¡también español! Y más allá, Manuel Belgrano y Miguel de Azcuénaga que han nutrido gran parte de su juventud y sus conocimientos en España.
    français : Mais il se trouve que ce dirigeant [Larrea] d’une révolution anti-espagnole est... un Espagnol ! Et Domingo Matheu se tient à ses côtés... Espagnol lui aussi ! Et ensuite, Manuel Belgrano et Miguel de Azcuénaga, qui ont passé une grande partie de leur jeunesse en Espagne et y ont acquis la plupart de leurs connaissances.
  157. Galasso, p. 12. espagnol : Al regresar [San Martín] al Río de la Plata, de donde había partido a los siete años, era un hombre de 34 años, con 27 de experiencias vitales españolas, desde el lenguaje, las costumbres, la primera novia, el bautismo de fuego y el riesgo de muerte en cada batalla [...]. El San Martín que regresó en 1812 debía ser un español hecho y derecho, y no venía al Río de la Plata precisamente a luchar contra la nación donde había transcurrido la mayor parte de su vida.
    français : Lorsqu’il (San Martín) revint dans le Río de la Plata, qu’il avait quitté à l’âge de sept ans, il était un homme de 34 ans, dont 27 années d’expériences de vie espagnoles, depuis le langage, les coutumes, la première fiancée, jusqu’au baptême du feu et le risque de mort dans chaque bataille (...). Le San Martín qui rentra en 1812 devait être un Espagnol à part entière, et n’était pas venu dans le Río de la Plata pour combattre le pays précisément dans lequel il avait passé la majeure partie de sa vie.
  158. Galasso, p. 11. espagnol : Curioso antihispanismo éste [...] que enfrenta a los ejércitos enemigos (que San Martín llama siempre "realistas", "chapetones" o "godos", y no "españoles") enarbolando bandera española...
    français : Curieux antihispanisme que celui-là (...) qui affronte les armées ennemies (que San Martín appelle toujours royalistes, balourds ou goths, mais jamais Espagnols) en arborant le drapeau espagnol...
  159. Galasso, p. 18. espagnol : ...el pueblo encuentra al príncipe Fernando que se ha manifestado en contra de sus propios padres, y lo idealiza convirtiéndolo en jefe de la gran regeneración española.
    français : ...le peuple découvre le prince Ferdinand, qui s’est manifesté contre ses propres parents, et l’idéalise, en le convertissant en chef du grand relèvement espagnol.
  160. Galasso, p. 17. espagnol : La lucha por la democracia, el gobierno del pueblo y los cambios económicos y sociales nace de la postración del pueblo español y de la presión que ejercen, paradójicamente, las ideas que los revolucionarios franceses han expandido por Europa a partir de 1789.
    français : La lutte pour la démocratie, le gouvernement du peuple et les changements économiques et sociaux naît de la prostration du peuple espagnol et de la pression qu’exercent, paradoxalement, les idées que les révolutionnaires français ont propagées à travers l’Europe depuis 1789.
  161. {{{last}}}. Interview par Juan Manuel Fonrouge.
  162. Loi sur les jours fériés généraux et sur le glissement des jours non ouvrables. (es)
  163. a et b Silvia Sigal, « Mayo, la disputa por el sentido », Ñ, Clarín, no 343,‎ 2010, p. 11
  164. « Jubany », Marambio Base,‎ 2006 (consulté le 1er mai 2011)
  165. « 25 centavos », Banque centrale de l’Argentine (consulté le 1er mai 2011)
  166. « 5 centavos », Banque centrale de l’Argentine (consulté le 1er mai 2011)
  167. (es) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina, Argentina, Grupo Editorial Norma,‎ 2007 (ISBN 987-545-149-5), « La Revolución de Mayo », p. 218 :

    « espagnol : A lo sumo, el sistema fomenta debates tan trascendentes como la existencia o inexistencia de paraguas en aquellos días de 1810, o sesudos contrapuntos meteorológicos basados en la contradicción marcada por la canción "El sol del 25 viene asomando" y las ilustraciones del Billiken, el Simulcop y el Manual del Alumno, que muestran una plaza indudablemente lluviosa. A esto se pretende reducir, conciente o inconcientemente, el proceso que marcaría a fuego nuestro futuro como Nación. »


    français : Au mieux, le système stimule des débats aussi importants que l’existence ou inexistence de parapluies en ces journées de 1810, ou de pointues controverses météorologiques basées sur la contradiction entre la chanson El sol del 25 viene asomando (le Soleil du 25 commence à poindre) et les dessins de Billiken, de Simulcop et du Manuel de l’élève, qui montrent une place indubitablement pluvieuse. C’est à cela que l’on entend réduire, consciemment ou inconsciemment, le processus qui allait marquer au feu notre futur en tant que nation.

  168. Daniel Balmaceda, Historias de corceles y de acero, Buenos Aires, Sudamericana,‎ 2010, 121–124 p. (ISBN 978-950-07-3180-5)
  169. La Revolución de Mayo (Mario Gallo, 1909) (es)
  170. Nelda Pilia de Assunção, Aurora Ravina, Mónica Larrañaga (1999). Mayo de 1810: entre la historia y la ficción discursivas. Editorial Biblos, p. 113–122. ISBN 950-786-212-9 (es)
  171. (en) Héctor Pavón, « El espejo lejano del primer centenario », Ñ, Clarín, no 343,‎ 2010, p. 29

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Diego Abad de Santillán, Historia Argentina, Buenos Aires, TEA (Tipográfica Editora Argentina),‎ 1965
  • (en) Christon Archer, The Wars of Independence in Espagnol America, Wilmington, Scholarly Resources Inc.,‎ 2000 (ISBN 0-8420-2469-7)
  • (es) Manuel Belgrano, Felipe Pigna, Manuel Belgrano: Autobiografía y escritos económicos, Buenos Aires, Planeta,‎ 2009 (ISBN 978-950-043189-7)
  • (en) Orestes Brownson, The American Republic: Constitution, Tendencies, & Destiny, Rockville, Arc Manor,‎ 2007 (ISBN 978-1-60450-021-9)
  • (en) John Crow, The Epic of Latin America, Berkeley and Los Angeles, California, University of California Press,‎ 1946 (ISBN 0-520-077237)
  • (es) Esteban Dómina, Historia mínima de Córdoba, Córdoba, Ediciones del Boulevard,‎ 2003 (ISBN 978-987-556-023-9)
  • (en) Gregory Fremont-Barnes, The Napoleonic wars: the Peninsular War 1807–1814, Grande-Bretagne, Osprey Publishing Limited,‎ 2002 (ISBN 1-84176-370-5)
  • (es) Norberto Galasso, La Revolución de Mayo (El pueblo quiere saber de qué se trató), Buenos Aires, Ediciones del pensamiento nacional,‎ 2005 (ISBN 950-581-798-3)
  • (es) Jorge Gelman, Raúl Fradkin, Doscientos años pensando la Revolución de Mayo, Buenos Aires, Sudamericana,‎ 2010 (ISBN 978-950-07-3179-9)
  • (en) Eli Heckscher, The Continental System: An economic interpretation, New York, Old Chesea Station,‎ 2006 (ISBN 1-60206-026-6)
  • (en) William Kaufmann, British policy and the independence of Latin America, 1804–1828, New York, Yale Historical Publications,‎ 1951
  • (es) Vicente Fidel López, La gran semana de 1810, Buenos Aires, Librería del colegio (sic),‎ 1966
  • (es) Félix Luna, Breve historia de los Argentinos, Buenos Aires, Planeta / Espejo de la Argentina,‎ 1994 (ISBN 950-742-415-6)
  • (es) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Juan José Castelli, Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta,‎ 2001 (ISBN 950-49-0656-7)
  • (es) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Manuel Belgrano, Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta,‎ 2004 (ISBN 950-49-1247-8)
  • (es) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Mariano Moreno, Buenos Aires, La Nación,‎ 2004 (ISBN 950-49-1248-6)
  • (es) Grandes protagonistas de la Historia Argentina: Santiago de Liniers, Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta,‎ 1999 (ISBN 950-49-0357-6)
  • (es) La independencia argentina y americana, Buenos Aires, Planeta,‎ 2003 (ISBN 950-49-1110-2)
  • (en) Paul Mantoux, The Industrial Revolution in the eighteenth century, Abingdon, Oxfordshire, Routledge,‎ 2006 (ISBN 0-415-37839-7)
  • (es) Bartolomé Mitre, Historia de Belgrano y de la Independencia Argentina, Buenos Aires, Instituto Nacional Belgraniano,‎ 2008 (ISBN 978-987-506-142-2)
  • (en) Bernard Moses, The Intellectual Background of the Revolution in South America 1810–1824, New York, Order of the trustees,‎ 1926 (ISBN 978-1-40671-575-0)
  • (es) Felipe Pigna, Los mitos de la historia argentina, Argentina, Grupo Editorial Norma,‎ 2007 (ISBN 987-545-149-5)
  • (es) Alejandro Poli Gonzalvo, Mayo, la revolución inconclusa, Buenos Aires, Emecé Editores S.A.,‎ 2008 (ISBN 978-950-04-3030-2)
  • (es) Cornelio Saavedra, Memoria autógrafa, Buenos Aires, Editorial del Nuevo Extremo,‎ 2009 (ISBN 978-987-609-171-8)
  • Domingo Faustino Sarmiento, Facundo, Paris (ISBN 0-520-08159-5)
  • (es) Miguel Ángel Scenna, Mariano Moreno, Buenos Aires, H. Garetto Editor,‎ 2009 (ISBN 978-987-1494-05-4[à vérifier : ISBN invalide])
  • (en) Nicolas Shumway, The Invention of Argentina, Berkeley and Los Angeles, California, University of California Press,‎ 1991 (ISBN 0-520-08284-2)
  • (es) Ricardo de Titto, Hombres de Mayo, Buenos Aires, Grupo Editorial Norma,‎ 2010 (ISBN 978-987-545-584-9)