Messei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Messei
Mairie de Messei
Mairie de Messei
Blason de Messei
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Messei (Chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Flers
Maire
Mandat
Michel Dumaine
2014-2020
Code postal 61440
Code commune 61278
Démographie
Gentilé Messéens
Population
municipale
1 956 hab. (2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 42″ N 0° 32′ 13″ O / 48.711667, -0.536944 ()48° 42′ 42″ Nord 0° 32′ 13″ Ouest / 48.711667, -0.536944 ()  
Altitude Min. 195 m – Max. 254 m
Superficie 13,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Messei

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Messei

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Messei

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Messei

Messei est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 1 956 habitants[Note 1] (les Messéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de canton, Messei se trouve sur l'axe Flers - La Ferté-Macé à 5 km de Flers, dans l'ouest du département de l'Orne. Le territoire est bordé par la Varenne, qui n'est encore qu'un ruisseau appelé le Morin.

Hameaux ou écarts[modifier | modifier le code]

Les Planches de Croc, le Buisson-Jourdan, les Bourdaines, la Pacotière, l'Oiselière, la Bondière, Crocq, les Buissons, la Vallée, les Pasquières, la Landrière, les Marettes, les Genétés, le Gué, le Pont-Plisson, la Balonnière, la Garenne, Saint Gervais, le Morin, la Pignoche, la Sallière, les Buttes, la Tuilerie, les Houssayes, la Côte, la Merrie, la Cheminière, la Hagueries, la Berthaudière, la Bruyère, le Vieux Château.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Messei[1]
Flers La Selle-la-Forge Landigou,
Échalou
La Chapelle-au-Moine Messei[1] Échalou
Le Châtellier Saint-André-de-Messei Saint-André-de-Messei

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les dernières recherches en linguistique normande font supposer que le nom de « Messei » provient du nom propre latin Mettius[2], ce qui laisserait croire que la commune a été fondée par un Romain, peut-être un descendant ou parent de Marcus Mettius Rufus, issu de cette famille de gouverneurs et de sénateurs romains. Aucune découverte archéologique ou provenant d'une autre source ne peut cependant confirmer cette hypothèse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Messei.

En 1095, Geoffroy et Jean, seigneurs de La Ferrière-aux-Étangs, vendent le château et la seigneurie de Messei pour faire le voyage en Terre sainte avec le duc de Normandie Robert Courteheuse[3]. En 1199, une bulle du pape Innocent III confirme que l'église Saint-Gervais de Messey appartient au chapitre de Sées : « in pago Hulmensi […] Ecclesiam sancti Gervasi de Melseio »[4].

En 1374, Guillaume du Merle, capitaine-général en Basse-Normandie et gouverneur de Falaise, est baron de Messey comme l'avaient été ses aïeux depuis le XIIe siècle, notamment son grand-père Foulques du Merle, maréchal de France en 1302. La baronnie de Messey quitte la famille du Merle en 1402 lors du mariage de Catherine du Merle avec Henri de Bailleul. La baronnie de Messey entre dans la famille de Souvré par le mariage de Françoise de Bailleul avec Gilles de Souvré, précepteur de Louis XIII et maréchal de France en 1582[5]. René de Souvré fait ériger la baronnie de Messey en marquisat en 1621, en faveur de son fils unique, Joseph de Souvré. En 1686, le titre de marquis de Messey est maintenu en faveur de François Michel Le Tellier de Louvois, suite à son mariage avec Anne de Souvré, arrière-petite-fille de Gilles de Souvré et petite-nièce de Madeleine de Souvré, marquise de Sablé. Le marquisat de Messey est réuni à la terre de Flers, au profit de Hyacinthe de La Motte-Ango, comte de Flers, par lettres patentes de Louis XV en mai 1754.

L'ancien domaine de Messey est acquis en 1806 par le comte Jean Sigismond Ehrenreich de Redern Bernsdorf (1761-1835), fils d'un grand maréchal de la Cour de Berlin et d'une mère française, ambassadeur à Madrid en 1788. Les terres de Messey sont vendues en 1820 à MM. Thirion et Schnetz, notaires.

En 1828, Saint-Gervais-de-Messey prend le nom de Messei[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Messei

Les armes de la commune de Messei se blasonnent ainsi :
Coupé : au premier de gueules à la tour d'argent ouverte et maçonnée de sable, au second d'azur à la navette de tisserand d'or posée en fasce.[7]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[8].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1946 Arthur Maillard    
1947 1947 Alexandre Duval    
1947 1953 Pierre Vautier    
1953 1959 Alfred Riegler   Pharmacien
1959 1965 Alexandre Manoury    
1965 1978 Alfred Riegler   Pharmacien
1978 mars 2001 Gérard Burel UMP Vétérinaire
mars 2001 en cours Michel Dumaine[9] centriste Inspecteur d'académie

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Jacques Prévert.
  • École primaire Marcel Pagnol.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 956 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Messei a compté jusqu'à 2 017 habitants en 1982.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 040 1 068 1 227 1 333 1 518 1 611 1 709 1 778 1 781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 790 1 776 1 767 1 725 1 631 1 533 1 416 1 235 1 125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 080 1 030 1 026 946 1 004 992 922 1 030 1 047
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 047 1 118 1 505 2 017 1 964 1 938 1 912 1 947 1 914
2011 - - - - - - - -
1 956 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Industries[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Avenir de Messei fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, C. Bonneton,‎ 1999 (ISBN 2-86253-247-9)
  3. Henri Lefavrais, Histoire des communes du canton de Messey (Orne), 1867, rééd. Res Universis, Paris, 1990, p. 46
  4. Henri Lefavrais, Histoire des communes du canton de Messey (Orne), 1867, rééd. Res Universis, Paris, 1990, p. 35
  5. Henri Lefavrais, Histoire des communes du canton de Messey (Orne), 1867, rééd. Res Universis, Paris, 1990, p. 48
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Messei », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 16 novembre 2011)
  7. « GASO, la banque du blason - Messei Orne » (consulté le 17 novembre 2013)
  8. « Messei (61440) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mai 2014)
  9. Réélection 2014 : « Municipales à Messei. Michel Dumaine élu pour un troisième mandat », sur Ouest-france.fr (consulté le 30 mars 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Av. Messei » (consulté le 17 novembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :