Marche sur Washington pour le travail et la liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La foule rassemblée sur le mall vue depuis le Lincoln Memorial.

La Marche sur Washington pour le travail et la liberté (en anglais March on Washington for Jobs and Freedom) est une marche politique qui se déroula à Washington DC le 28 août 1963. Martin Luther King y fit son discours historique I have a dream (« J'ai fais un rêve »), symboliquement devant le Lincoln Memorial.

Histoire et organisation[modifier | modifier le code]

La marche fut organisée par un groupe de défenseurs des droits civiques, de syndicats et d'organisations religieuses. Le nombre des participants varie de 200 000 à plus de 300 000 selon les estimations[1]. Environ 80 % des marcheurs étaient des Afro-américains et 20 % des Blancs ou d'autres groupes ethniques.

Au succès de cette marche, on doit en partie le vote du Civil Rights Act de 1964 et du Voting Rights Act de 1965.

La marche était organisée par Asa Philip Randolph, fondateur du premier syndicat noir, James L. Farmer, Jr. (président du Congress of Racial Equality), John Lewis (président du Student Nonviolent Coordinating Committee)[1], Martin Luther King (président du Southern Christian Leadership Conference)[1], Roy Wilkins (président de la NAACP)[1], Whitney Young (président de la National Urban League) et Bayard Rustin, qui avait déjà organisé la Journée de la réconciliation de 1947.

La marche débuta au Washington Monument et se termina au Lincoln Memorial avec un programme de discours et de musique. Parmi ceux qui s'exprimèrent, les six dirigeants des droits civiques, les Big Six, des dirigeants des religions catholique, protestante et israélite, le syndicaliste Walter Reuther. La seule femme à prendre la parole fut Joséphine Baker. Le discours de James Farmer, alors emprisonné en Louisiane, fut lu par Floyd McKissick.

Bob Dylan interpréta plusieurs chansons dont Only a Pawn in Their Game, sur la haine raciale dans la culture des blancs du Sud qui conduisit à l'assassinat de Medgar Evers, et When the Ship Comes In, entonnée également par Joan Baez.

La marche et les discours furent largement couverts par les médias américains.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :