Tamazight du Sened

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tamazight du Sened
Tamazight
Parlée en Tunisie
Région Sened et Majoura
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 sds
IETF sds

Le tamazight du Sened est une langue berbère morte parlée dans les localités de Sened et Majoura (Tamagourt), dans la région de Gafsa, dans le sud de la Tunisie, jusqu'au milieu du XIXe siècle. En 1911, l'ensemble de la communauté de Sened la parle encore mais uniquement les vieillards en 1968[1].

Différences avec le tamazight de Tamezret[modifier | modifier le code]

Il existe quelques différences avec le tamazight de Tamezret au niveau de la prononciation et de la morphologie des mots, le tableau ci-dessous en résume quelques unes[1] :

Français Tamazight du Sened Tamazight de Tamezret
cendre ighd erman
dire emmel enna
mourir emmet ezzef
argent idrimen icemmen
fils memmi afrux
fille illi tafruxt
montagne adrar eddahrat
vent atû adû
mer ilel ilil
vendre zenz zinz
pieds târ adâr
main fus afus
homme argaz aryaz

Ci-dessous figure un exemple d'une section traduite du Taghribat Bani Hilal, détaillant l'incursion des Hilaliens, figurant dans l'Étude sur la tamazir’t ou zenatia de Qalât es-Sened du docteur Paul Provotelle (1911) :

Caractères latins Caractères arabes Traduction
El Oukhti Diab Elalalia ienr'a Khlifa Ezzenati ill-is R'ida tenni zenneg n ezzimmel n ebboïs. Oumman El Alali, teskerkoust tenr'it-etch. Aou ienni zenneg n ezziml-is. Ienni Diab zenneg n ezziml-is, ious-es bâch aïenr'it. الوختي دياب الاَلاَلَي ينغاَ خليفا الزناتي يليس غيداء تني زنق نزيمل نبويس - ومان الاَلاَلي - تسكركوست تنغيتتش او يني زنق نزيمليس - يني دياب زنق نزيمليس - يونس باش اّينغيت. Lorsque Diab El Hilali a tué Khlifa Ezzenati, sa fille Ghida est montée sur le cheval de son père. Les Hilaliens dirent : tu as menti, tu ne l'as pas tué ! Il est là chevauchant son cheval. Diab monta sur son cheval et s'avança pour la tuer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Provotelle, Étude sur la tamazir’t ou zenatia de Qalât es-Sened, éd. Ernest Leroux, Paris, 1911

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Ahmed Boukous, « Le berbère en Tunisie », Études et documents berbères, n°4, 1988, pp. 77-84

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sened language » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]