La Merlatière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Merlatière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Les Essarts
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Essarts
Maire
Mandat
Tony Querquis
2014-2020
Code postal 85140
Code commune 85142
Démographie
Gentilé Merlatérien
Population
municipale
974 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 09″ N 1° 17′ 59″ O / 46.7691666667, -1.2997222222246° 46′ 09″ Nord 1° 17′ 59″ Ouest / 46.7691666667, -1.29972222222  
Altitude Min. 69 m – Max. 106 m
Superficie 14,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
La Merlatière

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
La Merlatière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Merlatière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Merlatière
Liens
Site web www.la-merlatiere.fr

La Merlatière est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est installée sur le bassin versant de la Boulogne, qui avec ses ruisseaux affluents, forment des vallons peu encaissés.

Une zone de loisirs de 17 ha est implantée sur la commune, avec 2 courts de tennis, plusieurs aires de pique-nique et un étang de 7 ha. On y pêche gardons, tanches, carpes, brochets, sandres durant la saison entre mars et octobre. Les promeneurs pourront également découvrir la commune en suivant le sentier pédestre « Compère Guilleri » de 11 km (2 h 45).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de La Merlatière viendrait du latin "merus" (pur), et "lateria" (terre à briques). La Merlatière, Merlateria, était autrefois une châtellerie associée au château des Gâts, et sa juridiction s'étendait sur la majeure partie des paroisses de La Merlatière. Les seigneurs du lieu, issus de la famille de Resay, sont déliés par le roi de France de tout devoir envers le baron des Essarts, leur souverain, pour ne relever désormais[Quand ?] que de la couronne.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Reverseau    
mars 2008 en cours Tony Querquis[1]   formateur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 974 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
286 393 529 490 559 577 644 659 704
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
695 752 708 748 780 770 788 789 787
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
802 772 640 643 683 631 591 548 575
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
529 513 597 603 646 711 974 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 27,2 %, 45 à 59 ans = 17,8 %, plus de 60 ans = 13,9 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 22,9 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 15,9 %, plus de 60 ans = 17,6 %).
Pyramide des âges à La Merlatière en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
4,8 
75 à 89 ans
5,0 
9,1 
60 à 74 ans
12,3 
17,8 
45 à 59 ans
15,9 
27,2 
30 à 44 ans
22,6 
20,7 
15 à 29 ans
22,9 
20,4 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église date du XIIe siècle, avec des éléments plus récents des XIIIe et XIXe siècle[réf. nécessaire]. Dans son mobilier, plusieurs éléments sont classés, dont le retable et le dais d'autel en bois, de 1777[6], un Christ en croix exceptionnel du XVIe siècle, relégué dans la sacristie[7], et la cloche qui date de 1772[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud Alberny, Denis-Armand Canal, Thomas Laurenceau, Dominique Voisin, Les Écoles de la République, Niort : Eclectis, 1993. ISBN 2-908975-15-7, 440 p., p. 17

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]