Saint-Prouant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Prouant
Le prieuré de Grammont.
Le prieuré de Grammont.
Blason de Saint-Prouant
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Chantonnay
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Lays
Maire
Mandat
Yannick Soulard
2014-2020
Code postal 85110
Code commune 85266
Démographie
Gentilé Prouantais
Population
municipale
1 487 hab. (2011)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 33″ N 0° 57′ 21″ O / 46.7591666667, -0.955833333333 ()46° 45′ 33″ Nord 0° 57′ 21″ Ouest / 46.7591666667, -0.955833333333 ()  
Altitude Min. 54 m – Max. 118 m
Superficie 12,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Prouant

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Prouant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Prouant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Prouant
Liens
Site web www.saintprouant.fr

Saint-Prouant est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Prudent, un martyr narbonnais mort en 613 a donné son nom à la commune. Des reliques de ce saint ont été distribuées en 883 et l'une d'entre elles est parvenue au prieuré de Saint-Mathurin en Poitou, qui prit le nom de Saint-Prudent (Saint-Prouant par déformation).

À l'origine une immense forêt de chênes et quelques clairières, la plus haute culminant à 117 m du côté du Chêne Besson. Il y eut là, probablement, un lieu de culte païen près d'une fontaine où fut érigée une petite chapelle, puis un prieuré-paroisse occupé par un ou deux moines. Le village comportait une cinquantaine d'âmes. On y parle le roman (mélange de gaulois et de latin) et la vie s'enracine autour de ce qui est maintenant le Temple. En l'année 1195 est créé par Richard Cœur de Lion le prieuré de Chassay-Grammont qui sera toujours « non paroissial », où vivent quelques moines. La vie suit son cours, les villages s'installent, on déboise, on cultive, on trace des chemins.

À partir de 1536, sous la férule d'Antoinette d'Aubeterre, mère de l'humaniste Catherine de Parthenay et femme de Soubise, le protestantisme est prêché dans la région. Saint-Prouant est aux avant-postes. Les guerres de religion endommagent gravement l'église (temple actuel) et la cure (maison Lhommedé, la plus vieille de Saint-Prouant). Grammont a perdu sa voûte. Jusqu'en 1591 le culte catholique n'est plus célébré.

En 1610 Saint-Prouant compte 350 habitants dont 260 réformés (protestants). La révocation de l'Édit de Nantes en 1685 exile hors de Saint-Prouant au moins 15 habitants réformés.

Un apaisement pourtant se produit au cours du XVIIIe siècle. Certes, la Révolution à partir de 1793 va réveiller les animosités ; durant la nuit du 5 septembre 1793 l'armée de Stofflet et d'Elbée traverse le bourg. Dans l'ensemble les Protestants étaient « bleus » et les catholiques « blancs ». Les « Colonnes infernales » passent. Saint-Prouant est épargné.

Un décret de Napoléon 1er du 25 janvier 1807 lègue l'église aux Protestants. Les Catholiques vont à Monsireigne. En 1861 une souscription volontaire des habitants et des offrandes de personnes charitables permettent la construction de l'église actuelle.

De 1830 à 1836 on construit la route qui va de Bournezeau à Saint-Mesmin, il y eut plus de 30 expropriations et environ 500 hommes y travaillèrent.

La guerre de 1914-18 a fait 34 morts dans la commune, celle de 1939-45, 6 morts. En l'année 1906 il y avait 855 habitants, en 1936, 705 et de nos jours, 1240.

On peut ajouter qu'en 1944, après une attaque de la résistance à l'entrée du bourg, sur une patrouille allemande, la ville est encerclée par une compagnie et menacée d'être incendiée. Des mitrailleuses sont positionnées aux entrées de la ville, les maisons fouillées, celles vides de leurs occupants sont incendiées. Sur l'intervention du préfet les troupes se retirent. Moins d'un mois plus tard les alliés arrivent en Vendée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la croix gironnée d'or et d'azur de huit pièces, cantonnée au premier et au quatrième d'un double cœur vidé, couronné et croiseté de gueules, au deuxième et au troisième d'une étoile de six rais gironnée d'or et d'azur de douze pièces.

Réalisée en 1975 il reprend la croix gironnée d'or et d'azur du blason de Grammont. les étoiles a six raies évoquent les six routes départementales qui convergent vers Saint-Prouant. Les deux cœurs entrelacés représentent l'entente entre catholique et protestant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Paul Rigaudeau[Note 1],[1]    
mars 2014 en cours Yannick Soulard Sans étiquette conseiller en gestion d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 487 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 372 528 639 680 676 716 774 788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
778 764 787 791 839 887 931 926 884
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
824 855 829 762 791 736 705 730 778
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
767 779 899 1 076 1 240 1 305 1 402 1 416 1 487
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Saint-Prouant comptait 1 454 habitants (soit une augmentation de 11 % par rapport à 1999). La commune occupait le 6 765e rang au niveau national, alors qu'elle était au 6 834e en 1999, et le 126e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 19,9 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 18,3 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 19,9 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 22,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Prouant en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
2,5 
6,8 
75 à 89 ans
9,6 
10,9 
60 à 74 ans
10,0 
19,4 
45 à 59 ans
18,3 
21,8 
30 à 44 ans
20,2 
19,9 
15 à 29 ans
19,9 
20,7 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  5. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  6. Jacques Boissières- Prieuré de Chassay-Grandmont - pp.191-200, dans Congrès archéologique de France. 151e session. Vendée. 1993 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1996
  7. « Notice no PA00110263 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]