Corcyre (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corfou (homonymie).

Département de Corcyre

17971802

Informations générales
Statut Ancien département français de la Première République
Chef-lieu Corfou
Histoire et événements
18 octobre 1797 Traité de Campo-Formio : annexion des îles Ioniennes par la France
1799 Perte de facto des îles Ioniennes après le siège de Corfou
1802 Suppression de jure des trois départements français de Grèce
Commissaire du Directoire
1797 - 1798 Louis Chicoilet de Corbigny
Mai 1798 - mars 1799 J. Briche

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Corcyre était un ancien département français de Grèce créé dans les Îles Ioniennes dont la préfecture était la ville de Corfou, dans l'île du même nom.

Le département fut créé en 1797, lors de l'annexion des îles ioniennes à la France.

Il était constitué[1]:

Le commissaire du gouvernement est Louis Chicoilet de Corbigny[1], replacé en mai 1798 par Jean Briche[2],[3] à l'arrivée du commissaire général des Îles ioniennes Comeyras, Corbigny étant démissionnaire[4].

Perdu en 1799 après le siège de Corfou mené par les forces russes et ottomanes, il est définitivement supprimé en 1802. La République des Sept-Îles lui succède. Ces îles seront de nouveau occupées par les français entre 1807 et 1814.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b J.P. Bellaire, Précis des opérations générales de la division Française du Levant, Chargée, pendant les années V,VI et VII de la défense des îles et possessions ex-vénitiennes de la mer Ionienne, formant aujourd'hui la République des Sept-Isles, Paris, Magimel,‎ 1805, 486 p., p. 10
  2. Joseph-Marie Quérard, La France littéraire : ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècle, t. 1, Paris, Firmin Didot, père et fils, libraires,‎ 1827, 23 cm (notice BnF no FRBNF37066716, lire en ligne), p. 510
  3. Réimpression de l'ancien Moniteur
  4. Bellaire, p. 173

Voir aussi[modifier | modifier le code]