Plaque de bras Crimée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque de bras Crimée
Image illustrative de l'article Plaque de bras Crimée
Plaque de bras Crimée

Type Badge de bras
Décerné pour Soldat ayant participé à la bataille de Crimée
Statut Plus décernée
Chiffres
Date de création 25 juillet 1942
Total de récompensés approximativement 250 000

La Plaque de bras Crimée (en allemand : Ärmelschild Krim ou Krimschild) est une distinction militaire allemande du Troisième Reich, créée le 25 juillet 1942, et attribuée à tous les soldats des troupes de la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale ayant participé à la bataille de Crimée.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Plaque de bras Crimée a été attribuée aux soldats allemands sous le commandement du Generalfeldmarschall Erich von Manstein qui se sont battus et ont conquis la Crimée (Krim en allemand) entre septembre 1941 et juillet 1942.

Du 21 septembre 1941 au 4 juillet 1942, les soldats allemands ont dû faire face à une opposition sévère de l'armée russe tout en essayant de capturer les ports importants de la mer Noire autour de Sébastopol.
Après la cessation des hostilités, un badge a été finalement adopté le 25 juillet 1942 pour commémorer les luttes de la 11e Armée. Cette campagne, particulièrement difficile, a été reconnue sous la forme d'un insigne de bras.

Critères d'attribution[modifier | modifier le code]

La plaque de bras commémorative a été décernée le 25 juillet 1942 et a été la plus largement distribuée des insignes de bras (Ärmelschild), avec environ 250 000 remis.

Les plaques de bras Crimée ont été attribuées à tous les membres de la Wehrmacht, ainsi qu'aux armées subordonnées ayant combattu du 21 septembre 1941 au 4 juillet 1942 dans le sud de la Crimée, c'est-à-dire sur l'Isthme de Perekop, et que ce soit sur terre, air ou mer, «honorablement» pendant l'une des conditions suivantes :

  • Participer à une des batailles inscrites au règlement :
    • 1) à Pérékop, du 21 au 30 septembre 1941
    • 2) Percée dans la bataille de Juschun, du 18 au 27 octobre 1941
  • Batailles de Crimée,
    • 3) le suivi, la percée de Kertch, du 28 octobre au 16 novembre 1941
    • 4) première attaque sur Sébastopol, du 17 au 31 décembre 1941
    • 5) Bataille de Feodosia, du 15 au 18 janvier 1942
    • 6) la lutte défensive sur la position de Parpach du 19 janvier au 7 mai 1942
    • 7) la reconquête de la péninsule de Kertch de 8 à 21 mai 1942
    • 8) la prise de Sébastopol, du 7 juin au 4 juillet 1942
  • Blessures
  • Résidence continue (sud de la ligne Genischesk-Salkowo-Perekop incluant tous les emplacements) de trois mois, en Crimée

Les plaques de bras Crimée ont aussi été attribuées aux soldats des Forces armées roumaines.

Description[modifier | modifier le code]

Matériel et apparence[modifier | modifier le code]

Les plaques de bras Crimée étaient réalisées habituellement par estampage d'une tôle de fer, et plus tard en zinc. L'insigne est de forme arrondie avec à son bord supérieur l'aigle impérial aux ailes déployées. Sous les ailes de l'aigle sur la gauche est inscrit l'année 1941 et à droite, l'année 1942, date du début et fin de la campagne. La partie principale de l’insigne reprend la représentation géographique de la Crimée, avec son extension nord (maintenant appelé Kherson et Zaporitzhia ). Sur le relief de la Crimée, est estampillé en diagonale de bas à droite le mot Krim en majuscules.

Variante[modifier | modifier le code]

Seuls 2 insignes en Or ont été distribués:

Le port[modifier | modifier le code]

L'insigne était porté sur la partie supérieure du bras gauche de l'uniforme des bénéficiaires. Il était cousu sur un tissu à travers la doublure du vêtement, mais en certaines occasions, celui-ci a été retiré et l'insigne était alors directement épinglé sur l'uniforme, sans doute pour des raisons esthétiques.

Support en toile

La couleur de la toile de fond est indicatif de la branche de l'armée du récipiendaire :

  • Vert pour l'armée de terre (Heer)
  • Bleu pour la Force aérienne (Luftwaffe)
  • Noir pour la force blindée (unités de Panzer)


L'insigne était porté sur le haut du bras gauche de l'uniforme tel que décrit ci-dessus.

Exemples de positionnement de l'insigne
Bundesarchiv Bild 101I-705-0262-06, Ukraine, von Manstein und Speidel.jpg
Façon correcte de porter l'insigne de Crimée sur le bras gauche de la tunique (Erich von Manstein)

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Conformément à la loi de titres, ordres et médailles (Ordensgesetz) du 26 juillet 1957, le port de la distinction en République fédérale d'Allemagne a été autorisé mais sans les emblèmes nazis (aigle et swastika).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (de) Heinrich Doehle: Die Auszeichnungen des Grossdeutschen Reichs. Orden, Ehrenzeichen, Abzeichen. 4. erweiterte Auflage. Erdmenger, Berlin 1943, S. 84 (Reprint-Ausgabe. Melchior-Verlag, Wolfenbüttel 2008, ISBN 978-3-939791-93-5 (Historische Bibliothek)).
  • (de) Hans-Ulrich Krantz: Orden und Ehrenzeichen der Bundesrepublik Deutschland. Maximilian-Verlag, Köln u. a. 1958.
  • (de) Kurt-G. Klietmann: Auszeichnungen des Deutschen Reiches 1936–1945. Eine Dokumentation ziviler und militärischer Verdienst- und Ehrenzeichen. 11. Auflage. Motorbuch-Verlag, Stuttgart 2004, ISBN 3-87943-689-4, S. 88ff.
  • (de) Verordnung über die Stiftung des Krimschildes vom 25. Juli 1942, RGBl Teil I, Seite 487
  • (de) Allgemeine Heeresmitteilung 1942, 20. Ausgabe, Seite 383, Ziffer 717
  • (de) Luftwaffenverordnungsblatt 1942, 33. Ausgabe Seite 1115
  • (de) Marineverordnungsblatt 1942, Heft 31, Seite 862, Ziffer 741

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]