Joe DiMaggio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir DiMaggio.
Pix.gif Joe DiMaggio Baseball pictogram.svg
DiMaggio cropped.jpg
Yankees de New York - No  5
Champ extérieur
Frappeur droitier  Lanceur droitier
Premier match
3 mai 1936
Dernier match
30 septembre 1951
Statistiques de joueur (1936-1951)
Matchs 1736
Coups sûrs 2214
Coups de circuit 361
Points 1390
Points produits 1537
Moyenne au bâton 0,325
Équipes

New York Yankees (1936-1942 / 1946-1951)

Temple de la renommée du baseball
Élu en 1955


Joseph Paul DiMaggio, dit Joe DiMaggio, né Giuseppe Paolo Di Maggio le 25 novembre 1914 à Martínez en Californie et mort le 8 mars 1999 à Hollywood en Floride, est un joueur américain de baseball.

« Joltin' Joe » est le frère de Dom et Vince DiMaggio, également joueurs de Ligue majeure.

DiMaggio est le seul joueur de l'histoire du baseball qui, à chaque saison à laquelle il participa, fut sélectionné pour le match des étoiles. Il porte les couleurs des Yankees de New York de 1936 à 1951 et remporte neuf fois les Séries mondiales (1936, 1937, 1938, 1939, 1941, 1947, 1949, 1950, 1951) et trois titres de meilleur joueur de la Ligue américaine (1939, 1941, 1947). Son record le plus connu est sa série de 56 matches consécutifs au cours desquels il frappe au moins un coup sûr.

Icône du sport aux États-Unis, membre du Temple de la renommée du baseball depuis 1955, il est également connu pour avoir épousé Marilyn Monroe (décédée en 1962) après sa retraite sportive en 1951.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Originaires d'Isola delle Femmine en Sicile, Giuseppe et Rosalie Di Maggio migrent aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. D'abord installés à Pittsburgh, ils arrivent en Californie en 1898[1]. Joe est le huitième enfant de la famille.

Natif de la région de San Francisco, il débute sa carrière professionnelle à 17 ans sous les couleurs des Seals de San Francisco dans la Ligue de la côte du Pacifique. Dès ses débuts, sa frappe de balle impressionne les observateurs[2]. Joe signe à 18 ans une série de 61 matches consécutifs avec au moins un coup sûr en PCL[3]. Devenu un peu moins performant à la suite d'une blessure au genou, il signe toutefois chez les Yankees de New York dès 1935. DiMaggio reste à San Francisco en 1935 et affiche une moyenne à la batte de 0,398[3]. Cette performance lui permet d'être appelé par les Yankees pour jouer dans les Ligues majeures.

DiMaggio fait ses débuts en ligues majeures le 3 mai 1936 pour les Yankees de New York et lors du sa première saison frappe 0,323 avec 29 circuits. Lors de ses quatre premières saisons, les Yankees gagnent quatre Séries mondiales d'affilée et neuf autres pendant ses treize saisons.

En 1941, il aligne 56 parties avec au moins un coup sûr, le meilleur total de la Ligue majeure. Cet exploit est le point culminant de sa carrière. DiMaggio devient dès lors une véritable icône du sport américain. La chanson Joltin' Joe DiMaggio[4] de Les Brown devient le cri du cœur de tous les fans de baseball : « Joe, Joe DiMaggio, We want you on our side » (nous te voulons dans notre équipe).

À la fin de la saison en 1942, il s'enrôle dans l'United States Army Air Forces pour participer à la Seconde Guerre mondiale. Il a ainsi raté trois saisons au milieu de son parcours. Sur la fin de sa carrière, il est souvent blessé et prend sa retraite à 36 ans. Peu avant d'arrêter, il est classé 3e pour les circuits. Aujourd'hui encore il demeure classé 10e pour le pourcentage de puissance. Le site officiel de la Ligue majeure de baseball classe sa moyenne à la batte en carrière en 8e position. Pendant les Séries mondiales, il a frappé une moyenne de 0,271 : 8 coups de circuit, 30 points produits, 27 points en 51 parties, dont 37 victoires et 14 défaites.

Il est également connu pour avoir épousé Marilyn Monroe après sa retraite en 1951 ; bien que leur mariage ait duré moins d'un an, ils restèrent très proches jusqu'au décès de Marilyn, en 1962.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joe DiMaggio au Match des étoiles 1937

Statistiques en ligues majeures[modifier | modifier le code]

En saison régulière[modifier | modifier le code]

Saison Équipe J AB R H 2B 3B HR RBI BB SO SB Avg. SLG
1936 NYY 138 637 132 206 44 15 29 125 24 39 4 .323 .576
1937 NYY 151 621 151 215 35 15 46 167 64 37 3 .346 .673
1938 NYY 145 599 129 194 32 13 32 140 59 21 6 .324 .581
1939 NYY 120 462 108 176 32 6 30 126 52 20 3 .381 .671
1940 NYY 132 508 93 179 28 9 31 133 61 30 1 .352 .626
1941 NYY 139 541 122 193 43 11 30 125 76 13 4 .357 .643
1942 NYY 154 610 123 186 29 13 21 114 68 36 4 .305 .498
1946 NYY 132 503 81 146 20 8 25 95 59 24 1 .290 .511
1947 NYY 141 534 97 168 31 10 20 97 64 32 3 .315 .522
1948 NYY 153 594 110 190 26 11 39 155 67 30 1 .320 .598
1949 NYY 76 272 58 94 14 6 14 67 55 18 0 .346 .596
1950 NYY 139 525 114 158 33 10 32 122 80 33 0 .301 .585
1951 NYY 116 415 72 109 22 4 12 61 61 36 0 .263 .422
Totaux 1736 6821 1390 2214 389 131 361 1537 790 369 30 .325 .579

En Séries mondiales[modifier | modifier le code]

Saison Équipe J AB R H 2B 3B HR RBI BB SO SB Avg. SLG
1936 NYY 6 26 3 9 3 0 0 3 1 3 0 .346 .462
1937 NYY 5 22 2 6 0 0 1 4 0 3 0 .273 .409
1938 NYY 4 16 4 4 0 0 1 2 1 1 0 .267 .467
1939 NYY 4 17 3 5 0 0 1 3 1 1 0 .313 .500
1941 NYY 5 19 1 5 0 0 0 1 2 2 0 .263 .263
1942 NYY 5 21 3 7 0 0 0 3 0 1 0 .333 .333
1947 NYY 7 26 4 6 0 0 2 5 6 2 0 .231 .462
1949 NYY 5 18 2 2 0 0 1 2 3 5 0 .111 .278
1950 NYY 4 13 2 4 1 0 1 2 3 1 0 .308 .615
1951 NYY 6 23 3 6 2 0 1 5 2 4 0 .261 .478
Totaux 51 199 27 54 6 0 8 30 19 23 0 .271 .422

Note: J = Matches joués; V = Victoires; D = Défaites; AB = Passage au bâton; R = Points; H = Coups sûrs; 2B = Doubles; 3B = Triples; HR = Coup de circuit; RBI = Points produits; BB = buts sur balles ; SO : retraits sur des prises ; SB = buts volés ; Avg. = Moyenne au bâton; SLG = moyenne de puissance.

Joe DiMaggio dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Joe DiMaggio en 1941
Marilyn Monroe et Joe DiMaggio en 1954

Musique[modifier | modifier le code]

Plusieurs chansons sont dédiées à DiMaggio pendant sa carrière. La plus fameuse est celle enregistrée par Les Brown pendant l'été 1941, celui du record de coups sûrs consécutifs : Joltin' Joe DiMaggio, qui atteint la 12e place des classements du Billboard.

DiMaggio est cité dans nombre d'autres titres. Durant sa carrière, Bloody Mary où la tendresse du gant de Joe est mise en lumière (« skin tender as DiMaggio's glove ») ; après sa carrière, Simon et Garfunkel dans Mrs. Robinson (« Where have you gone, Joe DiMaggio? A nation turns its lonely eyes to you »), sont les plus emblématiques. Billy Joel mentionne également Joe dans ses listes de We Didn't Start the Fire. Madonna mentionne aussi son nom dans son hit Vogue tandis que Tom Waits lui rend hommage dans A sight For Sore Eyes sur l'album Foreign Affairs en 1977.

La relation entre Marilyn Monroe et Joe est également à l'honneur dans Beautiful People du groupe anglais Man From Delmonte (« I can be your Miss Monroe and you can be my Joe DiMaggio and we can do the things beautiful people like to do. »).

Ainsi que dans la chanson Vogue de Madonna (" Greta Garbo, & Monroe, Dietrich & Di Maggio") dans laquelle la chanteuse fait référence à ses icônes du glamour.

Littérature[modifier | modifier le code]

On retrouve de nombreuses mentions du nom de DiMaggio dans la littérature. Quelques exemples :

  • Le personnage de Santiago dans le roman d'Ernest Hemingway Le Vieil Homme et la Mer admire ainsi le grand DiMaggio : « Le grand DiMaggio, il serait fier de moi aujourd'hui. ».
  • On parle également du joueur de baseball dans Les Mémoires du docteur Wilkinson, recueil de nouvelles de l'écrivain québécois Vincent Thibault. La chanson Joltin' Joe DiMaggio sert en quelque sorte de « trame sonore » à la nouvelle Le Vol de la mouche.
  • Jean Barbeau, dramaturge québécois, y fait référence dans la comédie Les Gars par le biais du personnage de Robert : « Moi, c'est Bob Guindon. Pas Joe Di Maggio ».
  • Il est également cité par John Fante dans son roman Demande à la poussière.

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kevin Nelson, The Golden Game. The Story of California Baseball, Berkeley (CA), Heyday Books, 2004, p. 174 (ISBN 978-1-890771-80-5)
  2. (en) Kevin Nelson, op. cit., p. 178
  3. a et b (en) Joanthan Fraser Light, The Cultural Encyclopedia of Baseball, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2005 (2e éd.), p. 260
  4. (en) « Joltin' Joe DiMaggio by Les Brown », sur baseball-almanac.com.
  5. (en) The First of May
  6. (en) Trivia for "Star Trek: Deep Space Nine" (1993) sur imdb.com.
  7. (fr) Joe DiMaggio sur Memory Alpha.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joe DiMaggio, Lucky to Be a Yankee, 1946 et 1951
  • (en) Al Silverman, Joe DiMaggio, The Golden Year 1941, 1969
  • (en) J.B. Moore, Joe Dimaggio: Baseball's Yankee Clipper, 1987
  • (en) Joseph Durso, Joe DiMaggio: The Last American Knight, 1995
  • (en) Richard Gilliam et Allan H. Selig, Joltin' Joe Dimaggio, 1999
  • (en) Richard Ben Cramer, Joe DiMaggio: The Hero's Life, 2000
  • (en) Morris Engelberg et Marv Schneider, DiMaggio: Setting the Record Straight, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :