Mad Men

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mad Men

Description de l'image  Mad Men (logo).svg.
Titre original Mad Men
Genre Drame historique
Création Matthew Weiner
Production Matthew Weiner
Acteurs principaux Jon Hamm
Elisabeth Moss
Vincent Kartheiser
Christina Hendricks
John Slattery
Musique A Beautiful Mine de RJD2 (générique)
David Carbonara (épisodes)
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine AMC
Nb. de saisons 7
Nb. d'épisodes 76 (liste)
Durée 47 minutes
Diff. originale 19 juillet 2007 – en production
Site web http://www.amctv.com/shows/mad-men

Mad Men est une série télévisée américaine créée par Matthew Weiner et diffusée depuis le 19 juillet 2007 sur AMC.

Mad Men se déroule dans les années 1960 à New York, au sein d'une agence publicitaire fictive de Madison Avenue. La série est centrée sur le personnage de Don Draper, interprété par Jon Hamm, le directeur créatif, dans sa vie professionnelle et personnelle. Au travers des différents personnages et des évènements, la série dépeint les changements sociaux et moraux qui ont eu lieu aux États-Unis dans les sixties.

En France, la série est diffusée depuis le 16 mars 2008 sur TPS Star et depuis le 2 novembre 2008 sur Canal+ en version multilingue et sur Série Club depuis le 2 septembre 2012. Au Québec, elle est diffusée depuis le 9 juin 2010 sur Télé-Québec, en Suisse depuis le 9 janvier 2011 sur TSR1 et en Belgique francophone depuis le 23 janvier 2011 sur La Deux en version française et sur La Trois en version originale sous-titrée.

Mad Men a reçu un important succès critique, en particulier pour son authenticité historique et son style visuel et elle a connu une audience croissante au cours des différentes saisons. La série a également reçu de nombreuses récompenses, dont quinze Emmys et trois Golden Globes, et c'est la première série diffusée sur une chaîne câblée à remporter le Primetime Emmy Award de la meilleure série télévisée dramatique, gagné quatre années consécutives pour les quatre premières saisons en 2008, 2009, 2010 et 2011. En 2013, le magazine TV Guide classe Mad Men 6e des soixante meilleures séries dramatiques de tous les temps, et la Writers Guild of America la nomme 7e des 101 séries les mieux écrites.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le New York du début des années 1960, l'agence publicitaire Sterling Cooper Advertising est une enseigne qui monte. Don Draper en est un des dirigeants, un homme au passé mystérieux dont l'instinct et le charisme séduisent à la fois les femmes qui l'entourent et les entreprises qu'il courtise.

Distribution[modifier | modifier le code]

Jon Hamm, interprète du personnage principal, Don Draper.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Mad Men.

Mad Men se concentre surtout sur Don Draper, bien que la série bénéficie d'une distribution représentant plusieurs segments de la société new-yorkaise des années 1960[11].

Don Draper
Ancien directeur de création de Sterling Cooper puis associé de la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce qui deviendra Sterling Cooper & Partners, il est le personnage principal de la série. En dépit du mystère entourant son passé, il est devenu le chef créatif publicitaire le plus connu et reconnu de New York. Il était marié avec Betty Draper et a trois enfants avec elle, mais ses aventures extra conjugales et surtout la découverte de sa double identité ont conduit Betty à demander le divorce à la fin de la saison 3. Son vrai nom est Richard "Dick" Whitman[12],[13] : il a pris l'identité de son lieutenant Donald Draper après sa mort au cours de la guerre de Corée, afin d'échapper à cette guerre. Il est un déserteur[14].
Peggy Olson
Ancienne secrétaire de Draper, elle est devenue concepteur-rédacteur dans l'équipe de ce dernier[15]. Elle tomba enceinte de Pete Campbell, grossesse que ni elle, ni sa famille, ni ses collègues de bureau n'ont eu l'air de remarquer[16]; après sa naissance, elle abandonna son bébé à l'adoption[17]. Elle reçut une proposition de Duck pour quitter Sterling Cooper, mais refusa, et Don l'embaucha dans la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce. Bien que peu visible dans l'ensemble de la série, Don apprécie ses talents, et lui laisse une plus grande marge de manœuvre pour son nouveau poste.
Pete Campbell
Jeune et ambitieux responsable des comptes clients, il est issu d'une famille de la bourgeoisie new-yorkaise. Campbell a tenté sans succès de faire chanter Don Draper avec des informations sur son passé. Cependant, les deux hommes ont développé un respect mutuel, au point que Draper le préfère à Ken Cosgrove lors de la création de la nouvelle agence[14]. Campbell et sa femme Trudy ont des difficultés à concevoir un enfant, et il reste inconscient de la naissance et de l'abandon de son enfant par Peggy jusqu'à la fin de la saison 2. À la fin de la saison 3, insatisfait de son traitement à Sterling Cooper, il décide de quitter l'agence, avant que Don ne lui propose de participer à la nouvelle agence, à condition qu'il apporte un certain nombre de comptes clients qui représentent un total de 8 millions de dollars. Peter accepte et impose de devenir un associé de Sterling Cooper Draper Pryce, bien que son nom n'apparaisse pas parmi ceux des autres associés.
Betty Draper
Femme de Don Draper et mère de leurs trois enfants, Sally, Bobby et Eugene. Elle a rencontré Don alors qu'elle était mannequin, et l'épousa peu après. Au cours de la série, Betty devient petit à petit au courant des aventures de son mari. Après une brève séparation, Betty permet à Don de rentrer à la maison lorsqu'elle est enceinte de leur troisième enfant. Elle demande le divorce à la fin de la saison 3 pour se remarier avec Henry Francis avant le début de la saison 4[18]. Bien que remariée, elle continue à vivre avec ses enfants et son nouveau mari dans l'ancienne maison des Draper, dans l'attente d'en trouver une nouvelle.
Joan Holloway
À la tête du secrétariat de Sterling Cooper, elle gère la vie quotidienne des bureaux et manage les différentes secrétaires. Elle a eu une longue aventure avec Roger Sterling jusqu'à ce que les deux crises cardiaques de celui-ci ne mettent fin à leur relation. Elle rencontre au cours de la saison 2 le Dr Greg Harris, avec qui elle se marie dans la saison 3. Sur la demande de son mari, elle est contrainte de quitter Sterling Cooper. Cependant, les difficultés financières du couple la conduisent à réintégrer sa place au sein de la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce.
Roger Sterling
L'un des deux associés senior de Sterling Cooper, et meilleur ami de Don Draper. Bert Cooper, l'autre associé senior de l'agence, l'aurait présenté à sa femme, Mona, de qui il va divorcer au cours de la saison 2, pour se remarier avec une ancienne secrétaire de Draper, Jane, âgée de 22 ans[15]. Il a servi comme marin dans la Navy[19] et était un coureur de jupons jusqu'à ce que deux crises cardiaques ne changent ses perspectives, du moins pour un temps. Il garde un bon contact avec les employés de Sterling Cooper. C'est lui qui aurait engagé Don Draper au milieu des années 1950 alors que celui-ci était vendeur de fourrures ; cependant il n'aurait jamais confirmé son emploi, Don ayant profité de son état d'ébriété pour s'imposer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation[20] : Phil Abraham, Tim Hunter, Lesli Linka Glatter, Jennifer Getzinger, Andrew Bernstein, Michael Uppendahl, Alan Taylor, Andrew Bernstein, Matthew Weiner, Scott Hornbacher, John Slattery, Barbet Schroeder, Ed Bianchi, Paul Feig, Daisy von Scherler Mayer, Lynn Shelton.
  • Scénario[20] : Matthew Weiner, André Jacquemetton, Maria Jacquemetton, Lisa Albert, Robin Veith, Kater Gordon, Dahvi Waller, Erin Levy, Tom Palmer, Bridget Bedard, Chris Provenzano, Marti Noxon, Cathryn Humphris, Brett Johnson, Jonathan Abrahams.
  • Production[20] : Matthew Weiner, Scott Hornbacher (producteurs délégués) ; Lisa Albert, André Jacquemetton, Maria Jacquemetton (producteurs) ; Blake McCormick, Dwayne L. Shattuck (coproducteurs), etc.
  • Musique[21] : David Carbonara.
  • Photographie[22] : Chris Manley, Phil Abraham, Steve Mason, Frank G. DeMarco, Bill Roe.
  • Montage : Malcolm Jamieson, Christopher Nelson, Tom Wilson, Leo Trombetta, David Siegel, Cindy Mollo, Pattye Rogers, Conrad Smart, Christopher Gay.
  • Casting[23] : Carrie Audino, Laura Schiff.
  • Décors[24] : Dan Bishop, Christopher Brown, Amy Wells.
  • Costumes[25] : Katherine Jane Bryant.

Sauf mention contraire, les informations ci-dessus sont tirées de la page Full Cast and Crew de la série sur l'Internet Movie Database[26].

Production[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre est un jeu de mots avec Ad men, littéralement « les hommes de la pub », mais c'est aussi et surtout une expression de l'époque qui fait référence au fait que ces publicitaires travaillaient sur Madison Avenue à New York, d'où l'impossibilité de traduire le titre en français. Mad Men prend également tout son sens au vu de l'attention portée à la condition féminine dans l'ensemble de la série, une quadruple lecture du titre étant alors nécessaire, avec une traduction littérale, « les [hommes] fous »[27].

Conception[modifier | modifier le code]

En 2000, alors qu'il travaille comme scénariste pour la série télévisée Becker[28], Matthew Weiner écrit la première version de ce qui sera l'épisode pilote de Mad Men[29],[30],[28]. Après avoir lu son script en 2002, le producteur de télévision David Chase recrute Weiner pour travailler sur sa série produite par HBO, Les Soprano (The Sopranos), et déclare : « il était vif et avait quelque chose de nouveau à dire. »[31].

Weiner laisse le script du pilote de côté pour les sept années suivantes, durant lesquelles ni HBO, ni Showtime ne se montrent intéressés par son projet. Puis à l'arrêt de la série Les Sopranos, il décide de présenter son projet à d'autres chaînes de télévision dont la chaîne câblée AMC qui se lance dans le marché de la nouvelle programmation. Ed Carroll, le président d'AMC, explique sa motivation par le fait que « la chaîne était à la recherche de différence pour le lancement de sa première série originale »[31] et que « nous avons pris le pari de la qualité plutôt que de l'appel de la masse stéréotypée »[29],[28].

Pré-production[modifier | modifier le code]

Tim Hunter, réalisateur d'une demi-douzaine d'épisodes des deux premières saisons de la série, a qualifié Mad Men de « programme très bien géré ».

« Il existe un tas de réunions au cours de la pré-production. Le jour où le script arrive, on se réunit tous pour une première lecture, et Matt [Weiner] commence à nous dire comment il envisage l'épisode. Puis, on fait une autre réunion de lecture en conditions quelques jours plus tard. Enfin, on fait une dernière réunion avec toute l'équipe de production. »

— Tim Hunter, Bonus DVD de la saison 1

Tournage[modifier | modifier le code]

L'épisode pilote (Smoke Gets In Your Eyes) a été tourné aux Studios Silvercup et à divers endroits autour de New York, et les épisodes suivants ont été filmés aux Studios Center de Los Angeles[32],[28]. La série a été tournée de façon à être disponible en haute définition et diffusée sur AMC-HD et en vidéo à la demande (VOD) sur les chaînes câblées affiliées[33].

Les scénaristes, notamment Matthew Weiner, ont amassé de nombreux documents de recherche sur la période à laquelle Mad Men se déroule de manière à rendre la plupart des aspects de la série — y compris les décors, costumes et accessoires — historiquement précis et vraisemblables[30],[34],[35],[36], en produisant un style visuel authentique, encensés par la critique[37],[38],[39]. Chaque épisode bénéficie d'un budget de 2 à 2,5 millions de dollars, bien que l'épisode pilote ait coûté plus de 3 000 000 $[29],[30],[28].

Pour les scènes où les personnages fument (ce qui est le cas dans chacun des épisodes), Weiner a déclaré que « faire cette série sans tabac aurait été une blague. Cela aurait été hygiénique... et bidon[N 1],[35] »,[40]. D'après la loi californienne sur le tabac, il est interdit de fumer dans les lieux publics, y compris au travail : les acteurs ont dû fumer des cigarettes à l'herbe (sans nicotine)[35],[29].

Weiner a collaboré avec le directeur de la photographie Phil Abraham et avec les décorateurs Robert Show (qui n'a travaillé que sur le pilote) et Dan Bishop, pour développer un style visuel qui serait « davantage influencé par le cinéma que par la télévision[32] »,[28]. Alan Taylor, ancien réalisateur pour Les Soprano, a réalisé le pilote et a également aidé à créer le ton visuel de la série. Pour donner une « apparence de mystère » autour de Don Draper, Taylor avait tendance à filmer derrière lui ou à masquer partiellement son corps. Beaucoup de scènes se déroulant à Sterling Cooper ont été filmées d'un point de vue inférieur à l'axe de l'œil humain, pour intégrer les plafonds dans la composition picturale, ce qui reflète la photographie, le graphisme et l'architecture de l'époque. Taylor a estimé que ni la steadicam, ni la caméra à l'épaule ne seraient appropriées[22] à la « grammaire visuelle de l'époque, et que l'esthétique [de la série] ne correspondent pas à leur approche classique[N 2] » : les décors ont par conséquent été conçus pour l'utilisation de la méthode de travelling[32]. Toujours dans ce but de retranscrire au mieux la façon de filmer des années 1950 et 1960, le format 35 mm a été privilégié au cinéma numérique[22].

Financement[modifier | modifier le code]

D'après une estimation publiée dans Barrons, la société de production Lions Gate Entertainment a reçu environ 2,71 millions de dollars d'AMC pour chaque épisode, soit un peu moins que les 2,84 millions qu'ils coûtent[41].

En mars 2011, après des négociations entre la chaîne et le créateur de la série, AMC a renouvelé Mad Men pour une cinquième saison, diffusée en mars 2012. Weiner a signé un contrat de 30 millions de dollars qui le maintient à la tête du show pour trois saisons supplémentaires. Deux semaines plus tard, January Jones dit dans Marie Claire que le succès financier de la série était à nuancer pour les acteurs : « nous ne sommes pas beaucoup payés sur la série. D'un autre côté, quand vous faites de la télévision, vous avez un salaire régulier chaque semaine, et c'est plutôt pas mal[N 3],[42]. »

Générique[modifier | modifier le code]

Le générique figure en surimpression une animation graphique d'un homme d'affaires chutant d'une grande hauteur, entouré de gratte-ciels aux reflets d'affiches publicitaires d'époque, et accompagnée d'une courte version instrumentale de A Beautiful Mine de RJD2. L'homme d'affaires apparaît comme une silhouette en noir et blanc[43].

Cette séquence d'ouverture rend hommage aux génériques de gratte-ciels du créateur de graphismes Saul Bass, ayant travaillé pour Alfred Hitchcock dans La Mort aux trousses (North By Northwest, 1959), et la chute de l'homme fait référence à l'affiche du film Sueurs froides (Vertigo, 1958). Weiner a par ailleurs cité Hitchcock comme une influence majeure sur le style visuel de la série[35],[43].

TV Guide cite le générique de Mad Men à la 9e place de sa liste des dix meilleurs génériques de télévision, d'après un vote des lecteurs en 2010[44].

Le générique a été créé par l'agence Imaginary Forces[45],[46].

Équipe technique[modifier | modifier le code]

En plus d'avoir créé la série, Matthew Weiner est le responsable du programme (showrunner en anglais), scénariste principal et producteur délégué. Il contribue à chaque épisode, en tant que scénariste ou coscénariste, parfois en tant que réalisateur (il réalise notamment les derniers épisodes de chaque saison) et participe à l'approbation de la distribution des rôles, des décors et des costumes. Il est réputé pour être très sélectif sur tous les aspects de la série et préconise un haut niveau de secret entourant les détails de la production[28]. Beaucoup de scénaristes ont également produit ou coproduit la série. Alan Taylor, Phil Abraham, Jennifer Getzinger, Lesli Linka Glatter, Tim Hunter, Andrew Bernstein et Michael Uppendahl sont des réalisateurs réguliers, alors que des membres de la distribution, John Slattery et Jon Hamm ont aussi réalisé des épisodes[20].

À partir de la troisième saison, sept des neuf scénaristes de la série sont des femmes[47], en dépit des statistiques révélées par la Writers Guild of America en 2006, qui indiquent que les scénaristes masculins sont plus nombreux que leurs homologues féminines à 2 pour 1.

« Nous avons un personnel scénaristique essentiellement féminin – des femmes de 20 à 50 ans – et de nombreuses chefs de département et administratrices. [Les producteurs délégués] Matt Weiner et Scott Hornbacher embauchent des personnes en qui ils croient, en fonction de leur talent et de leur expérience. [Ils leur disent] : « Pouvez-vous capturer ce monde-là ? Pouvez-vous apporter une histoire intéressante ? »[N 4] »

— Maria Jacquemetton, productrice.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Mad Men.

Chaque saison de Mad Men compte 13 épisodes, diffusés sur la chaîne AMC, à raison d'un épisode par semaine.

Saison Diffusion originale Autres diffusions
Premier épisode Dernier épisode Drapeau de la France France Drapeau : Québec Québec Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de la Belgique Belgique
1 19 juillet 2007 18 octobre 2007 2009 2010 2011 2011
2 27 juillet 2008 26 octobre 2008 2009 2011 2011
3 16 août 2009 8 novembre 2009 2010 2011 2011
4 25 juillet 2010 17 octobre 2010 2011 2012 2012
5 25 mars 2012 10 juin 2012 2012 2013
6 7 avril 2013 24 juin 2013

Ci-dessous sont mentionnés les faits marquants pour chacune des saisons ainsi que, le cas échéant, les arcs narratifs qu'elles contiennent.

Saison 1
La première saison s'ouvre en mars 1960 et introduit les différents personnages, et notamment le génial publicitaire Don Draper. Nouvellement employée par la prestigieuse agence Sterling Cooper, Peggy Olson, secrétaire de Draper, découvre le monde du travail. Alors que Don est relativement accueillant, elle doit subir l'hostilité de la chef des secrétaires, Joan Holloway, et le harcèlement sexuel de ses supérieurs masculins. Don a quant à lui de plus en plus de mal à gérer sa vie personnelle, entre ses différentes maîtresses et sa femme refoulée, Betty Draper. Roger Sterling, l'un des associés acerbe de l'agence, trompe également sa femme avec Joan, de qui il est follement amoureux. Alors que Sterling Cooper est engagée pour faire la communication de la campagne présidentielle de Nixon en 1960, la saison s'achève au moment de Thanksgiving la même année.
Saison 2
Au début de la saison 2, on se retrouve le jour de la Saint-Valentin 1962 et finit autour de l'époque de la Crise des missiles de Cuba en octobre 1962.
Saison 3
La troisième saison commence au printemps 1963 et se termine le 23 décembre de la même année, peu de temps après l'assassinat de John F. Kennedy.
Saison 4
La saison 4 débute au cours du Thanksgiving de l'année 1964 et s'achève en août 1965.
Saison 5
La cinquième saison commence un peu avant le weekend du Memorial Day de 1966.
Saison 6
La sixième saison débute en décembre 1967 et se termine le matin de Thanksgiving, en novembre 1968.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Mad Men dépeint les composantes de la société et de la culture américaine des années 1960 : le tabagisme, l'alcool, le sexisme, l'adultère, l'homophobie, l'antisémitisme, le racisme et l'absence totale de préoccupations envers l'environnement[35],[48], sont des exemples des thèmes abordés dans la série, en accentuant les différences entre cette époque et celle de la diffusion. On peut voir de nombreux indices sur les changements à venir dans la décennie, et les thèmes de l'aliénation, de la mobilité sociale et de la dureté de certains personnages sont également des aspects continuellement sous-entendus. Un journaliste de MSNBC écrit que « la série reste largement déconnectée du monde extérieur, et les tendances politiques et culturelles sont illustrées à travers les personnages et leurs vies, et non pas par des arguments généraux et radicaux[N 5],[49]. »

Le créateur Matthew Weiner la qualifie de « série de science-fiction dans le passé », ajoutant que c'est ainsi que la science-fiction utilise le monde futur pour parler des problèmes qui nous concernent aujourd'hui, et Mad Men utilise le passé pour discuter des problèmes qui nous concernent aujourd'hui, et que nous n'évoquons pas ouvertement[50].

Le tabagisme et l'alcoolisme[modifier | modifier le code]

Le tabagisme en est l'un des points les plus marquants de la série. Beaucoup plus courant à l'époque qu'il ne l'est maintenant, il est omniprésent  : presque tous les personnages fument à plusieurs reprises, à chaque épisode tout au long des saisons[35]. Dans l'épisode pilote, des représentants de la marque de cigarettes Lucky Strike embauchent Sterling Cooper pour une nouvelle campagne de publicité, faisant suite à un rapport publié dans le magazine féminin Reader's Digest, affirmant que le tabagisme peut entraîner différents problèmes de santé, en particulier le cancer du poumon[51]. La question de la dangerosité est abordée dans la quatrième saison, où Draper écrit un article dans The New York Times, intitulé Why I'm Quitting Tobacco (« Pourquoi j'arrête de fumer »), qui annonce la rupture de l'agence Sterling Cooper Draper Pryce avec Lucky Strike, et son refus de promouvoir n'importe quelle autre marque de tabac. SCDP travaille à la fin de la saison avec l'American Cancer Society dans une campagne de prévention sur les ravages du tabac[52].

À propos de l'alcoolisme, ABC News note qu'alors que la série progresse dans les années 1960, le créateur Matthew Weiner a continué à dépeindre un monde de bureaux remplis d'alcool, et de dîners imbibés. Un spécialiste en addictologie ajoute que « au cours des dix dernières années, l'alcoolisme a de plus en plus été considéré comme une maladie, alors que dans les sixties, les comportements inadaptés résultant d'une consommation abusive pouvait être considéré comme « macho », voire romantique, plutôt que comme une absorption compulsive en dépit des conséquences négatives[N 6],[53]. » Alors que le personnage de Don Draper se bat contre sa propre addiction à l'alcool dans la quatrième saison, un critique qualifie cette saison de « conte sur les excès de l'alcool qui donne à réfléchir[54]. »

L'adultère et le sexisme[modifier | modifier le code]

Mad Men est devenu le sujet de nombreuses discussions sur le sexisme. La série dépeint une sous-culture où les hommes mariés s'engagent fréquemment dans des relations extra-conjugales avec d'autres femmes : la plupart des personnages ont en effet dévié de leurs mariages respectifs[55], en particulier Don Draper[56].

Marie Wilson écrit dans The Washington Post « il est difficile et douloureux de voir les façons dont les femmes et les hommes se comportent les uns avec les autres, ainsi qu'avec le pouvoir. C'est douloureux parce que ces comportements ne sont pas si éloignés de nous que nous voudrions le croire. Nos filles reçoivent continuellement le message que le pouvoir vient avec les hommes puissants. Être jolie reste toujours une qualité qui peut vous faire monter les échelons, sans pour autant vous amener tout en haut[N 7],[57]. » The Los Angeles Times ajoute que « le sexisme en particulier est presque suffoquant, et finalement pas si agréable à voir. Mais c'est la force contre laquelle se battent les personnages féminins les plus intéressants, et leur opposition, qui les définit. L'interaction entre la misogynie quotidienne et la condescendance – la ménagère dont le psy rend compte au mari, la publicitaire qui est exclue des sorties après le travail et des arrangements autour d'un verre – rend les personnages déterminés et consistants[N 8],[58]. »

Dans Salon, Nelle Engoron explique que bien que Mad Men semble mettre en lumière les problèmes de genre, ce sont les personnages masculins qui échappent à toute punition pour l'alcoolisme et l'adultère, alors que les femmes, elles, sont souvent punies[59]. Un journaliste de Ms. Magazine écrit que « Mad Men nage entre deux eaux : un portrait nuancé de comment le sexisme et le droit patriarcal façonnent leurs vies, leurs carrières et leurs interactions sociales dans les années 1960 (et, par extension, aujourd'hui), et une interprétation glorifiée de ce monde de la publicité des sixties, chauvin et en mouvement constant[N 9],[60]. » Melissa Witkowski ajoute dans The Guardian que l'ascension de Peggy est gâchée parce que la série sous-entend largement qu'aucune femme n'a jamais été rédactrice à Sterling Cooper avant Peggy, alors que les circonstances de sa promotion impliquent que la raison est qu'aucune femme n'a auparavant semblé réellement talentueuse face aux hommes[N 10]. Elle compare la carrière de Peggy à celle de femmes publicitaires ayant réussi, comme Jean Wade Rindlaub, Jane Trahey, Helen Gurley Brown, Mary Wells Lawrence ou Caroline Robinson Jones[61].

Le racisme[modifier | modifier le code]

The San Francisco Chronicle pose la question de savoir si le personnage de Don Draper est raciste, expliquant que « à moins que Draper n'ait manifesté pour les droits civils, embauché des stagiaires noirs ou eu une copine noire, c'est un fantasme de croire qu'il n'est pas raciste. En effet, il serait inexact de le présenter comme un homme blanc des années 1960 n'ayant pas d'opinions racistes[N 11],[62]. »

Le site web Change.org, dont le but est de promouvoir le changement social, explique que l'absence de gens de couleur dans les lignes scénaristiques principales de la série en dit long : « Mad Men parle de Don Draper et des gens de son milieu – de la classe moyenne à la classe aisée des Américains blancs dans les années 1950 à 1960. Pour ces gens-là, la race et le racisme sont largement invisibles, jusqu'à ce que la bataille pour l'égalité sociale n'empiète sur leurs privilèges[N 12],[63]. »

Des critiques ont circulé sur le fait que la série déforme l'histoire en effacant les parcours d'hommes et de femmes de couleur ayant réussi sur Madison Avenue à l'époque, comme Clarence Holte, George Olden ou Caroline Robinson Jones : Mad Men ne parle pas des problèmes raciaux de l'époque, mais les dissimule[64]. Dans The Root, un journaliste ajoute que le manque continuel de publicitaires noirs dans la série devient rapidement anhistorique[65],[66].

Cependant, le webzine Slate félicite la série pour le traitement de la race, en particulier pour la trame narrative de l'épisode The Fog dans la troisième saison : Pete Campbell a l'idée de commercialiser certains produits spécifiquement pour les Afro-Américains, mais son idée est immédiatement rejetée par l'entreprise. Slate mentionne également l'épisode The Beautiful Girls (saison 4), où Peggy Olson propose Harry Belafonte pour devenir le porte-parole de l'entreprise Fillmore Auto après que celle-ci a été boycottée pour son refus d'engager des Noirs, mais Draper refuse. Le journaliste cite un essai publié en 1963 dans Advertising Age, qui révèle que sur plus de 20 000 employés, seulement 25 noirs sont répertoriés, travaillant dans n'importe quelle branche créative de la publicité : « Mad Men n'est pas lâche pour éviter la question de la race, c'est plutôt l'inverse. La série est courageuse pour son honnêteté sur la lâcheté de Madison Avenue[N 13],[67],[68] ».

Le début de la saison 5 aborde directement le sujet, le premier épisode commençant avec les manifestations pour les droits civils, et cela reste un élément récurrent puisque Sterling Cooper Draper Pryce engage une nouvelle secrétaire noire pour Don Draper, ainsi qu'un concepteur-rédacteur juif.

La publicité[modifier | modifier le code]

Le regard porté sur la publicité est également très cynique, car elle servirait d'exutoire à la créativité des jeunes hommes blancs de la classe moyenne. Le personnage principal, Don Draper, fait d'ailleurs cette remarque, en parlant de l'agence Sterling Cooper : « cet endroit compte plus d'artistes et d'intellectuels ratés que le Troisième Reich[N 14],[69]. »

Les personnages ressentent aussi les frémissements du changement dans l'industrie de la publicité, avec par exemple le discours brillant de Don Draper sur la valeur nostalgique et sur le potentiel commercial de renommer le projecteur Kodak en « carrousel » :

« Nostalgia.
It’s delicate, but potent…
Teddy told me that in Greek, nostalgia literally means the pain from an old wound.
It’s a twinge in your heart, far more powerful than memory alone.
This device… isn’t a spaceship, it’s a time machine.
It goes backwards, forwards.
It takes us to a place where we ache to go again.
It’s not called the Wheel.
It’s called the Carousel.
It lets us travel the way a child travels.
Around and around and back home again, to a place where we know we are loved.
 »

— Don Draper, The Wheel

« La nostalgie.
C'est subtil, mais très puissant…
Teddy m'a appris qu'en grec, nostalgie signifiait littéralement une blessure ancienne qui fait toujours mal.
C'est un pincement au cœur, teinté de regrets, et bien plus puissant qu'un simple souvenir.
Grâce à cette machine, on ne vole pas dans l'espace. On remonte le temps.
D'une pression on recule, on avance.
Elle nous ouvre les portes d'une époque perdue que l'on rêve de retrouver.
Cette chose n'est pas une roue.
C'est un carrousel.
Grâce à lui on voyage comme un enfant sur un manège.
On tourne, et on tourne, et on retourne au point de départ, ce lieu magique où on se sait aimé. »

— Don Draper, Carrousel

À l'instar de la nostalgie pour une époque antérieure, l'aliénation, la mobilité sociale et la cruauté sont des sous-thèmes de la série. Souvent, ces références complètement contemporaines enracinés dans la culture américaine du début des années 1960, parviennent à toucher le public du XXIe siècle, près de 50 ans plus tard. La preuve en est l'interprétation du poème Maïakovski par Don Draper, lu dans les Meditations in an Emergency de Frank O'Hara (1957) à la fin de l'épisode 1 de la deuxième saison qui, après sa diffusion, a conduit le livre du poète à entrer dans les meilleures ventes sur Amazon[70].

Mad Men, par le décor du monde publicitaire qui crée sa substance, offre une approche didactique des stratégies publicitaires conçues dès les années 1920 par Edward Bernays ou par le publiciste libéral Walter Lippmann sur la fabrication du consentement (L'opinion publique, 1922), car les personnages de Mad Men, les cadres de l'agence Sterling Cooper Advertising, n’ont qu’un but : répondre aux attentes des grandes sociétés qui souhaitent modeler les attitudes sociales des consommateurs.

L'identité[modifier | modifier le code]

La série permet également d'envisager une réflexion magistrale à propos de la modernité et du rapport de l’individu face à la société. Puisant dans les réflexions de David Riesman (La foule solitaire, 1950), les protagonistes montrent le glissement de l’individu « intro-dirigé » à l’individu « extro-dirigé » qui « cherche la norme de son comportement dans le regard des autres et dans les médias[71]. »

The San Francisco Gate note que la série aborde la question de l'identité, en particulier à travers le personnage de Don Draper, qui a usurpé l'identité d'un officier au cours de la guerre de Corée pour rentrer chez lui. Draper est qualifié d' « homme qui vit un mensonge depuis un long moment. Il est fait pour être solitaire. Et au cours des trois premières saisons, nous l'avons vu traîner cette angoisse existentielle à travers la vie de conte de fée qu'il s'est créé[N 15],[72]. »

The New Republic écrit que « la méthode de la série est de nous montrer l'envers du décors des célèbres marques américaines – les cigarettes Lucky Strike, les hôtels Hilton, les céréales Life – sans nous expliquer comment ces produits sont fabriqués, mais comment leurs images « sexys et magiques » sont imaginées. [...] Ainsi, nous sommes tous des Don Draper, obsédés par le fait de vendre une image plutôt de s'occuper de ce qui se cache dessous. Le grand défaut de Draper est son manque de conscience psychologique : il est à la fois connecté aux désirs de l'Amérique, et entièrement déconnecté de son propre personnage[N 16],[73]. »

Un critique ajoute que l'identité est un thème clé de Mad Men, étant donné qu'aucun personnage n'est vraiment ce qu'il paraît : chacun est rempli d'ambitions et de rêves frustrés, à commencer par Don Draper dont le placard est plein de squelettes proverbiaux[N 17],[74].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Pays francophones :

Autres pays :

Bande originale[modifier | modifier le code]

Le thème du générique A Beautiful Mine (version instrumentale) a été composé par RJD2. La version non-instrumentale peut être trouvée dans l'album Magnificent City de Aceyalone. La bande originale des 39 épisodes est composée par David Carbonara.

Musiques reprises dans la série :

Bande originale :

Réception[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Saison Diffusion originale Téléspectateurs (en millions)
Premier épisode Dernier épisode Moyenne
1 19 juillet – 18 octobre 2007 0,90[76] N/A N/A
2 27 juillet – 26 octobre 2008 2,00[77] 1,75[78] N/A
3 16 août – 8 novembre 2009 2,80[79] 2,32[80] 1,80[81]
4 25 juillet – 17 octobre 2010 2,92[82] 2,44[83] 2,27[84]
5 25 mars – 10 juin 2012 3,50[85] 2,70[86] 2,70[87]
6 7 avril – 23 juin 2013 3,37[88] 2,69[89] 2,49[90]

Le premier épisode (series premiere ou pilote), diffusé le 19 juillet 2007, a rassemblé 900 000 téléspectateurs, soit le plus haut score d'audience de la chaîne AMC à ce jour[91]. L'audience moyenne de la saison est également de 0,9 million par épisode[92].

L'audience est plus que doublée lors du premier épisode (season premiere) de la saison 2 (2 millions)[93], notamment en raison d'une grande campagne de promotion[94]. Le season finale (dernier épisode de la saison) marque également un record, avec 1,75 million de téléspectateurs, soit 20 % de plus que pour le reste de la saison[95] (en moyenne 1,51 million par épisode[92]).

La troisième saison, débutée le 16 août 2009 et terminée le 8 novembre, a été suivie par 2 800 000 téléspectateurs pour sa diffusion inédite en première partie de soirée et encore 780 000 lors des rediffusions dans l'après-midi et au milieu de la nuit. En 2009, Mad Men devient deuxième sur la liste éditée par Nielsen Ratings des dix programmes les plus timeshiftés, derrière le dernier épisode de Battlestar Galactica[96].

Le 25 juillet 2010, le season premiere de la saison 4 devient l'épisode le plus regardé de AMC jusqu'au series premiere de The Walking Dead : il réunit plus de 2 900 000 téléspectateurs, soit plus de 5 % de plus que le premier épisode de la saison 3 et 61 % de plus que la moyenne de la saison précédente (1,8 million par épisode)[97]. La saison réunit en moyenne 2,27 millions de téléspectateurs.

Le premier épisode de la cinquième saison est l'épisode le plus regardé de la série à ce jour, avec plus le 3,5 millions de personnes, et 1,6 million chez les 18-49 ans (avant la saison 5, Mad Men n'avait jamais dépassé un million sur cette tranche d'âge). Le président d'AMC, Charlie Collier, a dit à ce propos que « Matthew Weiner et son équipe ont fabriqué une histoire magnifique, et à chaque saison, un public toujours plus grand lui a répondu : c'est une réussite rare[98] »[85].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Mad Men a reçu une réponse largement positive de la critique depuis sa création[99]. L'American Film Institute l'a sélectionnée comme l'une des 10 meilleures séries de télévision en 2007[100], 2008[101], 2009[102] et 2010[103], et elle a été nommée meilleure émission de télévision de l'année 2007 par la Television Critics Association[104] et par plusieurs publications nationales, y compris le Chicago Tribune[105], le New York Times, le Pittsburgh Post-Gazette, le TIME Magazine et le TV Guide[106]. Sur l'agrégateur de critiques Metacritic, la série a un score de 77 % pour la première saison[107], 88 % pour la deuxième[108], 87 % pour la troisième[109] et 92 % pour la quatrième[110].

Un reporter du New York Times a qualifié la série de révolutionnaire, nous permettant de nous « abandonner dans un passé pas si lointain[48]. » Le San Francisco Chronicle l'a qualifié de série « stylisée, visuellement saisissante [...], un drame pour adultes sur l'introspection et les inconvénients de la modernité dans un monde d'hommes[111],[39]. » Dans The Chicago Sun-Times, un critique décrit la série de « portrait détaché d'un peuple compliqué agissant avec les manières convenables des années 1960 que l'Amérique a perdu, tout en jouant les coureurs de jupons et en diffamant grossièrement ses subordonnés[112],[113]. » Le magazine Entertainment Weekly a une réaction similaire, notant que dans la période où se déroule Mad Men, le jeu fait partie du travail, le badinage sexuel n'est pas encore du harcèlement, et l'Amérique est affranchie du doute, de la culpabilité et de la confusion contre-culturelle[114],[115]. The Los Angeles Times écrit que la série a trouvé un juste milieu entre la nostalgie et le politiquement correct[116].

La série a également reçu des critiques élogieuses pour son exactitude historique, en particulier à propos des différences entre les sexes et les préjugés raciaux, la dynamique sexuelle dans le milieu du travail, et la forte prévalence du tabagisme et de la boisson[31],[37],[117].

Cependant, l'analyse publiée dans le London Review of Books était moins élogieuse, la série y étant définie comme « une désagréable entrée en matière dans le genre du Now We Know Better », alors que le casting n'était « composé que d'une série de stéréotypes historiques qui a échoué à faire quoi que ce soit, sauf à « féliciter le présent »[118].

Le 20 juin 2007, un groupe de défense du consommateur a saisi le bureau des Commercial Alerts, et a déposé une plainte auprès du Conseil des Distilled Spirits, alléguant que le sponsor de Mad Men, la marque de whisky Jack Daniels, violait les règles de publicité sur les boissons alcoolisées, alors que la série représentait « l'activité sexuelle explicite » comme facteur d'intoxication involontaire[119]. La marque Jack Daniels n'est mentionnée que dans le cinquième épisode.

Authenticité[modifier | modifier le code]

Certains professionnels de la publicité ayant travaillé dans les années 1960 ont émis des avis divergents sur le réalisme de Mad Men. Jerry Della Femina, qui a travaillé comme rédacteur publicitaire à l'époque puis a fondé ensuite sa propre agence, affirme que la série « reflète exactement ce qui s'est passé. Le tabagisme, les préjugés et le sectarisme[29]. » Robert Levinson, un des consultants publicitaires de Matthew Weiner, qui a travaillé chez BBDO de 1960 à 1980, dit à Femina : « ce que Matthew a filmé est tellement réaliste. L'alcool était une pratique courante, le tabagisme était constant, les relations entre les cadres et leurs secrétaires étaient semblables[29]. » En revanche, Allen Rosenshine, rédacteur publicitaire ayant pris la tête de BBDO, a qualifié la série de « fabrication totale », en affirmant : « si quelqu'un avait parlé à des femmes de la manière dont ces abrutis le font, on lui aurait botté le cul[120]. »

Influence[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mad Men est le multiple vainqueur de récompenses de la télévision américaine, telles que les American Film Institute Awards, les Primetime Emmy Awards, les Peabody Awards ou les Satellite Awards. La série a aussi été nommé à plusieurs récompenses internationales, comme les British Academy Television Awards ou le Festival de télévision de Monte-Carlo.

Elle a notamment remporté le Primetime Emmy Award de la meilleure série télévisée dramatique en 2008, 2009, 2010 et 2011 pour ses quatre premières saisons, et a ainsi rejoint Capitaine Furillo (Hill Street Blues) et À la Maison-Blanche (The West Wing), comme les séries les plus récompensées aux Emmys sur quatre années consécutives.

Impact social[modifier | modifier le code]

Mad Men, au même titre que Sex and the City ou Gossip Girl, est devenue également une série référence en termes de mode — féminine et surtout masculine —, qui a inspiré nombre de créateurs. Son influence s'étend donc au-delà de la simple sphère télévisuelle[121].

Parodies[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre 2008, Jon Hamm a été l'invité de l'émission de divertissement américaine Saturday Night Live (saison 34, épisode 6). Il participe à deux sketchs parodiant Mad Men, en présentant les hommes de la série en train de boire et de fumer en permanence, et en s'adonnant régulièrement à l'adultère. Dans le sketch A-Holes: Pitch Meeting, Hamm est rejoint par deux autres membres du casting de Mad Men, Elisabeth Moss et John Slattery[122]. Dans l'autre, Don Draper's Guide to Picking Up Women (« Guide de Don Draper pour attraper des femmes »), Hamm parodie la facilité avec laquelle son personnage enchaîne les femmes[123].

L'épisode Simpson Horror Show XIX (Spécial d’Halloween XIX au Québec et au Nouveau-Brunswick) de la série Les Simpson, diffusé aux États-Unis le 2 novembre 2008, comprend une scène intitulée How to Get Ahead in Dead-Vertising, adaptée du générique de Mad Men. Elle met en vedette Homer Simpson, avec la musique du générique de Mad Men en fond sonore[124].

Dans la série Community, épisode 17 de la saison 1, diffusé le 4 mars 2010 aux États-Unis, le personnage d'Abed Nadir imite Don Draper lorsqu'on lui demande de montrer ses capacités de séduction. La parodie est d'autant plus marquée que la femme à qui il s'adresse est Annie, jouée par Alison Brie, qui est aussi une actrice récurrente de Mad Men, interprétant la femme de Pete, Trudy Campbell.

Placement de produits[modifier | modifier le code]

Conséquence du sujet traité, la série intègre à l'intrigue des placements de produits. En effet, dans la deuxième saison, la marque de bières néerlandaise Heineken est présenté comme un client de l'agence, afin d'amener les consommateurs américains à acheter leurs produits. Ce placement est dû au financement de la marque dans la série. Le même phénomène se reproduit tout au long des saisons, avec les marques Cadillac, Gillette, American Airlines, Pampers, Lucky Strike[125].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « Doing this show without smoking would've been a joke. It would've been sanitary and it would've been phony. »
  2. Citation originale : « visual grammar of that time, and that aesthetic didn’t mesh with [their] classic approach. »
  3. Citation originale : « We don’t get paid very much on the show and that’s well-documented. On the other hand, when you do television you have a steady paycheck each week, so that’s nice. »
  4. Citation originale : « We have a predominately female writing staff—women from their early 20s to their 50s—and plenty of female department heads and directors. [Show creator] Matt Weiner and [executive producer] Scott Hornbacher hire people they believe in, based on their talent and their experience. "Can you capture this world? Can you bring great storytelling?" »
  5. Citation originale : « [The series] mostly remains disconnected from the outside world, so the politics and cultural trends of the time are illustrated through people and their lives, not broad, sweeping arguments. »
  6. Citation originale : « over the last ten years, alcoholism has been more fully understood as a disease. But in the sixties, bad behavior resulting from heavy drinking could be considered 'macho' and even romantic, rather than as a compulsive use of alcohol despite adverse consequences. »
  7. Citation originale : « it is difficult and painful to see the ways in which women and men dealt with each other and with power. It's painful because this behavior is not as far back in our past as we would like to think. Our daughters continually get the messages that power still comes through powerful men. And unfortunately being pretty is still a quality that can get you on the ladder-though it still won't take you to the top. »
  8. Citation originale : « the sexism, in particular, is almost suffocating, and not in the least fun to watch. But it's the force against which the most compelling female characters struggle, and the opposition that defines them. The interaction with everyday misogyny and condescension — the housewife whose shrink reports to her husband, the ad woman who's cut out of the after-hours wheeling and dealing — gives the characters purpose and shape. »
  9. Citation originale : « Mad Men straddles the line between a nuanced portrayal of how sexism and patriarchal entitlement shape lives, careers and social interactions in the 1960s (and, by extension, today) and a glorified rendering of the fast-paced, chauvinistic world of 1960s advertising and all that comes with it. »
  10. Citation originale : « strongly implies that no woman had ever been a copywriter at Sterling Cooper prior to Peggy, but the circumstances of her promotion imply that this was merely because no woman had ever happened to sound talented in front of a man before. »
  11. Citation originale : « Unless Don Draper was out marching for civil rights, and hired black interns or had a black girlfriend, it’s fantasy to think Draper wasn’t racist. Indeed, it would be inaccurate to the period to present him as not having racist views, yet achieving that level of success. »
  12. Citation originale : « The very absence of people of color in the main narrative of this show speaks volumes. To be clear, Mad Men is not about the mid-20th century. If it was, the show would deserve criticism for not making race a driving issue. But Mad Men is about Don Draper and the people in his orbit—middle- to upper-class white Americans living and working around Manhattan in the late '50s to mid-'60s. For these people, race and racism are largely invisible, until and unless the struggle for equality impinges upon their privilege. »
  13. Citation originale : « Mad Men isn’t cowardly for avoiding race. Quite the opposite. It’s brave for being honest about Madison Avenue’s cowardice. »
  14. Citation originale : « This place has more failed artists and intellectuals than the Third Reich. »
  15. Citation originale : « A man who's been living a lie for a long time. He's built to be a loner. And over the course of three seasons we've watched him carry this existential angst through a fairy-tale life of his own creation. »
  16. Citation originale : « The show’s method is to take us behind the scenes of the branding of American icons—Lucky Strike cigarettes, Hilton hotels, Life cereal—to show us not how the products themselves were created, but how their “very sexy … very magical” images were dreamed up. [...] In this way, we are all Don Drapers, obsessed with selling an image rather than tending to what lies underneath. Draper’s fatal flaw is his lack of psychological awareness: He is at once perfectly tuned in to the desires of America and entirely out of touch with his own character. »
  17. Citation originale : « Identity is a key theme in 'Mad Men, and nobody is ever quite who they appear to be. Each one is filled with thwarted ambitions and frustrated dreams, none more so than Don Draper himself, whose closet, it's gradually revealed over seasons one and two, is filled with proverbial skeletons. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Azoulai 2011, p. 27
  2. Azoulai 2011, p. 38
  3. Azoulai 2011, p. 44
  4. Azoulai 2011, p. 42
  5. Azoulai 2011, p. 46
  6. Azoulai 2011, p. 30
  7. a, b et c Azoulai 2011, p. 58
  8. Azoulai 2011, p. 48
  9. a et b Azoulai 2011, p. 49
  10. Azoulai 2011, p. 54
  11. About the show, amctv.com. Retrieved on August 18, 2008
  12. Épisode The Marriage of Figaro, troisième épisode de la première saison de la série Mad Men, d'une durée de 0:55 minutes. Diffusé pour la première fois le 2007-08-02 le réseau AMC. Autres crédits : Tom Palmer, writer; Ed Bianchi, director.
  13. « Episode 10: The Color Blue: Episode Recap », Mad Men Episode Guide, AMC (consulté le 24 juin 2010) : « the army dog tags of Richard Whitman »
  14. a et b Épisode Nixon Vs. Kennedy, douzième épisode de la première saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 2007-11-01 le réseau AMC.
  15. a et b Épisode The Mountain King, douzième épisode de la deuxième saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 2008-11-19 le réseau AMC.
  16. Épisode The New Girl, cinquième épisode de la deuxième saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 2008-08-24 le réseau AMC.
  17. Épisode Meditations in an Emergency, treizième épisode de la deuxième saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le October 26, 2008 le réseau AMC. Visionner l'épisode en ligne
  18. Épisode Shut the Door. Have a Seat, treizième épisode de la troisième saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le November 8, 2009 le réseau AMC. Visionner l'épisode en ligne
  19. Épisode The Long Weekend, dixième épisode de la première saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 2007-09-27 le réseau AMC.
  20. a, b, c et d Azoulai 2011, p. 142-143
  21. Azoulai 2011, p. 70
  22. a, b et c Azoulai 2011, p. 77
  23. Azoulai 2011, p. 50
  24. Azoulai 2011, p. 72
  25. Azoulai 2011, p. 86
  26. (en) « Full cast and crew », sur l'Imdb (consulté le 29 mars 2012)
  27. Azoulai 2011, p. 5
  28. a, b, c, d, e, f et g Azoulai 2011, p. 8
  29. a, b, c, d, e et f (en) Alex Witchel, « Mad Men Has Its Moment », sur The New York Times,‎ 22 juillet 2008 (consulté le 28 mars 2012)
  30. a, b et c (en) Missy Schwartz, « Mad Men: Inside Summer TV's No. 1 Hidden Gem », sur Entertainment Weekly,‎ 2 juin 2008 (consulté le 28 mars 2012)
  31. a, b et c (en) « In Act 2, the TV Hit Man Becomes a Pitch Man », sur The New York Times (consulté le 29 mars 2012)
  32. a, b et c (en) « Tantalizing Television: Cinematographers from three top series », sur American Society of Cinematographers (consulté le 28 mars 2012)
  33. (en) Linda Haugsted, « AMC Mad About VOD, HD Push for Mad Men », sur Multichannel,‎ 24 juin 2007 (consulté le 28 mars 2012)
  34. (en) Jacques Steinberg, « In Act 2, the TV Hit Man Becomes a Pitch Man », sur The New York Times,‎ 18 juillet2007 (consulté le 28 mars 2012)
  35. a, b, c, d, e et f [vidéo] (en) Matthew Weiner, etc., « Part 1: The Making of Mad Men [vidéo uniquement disponible aux États-Unis »], sur AMC (consulté le 28 mars 2012)
  36. Azoulai 2011, p. 14
  37. a et b (en) « Lost in the '60s with Mad Men », sur The Star (consulté le 29 mars 2012)
  38. (en) James Poniewozik, « Mad Men: Watch Lucky Strike », sur Time,‎ 20 juillet 2007 (consulté le 28 mars 2012)
  39. a et b (en) Tim Goodman, « New York in 1960, when the Mad Men were in charge - and everything was about to change », sur The San Francisco Gate,‎ 18 juillet 2007 (consulté le 28 mars 2012)
  40. Azoulai 2011, p. 100
  41. (en) Avi Salzman, « Analyst: Mad Men Deal with Netflix Should Spur Lions Gate », sur Barrons,‎ 7 avril 2011 (consulté le 28 mars 2012)
  42. (en) Mark Marino, « January Jones: 'Mad Men' doesn't pay well », sur CCN Entertainment - The Marquee Blog,‎ 8 avril 2011 (consulté le 28 mars 2012)
  43. a et b Azoulai 2011, p. 68
  44. (en) Craig Tomashoff, « Credits Check », TV Guide,‎ 18 octobre 2010
  45. Pierre Langlais, « La génie du générique », Télérama,‎ 22 août 2012
  46. « Imaginary Forces - Mad Men », sur imaginaryforces.com, Imaginary Forces (consulté le 7 octobre 2012)
  47. Azoulai 2011, p. 12
  48. a et b (en) Alessandra Stanley, « Mad Men: Smoking, Drinking, Cheating and Selling », sur The New York Times,‎ 17 juillet 2007 (consulté le 29 mars 2012)
  49. (en) Andy Dehnart, « Mad Men: characters soften difficult themes », sur MSNBC,‎ 12 août 2008 (consulté le 29 mars 2012)
  50. (en) Bernie Heidkamp, « New Mad Men TV Show Uses the Past to Reveal Racism and Sexism of Today », sur Alternet,‎ 24 août 2007 (consulté le 29 mars 2012)
  51. Épisode Smoke Gets In Your Eyes, premier épisode de la première saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 19 juillet 2007 sur la chaîne AMC. Autres crédits : Réal. : Alan Taylor ; Scén. : Matthew Weiner.
  52. Épisode Tomorrowland, treizième épisode de la quatrième saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 17 octobre 2010 sur la chaîne AMC. Autres crédits : Réal. : Matthew Weiner ; Scén. : Jonathan Igla et Matthew Weiner.
  53. (en) Coeli Carr, « Television's Booze Hounds: Mad Men Explores Alcoholism », sur ABC News,‎ 13 septembre 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  54. (en) Matt Zoller, « Mad Men Mondays: ‘Waldorf Stories’ », sur The New Republic,‎ 30 août 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  55. (en) Missy Schwartz, « Mad Men Explained: A - Adultery », sur Entertainment Weekly,‎ 17 octobre 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  56. (en) Aisha Harris, Chris Kirk et Natalie Matthews-Ramo, « Introducing the Mad Men Scorecard », sur Slate,‎ 26 mars 2012 (consulté le 29 mars 2012)
  57. (en) Marie Wilson, « Sexism in Mad Men: What has (and hasn't) Changed », sur The Washington Post,‎ 19 octobre 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  58. (en) Gregory Rodriguez, « The Mad Men mystique », sur The Los Angeles Times,‎ 10 octobre 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  59. (en) Nelle Engoron, « Why Mad Men is bad for women », sur Salon,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  60. (en) Aviva Dove-Viebahn, « 1964: Is It a New Age for the Women of Mad Men? », sur Ms. Magazine,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  61. (en) Melissa Witkowski, « It's still a Mad Men world », sur The Guardian,‎ 2 février 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  62. (en) Zennie Abraham, « Mad Men: The Suitcase – Don Draper Is A Racist, Deal With It », sur The San Francisco Gate,‎ 7 septembre 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  63. (en) Tamara Winfrey Harris, « Mad Men and Society's Race Problem », sur Change.org,‎ 28 septembre 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  64. (en) Latoya Peterson, « Why Mad Men Is Afraid of Race », sur Slate,‎ 13 août 2009 (consulté le 9 avril 2012)
  65. (en) Michael Ross, « The Other Mad Men », sur The Root,‎ 8 août 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  66. (en) « The Root's Mad Men Black-People Counter », sur The Root,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  67. (en) Tanner Colby, « Mad Men and Black America », sur Slate.com,‎ 14 mars 2012 (consulté le 9 avril 2012)
  68. Bérengère Viennot [Traductrice], « Mad Men, la non-série noire I/II [Traduction de l'article en anglais »], sur Slate.fr,‎ 25 mars 2012 (consulté le 9 avril 2012)
  69. Épisode New Amsterdam, quatrième épisode de la première saison de la série Mad Men. Diffusé pour la première fois le 9 août 2007 sur la chaîne AMC. Autres crédits : Réal. : Tim Hunter ; Scén. : Lisa Albert.
  70. (en) « Mad Men Gives O'Hara a Boost », sur Publishers Weekly (consulté le 29 mars 2012)
  71. Xavier Boissel, « La marchandise mise à nu par ses célibataires, même : brèves scolies sur Mad Men », revue littéraire et philosophique Inculte, no 19, mai 2010, pp. 168-185.
  72. (en) Tim Goodman, « TV review: Identity key as Mad Men starts », sur The San Francisco Gate,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  73. (en) Ruth Franklin, « The Mad Men Revolution », sur The New Republic,‎ 30 novembre 2011 (consulté le 9 avril 2012)
  74. (en) Ryan Lambie, « Why Mad Men is the best show on television », sur Den of Geek,‎ 10 juin 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  75. « Programmes de TSR1 », sur TSR (consulté le 7 décembre 2010)
  76. (en) Robert Seidman, « Overnight Nielsen Ratings for Mad Men Premiere Up Over 100%! », sur TV by the Number,‎ 28 juillet 2008 (consulté le 29 mars 2012)
  77. (en) « Mad Men drops sharply in second episode », sur The Hollywood Reporter,‎ 5 août 2008 (consulté le 25 mars 2013)
  78. (en) « Mad Men Season Finale Draws 1.75 Mil. Viewers », sur Broadcasting Cable,‎ 27 octobre 2008 (consulté le 7 novembre 2013)
  79. (en) Robert Seidman, « Mad Men season 3 premiere snares series-highs », sur TV by the Number,‎ 17 août 2009 (consulté le 29 mars 2012)
  80. (en) Robert Seidman, « Sons of Anarchy still riding high; SOA beats "FOA" episode of South Park; crushes Mad Men season finale with adults 18-49 », sur TV by the Number,‎ 10 novembre 2009 (consulté le 7 novembre 2013)
  81. (en) R. Thomas Umstead, « Mad Men Delivers 2.9 Million Viewers In Season Four Premiere », sur Multichannel,‎ 18 juillet 2010 (consulté le 7 novembre 2013)
  82. (en) Anthony Crupi, « Mad Men Premiere Strikes Highest Ratings », sur MediaWeek,‎ 27 juillet 2010 (consulté le 29 mars 2012)
  83. (en) Robert Seidman, « Sunday Cable Ratings: Kardarshians Lead; ‘Mad Men’ Finale Up; ‘Rubicon’ Finale Down; ‘Boardwalk Empire,’ ‘Sonny with a Chance’ & Much More », sur TV by the Number,‎ 19 octobre 2010 (consulté le 7 novembre 2013)
  84. (en) « 2010 Year in Review/2011 Year in Preview: AMC », sur The Futon Critic,‎ 24 janvier 2011 (consulté le 7 novembre 2013)
  85. a et b (en) Amanda Kondolojy, « Season Five Premiere Is Most Watched Episode of Mad Men ever », sur TV by the Numbers,‎ 26 mars 2012 (consulté le 29 mars 2012)
  86. (en) Sara Bibel, « Season Five of 'Mad Men' Has Most Watched Season Finale in Series History », sur TV by the Numbers,‎ 11 juin 2012 (consulté le 7 novembre 2013)
  87. (en) « Season Five of "Mad Men" Is the Most Watched Season to Date », sur The Futon Critic,‎ 11 juin 2012 (consulté le 7 novembre 2013)
  88. (en) Amanda Kondolojy, « Sunday Cable Ratings: 'Game of Thrones' Wins Night + 'Real Housewives of Atlanta', 'Kourtney & Kim Take Miami', 'Vikings', 'Mad Men' & More », sur TV by the Numbers,‎ 8 avril 2013 (consulté le 13 avril 2013)
  89. (en) Sara Bibel, « Sunday Cable Ratings: 'Skywire Live' Wins Night, 'True Blood', 'Falling Skies', 'Mad Men', 'Drop Dead Diva' & More », sur TV by the Numbers,‎ 25 juin 2013 (consulté le 7 novembre 2013)
  90. (en) « Q2 in Review: How 436 Original Primetime Cable Series Fared in the Ratings », sur The Futon Critic,‎ 8 juillet 2013 (consulté le 7 novembre 2013)
  91. (en) Kimberly Nordyke, « AMC Mad about ratings for series bow », sur Reuters,‎ 20 juillet 2007 (consulté le 9 avril 2012)
  92. a et b (en) Marisa Guthrie, « Final: Mad Men Ratings for Season Two: July 2008 - October 2008 », sur Broadcasting & Cable,‎ 27 octobre 2008 (consulté le 9 avril 2012)
  93. (en) James Hibberd, « Mad Men drops sharply in second episode », sur The Hollywood Reporter,‎ 5 août 2008 (consulté le 9 avril 2012)
  94. (en) James Poniewozik, « Maybe AMC Can Get a $10 Million Refund », sur Time Entertainment,‎ 6 août 2008 (consulté le 9 avril 2012)
  95. (en) Marisa Guthrie, « Mad Men Season Finale Draws 1.75 Mil. Viewers », sur Broadcasting & Cable,‎ 27 octobre 2008 (consulté le 9 avril 2012)
  96. (en) James Hibberd, « Nielsen's Top 10 TV Shows of 2009 », sur The Hollywood Reporter,‎ 11 décembre 2009 (consulté le 9 avril 2012)
  97. (en) Kiran Aditham, « Mad Men Premiere Sets AMC Ratings Record », sur Agency Spy,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 9 avril 2012)
  98. Citation originale : « For each of the five Mad Men seasons Matthew Weiner and his team have crafted a beautifully told story and each season a larger audience has responded; a rare accomplishment. We couldn’t be more proud of this program, the brilliant writers, cast and crew, and the entire team on each side of the camera. »
  99. (en) Jeff Nilsson, « Mad Men — If It’s Not Nostalgia, What Is It? », sur The Saturday Evening Post,‎ 19 juillet 2007 (consulté le 10 avril 2012)
  100. (en) « AFI Awards 2007 », sur l'American Film Institute (consulté le 10 avril 2012)
  101. (en) « AFI Awards 2008 », sur l'American Film Institute (consulté le 10 avril 2012)
  102. (en) « AFI Awards 2009 », sur l'American Film Institute (consulté le 10 avril 2012)
  103. (en) « AFI Awards 2010 », sur l'American Film Institute (consulté le 10 avril 2012)
  104. (en) « AMC SCORES FIRST-EVER TCA AWARDS WITH TOP HONORS », sur The Television Critics Association (consulté le 10 avril 2012)
  105. (en) « AMC scores first-ever TCA Awards with top honors », sur The Television Critics Association (consulté le 10 avril 2012)
  106. (en) « Best TV Shows of 2007 - TV Critic Top Ten Lists », sur Metacritic (consulté le 10 avril 2012)
  107. (en) « Mad Men: Season 1 », sur Metacritic (consulté le 10 avril 2012)
  108. (en) « Mad Men: Season 2 », sur Metacritic (consulté le 10 avril 2012)
  109. (en) « Mad Men: Season 3 », sur Metacritic (consulté le 10 avril 2012)
  110. (en) « Mad Men: Season 4 », sur Metacritic (consulté le 10 avril 2012)
  111. Citation originale : « Stylized, visually arresting [...] an adult drama of introspection and the inconvenience of modernity in a man's world. »
  112. Citation originale : « Unsentimental portrayal of complicated 'whole people' who act with the more decent 1960 manners America has lost, while also playing grab-ass and crassly defaming subordinates. »
  113. (en) Doug Elfman, « Mad Men behaving badly – and honestly », sur The Chicago Sun-Times,‎ 19 juillet 2007 (consulté le 10 avril 2012)
  114. Citation originale : « Play is part of work, sexual banter isn't yet harassment, and America is free of self-doubt, guilt, and countercultural confusion »
  115. (en) Ken Tucker, « Mad Men », sur Entertainment Weekly,‎ 13 juillet 2007 (consulté le 10 avril 2012)
  116. (en) Mary Mcnamara, « Back when men were Mad Men », sur The Los Angeles Times,‎ 19* juillet 2007 (consulté le 10 avril 2012)
  117. (en) « Mad Man » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-25
  118. (en) Mark Greif, « You’ll Love the Way It Makes You Feel », sur London Review of Books,‎ 23 octobre 2008 (consulté le 29 mars 2012)
  119. (en) Lynn Smith, « Mad Men and Jack Daniel's: Bad mix? », sur The Los Angeles Times,‎ 21 juin 2007 (consulté le 29 mars 2012)
  120. (en) Chris Erikson, « Remembering the days whan a business lunch came in a highball glass », sur The New York Post,‎ 27 août 2007 (consulté le 29 mars 2012)
  121. L'effet Mad Men (doc.). Diffusé sur Canal+ le 9 septembre 2010.
  122. (en) [vidéo] A-Holes: Pitch Meeting, Hulu [Vidéo disponible uniquement aux États-Unis]
  123. (en) [vidéo] Don Draper's Guide to Picking Up Women, Hulu [Vidéo disponible uniquement aux États-Unis]
  124. (en) "Mad Men" makes a splash bigger than its ratings, USA Today
  125. (en) « Mad Men's product placement museum », Metronews

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications en français :

  • Rod Carveth et James B. South (trad. Elsa Ganem), Mad Men : Le rêve américain [« Mad Men and Philosophy: Nothing Is As It Seems »], Paris, Original Books,‎ 11 avril 2011, 288 p. (ISBN 2361640198, résumé)
  • Jerry della Femina (trad. Dominique Letellier), Le dernier des Mad Men [« From Those Wonderful Folks Who Gave You Pearl Harbor (The Mad Men Classic): Front-line Dispatches from the Advertising War »], Paris, Florent Massot,‎ 12 mai 2011, 360 p. (ISBN 2916546936, résumé)
  • Nathalie Azoulai, Mad Men : Un art de vivre, Paris, La Martinière,‎ 26 mai 2011, 144 p. (ISBN 2732446785, résumé) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Publications en anglais :

Publication évoquée dans la série :

Liens externes[modifier | modifier le code]