Jeux olympiques d'été de 1968

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de 1968.
Jeux olympiques d'été de 1968
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau du Mexique Mexique
Ville hôte Mexico
Date Du 12 au 27 octobre 1968
Ouverture officielle par Gustavo Díaz Ordaz
Président mexicain
Participants
Pays 113
Athlètes 6 059
(5 215 masc. et 844 fém.)
Compétition
Nombre de sports 18
Nombre de disciplines 12
Épreuves 172
Symboles
Serment olympique Pablo Garrido
Athlète mexicain
Flamme olympique Norma Enriqueta Basilio de Sotelo
Athlète mexicaine
Mascotte Pas de mascotte
Précédent 1964 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 1972 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 1968, Jeux de la XIXe olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Mexico, au Mexique, du 12 au 27 octobre 1968.

Ces Jeux de 1968, les premiers organisés dans un pays en voie de développement, furent fortement marqués par les événements politiques. Ouverts sous la protection de l'armée suite au massacre de Tlatelolco au cours duquel des étudiants furent tués par la police et l'armée mexicaine, ils se poursuivirent par des gestes de protestation exécutés contre la ségrégation raciale en vigueur aux États-Unis.

112 pays et 5 516 athlètes (4735 hommes et 781 femmes) prirent part à 172 compétitions sportives dans 18 sports.

L'altitude de Mexico, située à 2 200 mètres, posa des problèmes de respiration à de nombreux athlètes, mais contribua par ailleurs à des performances sportives exceptionnelles.

Élection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1968 à la ville de Mexico au cours de la 60e session du 18 octobre 1963 à Baden-Baden. Les villes de Détroit, Buenos Aires et Lyon avaient aussi présenté leur candidature pour organiser ces jeux.

Résultats officiels du scrutin
Villes Pays Tour 1
Mexico Drapeau du Mexique Mexique 30
Détroit Drapeau des États-Unis États-Unis 14
Lyon Drapeau de la France France 12
Buenos Aires Drapeau de l’Argentine Argentine 2

Contexte politique[modifier | modifier le code]

L'année 1968 est marquée par une multitude d'événements politiques majeurs. Le pasteur Martin Luther King est assassiné le 4 avril et Bob Kennedy le 6 juin. Le 20 août, les chars soviétiques pénètrent dans Prague. Par ailleurs, la guerre du Viêt Nam fait rage pendant qu'un conflit au Nigeria provoque un véritable génocide au Biafra.

Mais les deux événements qui marqueront le contexte de ces Jeux olympiques de Mexico resteront le massacre de Tlatelolco par l'armée mexicaine commis quelques jours avant la cérémonie d'ouverture, et la protestation contre la ségrégation raciale des États-Unis par des sympathisants des Black Panthers.

Massacre de Tlatelolco[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacre de Tlatelolco.
Stelle commémorative Place des Trois Cultures à Mexico.

Le 2 octobre 1968, soit dix jours avant l'ouverture des Jeux olympiques, une fusillade éclate sur la place des Trois-Cultures de Mexico suite à une manifestation étudiante durement réprimée par l'armée mexicaine. Cette répression des autorités, appelée le massacre de Tlatelolco aura occasionnée selon les organisations des Droits de l'homme un bilan de victimes compris entre 200 et 300 morts (une vingtaine selon le gouvernement mexicain).

Avery Brundage, président du Comité international olympique, ne remet pas en cause le déroulement des jeux en déclarant quelques jours avant le début de la cérémonie d'ouverture : « Les jeux de la XIXe Olympiade, cet amical rassemblement de la jeunesse du monde, dans une compétition fraternelle, se poursuivront comme prévu… s'il y a des manifestations sur les sites olympiques, les compétitions seront annulées ». Les Jeux olympiques débuteront comme prévu le 12 octobre et se poursuivront dans une atmosphère pesante[1].

L'opinion générale formulée par les athlètes est de maintenir les Jeux olympiques, puisque les étudiants ne représentent pas un danger pour les sportifs.

Le poing levé des sympathisants Black Panthers[modifier | modifier le code]

Le 16 octobre 1968, une controverse éclata au terme de la finale masculine du 200 mètres. Les coureurs américains Tommie Smith[2] et John Carlos arrivés premier et troisième du 200 mètres protestent contre la ségrégation raciale aux États-Unis en baissant la tête et en pointant, lors de l'hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel, sur le podium de la remise des médailles.

Ce geste symbolique a été interprété comme la marque de leur soutien au mouvement politique afro-américain des Black Panthers et du Black power (pouvoir noir aux États-Unis). Ce geste fut déclaré scandaleux par le Comité international olympique, qui ordonna aux officiels américains de suspendre Smith et Carlos. Ces derniers seront par la suite exclus à vie des Jeux olympiques.

Lors de ces jeux de Mexico, les athlètes afro-américains, mais également une large majorité de leurs compatriotes blancs, portèrent sur leur veston un macaron portant l'inscription "Olympic project for human rights" (Projet olympique pour les droits humains). John Carlos déclara avant le début des jeux que les athlètes noirs d'Amérique ne boycotteront ni saboteront les jeux mais qu'ils réaffirmeront leur position contre l'injustice envers les Noirs. Après son geste, il déclara aux journalistes : "Après ma victoire, l'Amérique blanche dira que je suis Américain, mais si je n'avais pas été bon, elle m'aurait traité de Noir" (en anglais, negro signifie noir et n'a pas la connotation péjorative du français nègre qui est rendue par le terme nigger).

Quelques jours plus tard, les athlètes américains Lee Evans, Larry James et Ronald Freeman, ayant réalisé un triplé américain sur 400 mètres, montent sur le podium en portant un béret noir pour dénoncer le racisme dans leur pays.

Altitude et records[modifier | modifier le code]

La ville de Mexico située à 2 240 m d'altitude.

Le choix de Mexico pour accueillir les Jeux olympiques de 1968 fut controversé du fait de l'altitude élevée de la ville et des performances sportives qui en découlèrent.

Mexico est situé à plus de 2 200 mètres d'altitude, la pression partielle en oxygène étant inférieure de 25 % à celle d'une ville au niveau de la mer. Ceci peut avoir des répercussions diverses sur les performances sportives[3]. Lors de ces jeux de Mexico, plusieurs records du monde furent battus, notamment sur les courtes distance de sprint en athlétisme. C'est ainsi que les records du monde du 100 m, du 200 m et du 400 m masculins furent améliorés. Au saut en longueur, la performance de Bob Beamon (8,90 m soit 55 cm de plus que l'ancien record du monde) fut mise en corrélation avec les conditions atmosphériques.

La multiplication des performances fut également attribuée au revêtement synthétique en Tartan de la piste d'athlétisme qui fut mis en place pour la première fois lors de ces jeux. Par ailleurs, une partie des records du monde enregistrés le furent avec une vitesse de vent de 2 mètres par seconde, soit la limite légale homologuée[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Sites olympiques[modifier | modifier le code]

  • Stade olympique universitaire : Athlétisme, Football
  • Vélodrome olympique Agustín Melgar : Cyclisme
  • Salle d'Escrime Fernando Montes : Escrime
  • Palais des sports Juan Escutia : Basket-ball
  • Stade Municipal : Hockey sur gazon
  • Auditorium national : Gymnastique
  • Campo Marte : Équitation
  • Stade Azteca : Football
  • Piscine olympique Francisco Márquez : Natation, Plongeon, Water-polo
  • Piscine de la cité universitaire : Water polo
  • Gymnase olympique Juan de la Barrera : Volleyball
  • Arena México : Boxe
  • Théâtre des insurgents : Haltérophilie
  • Insurgents Ice Rink : Lutte
  • Salle de tir Vicente Suárez : Tir
  • Camp Militaire Lomas de Sotelo district : Pentathlon moderne
  • Piste olympique Virgilio Uribe, Xochimilco : Aviron, Canoë-kayak
  • À l'extérieur de Mexico, les épreuves de Football ont eu lieu à Puebla, Guadalajara et León. Les régates de Voile se sont déroulées à Acapulco.

Cérémonie d'ouverture[modifier | modifier le code]

La cérémonie d'ouverture se déroule le 12 octobre 1968 au Stade olympique universitaire de Mexico sous les yeux de 80 000 spectateurs, dont le président du Mexique, Gustavo Díaz Ordaz qui déclarera l'ouverture officielle de ces Jeux olympiques. Pour la première fois, la flamme olympique est allumée par une femme : la championne mexicaine d'athlétisme et spécialiste du 400 mètres Norma Enriqueta Basilio de Sotelo.

Contrôles anti-dopage[modifier | modifier le code]

Pour la première fois, le Comité international olympique décide d'instituer des contrôles antidopage lors des Jeux olympiques. C'est ainsi que quotidiennement, dans cinq compétitions, cinquante tests sont effectués, notamment des prélèvement urinaires des six premiers de chaque épreuve individuelle. Au total, 667 athlètes seront contrôlés et un seul cas de dopage sera avéré, celui du pentathlonien suédois Hans-Gunnar Liljenvall dont des traces d'alcool furent découvertes dans son sang[5].

En outre, avant la compétition, des contrôles de féminité furent effectués par des médecins.

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Pays participants en 1968.
  •      Pays participant pour la première fois.
  •      Pays ayant déjà participé.

112 nations étaient présentes aux Jeux olympiques de 1968. 12 d'entre elles ont fait leur première apparition à Mexico :, la Barbade, Belize, la Guinée, le Honduras, les Îles Vierges américaines, le Koweït, le Nicaragua, le Paraguay, la République centrafricaine, le Salvador, la Sierra Leone et le Suriname.

Par ailleurs, pour la première fois[6], l'Allemagne est scindée en deux délégations : l'Allemagne de l'est et l'Allemagne de l'Ouest.

Par ailleurs alors que le gouvernement sud-africain de John Vorster, avait pourtant abrogé la législation d'apartheid interdisant des équipes sportives multi-raciales pour permettre à l'Afrique du Sud d'être admise à ces jeux olympiques d'été de 1968[7]. Le CIO a dû retirer l'invitation qu'il avait faite à l'Afrique du Sud devant les menaces de boycotts de nombreux pays africains[8].

Les 112 délégations participantes
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
25 pays 31 pays 23 pays 30 pays 3 pays

Compétition[modifier | modifier le code]

Sports et résultats[modifier | modifier le code]

18 sports[9] et 172 épreuves figurent au programme de ces jeux de 1968. La pelote basque et le tennis sont en démonstration.

  • Swimming pictogram.svg Sports aquatiques
Swimming pictogram.svg Natation (29)
Diving pictogram.svg Plongeon (4)
Water polo pictogram.svg Water-polo (1)

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Athlétisme
Résultats détaillés
L'Américain Al Oerter[10] gagne sa 4e médaille d'or consécutive dans l'épreuve du disque. Il est le deuxième athlète à atteindre ce record. Tommie Smith est le premier homme à passer sous la barre des 20 secondes sur l'épreuve du 200 m, réalisant un temps de 19"83. Bob Beamon[11] réalise un bond au saut en longueur de 8,90 m, il bat de 55 cm le record mondial de l'époque. Les américains Jim Hines et Lee Evans établissent des records mondiaux aux épreuves du 100 m et 400 m, respectivement en 9"95 et 43"86, temps qui resteront longtemps sans être améliorés. Pour la première fois, les huit finalistes du 100 mètres messieurs sont de couleur. Dick Fosbury[12] remporte la médaille d'or du saut en hauteur en utilisant sa technique appelée Fosbury flop, laquelle est devenue la plus utilisée puis la référence. L'Américaine Wyomia Tyus remporte pour la deuxième olympiade consécutive le titre du 100 mètres. Naftali Temu, vainqueur du 10 000 m, est le premier Kenyan champion olympique. Le Tanzanien John Stephen Akhwari devient internationalement célèbre après avoir fini le marathon à la dernière place malgré son genou déboité. Il se blesse grièvement mais termine malgré tout l'épreuve en boitillant, il franchi la ligne d'arrivée plus d'une heure après tous les autres marathoniens. À l'arrivée, Akhwari déclare : « Mon pays ne m'a pas envoyé à 10 000 km de chez moi pour prendre le départ d'une course, mais pour la finir ».

Aviron
Résultats détaillés

Basket-ball
Résultats détaillés
L'Américain George Foreman, futur champion du monde professionnel, remporte le titre olympique des super-lourds.

Boxe
Résultats détaillés

Canoë-kayak
Résultats détaillés

Cyclisme
Résultats détaillés
La France remporte 5 médailles sur les sept épreuves au programme, grâce notamment à Pierre Trentin et Daniel Morelon.

Équitation
Résultats détaillés

Escrime

Résultats détaillés
Le sabreur soviétique Viktor Sidjak remporte son premier titre olympique, début d'une série qui s'achèvera en 1980.

Football
Résultats détaillés

Gymnastique
Résultats détaillés
La gymnaste tchèque Věra Čáslavská[13] gagne le cœur de la foule mexicaine et 4 médailles d'or. Après l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie deux mois avant les Jeux elle fut contrainte de se cacher durant trois semaines. Chez les hommes, le Japonais Sawao Kato remporte quatre médailles olympiques, dont trois d'or.

Haltérophilie
Résultats détaillés

Hockey sur gazon
Résultats détaillés

Lutte
Résultats détaillés

Natation
Résultats détaillés
L'Américaine Debbie Meyer[14] devient la première nageuse à emporter 3 médailles individuelles aux Jeux olympiques en s'imposant sur le 200 m, 400 m et 800 m nage libre. Sur le 200 m masculin, l'Australien Mike Wenden, déjà vainqueur du 100 m, bat Don Schollander dont c'était la dernière course.

Pentathlon moderne
Résultats détaillés

Tir
Résultats détaillés

Voile
Résultats détaillés

Volley-ball
Résultats détaillés

Pelote basque
Résultats détaillés
La pelote basque était également présente pour la première fois lors de ces JO et une médaille d'or a été remportée par un Basque originaire de Saint-Jean-de-Luz, Joseph Berrotaran, un remplaçant de l'équipe basque de pelote. Âgé de 20 ans, il remporta un médaille d'or et devint le premier champion olympique de pelote basque[15]. L'ambiance au début des rencontres de pelote n'étant pas du tout bonne, le groupe de chant basque Arrantzaleak avait été envoyé par la commission olympique au Mexique pour mettre de l'ambiance dans les lieux de compétition de la pelote en chantant de nombreux chant basques.

Records de médailles[modifier | modifier le code]

Sportifs les plus médaillés aux Jeux de Mexico en 1968
Athlète Pays Sport médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Věra Čáslavská Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Gymnastique 4 2 0 6
Akinori Nakayama Drapeau du Japon Japon Gymnastique 4 1 1 6
Charles Hickcox Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 3 1 0 4
Sawao Kato Drapeau du Japon Japon Gymnastique 3 0 1 4
Deborah Meyer Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 3 0 0 3

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Tableau des médailles officiel[16]
Rang Pays / Équipe médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
1 Drapeau des États-Unis États-Unis 45 28 34 107
2 Drapeau de l'URSS Union soviétique 29 32 30 91
3 Drapeau du Japon Japon 11 7 7 25
4 Drapeau de la Hongrie Hongrie 10 10 12 32
5 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 9 9 7 25
6 Drapeau : France France 7 3 5 15
7 Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 7 2 4 13
8 Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 5 11 10 26
9 Drapeau de l'Australie Australie 5 7 5 17
10 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 5 3 13
11 Drapeau de la Pologne Pologne 5 2 11 18
12 Roumanie Roumanie 4 6 5 15
13 Drapeau de l'Italie Italie 3 4 9 16
14 Drapeau du Kenya Kenya 3 4 2 9
15 Drapeau du Mexique Mexique 3 3 3 9
16 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 3 3 2 8
17 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 3 3 1 7
18 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 2 4 3 9
19 Drapeau de l'Iran Iran 2 1 2 5
20 Drapeau de la Suède Suède 2 1 1 4
21 Drapeau de la Turquie Turquie 2 0 0 2
22 Drapeau du Danemark Danemark 1 4 3 8
23 Drapeau du Canada Canada 1 3 1 5
24 Drapeau de la Finlande Finlande 1 2 1 4
25 Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie 1 1 0 2
Drapeau de la Norvège Norvège 1 1 0 2
27 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 0 2 3
28 Drapeau de la Tunisie Tunisie 1 0 1 2
29 Drapeau du Venezuela Venezuela 1 0 0 1
Drapeau du Pakistan Pakistan 1 0 0 1
31 Drapeau de Cuba Cuba 0 4 0 4
32 Drapeau de l'Autriche Autriche 0 2 2 4
33 Drapeau de la Suisse Suisse 0 1 4 5
34 Drapeau de la Mongolie Mongolie 0 1 3 4
35 Drapeau du Brésil Brésil 0 1 2 3
36 Drapeau de la Belgique Belgique 0 1 1 2
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 0 1 1 2
Drapeau de l'Ouganda Ouganda 0 1 1 2
39 Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 0 1 0 1
Drapeau du Cameroun Cameroun 0 1 0 1
41 Drapeau de l’Argentine Argentine 0 0 2 2
42 Drapeau de la Grèce Grèce 0 0 1 1
Drapeau de l'Inde Inde 0 0 1 1
Drapeau de la République de Chine Taïwan 0 0 1 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Jeux ne pourront se dérouler que grâce à l’appui policier et militaire, ce qui prouve bien que l’olympisme n’est devenu qu’un jeu d’intérêts et de prestige consolidant le système répressif de tous les États ». Le Monde, 28 septembre 1968 cité par Michel Caillat, Jean-Marie Brohm, Les Dessous de l’olympisme, Paris, Éditions La Découverte, 1984, p. 93.
  2. (en) Site consacré à Tommy Smith
  3. http://www.volodalen.com/13physiologie/altitude.htm Physiologie : effets de l'altitude
  4. L'Équipe, D'Athènes à Athènes: Tome II - 1964-2004, p. 306 ss.
  5. Liste des sportifs dopés aux Jeux olympiques
  6. De 1956 à 1964, les deux Allemagne disputait les Jeux olympiques sous une seule bannière, l'équipe unifiée d'Allemagne
  7. www.time.com/time/magazine/article/0,9171,941074,00.html : South Africa Touch of Sweet Reasonableness, 31 mars 1967
  8. www.time.com/time/magazine/.../0,9171,900012,00.html : The Olympics : Boycotting South Africa, 8 mars 1968
  9. Le Judo, disputé en 1964, ne fait pas partie des sports au programme des Jeux olympiques de 1968
  10. Fiche d'Al Oerter sur le site du CIO
  11. Fiche de Bob Beamon sur le site du CIO
  12. Fiche de Dick Fosbury sur le site du CIO
  13. Fiche de Věra Čáslavská sur le site du CIO
  14. Fiche de Debbie Meyer sur le site du CIO
  15. Un trinquet de poches pour grands champions
  16. Source CIO 1968

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :