Drapeau olympique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le drapeau olympique

Le drapeau olympique est l'un des symboles des Jeux olympiques modernes, consistant en un drapeau formé de cinq anneaux de couleurs différentes (bleu, noir, rouge, jaune, et vert), entrelacés sur un fond blanc, afin de représenter l'universalité de l'olympisme.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Les 5 anneaux entrelacés représentent les cinq continents unis par l’olympisme, et les six couleurs (en comptant le blanc en arrière-plan) représentent toutes les nations, car au moins l’une de ces couleurs était présente dans le drapeau de chaque pays, du moins à l'époque de sa création (1913). Ainsi ce drapeau est le symbole de l’universalité de l’esprit olympique. L'interprétation courante qui associe un continent à chaque couleur des anneaux (le bleu représenterait l'Europe, le noir l'Afrique, le jaune l'Asie, le vert l'Océanie et le rouge l'Amérique) est fausse, puisque les couleurs se réfèrent aux couleurs des drapeaux trouvés sur les cinq continents[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Conçu en 1913 par Pierre de Coubertin, qui rénova les Jeux olympiques, il fut présenté officiellement au congrès olympique de Paris en juin 1914. Mais c’est seulement en 1920 aux Jeux d’Anvers qu’on le verra flotter pour la première fois, car à cause de la Première Guerre mondiale, les Jeux de 1916, prévus à Berlin, n’eurent pas lieu.

Le baron Pierre de Coubertin expliquait lui-même : « Le drapeau olympique, on le sait, est tout blanc avec, au centre, cinq anneaux enlacés : bleu, jaune, noir, vert, rouge ; l’anneau bleu en haut et à gauche à côté de la hampe. Ainsi dessiné, il est symbolique ; il représente les cinq parties du monde unies par l’Olympisme et ses cinq couleurs d’autre part reproduisent celles de tous les drapeaux nationaux qui flottent à travers l’univers de nos jours. » Coubertin, Textes choisis, II, p. 470, 1931.

Cérémonie[modifier | modifier le code]

Le drapeau olympique pendant les JO Atlanta 1996

Durant la cérémonie d’ouverture, le drapeau fait son entrée dans le stade porté horizontalement par des athlètes, avant d'être hissé à un mât. Comme la flamme olympique qui brûle durant toute la durée des jeux, le drapeau flotte dans le stade jusqu’à la cérémonie de clôture au cours de laquelle il est abaissé et remis au maire de la ville organisatrice des jeux suivants.

Détournement[modifier | modifier le code]

Pour les Jeux de 2008, qui se sont tenus à Pékin, l'association Reporters sans frontières a détourné le drapeau olympique en remplaçant le fond blanc par un fond noir, et les anneaux par des menottes, symboles de ce que l'association considère comme des atteintes aux Droits de l'homme en République populaire de Chine, pour protester contre ce régime. RSF a également appelé les athlètes qui ont participé à cette édition des Jeux, les journalistes qui l'ont couverte, et les spectateurs qui y ont assisté, à porter l'un des cinq badges créés par l'association, chacun reprenant la forme et l'une des couleurs des anneaux olympiques, et dans lesquels sont inscrits les sinogrammes désignant la liberté[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CIO, « Quelle est la signification des anneaux olympiques ? », sur http://www.olympic.org/fr/ (consulté le 11/11/2014)
  2. "Liberté" : le badge pour dénoncer les violations des droits de l’homme en Chine pendant les JO, sur le site de Reporters sans frontières.