John Carlos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlos.
John Carlos Portail athlétisme
John Carlos 07.jpg
John Carlos en 2011
Informations
Disciplines 200 m
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Naissance 5 juin 1945 (69 ans)
Lieu New York
Distinctions
Élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 2003
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 1
Jeux panaméricains 1 0 0

John Wesley Carlos (né le 5 juin 1945 à New York) est un athlète américain qui remporta la médaille de bronze sur le 200 m lors des Jeux olympiques d'été de 1968[1]. Il est resté célèbre pour avoir protesté avec son compatriote Tommie Smith et l'australien Peter Norman contre les discriminations dont étaient victimes les Noirs aux États-Unis sur le podium du 200 m des Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Harlem (New York), John Carlos est un athlète et un étudiant doué. En raison de ses qualités athlétiques, il reçoit une bourse pour l'East Texas State University. Grâce à lui, ETSU gagne son premier championnat de la Lone Star Conference. Après sa première année, Carlos part étudier à San Jose State College où il est entrainé par l'entraîneur Llyod (Bud) Winter, futur membre du Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis.

En 1967, John Carlos participe à la fondation du Olympic Project for Human Rights (OPHR), créé à l'origine pour organiser un boycott de Jeux olympiques de 1968 à Mexico. Sur le plan sportif, il remporte le titre du 200 m des Jeux panaméricains de Winnipeg dans le temps de 20 s 5[2].

Lors des sélections américaines pour les Jeux olympiques, Carlos remporte le 200 m à la surprise générale en battant le détenteur du record du monde Tommie Smith. Il court en 19 s 92 et améliore le record du monde de trois dixièmes de seconde. Cependant, le record ne fut jamais homologué car Carlos courait avec des chaussures à pointes qui ne sont pas acceptées à l'époque. La course permet cependant son émergence en tant que sprinter de classe mondiale.

Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico[modifier | modifier le code]

Suite à sa troisième place derrière son compatriote Tommie Smith et l'australien Peter Norman lors du 200 mètres des Jeux olympiques de Mexico[3], Carlos et Smith deviennent célèbres en tendant leur poings gantés de noir afin de symboliser l'unité du peuple noir à la cérémonie de remise des médailles le 16 octobre 1968[1]. Les deux athlètes montent sur le podium en chaussettes noires sans chaussures afin de dénoncer la pauvreté des Noirs aux États-Unis[1]. Tommie Smith porte un foulard au cou et John Carlos un collier en référence aux lynchages des Noirs dont ceux du Sud ont été très longtemps victimes[1]. En signe de soutien, Peter Norman, un athlète blanc, porte un badge de l'OPHR. Les trois athlètes sont hués par les spectateurs[1].

Le président du CIO, Avery Brundage, déclare qu'une protestation concernant la politique intérieure d'un pays n'a pas sa place au sein d'un évènement apolitique tel que les Jeux olympiques. En réponse à leur action, il ordonne que Smith et Carlos soient suspendus de l'équipe américaine et bannis du village olympique. Les deux athlètes seront suspendus puis exclus à vie des Jeux Olympiques[4]. Suite à ce geste, les deux hommes recevront des menaces de mort contre eux et leur famille.

Après 1968[modifier | modifier le code]

Carlos connaît sa meilleure année en 1969 : il égale le record du monde du 100 yards (91,4 m) en 9,1 secondes à Fresno[5], gagne la course des 220 mètres des championnats de l'AAU[6] et permet à San Jose State University de gagner son premier championnat de la NCAA avec des victoires lors des 100 et 220 mètres et en participant au relais 4 × 110 mètres[7]. Il établit les records du monde en salle des 60 yards (5,9 secondes) et 220 mètres (20,2 s).

Après avoir arrêté l'athlétisme, Carlos joue au football américain dans la NFL avec les Eagles de Philadelphie, mais une blessure au genou met fin à cet épisode au bout d'une année seulement. Il joue ensuite au football canadien dans la Ligue canadienne de football avec les Alouettes de Montréal et les Argonauts de Toronto pendant une année chacune. Après sa retraite du football, Carlos travaille pour Puma, le comité olympique américain et la ville de Los Angeles.

En 1977[réf. nécessaire], sa femme se suicide[1]. En 1985, John Carlos devient conseiller, responsable des suspensions et entraîneur de l'équipe d'athlétisme dans une école secondaire de Palm Springs en Californie. En 2003, il est élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis[8].

En 2005, une statue montrant Carlos et Smith sur le podium fut érigée sur le campus de San Jose State University[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve
1967 Jeux panaméricains Winnipeg 1er 200 m
1968 Jeux olympiques Mexico 3e 200 m

National[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Performance Lieu Date
100 yards 9 s 1 (RM) Fresno 10 mai 1969
100 m 10 s 0 1968
200 m 19 s 92 (+1,9 m/s) Echo Summit 12 septembre 1968

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Des amis de trente-huit ans et 20 secondes, Annick Cojean, Le Monde, 18 novembre 2006
  2. (en) « Résultats des Jeux panaméricains de 1967 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 18 novembre 2011)
  3. (en) « Résultats des Jeux olympiques de 1968 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 18 novembre 2011)
  4. http://www.rue89.com/2012/07/23/une-feministe-hyperactive-en-lutte-contre-les-jeux-olympiques-234081
  5. (en) « Progression du record du monde du 100 mètres », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 18 novembre 2011)
  6. (en) « Palmarès des Championnats de l'AAU », sur gbrathletics.com (consulté le 18 novembre 2011)
  7. (en) « Palmarès des Championnats NCAA d'athlétisme », sur gbrathletics.com (consulté le 18 novembre 2011)
  8. (en) « USATF Hall of fame - John Carlos », sur usatf.org (consulté le 18 novembre 2011)
  9. (en) John Crumpacker, « Olympic protest : Smith and Carlos Statue captures sprinters' moment », sur sfgate.com,‎ 18 octobre 2005 (consulté le 18 novembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :