Les Innocents (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Innocents.

Les Innocents

Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical pop
Années actives 1982-2000
depuis 2013
Labels Virgin Records
Site officiel lesinnocents.fr
Composition du groupe
Membres J. P. Nataf
J-C Urbain
Michael Rushton
Christopher Board
Bernard Viguié
Anciens membres Bertrand Sansonetti
Pierre Morin
Rico

Les Innocents est un groupe de pop français, fondé en 1982 à Paris par le chanteur et guitariste J. P. Nataf.

Le groupe connait un premier succès en 1987 avec le single Jodie. Ils sortent quatre albums studio entre 1987 et 1999. Les Innocents obtiennent le Bus d'Acier en 1992 et sont récompensés à trois reprises aux Victoires de la musique. Après leur séparation, J. P. Nataf entame une carrière solo, alors que Jean-Christophe Urbain compose pour d'autres artistes. En 2013, le groupe se reforme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Philippe Nataf (dit Jipé) fonde son premier groupe, Les Privés, avant de passer son bac[1]. Ils adoptent le nom Les Innocents en 1982 en hommage aux Clash[note 1]. Le groupe est composé de Nataf et Bertrand Sansonetti (dit Tramber) à la guitare, Rico à la basse et Pierre Morin à la batterie. Ils se produisent dans les salles de concert parisiennes comme Le Gibus et en 1985 réalisent Pamela, un 45 tours autoproduit[1]. Le groupe rencontre Jay Alanski, avec lequel ils réalisent une démo, qui sera présentée aux maisons de disques. En 1986, ils sont signés par Virgin, qui édite l'année suivante leur premier succès, le single Jodie. Vendu à 150 000 exemplaires, il se classe 34e du Top 50. Il est suivi par Et le temps n'attend pas en 1988. Jean-Christophe Urbain (dit Jean-Chri) rejoint Les Innocents en tant que claviériste à l'occasion de leur passage au Palace, puis remplace Bertrand Sansonetti lorsque le guitariste quitte le groupe[3].

En décembre 1988, après le départ du batteur Pierre Morin, ils rentrent en studio à Bruxelles avec le producteur britannique Paul Hardiman afin d'enregistrer leur premier album. Cent mètres au paradis est édité en 1989. Le trio donne plus d'une centaine de concerts acoustiques durant l'année, mais le disque se vend seulement à 16 000 exemplaires[1],[3]. Pour les fêtes de Noël, le groupe sort un EP 6-titres intitulé Saint Sylvestre, composé de reprises, dont le Merry Xmas Everybody (en) de Slade[1],[4].

Succès et récompenses[modifier | modifier le code]

Michael Rushton, ancien batteur de Baroque Bordello, est recruté en 1990[1]. Le 2e album des Innocents est enregistré l'année suivante. Les titres sont produits par Philippe Delettrez et mixés par Patrice Blanc-Francard. L'album Fous à lier, qui sort en 1992, est popularisé par le succès du single L'Autre Finistère[3]. Les Innocents reçoivent le Bus d'Acier. En 1994, ils sont récompensés lors des Victoires de la musique[1].

En 1995, les Innocents enregistrent l'album Post-Partum avec Dominique Blanc-Francard[1]. Rico, le bassiste du groupe, les quitte une fois le disque achevé. Les singles Un monde parfait, Colore, puis Dentelle en sont extraits et rencontrent le succès[3]. En 1996, ils entreprennent une tournée nationale et participent à la soirée des Enfoirés. La « Victoire du groupe » leur est décerné durant la cérémonie des Victoires de la musique[1],[3]. En 1999, les ventes des albums Fous à lier (1992) et Post-Partum (1995) atteignent respectivement 500 000 et 200 000 exemplaires[5].

Séparation[modifier | modifier le code]

Leur quatrième album, simplement intitulé Les Innocents, est enregistré aux Real World Studios avec le renfort de musiciens les accompagnant en tournée, Christopher Board aux claviers et Bernard Viguié remplaçant Rico à la basse. Comme J. P. Nataf, Jean-Christophe Urbain chante sur toutes ses compositions[5],[6]. Le disque est accueilli favorablement par la critique, mais ses ventes déçoivent. L'année suivante, le départ de Jean-Christophe Urbain entraîne l'annulation de leur tournée et la séparation du groupe[3]. Meilleurs souvenirs, une compilation de leurs singles, est éditée en 2003[7].

Reformation[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Plus de sucre, le premier album solo de J. P. Nataf, celui-ci renoue avec Jean-Christophe Urbain. Ils apparaissent ensemble sur scène et collaborent en 2009 sur Clair, le second album de Nataf[8]. En 2013, ils annoncent leur volonté de retravailler ensemble et composent plusieurs titres[9]. Le duo entreprend une tournée d'une douzaine de dates[10]. Ils annoncent la prochaine sortie d'un album sur le label Jive et la reformation des Innocents avec Michael Rushton, Christopher Board et Bernard Viguié[11].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

La musique des Innocents est influencée par la pop anglo-saxonne[6],[12]. Néanmoins, les deux compositeurs du groupe, J. P. Nataf et Jean-Christophe Urbain, ont choisi de chanter en français[4].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • J. P. Nataf (dit Jipé) : de 1982 à 2000, depuis 2013.
  • Jean-Christophe Urbain (dit Jean-Chri) : de 1988 à 2000, depuis 2013.
  • Michael Rushton : de 1990 à 2000, depuis 2013.
  • Christopher Board : de 1996 à 2000, depuis 2013.
  • Bernard Viguié : de 1996 à 2000, depuis 2013.

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Sansonetti (dit Tramber) : de 1982 à 1988.
    Sansonetti a sorti un album studio en 1991, intitulé Saint-Lazare, puis Live in Bagnolet en 1993.
  • Pierre Morin : de 1982 à 1988.
    Morin a sorti deux albums, La Fidélité mon amour en 1991 et Free vol en 1995.
  • Rico : de 1982 à 1995.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Best-of[modifier | modifier le code]

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Pamela
  • 1987 : Jodie
  • 1988 : Et le temps n'attend pas
  • 1989 : Les Innocents chantent Noël
  • 1989 : Cent mètres au paradis
  • 1989 : Saint Sylvestre
  • 1990 : Miss Monde pleure
  • 1991 : En tapant du poing
  • 1992 : Mon dernier soldat
  • 1992 : L'Autre Finistère
  • 1993 : Un homme extraordinaire
  • 1993 : Fous à lier
  • 1993 : Je vais à Bang Bang
  • 1995 : Un monde parfait
  • 1996 : Colore
  • 1996 : Des jours adverses
  • 1996 : Dentelle
  • 1997 : Raide raide raide
  • 1999 : Le Cygne
  • 2000 : Danny Wilde
  • 2000 : Une vie moins ordinaire

Participation[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « « Les Innocents » figuraient sur la liste d'une trentaine de noms que Jipé suggéra aux autres membres du groupe, et qui fut adopté à l'unanimité. Pourquoi « Les Innocents » ? Nous étions fans des Clash et, quelques jours avant, ceux-ci avaient donné un concert surprise au club One Hundred de Londres sous le pseudo « The Innocents » »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « Biographie des Innocents », Hall de la chanson,‎ septembre 2010
  2. Alain Gardinier, Noms d'un rock !, La Sirène,‎ 1996, 119 p. (ISBN 9782840452584), p. 49
  3. a, b, c, d, e et f « Biographie des Innocents », RFI,‎ juillet 2004
  4. a et b Thierry Coljon, « Les Supers Innos », Le Soir,‎ 29 novembre 1995
  5. a et b Jean-Claude Demari, « Les Innocents : Le meilleur groupe de pop à la française », RFI,‎ 18 octobre 2000
  6. a et b Bruno Lesprit, « La pop française des Innocents dans son jardin anglais », Le Monde,‎ 23 novembre 1999
  7. Emmanuel Marolle, « Les chansons attachantes des Innocents », Le Parisien,‎ 19 avril 2003
  8. « Les Innocents vont récidiver », Le Parisien,‎ 24 novembre 2009
  9. « Les Innocents se reforment », Le Parisien,‎ 8 janvier 2013
  10. Marie-Catherine Mardi, « Le retour des Innocents », RFI,‎ 8 octobre 2013
  11. « Les Innocents : « Un album pour le printemps » », Le Parisien,‎ 11 octobre 2013
  12. François Gorin, « Les disques rayés : Les Innocents », Télérama,‎ 12 août 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]