Pont du Diable (Saint-Jean-de-Fos)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont du Diable.
Pont du Diable
Image illustrative de l'article Pont du Diable (Saint-Jean-de-Fos)
Géographie
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Localité Saint-Jean-de-Fos
Coordonnées géographiques 43° 42′ 28″ N 3° 33′ 27″ E / 43.707659, 3.55746743° 42′ 28″ N 3° 33′ 27″ E / 43.707659, 3.557467  
Fonction
Franchit Hérault
Caractéristiques techniques
Type à voûtes
Longueur 65 m
Largeur 4 m
Hauteur 18 m
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction XIe siècle

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Pont du Diable

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Pont du Diable

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont du Diable

Le pont du Diable est une construction d'architecture romane située en France, dans la commune de Saint-Jean-de-Fos, dans le département de l'Hérault.

Situé à la fin des gorges de l’Hérault et vieux de plus de mille ans, il attire chaque année de nombreux touristes en été.

À proximité immédiate se trouvent les grottes de Clamouse et Saint-Guilhem-le-Désert, village médiéval classé parmi les plus beaux villages de France[1] avec son abbaye de Gellone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont du Diable est un des plus anciens ponts romans de France. D'après le cartulaire de Gellone, la construction aurait eu lieu en 873 selon les dernières recherches conduites par l'université de Montpellier, suivant un accord conclu entre l'abbé d'Aniane et l'abbé de Gellone, donc probablement dans la première moitié du XIe siècle.

Le pont doit son nom à une ancienne légende qui prétendait que lors de la construction du pont, le diable venait défaire chaque nuit ce que les hommes construisaient durant la journée. Un jour, les hommes (qui n'en peuvent plus de construire en vain) passent un accord avec celui-ci : il pourrait prendre la première âme qui passera sur le pont. Ainsi les hommes construisirent le pont. Mais aucun des hommes ne voulant donner son âme au diable, ils firent passer un chien en premier. Fou de rage, le Diable tenta en vain de détruire le pont sans y parvenir et se jeta dans l'eau, d'où le nom « le pont du Diable ».

Le pont du Diable fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 5 avril 1935[2]. Il est également inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le pont comprend deux arches et deux ouïes. Il a été élargi à la fin du XVIIIe siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Guilhem-le-Désert - Les plus beaux villages de France - Site officiel
  2. « Notice no PA00103697 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]