Géographie de la Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 50′ N 4° 00′ E / 50.83, 4 ()

Géographie de la Belgique
carte : Géographie de la Belgique
Continent Europe
Région Europe de l'Ouest
Coordonnées 50° N, 4° E
Superficie
Côtes 73,1 km
Frontières Total 1 385 km : Allemagne 167 km, France 620 km, Luxembourg 148 km, Pays-Bas 450 km
Altitude maximale 694 m (Signal de Botrange)
Altitude minimale 0 m (Mer du Nord) ; -2,5m (Les Moëres)
Plus long cours d’eau Escaut
Plus importante étendue d’eau Lac de la Plate Taille

La géographie de la Belgique est l'ensemble des réalités physiques, humaines, biologiques qui constituent la Belgique. C'est un pays de l'Europe de l'Ouest ayant une frontière commune avec les Pays-Bas, l'Allemagne, la France et le Luxembourg. La Belgique est bordée au nord-ouest par la mer du Nord. Dans son plus grand axe, elle s'étend sur quelque 290 km, du nord-ouest au sud-est, de la frontière franco-belge près de La Panne à la frontière belgo-luxembourgeoise près d'Arlon.

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Distance nord-sud : 225 km
Lieu situé le plus au nord : Meersel-Dreef 51°30’ de latitude Nord
Lieu situé le plus au sud : Torgny 49°30’ de latitude Nord
  • Distance ouest-est : 282 km
Lieu situé le plus à l'ouest : La Panne 2°35’ de longitude Est
Lieu situé le plus à l'est : Krewinkel 6°22’ de longitude Est

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Relief de la Belgique.

Le relief de la Belgique marque une nette distinction entre le nord et le sud du pays. Alors que le nord (Région flamande) est constitué essentiellement de plaines ne dépassant pas 100 m d'altitude, le sud (Région wallonne) se distingue par un relief plus accentué, de par la présence sur son territoire du massif ardennais. Celui-ci se développe intégralement au sud du sillon Sambre-et-Meuse, et atteint régulièrement des altitudes de plus de 500 m, allant jusqu'à 694 m au signal de Botrange, le point culminant du territoire.

Régions naturelles[modifier | modifier le code]

Régions naturelles de Belgique.

La Belgique est traditionnellement divisée en Basse Belgique, Moyenne Belgique et Haute Belgique, selon l'altitude.

  • La Basse Belgique (de 0 à 100 m d'altitude), au nord, est composée de terrains sablonneux ou sablo-limoneux (dunes, polders, Flandre, Campine). La plage belge de la mer du Nord s’étend sur 67 km. Elle atteint à certains endroits plus de 500 mètres de large à marée basse. Il s'agit d'une plage de sable fin uniforme, sans galets, ni rochers. Sur de nombreuses plages, on retrouve des brise-lames.
  • La Moyenne Belgique (de 100 à 200 m d'altitude, le point culminant étant à 212,24 mètres[1].) comprend d'ouest en est les bas plateaux limoneux hennuyer, brabançon et hesbignon.
  • La Haute Belgique (plus de 200 m d'altitude), au sud du sillon Sambre-et-Meuse, est composée du Condroz, de la Fagne-Famenne, de la Calestienne, de l'Entre-Vesdre-et-Meuse communément appelée Pays de Herve, de l'Ardenne et de la Lorraine belge.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Belgique est abondamment pourvue en cours d'eau, dont la plupart appartiennent aux bassins versants de la Meuse et de l'Escaut.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Principaux cours d'eau de Belgique.

Trois fleuves coulent en Belgique: l'Yser, l'Escaut et la Meuse, tous prennent leur source en France et se jettent en mer du Nord. L'Yser est le seul fleuve de Belgique qui y a aussi son embouchure.

Les affluents principaux sont:

  • Pour la Meuse: l'Ourthe, la Sambre, la Lesse et la Semois, cette dernière rejoignant la Meuse sur le territoire français après avoir réalisé la quasi-totalité de son parcours en Belgique.
  • Pour l'Escaut: la Dendre, la Lys et le Rupel
  • Pour l'Yser: l'Ieperlee

De nombreux canaux existent également.

Voir aussi :

Lacs[modifier | modifier le code]

Le plus grand est le lac de la Plate Taille, lac de barrage situé dans l'ensemble des lacs de l'Eau d'Heure, à cheval sur les provinces de Hainaut et de Namur.

Voir aussi :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est doux en été (environ 18°C) en Basse Belgique, mais ne dépasse pas les 15°C en Haute Belgique ainsi qu'à la côte, en revanche, en hiver le climat y est frais puisqu'en Basse Belgique et à la côte, les températures moyennes oscillent entre 2 et 4°C, mais tournent carrément aux alentours de 0°C en Haute Belgique.

Avec plus de 80% d'humidité relative moyenne, le climat est très humide toute l'année dans tout le pays et il y pleut souvent, et ce, tout au long de l'année. Cependant de ce point de vue, avec un peu plus de 170 jours de précipitations par an en moyenne, la côte apparaît privilégiée, tandis que les crêtes Ardennaises sont les plus arrosées (avec plus 230 jours de précipitations par an en moyenne). Dans le reste du pays, on se rapproche le plus souvent des 200 jours...

L'Ardenne bénéficie d'un climat océanique à peine dégradé (pas plus de 16°C d'amplitude annuelle moyenne); elle est marquée par une neige plus abondante, résultant de températures plus froides, mais aussi par des étés plus frais.

Les précipitations sont plus importantes sur le Massif ardennais que dans le reste du pays. Elles y sont même carrément 2* plus abondantes qu'à la côte!

Avec environ 1500 heures d'ensoleillement annuel en moyenne, l'ensoleillement est très médiocre en Belgique. Seule la côte et la Gaume s'en sortent plus honorablement avec près de 1700 heures... La (relativement) belle saison dure d'avril à septembre (avec environ 40% de la durée du jour où le soleil brille), octobre et mars sont les mois charnières avec encore plus de 30%, mais les 4 derniers mois (novembre, décembre, janvier et février) ne dépassent guère plus les 25% en moyenne...

Le vent, souvent présent en Belgique, souffle généralement de secteur SO. Les régions les plus calmes étant les Ardennes où le brouillard est donc extrêmement fréquent (surtout en automne-hiver), alors que la côte est très souvent venteuse.


Les moyennes[modifier | modifier le code]

Les données proviennent de l'Institut météorologique d'Uccle, station de référence pour la Belgique.

  • La température moyenne annuelle est de 9,7 °C.
  • Les températures moyennes sont de 17,0 °C en été et 3,1 °C en hiver.
  • Les températures maximales moyennes varient entre 21,6 °C l'été et 6,2 °C l'hiver.
  • Les températures minimales moyennes sont de 12,8 °C en été et 1,1 °C en hiver.
  • Le total des précipitations moyennes annuelles est de 805 mm.
  • La durée d'ensoleillement moyenne annuelle est de 1554 heures.

Uccle a un climat de type Cfb (Océanique) avec comme record de chaleur 38.8 °C le 27/6/1947 et comme record de froid -21.1 °C le 25/1/1881. La température moyenne annuelle est de 10.4 °C.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,8 0,6 3 4,9 8,9 11,6 13,7 13,4 10,9 7,6 3,7 2 6,8
Température moyenne (°C) 3,2 3,6 6,5 9 13,3 15,8 18 18 14,8 11 6,5 4,3 10,4
Température maximale moyenne (°C) 5,6 6,5 9,9 13,1 17,7 20 22,3 22,4 18,7 14,4 9,1 6,5 13,9
Record de froid (°C) −21,1 −18,3 −13,6 −5,7 −2,2 0,3 4,4 3,9 0 −6,8 −12,8 −17,7 −21,1
Record de chaleur (°C) 15,3 20 24,2 28,7 34,1 38,8 37,1 36,5 34,9 27,8 20,4 16,7 38,8
Précipitations (mm) 71,1 52,7 72,9 53,7 69,3 77,5 68,9 63,6 62,3 68,1 79,1 78,8 817,8
Source : Le climat à Uccle (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1767)[1]


Les extrêmes[modifier | modifier le code]

Quelques faits [2]:

  • Record absolu de température la plus basse: -30,1 °C à Rochefort le 20 janvier 1940.
  • Record absolu de la température la plus élevée: +38,8 °C à Uccle le 27 juin 1947.
  • Sécheresse la plus longue: 36 jours, soit du 31 mars au 5 mai 2007.
  • Durée d'ensoleillement annuelle la plus élevée: 2121 heures en 1959.
  • Hauteur maximale de neige: 115 cm sur le plateau des Hautes-Fagnes le 9 février 1953.
  • Rafale de vent la plus élevée: 168 km/h à Beauvechain le 25 janvier 1990.
  • Pression atmosphérique la plus élevée: 1048 hPa le 27 janvier 1932.
  • Pression atmosphérique la plus basse: 954 hPa à Blankenberge le 25 février 1989.

Végétation[modifier | modifier le code]

Image satellite de la Belgique

L’abondance des précipitations et l’humidité du climat favorisent une végétation naturelle de feuillus, de landes et de prairies, mais les activités humaines contribuent à la modification de cette végétation.

Forêts[modifier | modifier le code]

La forêt belge couvre 692 916 hectares dont 544 800 hectares en Région wallonne, 146 381 hectares en Région flamande et 1735 hectares en Région bruxelloise[3], soit 23 % de la superficie du pays[4]. Près de 80 % des forêts belges se situent en Région wallonne, où environ un tiers du territoire (32 %) est sous couvert forestier, tandis que la Flandre est relativement peu boisée. Plus de 60 % de la forêt wallonne se situe en Ardenne. De 1866 à 2006, la superficie forestière wallonne n’a fait que croître; en 140 ans, elle est passée de 315 648 ha à 544 800 ha[5]. En revanche, l’accroissement de la superficie forestière en Flandre est extrêmement faible voire nul.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Géographie politique et institution[modifier | modifier le code]

Typologie du territoire[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la Belgique est de 11 007 020 au 1er janvier 2011[6].

Infrastructures de transport[modifier | modifier le code]

Régions économiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]