Beauvechain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beauvechain
Blason de Beauvechain
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Bourgmestre Marc Deconinck (EC)
Majorité EC
Sièges
EC
IC
Ecolo
17
14
1
2
Section Code postal
Beauvechain
Hamme-Mille
L'Écluse
Nodebais
Tourinnes-la-Grosse
1320
1320
1320
1320
1320
Code INS 25005
Zone téléphonique 010
Démographie
Gentilé Beauvechainois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
6 826 (1er janvier 2014)
49,12 %
50,88 %
177 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,37 %
61,67 %
14,97 %
Étrangers 4,38 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 8,54 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 943 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 46.86′ N 4° 46.37′ E / 50.781, 4.7728350° 46.86′ Nord 4° 46.37′ Est / 50.781, 4.77283  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
38,58 km2 (2005)
73,44 %
5,15 %
20,22 %
1,18 %
Localisation
Situation de la commune au sein de la province du Brabant wallon
Situation de la commune au sein de la province du Brabant wallon

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Beauvechain

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Beauvechain
Liens
Site officiel www.beauvechain.be

Beauvechain (en néerlandais Bevekom, en wallon Bôvetchén) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Beauvechain s'étend sur une superficie de 3859 hectares répartis en 1263 hectares à Beauvechain, 854 à Tourinnes-la-Grosse, 824 hectares à Hamme-Mille, 538 hectares à Nodebais et 380 hectares à 'Écluse. Au nord-est, les plateaux au relief faiblement ondulé, souvent en légère déclivité vers le nord, sont tout à fait caractéristiques du paysage. Trois quarts du territoire sont consacrés aux activités agricoles. Le sud-ouest du village, avec sa rivière, la Nethen et sa vallée aux versants parfois encaissés, ses fonds de vallée souvent humides ainsi que, dispersés, quelques flancs recouverts de bois, s'apparente aux paysages brabançons.

Le nord de la commune est bordé par la forêt de Meerdael aux grands hêtres majestueux, l'un des derniers vestiges de l'antique forêt charbonnière ou Sylva carbonaria des Romains. Celle-ci ne couvre qu'une centaine d'hectares du territoire.

Au sud, sur un plateau, la base aérienne « lieutenant-colonel aviateur Charles-Roman » occupe une superficie de près de 480 hectares, où est basé le 1er wing de la Composante air.

Le sous-sol est généralement constitué de sables, de grès, d'argile et de graviers. Il est recouvert d'une couche limoneuse ou sablo-limoneuse.

Les nappes aquifères identifiées sont celles du socle primaire, des craies du crétacé et du sable bruxellien. La nappe captive des craies et surtout celle du sable bruxellien sont exploitées, avec des captages à Beauvechain et à Nodebais.

Le territoire est traversé de part en part par le ruisseau la Nethen. Deux affluents, le Mille, venant du hameau auquel il a prêté son appellation et le Nodebais qui traverse le village du même nom, se jettent dans son cours à Tourinnes-la-Grosse. Le Faux-Ry, le Guertechain et le Ry-Saint-Martin viennent grossir ses flots dans la traversée de Hamme-Mille. La Nethen se jette dans la Dyle à Weert-Saint-Georges. Le village de L'Écluse est traversé par le Schoorbroek qui est un affluent de la Gette. Cette dernière alimente le Démer qui se jette dans la Dyle; celle-ci rejoint le Rupel et puis l'Escaut.


Villages de la commune[modifier | modifier le code]

Hamme-Mille, Nodebais, La Bruyère, L'Écluse (Sluizen en néerlandais) Tourinnes-la-Grosse (Deurne).

Beauvechain, La maison communale.
Beauvechain, l'église Saint-Sulpice (1853-1860).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au néolithique, l'homme s'est installé à l'entrée de Hamme-Mille, sur une butte sableuse formant une clairière aux abords des étangs de la Warande. On y a découvert des silex taillés.

À proximité, près du bois Saint-Nicaise, ont été mises au jour une enceinte fortifiée et des tombes dont certaines datent sans doute de l'âge du bronze et, avec certitude, de l'époque du fer.

L'antique voie romaine allant de Boulogne-sur-Mer à Cologne traversait le territoire. Beauvechain-centre est sans doute organisé en bourgade depuis la période franque.

Beauvechain doit son appellation formée des mots bavo et heim -habitation des gens de Bavon- à ce saint de noble origine qui y aurait vécu au cours de la première moitié du VIIe siècle.

Les terres sont cédées à la fin du Xe siècle par la comtesse Alpayde à Notger, évêque de Liège.

C'est au tout début du second millénaire que remonte la première citation du nom de la commune: Bavechin ou Bavenchen.

Après la bataille de Hoegaarden qui oppose en 1013 le comte de Louvain à l'évêque de Liège, le Brunengeruz, contrée située entre la Dyle et la Grande Gette jusqu'à Louvain, Tirlemont et Chaumont-Gistoux, passe au vainqueur. C'est ainsi qu'Hamme, L'Ecluse, Mille et Nodebais deviennent propriétés du comte de Louvain.

Tourinnes et Beauvechain, terres d'Église, restent rattachées à Liège. Durant plus de sept cents ans, les deux villages, terres d'enclave de la principauté de Liège en duché de Brabant, partagent la même destinée. L'évêque y exerce sa haute juridiction et le droit de rendre justice; il nomme les membres de la cour échevinale chargés de la gestion journalière. L'église de Beauvechain et les dîmes afférentes appartiennent à l'abbaye de Gembloux; l'église de Tourinnes est propriété du Chapitre Saint-Paul de Liège.

Ayant fait vœu de fonder un monastère, s'il lui naissait un descendant et sa prière ayant été exaucée, le duc Henri II de Brabant établit vers 1230, aux confins de ses terres à Hamme, une abbaye de femmes de l'ordre de Cîteaux : Val-Duc. L'autorité spirituelle et la surveillance de la gestion matérielle sont exercées par l'abbé-père de Villers. Durant 550 ans se succèdent périodes prospères et époques de déclin dues entre autres aux avanies de conflits ensanglantant nos contrées.

Nodebais est partie prenante dans la ligue des villes et franchises brabançonnes créée en 1372 pour sauvegarder la liberté de ses membres.

En 1635, les armées franco-hollandaises traversent la région. Elles pillent l'église de Tourinnes n'y laissant plus « ni sonnettes ni bastons de croix ». Durant les guerres de Louis XIV, nos villages sont l'un des champs de bataille de l'Europe. En 1667, un incendie détruit l'abbaye de Valduc; elle est pillée à plusieurs reprises quelques années plus tard. Beauvechain est ravagé en 1693; Hamme l'est en 1707.

Un décret du 9 vendémiaire an IV (1er octobre 1795), proclame la réunion de ces contrées à la France. Les villages de la commune font alors partie du département de la Dyle et, sauf L'Ecluse (canton de Hoegarde), du canton de Grez dans l'arrondissement de Nivelles. Tous les privilèges disparaissent avec la fin de l'ancien régime.

Un décret impérial de 1811 unit le petit village de Mille qui avait eu une existence propre jusqu'alors à celui de Hamme.

À l'époque du Royaume uni des Pays-Bas, , Beauvechain, Hamme-Mille, Tourinnes-la-Grosse et Nodebais sont rattachés au canton de Jodoigne dans l'arrondissement de Nivelles; L'Ecluse reste dans l'arrondissement de Louvain.

L'indépendance du pays n'amène aucun changement administratif. La Constitution belge confirme l'existence des provinces et des communes dont celle unifiée de Beauvechain-Tourinnes-la-Grosse.

Une loi promulguée en 1841 entérine la séparation de ces deux villages.

Nos villages sont libérés le 6 septembre 1944 par les soldats du 82e régiment de reconnaissance de la 2e division blindée américaine.

À partir de 1946 et durant 50 ans, du Spitfire au F-16 en passant par les Mosquito, Meteor, CF-100 Canuck, et F-104 Starfighter, la base Lieutenant-Colonel Aviateur Charles Roman va abriter le 1er Wing de Chasse; elle accueille actuellement l'école de pilotage de la Force Aérienne, le Wing Météo et la Musique Royale de la Force Aérienne.

Bibliographie aérodrome militaire :

BERTRAND (Th.), La base Charles Roman, école de pilotage 1996-2006 (première partie), dans BFCVN, n°152, deuxième trimestre 2007, pp. 9-10.

BERTRAND (Th.), La base Charles Roman, école de pilotage 1996-2006 (deuxième partie), dans BFCVN, n°153, troisième trimestre 2007, pp. 9-10.

BUZIN (J.) et GOVAERTS ( J.), Audeo Aciem. Chronique du 1er Wing de Chasse 1946-1996, s.l., asbl The Golden Falcon, 1996.

LONGLE (M.), Histoire de la base aérienne de Beauvechain-Le-Culot, Bruxelles, Ecole Royale Militaire, 124e promotion Toutes Armes, 1988, 113 pages, illustrations en annexe.

PADUART (A.), dans VAN LOO (A. dir.), Dictionnaire de l’architecture en Belgique, Fonds Mercator, 2003, p. 443.Où il est question des hangars construits par cet architecte sur la base de Beauvechain.

PIED (R.), Beauvechain. "Le Culot" 1935-1945. Flugplatz-Airfield, s.l., Pied éditeur, 1998.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice abrite des fonts baptismaux romans qui comptent parmi les plus beaux de Wallonie, aux côtés des fonts baptismaux de Saint-Séverin-en-Condroz, des fonts baptismaux de Gentinnes et des fonts baptismaux de Saint-Barthélemy à Liège.

Bibliographie :

BERTRAND (Th.), La place communale de Beauvechain. Histoire et architecture. Essai de présentation d'une place publique villageoise, Beauvechain, Nauwelaerts éditions historiques, 1995.

Publiée dans le cadre des septièmes Journées du patrimoine en Région wallonne qui avaient choisi en 1995 de mettre en évidence le patrimoine civil public, cette plaquette propose une présentation, essentiellement historique, des différents édifices qui bordent la place communale de Beauvechain soit la maison communale, la maison vicariale, la cure, le Vert Galant et l'église Saint-Sulpice.

BERTRAND (Th.) avec la collaboration de BERTRAND (M.), DESMET (J.) et MALOENS (D.), L'église Saint-Sulpice de Beauvechain. Un exemple d'architecture néogothique en milieu rural (1853-1860), Beauvechain, Nauwelaerts-Editions Historiques, 1999.

Dans le cadre des Journées du Patrimoine 1999 dont le thème était l'architecture de 1850 à 1950, Nétradyle a organisé des visites de l'église Saint-Sulpice de Beauvechain. C'était l'occasion de publier une plaquette sur le sujet. Celle-ci est un recueil réalisé au départ d'articles déjà publiés, principalement dans Nétradyle, revue d'histoire et de généalogie de Grez-Doiceau et de Beauvechain.

BERTRAND (Th.), FIEVE (N.) et van LAETHEM (C.), Le Trésor de l'église Saint-Sulpice de Beauvechain, Beauvechain, Nauwelaerts éditions historiques, 2000.

Est à la fois un inventaire et un catalogue : inventaire du Trésor de l'église - qui n'avait plus été réalisé systématiquement depuis la fin du siècle passé - et le catalogue d'une double exposition : celle de l'Atelier de l'Image qui y présentait une série de clichés grand format inspirés par ce bâtiment néogothique et son exceptionnel mobilier et celle des "portes ouvertes" du Chirel; tout cela dans le cadre des Fêtes de la Saint-Martin et de l'Année Sainte-Ermelinde.

BERTRAND (M.), Thierry BERTRAND (Th.), Georges PIRON G.) et Paul WYNANTS (P.), Jubilé de l’église Saint-Sulpice de Beauvechain (1860-2010), Beauvechain, Nauwelaerts Editions Historiques, 2010.

À l’occasion du Jubilé de l’église Saint-Sulpice à Beauvechain, une publication qui réunit cinq contributions par ailleurs déjà publiées dans divers revues. Complément indispensable à la monographie Saint-Sulpice de 1999.

Article détaillé : Fonts baptismaux de Beauvechain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Duchenne Christian, artiste peintre et époux du peintre Danielle Rochus. Christian s’inspire surtout de la femme. Il tente de saisir la lumière et des atmosphères dans des œuvres quasi néo-impressionnistes et quelque peu romantiques. Mentionné dans «Deux Siècles de Signatures d’Artistes de Belgique» ;
  • Rochus Danielle, artiste peintre et épouse du peintre Christian Duchenne. Danielle trouve son inspiration dans la jeunesse, le nu féminin, l’homme. Style romantique, palette néo-impressionniste. Aime l’atmosphère, la lumière et la couleur ;
  • Vanderlinden Max, céramiste à Nodebais, Max Vanderlinden, créateur des Fêtes de la Saint-Martin, en 1966, à Tourinnes-la-Grosse[3],[4].

Folklore et traditions[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1966 durant les week-ends du mois de novembre les fêtes de la saint Martin rythment l'activité des villages de la vallée de la Néthen : commune de Beauvechain, Villages de Néthen et de Melin (expositions, parcours d'artistes, spectacle collectif, concerts...)

Jumelage[modifier | modifier le code]

  • Beauvechain est jumelée avec la Commune d' Avord, en France, contenant aussi une base militaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BernardGuyotQuartet.be
  2. ClaudeRahir.be
  3. MaxVanderlinden.be
  4. Tourinnes.be

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :