Géographie de la Roumanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Géographie de la Roumanie
carte : Géographie de la Roumanie
Continent Europe
Région Europe centrale
Coordonnées 45°00'N, 25°00'E
Superficie
Côtes 225 km
Frontières Total: 2508 km
Bulgarie 608 km, Ukraine 531 km, Hongrie 443 km, Moldavie 450 km, Serbie 476 km
Altitude maximale 2 544 m (Moldoveanu)
Altitude minimale 0 m (Mer Noire)
Plus long cours d’eau Danube (1 075 km)
Plus importante étendue d’eau barrage de Bicaz (3 300 ha)

Située dans le centre-est du continent européen, au nord-est des Balkans, la Roumanie occupe la plus grande partie du bassin inférieur du Danube et les régions montagneuses du bassin moyen du même fleuve. Le pays s'étale sur les deux versants des Carpates, qui forment la barrière naturelle entre les deux bassins du Danube. Il débouche, à l'est, sur la Mer Noire.

Superficie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de la Roumanie

Couvrant une grande aire elliptique de 237 499 kilomètres carrés, la Roumanie est à la 79e place mondiale et à la 12e européenne par sa superficie, qui représente approximativement 43 % de celle de la France. Les pays voisins de la Roumanie sont, au nord-ouest la Hongrie, au nord-est la république de Moldavie, au nord et à l'est l'Ukraine, au sud la Bulgarie, au sud-ouest la Serbie.

Les Carpates près de Borșa.
Le Danube près d'Orșova.
La mer Noire près de Costinești.

Relief et eaux[modifier | modifier le code]

Le point culminant de la Roumanie.

La structure géographique de la Roumanie s'articule autour du plissement alpin des Carpates, des plaines qui l'entourent, du Danube et de la Mer Noire : les géographes roumains la définissent comme un "espace carpato-danubien" et les anciens états médiévaux (principautés Transylvaine, Valaque et Moldave) étaient jadis appelés "principautés danubiennes". L'arc des Carpates (parfois écrits "Carpathes"), qui tirent leur nom de l'ancienne tribu dace des Carpiens, forme un "D" dont la barre est formée par le Massif du Bihor (aussi appelé "Carpates occidentales roumaines"), tandis que les Carpates orientales et les Alpes de Transylvanie (que les géographes roumains appellent "Carpates méridionales") entourent, respectivement à l'est et au sud, le haut-plateau transylvain.

Autour de ce massif montagneux qui culmine à 2 544 mètres au Mont Moldoveanu ("Moldave"), dans les monts Făgăraș, des piémonts s'abaissent en gradins jusqu'aux plaines du bassin du bas-Danube, parfois appelées "plaines danubiennes", et qui se poursuivent à l'ouest en Hongrie (Alföld, ou "plaine pannonienne") et à l'est, plus vallonnées, en république de Moldavie et en Ukraine ("plaine moldave"), tandis qu'au sud la "plaine valaque" est bordée par le Danube qui forme, de Vidin à Silistra, la frontière avec la Bulgarie, au relief plus élevé. À l'est, la Dobrogée, province maritime située entre le Danube et la Mer Noire, est un plateau lœssique au sud, tandis qu'au nord le massif du Măcin est d'âge hercynien, et le Delta du Danube, d'âge subactuel (il s'est formé depuis six millénaires).

La quasi-totalité du territoire, à l'exception de quelques cours d'eau intermittents de Dobrogée qui coulent directement vers la Mer Noire, fait partie du bassin versant du Danube, dont les principaux affluents (Tisa, Someș, Mureș, Jiu, Olt, Argeș, Siret, Prut) se partagent l'étendue, les trois premiers coulant vers l'ouest avant de rejoindre le Danube par la Hongrie et la Serbie (bassin du moyen-Danube), les autres coulant vers le sud-est (bassin du bas-Danube).

Les plaines sont parsemées de nombreux lacs (on en voit au nord de Bucarest) formés par les méandres élargis des rivières. Sur le cours aval des principaux cours d'eau et le long du Danube, s'étendaient jadis de vastes zones humides ("lunca Dunării"), exutoires des crues et frayères à poissons, en grande partie détruites durant les grands travaux de l'ère Ceaușescu, à l'exception des trois quarts du Delta du Danube, sauvés par la mort du dictateur. Leur disparition, compte tenu du climat du pays, provoque régulièrement des crues catastrophiques et a beaucoup réduit la productivité halieutique.

Géologie[modifier | modifier le code]

Géologie de la Roumanie et de ses voisins.

La position de la Roumanie aux confins des boucliers Pannonique, Mésique et Scythique détermine sa structure géologique articulée autour de l'orogénèse alpine, dont les Carpates sont un élément, et dont la boucle sud-est est souvent l'épicentre de séismes. À l'intérieur de cette boucle, le plateau transylvain est surélevé (altitude moyenne 220 m) par rapport aux plaines moldave et valaque. La première est vallonnée par une érosion accentuée au Messinien, alors que le niveau hydrologique de base était très bas et que les cours d'eau ont profondément entaillé le substrat. Ultérieurement, le fond de ces entailles a été en partie comblé. La seconde, comblée plus généreusement au Cénozoïque par les alluvions fluviatiles du Danube, est plus plate. Les roches les plus anciennes, d'âge hercynien, affleurent au sud-est, en Dobrogée. Au Néozoïque des sédiments récents, continentaux, voire éoliens, se sont déposés sur les alluvions fluviatiles et sur les plateaux, avant d'être remaniés par la fonte post-Würmienne. La plaine valaque est fréquemment recouverte de dépôts de lœss.

Climat[modifier | modifier le code]

La position de la Roumanie lui confère un climat continental, marqué en Valachie et en Moldavie, plus modéré en Transylvanie. Des hivers longs et parfois sévères (de décembre au début mars), des étés chauds (juin - début septembre), et un automne prolongé (septembre à novembre) sont les saisons principales, avec une transition rapide entre le printemps et l'été.

La pluviométrie est surtout estivale (sous forme d'orages), mais il y a également de fortes précipitations en automne. La déforestation et un urbanisme très insouciant des considérations environnementales, a accentué les contrastes, tant thermiques que pluviométriques, de sorte que des alternances canicule/gel et sécheresse/inondations se sont mises en place. Les températures sont généralement plus élevées en ville: si, dans la "plaine valaque", la température moyenne en janvier est généralement de -8 °C et la température moyenne en juillet est de 24 °C, à Bucarest en revanche, où depuis quarante ans les constructions massives en béton et verre prolifèrent au détriment des zones pavillonnaires et des jardins, les moyennes sont plutôt de -2 °C en hiver, et de 29 °C en été, avec des pointes de plus en plus fréquentes à 35 °C, voire 40 °C.

Régions historiques[modifier | modifier le code]

La Roumanie moderne s'étend sur plusieurs régions traditionnelles historiques, héritées de la géographie médiévale, dont certaines appartiennent pour partie à ses voisins.

Régions historiques de la Roumanie et de ses voisins
  • Au nord-ouest, la région appelée globalement Transylvanie comprend l'ancienne Principauté de Transylvanie proprement-dite, vassale de la Hongrie (aujourd'hui au centre de la Roumanie) et, à l'ouest, des parties de régions ayant jadis appartenu au royaume de Hongrie lui-même ("partium") : Banat (partagé avec la Serbie), Crisana (partagée avec la Hongrie) et Marmatie (partagée avec l'Ukraine : la partie roumaine s'appelle Maramureș, l'ukrainienne Ruthénie subcarpatique).
  • Au sud, la région appelée globalement Valachie comprend l'Olténie, la Munténie et, selon les auteurs, la Dobrogée (d'autres auteurs comptent à part cette région partagée avec la Bulgarie : Dobrogea en roumain et Dobroudja en bulgare).
  • Au nord-est, la région appelée globalement Moldavie comprend l'ancienne Principauté de ce nom, qui a subi deux partages :
    • le premier, ancien, en a détaché successivement l'ancienne Bessarabie en 1484-1538 au profit de l'Empire ottoman, la Bucovine en 1775 au profit de l'Empire d'Autriche et la nouvelle Bessarabie (moitié orientale du pays) en 1812 au profit de l'Empire russe ; les noms de ces deux dernières régions ont été définis lors de cet ancien partage ;
    • le second partage, toujours en vigueur, date de 1940 : il laisse en Roumanie la moitié sud de la Bucovine et la moitié ouest de l'ancienne Principauté, en République de Moldavie les deux tiers de la nouvelle Bessarabie (moitié est de l'ancienne Principauté), et en Ukraine la moitié nord de la Bucovine, un fragment de la Moldavie occidentale (|Herța) et un tiers de la nouvelle Bessarabie (Hotin au nord, Bougeac au sud).

S'il arrive parfois que des partis nationalistes agitent le passé roumain de ces régions, la Roumanie n'a aucune revendication territoriale et a reconnu par des traités avec ses voisins toutes ses frontières, à l'exception de quelques îles encore en litige avec l'Ukraine aux Bouches du Danube.

Géographie humaine actuelle[modifier | modifier le code]

Frontière avec l'Ukraine[modifier | modifier le code]

Concernant l'extrémité orientale de leur frontière commune, la Roumanie et Ukraine ont porté devant la Cour internationale de justice de La Haye un conflit qui les oppose sur cinq îles du bras danubien de Chilia et sur le partage du plateau continental autour et au sud de l'Île des Serpents, dont les 12 200 km2 contestés pourraient receler 100 milliards de mètres cubes de gaz[1]. Il s'agit de territoires occupés par l'URSS en 1948, après le Traité de Paix de Paris de 1947. Concernant le plateau continental, la Cour a rendu son arrêt le 3 février 2009, attribuant 2 500 km2 à l'Ukraine, et 9 700 km2 à la Roumanie[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les rivières roumaines sont menacées par un "désastre écologique" , Le Monde, 31 juillet 2008, page 7.
  2. Voir et Délimitation maritime en mer Noire (Roumanie c. Ukraine) et Dépêche sur le site du Tageblatt