Forces armées en Polynésie française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées en Polynésie française
FAPF
Commandement
Commandant supérieur des forces armées en Polynésie française contre-amiral Anne Cullerre
Articles annexes
Histoire Histoire militaire de la France
Grades Grades de l'armée française

Les forces armées en Polynésie française, abrégées en FAPF, désignent les unités de l'Armée française stationnées en Polynésie française et constituant ainsi la zone de défense correspondante dans le cadre de la base de défense de Polynésie française et du groupement de soutien de base de défense Polynésie française.

Dispositif[modifier | modifier le code]

On y trouve les différentes composantes de l'armée (armée de terre, armée de l'air, marine nationale, le groupement du service militaire adapté et gendarmerie nationale).

Les FAPF furent profondément restructurées en juillet 2012 avec la dissolution du Régiment d'infanterie de marine du Pacifique - Polynésie (RIMaP-P) et de la Base aérienne 190 Tahiti-Faa'a remplacés respectivement par un détachement terre Polynésie (DTP/RIMaP-P) et un détachement air (DETAIR)[1].

Armée de Terre[modifier | modifier le code]

Insigne des Troupes de Marine

Le DTP/RiIMaP-P est le détachement terre de Polynésie. Celui-ci reprend les traditions et missions du Régiment d'infanterie de marine du Pacifique - Polynésie (RIMaP-P) désormais dissous[2].

Il est basé à Arue et est composé de quatre compagnies, dont une de réserve[2]. Le champ de tir de Faaone et le dépôt de munitions de Papeari lui sont rattachés[3].

Chant régimentaire (en Tahitien)[4]

MATOU TEIE TAMARII VOLONTAIRES (nous sommes des enfants volontaires)
O TA OE I TITAU MAI NEI (que tu as appelés)
TE FAARII NEI MATOU I TE TURE (nous acceptons ta loi)
NO TO TATOU HAU METUA (de la part de la mère patrie)

TEIE MAI NEI TO MAU TAMARII (voici les enfants volontaires)
O TA OE I TITAU MAI NEI (que tu as appelés)
TEI HIA ROA TO'NA TAURAA, TE VAHI O TEI POHE (ils sont sur la piste prêts à embarquer, vers un lieu où la mort rôde)

Marine nationale[modifier | modifier le code]

La frégate Prairial quittant le port de Papeete en 2003
Le PSP Arago devant le port de Toulon en 2009

La flotte est stationnée à la base navale de Fare Ute à Papeete et met en œuvre :

Force navale
  • une frégate de classe Floréal, le Prairial (F731), admise au service actif en 1992 et servie par un équipage de 86 marins, elle dispose d'une plate-forme recevant un hélicoptère Alouette III ;
  • un patrouilleur de service public, l'Arago (P675) ;
  • un remorqueur ravitailleur de type RR 4000, le Revi (A635) ;
  • deux remorqueurs portuaires et côtiers, le Manini et le Maroa ;
  • un patrouilleur côtier de gendarmerie maritime (PCG), le Jasmin.
Aéronavale
Anciens bâtiments

Armée de l'air[modifier | modifier le code]

L'armée de l'air est faiblement représentée avec un unique détachement air (DETAIR)[6] implanté sur la plateforme aéronautique de Faa'a avec les moyens de la Flottille 25F et le détachement 35F. Elle met en œuvre l'escadron de transport outre-mer (ETOM) 0082 Maine et dispose des appareils suivants:

Gendarmerie nationale[modifier | modifier le code]

La gendarmerie est gérée en Polynésie française par le commandement de la gendarmerie de Polynésie française (COMGEND) dont le quartier général est à Papeete.

Elle comprend 540 hommes et femmes, répartis en 2 compagnies (13 brigades territoriales et 1 peloton d'intervention), 1 Groupe de Pelotons Mobiles (GPM) et 1 Section de Recherche (SR)[7] :

Service militaire adapté[modifier | modifier le code]

Le groupement du service militaire adapté de Polynésie française (GSMA-Pf) fut implémenté à partir de 1989 (îles Marquises). Il compte 335 personnels encadrants environ 240 volontaires.

Commandement[modifier | modifier le code]

Les FAPF sont dirigées par un Commandant supérieur (COMSUP-PF) qui a généralement au moins le grade de général de brigade. Il s'agit actuellement du contre-amiral Anne Cullerre depuis octobre 2012. Il est secondé par trois adjoints, un pour chaque corps[8]. Le COMSUP est également commandant de la zone maritime du Pacifique (ALPACI) et commandant du centre d'expérimentation du Pacifique (COMCEP)[9].

Missions[10][modifier | modifier le code]

  • Protéger les intérêts de la France et affirmer la présence française dans le Pacifique.
  • Manifester et garantir la souveraineté française dans les cinq archipels et dans la zone économique exclusive (5 000 000 km²).
  • Participer aux tâches de service public, en particulier en matière de secours maritime et de soutien aux populations.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]