Paea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paea
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Polynésie française
Maire
Mandat
Jacquie Graffe
2014-2020
Code postal 98711
Code commune 98733
Démographie
Population
municipale
12 541 hab. (2012)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 17° 41′ 34″ S 149° 35′ 14″ O / -17.6928, -149.58729717° 41′ 34″ Sud 149° 35′ 14″ Ouest / -17.6928, -149.587297  
Altitude Min. 0 m – Max. 1 501 m
Superficie 65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

Voir la carte administrative de Polynésie française
City locator 14.svg
Paea

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

Voir la carte topographique de Polynésie française
City locator 14.svg
Paea

Paea est une commune de la Polynésie française de la côte ouest de Tahiti.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des communes de Tahiti : Paea
  • Point culminant : Mont Mahutaa (1 501 m).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 12 541 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1971. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1971 1977 1983 1988 1996 2002 2007 2012
3 462 5 619 7 733 9 052 10 281 12 052 12 084 12 541
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2]. 98733)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Un spot de surf (embouchure de la vallée OROFERO), des plages de sable blanc, un lagon. un spot mythique a Maraa.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités économiques principales : agriculture, pêche artisanale, artisanat. Principaux services publics : mairie, bureau de poste, centre médical, une pharmacie, gendarmerie nationale, écoles maternelles et primaires, centre des jeunes adolescents, groupe d'aide psycho-pédagogique, collège, dispensaire, centres artisanaux, une station-service. Banques : Banque de Polynésie, de nombreux commerces d'alimentation, des prestataires de services dans le milieu du multimédia et de l'informatique, des pensions de famille et restaurants.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Marae Arahurahu

Situé à 23 km de Papeete à Paea, le marae Arahurahu propose une structure typique des lieux de culte anciens avec notamment un «ahu» (autel) à gradins, haut de plus de trois mètres. Sur une superficie de 500 m², ce marae est un condensé de toute l’histoire de la Polynésie avant l’arrivée des Européens. Les travaux commencent en novembre 1953, réalisés par une section du régiment de l’Infanterie coloniale. L’inauguration a eu lieu le 31 juillet 1954, en présence de nombreuses personnalités, et proposa une première reconstitution historique, sur le thème de l’investiture d’un grand chef, qui obtenu un succès considérable auprès de la population. Depuis cette époque, chaque année en juillet a lieu une reconstitution historique dans le cadre des festivités du Heiva.

  • Marae Taata

Cet autre marae de Paea, situé un peu plus près de la ville, a été classé monument historique dès 1952. Il offre une série de trois enceintes successives, dont celle du milieu est la plus ancienne. Réservé aux cérémonies importantes, le marae Taata a connu dans le temps de nombreuses manifestations rassemblant souvent plusieurs milliers de personnes. Des ossements humains ont été mis au jour durant une première restauration datant de 1973, qui permettent de mieux comprendre les us et coutumes des Maohi d’antan. D’autres travaux ont été effectués dans les années 1980, mais il a été décidé récemment de lui redonner, à lui aussi, une jeunesse pour redorer son blason. Il est aujourd’hui en cours de restauration définitive, sous l’égide du service de la culture et du patrimoine, et deviendra à l’instar de son voisin, l’un des hauts lieux de visite des touristes passionnés par l’archéologie locale.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1996, 2002, 2007